La vaccination en 2007 victoires et d fis contemporains
Download
1 / 84

- PowerPoint PPT Presentation


  • 87 Views
  • Uploaded on

La vaccination en 2007: Victoires et Défis Contemporains. François D. Boucher MD, FRCPC. Objectifs. Apprécier la nature contemporaine et dynamique des succès de la vaccination, qui, de par leur nature m ême, sont souvent inapparents.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about '' - arielle


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
La vaccination en 2007 victoires et d fis contemporains

La vaccinationen 2007:Victoireset DéfisContemporains

François D. Boucher MD, FRCPC


Objectifs
Objectifs

  • Apprécier la nature contemporaine et dynamique des succès de la vaccination, qui, de par leur nature même, sont souvent inapparents.

  • Discuter des préoccupations des gens et des risques appréhendés par rapport à l'immunisation

  • Discuter des mesures visant à assurer la sécurité des agents immunisants

  • Appréhender les défis que doit relever la vaccination au XXI siècle, qu'ils soient de nature scientifique, technique, logistique, économique ou éthique.


La vaccination en 2007 victoires et d fis contemporains
Plan

  • Quelques définitions…

  • Apprécier les succès de la vaccination à travers son Histoire

  • Les préoccupations par rapport à l'immunisation

  • Défis posés à l'immunisation:

    • La sécurité des agents immunisants: comment est-elle évaluée et surveillée?

    • Les coûts croissants et les inégalités sociales en résultant

    • Autres défis

  • L’horizon de l'immunisation



D finitions
Définitions

  • Un antigène est une substance capable, lorsqu'elle est introduite dans un organisme, de provoquer une réponse du système immunitaire. Cette réponse immunitaire peut s'exprimer par la production d'anticorps spécifiques (immunité humorale), par la production de cellules spécifiques (immunité cellulaire) ou par l'absence de réponse immunitaire (tolérance). En maladies infectieuses, l'antigène peut être un agent infectieux complet, une de ses parties ou un de ses produits.

  • Un anticorps est une protéine (immunoglobuline) produite par un organisme en réponse à une stimulation par un antigène; mis en présence de l'antigène qui a induit sa formation, l'anticorps a la propriété essentielle de se combiner spécifiquement avec lui.


D finitions1
Définitions

  • L'immunité est la capacité que possède un organisme de se défendre en particulier lors d'une agression par un agent infectieux. Ce terme désigne l'ensemble des facteurs humoraux et cellulaires qui protègent l'organisme de toute agression.

  • L'immunisation est l'action confèrant l'immunité, soit par injection d'antigènes (immunisation active) soit par injection de sérum contenant des anticorps spécifiques (immunisation passive).



Courte histoire de la vaccination au canada et au qu bec

Courte Histoire de la vaccinationau Canada et au Québec…


Histoire de la vaccination au canada
Histoire de la vaccination au Canada

  • Edward Jenner – 1749-1823

  • 1796 Edward Jenner: "Vaccination"

  • 1798: Vaccin antivariolique à Terre-Neuve: Rev. John Clinch, missionaire à Trinity Bay, NFL

  • 1885 Épidémies de variole à Montréal et Québec (20,000 cas, 6,000 décès)


Histoire de la vaccination au canada1
Histoire de la vaccination au Canada

1919 Manifestations anti-vaccination à Toronto


Histoire de la vaccination au canada2
Histoire de la vaccination au Canada

  • Louis Pasteur – 1822-1895

  • 1881 Louis Pasteur découvre le phénomène de l'atténuation et l'exploite pour la création de vaccins contre le choléra du poulet, la rage, l'anthrax etc.


