Le(s) territoires, vecteurs de développement  dans le contexte de la loi consacrée à - PowerPoint PPT Presentation

aliza
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Le(s) territoires, vecteurs de développement  dans le contexte de la loi consacrée à PowerPoint Presentation
Download Presentation
Le(s) territoires, vecteurs de développement  dans le contexte de la loi consacrée à

play fullscreen
1 / 34
Download Presentation
Presentation Description
80 Views
Download Presentation

Le(s) territoires, vecteurs de développement  dans le contexte de la loi consacrée à

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Le(s) territoires, vecteurs de développement  dans le contexte de la loi consacrée à « la refondation de l'Ecole » VETRAZ-MONTHOUX, mercredi 22 janvier 2014 Le Projet Educatif Local 45 rue de Condé – 77260 La Ferté-sous-Jouarre Tel: 01-64-33-34-46 prisme@prisme-asso.org - prisme.reseau@orange.fr www.prisme-asso.org

  2. Projet Educatif Local Projet Educatif Global Projet Educatif Territorial Projet Educatif de Territoire De quoi parle t'on ? Qui en parle ? Pour quoi faire ?

  3. Les évolutions De l'instruction publique à l'éducation partagée et inclusive De l'espace éducatif concerté aux « modes projets » Des services des « affaires scolaires » au pôle Education Des élus en charge des « affaires scolaires » aux élus initiateurs des villes éducatrices puis co-auteurs de territoires apprenants Des Contrats Educatifs Locaux aux Projets Educatifs Territoriaux, moteurs de la refondation de l'Ecole

  4. De l'égalité des chances à la « réussite éducative, culturelle et sociale » ...et à l'Ecole inclusive via le Projet Educatif de Territoire ? De nécessaires interrogations pour s'engager dans la démarche Quelle(s) visée(s) de transformation sociale par l'action éducative globale sur le(s) territoire(s)? Quelles co-constructions partenariales entre l'Etat,les collectivités territoriales, les associations, les acteurs de l'éducation et du social, de l'économie...? Quelles conséquences internes pour la ville et ses services ? Et surtout quelles ambitions éducatives, sociales et culturelles pour les enfants, leurs familles et le territoire ? 4

  5. Le développement local à caractère d’éducation - Considérer le PEdT comme levier du projet de développement du territoire - S'inscrire dans la démarche des villes éducatrices pour assurer le rayonnement de l'ensemble des acteurs - Transformer les contraintes en ressources pour le territoire et les valoriser 5


  6. Problématique générale La continuité éducative se construit dans des actions concertées entre les acteurs éducatifs, au croisement des espaces (écoles, péri scolaires, familles) et des temps de vie de l’enfant (journaliers, hebdomadaires, annuels), inscrite dans le temps long de sa construction personnelle. Une politique éducative prend en compte les parcours de l’enfantet du jeune et sa famille dans toutes ses dimensions, sociales, psychologiques, sanitaires et culturelles. La démarche de projet éducatif local affirme le postulat de co-éducation dynamique en responsabilité partagée, construite dans un partenariat fort entre les acteurs concernés. 6

  7. Dans une démarche de co –construction des savoirs il convient de : - Réfléchir sur l’éducation dans sa globalité dans le but d’évaluer la pertinence, l’efficacité et l’efficience des dispositifs existants et connaître les corrections et améliorations à apporter - Analyser les besoins actuels et potentiels des usagers et partenaires (parents, enfants, intervenants, responsables et élus, autres institutions)   - Adapter les fonctionnements des espaces éducatifs pour améliorer l’articulation des temps sociaux, professionnels et familiaux - Définir une politique « enfance(s)- jeunesse(s) assurant à la fois les besoins de protection sociale et sanitaire avec une visée émancipatrice des enfants-jeunes de 3 à 18 ans dans une visée permettant l’égal accès au droit d’apprendre et se former tout au long de la vie 7

  8. Dans l’objectif d’ : - Harmoniser l’action éducative des différents acteurs du territoire (écoles, familles, associations, institutions publiques, collectivités territoriales, personnes qualifiées…) dans une recherche de « coopération bienveillante et de solidarité »  entre intervenants dans le champ de l’éducation au sens large du terme, pour dépasser le « face à face » et passer au « côte à côte », et aller au « faire ensemble » - Améliorer la lisibilité des actions conduites sur le territoire - Utiliser tout le potentiel humain et matériel disponible en occupant l’espace selon les compétences et aspirations de chacun - Se servir d’autres dispositifs pour optimiser ces moyens et de fait, investir d’autres missions - Proposer des services adaptés aux besoins de tous 8

  9. Co-produire de l’intelligence territoriale favorisant la mise en réseaux et les dynamiques sociales - modifier les rapports sociaux entre les personnes et les institutions en regard de l'instruction/éducation/socialisation/ prévention... - coordonner les différentes réponses apportées séparément par les institutions 9

  10. Des constats et des évolutions - Accroissement des inégalités sociales et culturelles - Décentralisation des compétences des collectivités locales - Modification des rapports Etat/Collectivités Territoriales - Demande sociale des familles de protection, d'insertion... - Tendance au mouvement de scolarisation de l'espace social et de socialisation de l'espace scolaire - Marchandisation en marche de l'éducation 10

  11. Conséquences et enjeux - La question de la cohérence et l'articulation entre le national et le local - Des coopérations locales souvent intenses mais limitées sur le fond - « Les numériques » qui modifient les supports éducatifs et leur diffusion, mais aussi la circulation et la production des savoirs entre les divers acteurs de la communauté éducative 11