Histoire de la vaccination au canada3
Histoire de la vaccination au Canada

  • Armand Frappier – 1904-1991

  • 1931 Fondation de l'Institut de microbiologie et d'hygiène

  • 1945 École d'hygiène

  • 1933 Production et distribution du BCG, puis d'autres vaccins:

    • DCT (1942)

    • Influenza (1950)

    • Variole (1952)

    • Poliomyélite (1956)

    • Rougeole

    • Etc


Histoire de la vaccination au canada4
Histoire de la vaccination au Canada

  • 1890 Antitoxine diphtérique (France)

  • 1914 Production d'antitoxine diphtérique à Toronto (Connaught labs)

  • 1924 G Ramon, Institut Pasteur Paris: Anatoxine

  • 1931 Introduction de la vaccination anti-diphtérique au Québec

  • 1943 Vaccins combinés Diphtérie-Coqueluche


Histoire de la vaccination au canada5
Histoire de la vaccination au Canada

  • 1946: Coqueluche

  • 1949: Tétanos

  • 1949-1976: Tuberculose

  • 1955: Poliomyélite (Salk)

  • 1963-1996: Poliomyélite (Sabin)

  • 1970: Rougeole

  • 1971: Rubéole

  • 1975: Influenza

  • 1983: Hépatite B


Les r sultats de l immunisation de masse au canada

Les résultats de l'immunisation de masse au Canada


Quels sont les r sultats de l immunisation de masse au canada
Quels sont les résultats de l'immunisation de masse au Canada?

Guide Canadien d'Immunisation 2006



La poliomy lite

12 avril 1955 Canada?

La poliomyélite





Les avantages des vaccins1
Les avantages des vaccins Canada?

  • Les vaccins utilisés au Canada sont efficaces et sécuritaires

  • Ils ont amélioré la vie de tous les Canadiens

  • Économies au titre des coûts directs des soins de santé ou des coûts indirects assumés par la population

  • Certains vaccins plus récents sont bénéfiques, mais ne permettent pas de réaliser des économies


M ningite et bact ri mie contr le par l immunisation
Méningite et bactériémie : Canada?Contrôle par l'immunisation

  • Il existe trois types principaux de bactéries responsables de la méningite bactérienne :

    • Haemophilus influenzae type b

    • Pneumocoque(Streptococcus pneumoniae)

    • Méningocoque (Neisseria meningitidis)


M ningite et bact ri mie contr le par l immunisation1
Méningite et bactériémie : Canada?Contrôle par l'immunisation

  • Il existe trois types principaux de bactéries responsables de la méningite bactérienne :

    • Haemophilus influenzae type b

    • Pneumocoque(Streptococcus pneumoniae)

    • Méningocoque (Neisseria meningitidis)

Guide Canadien d'Immunisation 2002

Whitney et al. Decline in Incidence of IPD. NEJM 2003


Infections invasives pneumocoque qu bec 2001 2005 au 06 08 31
Infections invasives à pneumocoque Canada?Québec 2001-2005 (au 06-08-31)

Fichier MADO 2001-2005


Infections invasives pneumocoque qu bec 2001 2005 au 06 08 311
Infections invasives à pneumocoque Canada?Québec 2001-2005 (au 06-08-31)

Fichier MADO 2001-2005


M ningite et bact ri mie contr le par l immunisation2
Méningite et bactériémie : Canada?Contrôle par l'immunisation

  • Il existe trois types principaux de bactéries responsables de la méningite bactérienne :

    • Haemophilus influenzae type b

    • Pneumocoque(Streptococcus pneumoniae)

    • Méningocoque (Neisseria meningitidis)






Nombre d injections
Nombre d’injections enfants Québecois

Boulianne, N, Clouâtre, AM. Oui aux injections multiples.

Perspective infirmière. Nov.-Déc. 2005



Pr occupations et controverses
Préoccupations et controverses enfants Québecois

  • Donnons-nous trop de vaccins à nos enfant? Cela peut-il surstimuler ou affaiblir leur système immunitaire?

  • Quel est le lien entre la vaccination accrue et l'incidence des troubles allergiques et de l'asthme? Les vaccins peuvent-ils être la cause de maladies sévères, rares ou en augmentation?

  • Qu'en est-il des vaccins homologués au Canada mais qui ne font pas encore partie des programmes provinciaux de vaccination?

  • Quel sera le rôle de la vaccination durant une pandémie?


Injections multiples
Injections multiples enfants Québecois

http://msss.gouv.qc.ca/ > Santé publique > Vaccination


Nombre estim d antig nes dans les vaccins administr s
Nombre estimé d’antigènes enfants Québecoisdans les vaccins administrés

Offit, P. Pediatrics 2002; 109(1): 124


Pr occupations et controverses1
Préoccupations et controverses enfants Québecois

  • Donnons-nous trop de vaccins à nos enfant? Cela peut-il surstimuler ou affaiblir leur système immunitaire?

  • Quel est le lien entre la vaccination accrue et l'incidence des troubles allergiques et de l'asthme?

  • Les vaccins peuvent-ils être la cause de maladies sévères, rares ou en augmentation?

  • Qu'en est-il des vaccins homologués au Canada mais qui ne font pas encore partie des programmes provinciaux de vaccination?

  • Quel sera le rôle de la vaccination durant une pandémie?


Pr occupations et controverses2
Préoccupations et controverses enfants Québecois

  • Donnons-nous trop de vaccins à nos enfant? Cela peut-il surstimuler ou affaiblir leur système immunitaire?

  • Quel est le lien entre la vaccination accrue et l'incidence des troubles allergiques et de l'asthme?

  • Les vaccins peuvent-ils être la cause de maladies sévères, rares ou en augmentation?

  • Qu'en est-il des vaccins homologués au Canada mais qui ne font pas encore partie des programmes provinciaux de vaccination?

  • Quel sera le rôle de la vaccination durant une pandémie?


Pr valence de l autisme et vaccination ror
Prévalence de l'autisme enfants Québecoiset vaccination ROR

Fombonne E et al, Pediatrics 2006;118;e139-e150


Pr valence de l autisme et exposition au mercure
Prévalence de l'autisme enfants Québecoiset exposition au mercure

Fombonne E et al, Pediatrics 2006;118;e139-e150


Les d fis pos s l immunisation
Les défis posés à l'immunisation enfants Québecois

  • Défis scientifiques

  • Défis technologiques

  • Défis logistiques

    • Approvisionnement en cas de pandémie

  • La confiance du public et la sécurité des vaccins

  • L'augmentation des coûts et l'équité

    • Deux exemples récents:

      • Le vaccin contre le Rotavirus

      • Le vaccin contre le cancer du col utérin


Le rotavirus humain et son vaccin

Le Rotavirus humain enfants Québecoiset son vaccin

François Boucher MD, FRCPC

Glass, RI. Scientific American, April 2006


Le rotavirus humain
Le Rotavirus humain enfants Québecois

  • Famille des réoviridae

  • Virus à RNA double brin (11 segments)

  • Non enveloppé

  • Capside complexe à trois couches


Pid miologie de la gastroent rite rotavirus
Épidémiologie de la gastroentérite à Rotavirus enfants Québecois

  • La cause la plus fréquente de la gastroentérite chez l'enfant

  • À cinq ans, tous les enfants au monde ont fait une infection à RVH

  • Les améliorations sanitaires ne pourront pas réduire le fardeau de cette maladie

  • Un nombre limité de sérotypes existent


Aspects cliniques de la gastroent rite rotavirus humain
Aspects cliniques de la gastroentérite à Rotavirus humain enfants Québecois

  • Gastroentérite

  • Diarrhée sécrétoire

  • Symptômes: fièvre, vomissements et diarrhée pendant 5 jours

  • Déshydratation

  • Immunité naturelle incomplète

  • Maladie saisonnière hors des tropiques - toute l’année en milieu tropical


Mortalit caus e par le rotavirus humain dans le monde
Mortalité causée enfants Québecoispar le Rotavirus humain dans le monde

Parashar 2005

Glass, RI. Scientific American, April 2006


Fardeau de la maladie chez les enfants canadiens
Fardeau de la maladie chez les enfants canadiens enfants Québecois

? décès

5,500 hospitalisations

17,000 visites à l'Urgence

41,000 visites externes

80,000 cas

  • Coût estimé:

  • $17M médical

  • $46M total

Martin Sénécal, Caroline Quach, Marc Brisson.

CPHA Annual Conference May 30th 2006



Vaccin r assortissant rhesus rotashield rrv tv
Vaccin réassortissant Rhesus: enfants QuébecoisRotashield® (RRV-TV)

  • Vaccin contre le Rotavirus réassorti avec une souche de Rotavirus du singe

  • Sécurité – Fièvre à J3-J5 <10%

  • Efficacité

    • 70% contre une gastroentérite peu sévère

    • >85% contre la gastroentérite grave

  • Rotashield™ (Wyeth) approuvé aux USA en Juillet 1998

  • Inclus immédiatement au programme d’immunisation


Rotashield et invagination intestinale aigue iia

Vaccin associé à invagination intestinale aigue (1/10,000 doses)

Réseau de surveillance VAERS

Licence suspendue en Juillet 1999

Vaccin retiré en Octobre 1999

Rotashield®et invagination intestinale aigue (IIA)



Incidence de l invagination intestinale aigue apr s rotashield
Incidence de l'invagination intestinale aigue après RotaShield™

N=45

N=10

N=2

Murphy et al. NEJM 2001


R valuation de l association du vrv avec l iia
Réévaluation de l'association RotaShield™du VRV avec l'IIA

Murphy BR et al. JID. 2003;187:1301-1308



Nouveaux vaccins contre le rotavirus
Nouveaux vaccins contre le rotavirus l'âge

  • NEJM 5 Janvier 2006

  • Rotarix (GSK)

    • Vaccin vivant atténué monovalent: G1P[8]

    • 2 doses

  • Rotateq (Merck)

    • Vaccin réassortissant entre souches bovine (WC3) et humaine

    • Pentavalent: G1, G2, G3, G4, P[8]

    • 3 doses

  • Efficacité fantastique!

  • Sécuritaires


Vaccins contre le rotavirus humain
Vaccins l'âgecontre le Rotavirus humain

RotaRix

RotaTeq

Glass, RI. Scientific American, April 2006


Caract ristiques du rotateq
Caractéristiques du RotaTeq™ l'âge

  • Vaccin oral en suspension dans une solution tampon / stabilisateur liquide

  • Fourni dans un flacon de plastique unidose avec bouchon dévissable

  • Pas de reconstitution nécessaire

  • Administration directe par la bouche à l'enfant


Phase iii rotavirus efficacy and safety trial rest
Phase III: Rotavirus Efficacy and Safety Trial (REST) l'âge

Échantillon: 71,799 (36,203 PRV / 35,596 P)

Pays: >80% aux USA et en Finlande

Age: 6 à 12 semaines à la première dose

Dosage: 3 doses à 4-10 semaines d'intervalle

Vesikari et aI. NEJM Janvier 2006


Efficacit du rotateq selon la s v rit de la gastroent rite rvh
Efficacité du RotaTeq™ selon l'âgela sévérité de la gastroentérite à RVH

ACIP. MMWR 55(RR12):1-13., August 11 2006

Vesikari et aI. NEJM Janvier 2006


Cas confirm s d invagination intestinale aigue dans rest
Cas confirmés d'invagination intestinale aigue dans REST l'âge

Vesikari et aI. NEJM Janvier 2006


Cas confirm s d invagination intestinale aigue dans rest1
Cas confirmés d'invagination intestinale aigue dans REST l'âge

Vesikari et aI. NEJM Janvier 2006



Merck rotateq post licensure safety study
Merck RotaTeq™ l'âgePost-licensure Safety Study

  • Suivi prospectif, actif, observationnel des effets secondaires du vaccin

  • Population à l'étude: Sujets assurés aux USA

    • Cohorte natale ~100,000 / an

    • Cohorte suivie: 44,000 enfants vaccinés

  • Plan d'étude

    • Suivi prospectif des IIA et autres effets secondaires

    • Compare rates to several control groups–30 days post vaccination for each dose

  • Mise à jour: 1,354 ont reçu RotaTeq™ ad T2 2006

    • Suivi au 06-09-30: Aucun cas d'IIA

    • 16,000 l'auront reçu en décembre 2006

Merck. Unpublished data.


Vsd rotateq administration february 14 2007
VSD RotaTeq™ Administration, February 14, 2007 l'âge

  • En date du 14 février 2007, 28,377 immunisations avec le RotaTeq

    • 6 sites participent à l'étude

  • Aucun cas d'invagination intestinale aigue dans les 30 jours suivant la vaccination avec le RotaTeq

ACIP. February 21-22, 2007.


Fda et vaers 13 f vrier 2007
FDA et VAERS – 13 février 2007 l'âge

  • Recommandations:

    • Poursuivre la vaccination des enfants américains

    • Information aux parents

    • La surveillance étroite des effets secondaires est maintenue



Les d fis pos s l immunisation 2 les co ts des vaccins et l quit

Les défis posés à l'immunisation: l'âge2. Les coûts des vaccinset l'équité


Le co t des vaccins
Le co l'âgeûtdes vaccins


Cancers les plus fr quents chez la femme

Pays développés l'âge

Pays en voie de développement

Sein

Col utérin

Ovaire

Endomètre

Colon/rectum

Poumon

Estomac

600

400

200

0

200

400

600

Nombre de cas (milliers)

Cancers les plus fréquentschez la femme

Adapté de Parkin et al, Eur J Cancer 37:S4, 2001


Cancer du col ut rin pid miologie dans le monde
Cancer du col utérin l'âgeÉpidémiologie dans le monde

GLOBOCAN 2002. IARC.


Cancer du col ut rin pid miologie au canada
Cancer du col utérin l'âgeÉpidémiologie au Canada

ASPC-PHAC. Mars 1998


Le virus du papillome humain

N = 12 l'âge

N = 60

Le virus du papillome humain

  • Virus à DNA double brin

  • Le génome viral survit sous forme d'épisome dans la cellule hôte

  • > 200 types

  • Classification selon

    • Tropisme

      • Cutané

      • Muqueux (40 types)

    • Oncogénicité

      • Haut risque (15)

      • Faible risque (12)


Distribution g ographique des s rotypes de vph dans le cancer du col
Distribution géographique des sérotypes de VPH dans le cancer du col

Bosch et al, JNCI, 1995


Synth se d un vaccin vph l1 virus like particle vlp

Gène VPH-L1 cancer du col

Capside virale

vide (VLP)

Réponse immunitaire chez l’hôte

Assemblage

Protéines de la capside

VPH-L1 inséré dans un plasmide

mRNA

Transcription

Traduction

S. cerevisiae

Synthèse d’un vaccinVPH L1 Virus-Like-Particle (VLP)


Gardasil efficacit vaccinale
Gardasil™ cancer du colEfficacité vaccinale



Dans l avenir nous aurons
Dans l'avenir, nous aurons… cancer du col

  • Plus de vaccins…

  • Plus de populations ciblées…

    • Adultes

    • Femmes enceintes et leurs enfants à naître

    • Nouveaux-nés

    • Patients cancéreux, immunosupprimés…

  • Des coûts plus élevés

  • Des vaccins peu onéreux pour le Tiers-Monde

  • Des vaccins toujours sécuritaires

  • Un modèle économique de développement amélioré?


Strat gies modernes de d veloppement vaccinal
Stratégies modernes cancer du colde développement vaccinal


En conclusion
En conclusion… cancer du col

  • De toutes les mesures visant à améliorer la santé humaine, la vaccination reste l’une des plus sécuritaires, et des plus efficientes

  • Aucune autre intervention médicale n'a sauvé autant de vies au cours des siècles.

  • Les effets secondaires des vaccins sont généralement bénins, et très exceptionnellement sérieux.

  • En ce début de siècle, les défis posés à la vaccination ne sont pas que technologiques…

  • La vaccination est un trésor qui doit être partagé, et interpelle notre sentiment d’appartenance à la communauté humaine.


Sources
Sources cancer du col

1. Protocole d’immunisation du Québec. Comité sur l’immunisation du Québec, Direction de la Santé publique du Ministère de la Santé et des Services sociaux, Gouvernement du Québec. 2007. http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/preventioncontrole/immunisation/index.html

2. Guide canadien d’immunisation 2006, Septième édition. Comité consultatif national de l’immunisation, Santé et Bien-être social Canada, 2006.

http://www.hc-sc.gc.ca/pphb-dgspsp/naci-ccni/index_f.html


Merci

Merci! cancer du col

François Boucher MD, FRCPC


Http www boucher cc

http://www.boucher.cc/ cancer du col

François Boucher MD, FRCPC