  12. Des questions incontournables -Quelle place dans la société pour tous les producteurs de savoirs et quelles articulations entre eux? • Quelle diffusion et quel partage des savoirs produits pour créer du lien social? • Quelle formation spécifique promouvoir pour que chaque citoyen puisse être un acteur de la société de la connaissance? • Par qui doivent-être assurées les différentes fonctions • éducatives? • Pour quels besoins reconnus? 12

  13. LE CADRE D'ANALYSE 13

  14. Pour ce faire, réunir les données relatives : - Les données scolaires  - Les actions de politique de la ville - Les données sociales - La vie associative éducative - Le développement économique - L’action culturelle - La situation sanitaire locale des jeunes  14

  15. Agir avec et pour les parents au bénéfice des enfants • Considérer les parents comme des acteurs de la réussite scolaire de leurs enfants - améliorer les relations entre parents d'élèves et équipes éducatives • préparer les rentrées scolaires à chaque niveau de la scolarité (école primaire, collège, lycée) • améliorer l'accueil des parents au sein des établissements par l'installation de lieux dédiés à l'accueil, à l'écoute et aux échanges et de la « communication événementielle » - aider les parents dans leur responsabilité de parents d’élève - conforter les parents d'élèves délégués dans leur rôle 15

  16. Reconnaître valoriser et accompagner des métiers spécifiques - valoriser les métiers, définir les nouveaux métiers, mobiliser les compétences et les savoirs faire -allier les politiques urbaines et les politiques éducatives Allier les politiques urbaines et les politiques éducatives -adapter les locaux et installer l’école, le collège le lycée au cœur de la cité 16

  17. : Optimiser la mise en synergie de tous les acteurs de l'Education pour mieux travailler ensemble -repenser la gouvernance pour rendre plus cohérents les dispositifs et mieux coordonner les acteurs • pluri-annualiser les budgets pour pérenniser les moyens et répondre aux besoins du terrain -s'accorder sur une méthodologie permettant le partage d'informations nécessaires -organisation par fonctions 17

  18. 18

  19. LA REFONDATION DE L’ECOLE LE NOUVEAU TEMPS SCOLAIRE QUEL IMPACT POUR VETRAZ-MONTHOUX

  20. REFONDATION DE L’ECOLE DE LA REPUBLIQUE LES OBJECTIFS LA REUSSITE SCOLAIRE POUR TOUS LES ELEVES AU CŒUR DE LA REFONDATION REFONDATION DE L’ECOLE UN SYSTÈME EDUCATIF JUSTE ET EFFICACE DES PERSONNELS FORMES ET RECONNUS 20

  21. REFONDATION DE L’ECOLE DE LA REPUBLIQUE DES ACTIONS CONCRETES PROJET DE LOI POUR LA REFONDATION DE L’ECOLE Passée en Conseil des Ministres le 23 janvier 2013 Examen au parlement fin mars/ début avril 2013 Organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires (Décret 2013-77) Dispositif « plus de maîtres que de classes » (circulaire 2012–201) Scolarisation des Enfants de – 3 ans (circulaire 2012-202) 21

  22. REFONDATION DE L’ECOLE DE LA REPUBLIQUE DES ACTIONS CONCRETES OUTRE LA QUESTION DES RYTHMES SCOLAIRES qui en fait partie, la refondation de l’école débouche sur une Loi PROGRAMMATIQUE dont on ne peut qu’apprécier positivement les mesures après 5 années très défavorables au SERVICE PUBLIC DE L’EDUCATION. • Des mesures d’urgence dès la rentrée de septembre 2012 (1000 postes d’enseignants supplémentaires, 18 000 personnels contractuels recrutés (AVS, EVS…), revalorisation de 25% de l’Allocation de Rentrée Scolaire (ARS)). • 43 000 postes créés en 2013 pour: • dispositif « plus de maîtres que de classes » = 7 000 postes • compenser TOUS les départs à la retraite • scolariser les enfants de – 3 ans = 3 000 postes • permettre la formation initiale  Rétablissement de la formation des enseignants 22

  23. ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE  RYTHMES DE L’ENFANT DES CONSTATS RYTHMES SCOLAIRES: UN DEBAT ANCIEN • Dès les lois Jules Ferry (1894), le calendrier scolaire a été élaboré en fonction des contraintes de la société. • les vacances d’été permettaient aux enfants d’aider aux travaux agricoles • le jeudi sans école autorisait la pratique de la catéchèse • Durant les 30 glorieuses: • le développement d’une société du temps libre et du tourisme • instauration des trois zones (A, B ou C). AINSI DE 1894 à 1968, LE TEMPS D’ECOLE EST PASSE DE 1338H à 1080H/AN 23

  24. ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE  RYTHMES DE L’ENFANT DES CONSTATS RYTHMES SCOLAIRES: UN DEBAT ANCIEN • 1969: suppression du SAMEDI APRES MIDI • passage de 30h d’enseignement à 27h • passage de 1080h d’enseignement à 975h/an • 2008: suppression du SAMEDI MATIN • passage de 975h/an à 864h/an (6h x 4 jours x 36 semaines) • s’ajoutent 60h/an d’aide personnalisée auprès des élèves qui rencontrent des difficultés. AINSI DE 1894 à 2008, LE TEMPS EN FACE A FACE ELEVE/ ENSEIGNANT EST PASSE DE 1338h à 864h/an SOIT UNE BAISSE DE 30% 24

  25. Moyenne / UE 765h / an 184 jours Autriche 690h / an 180 jours Corée du sud 612h / an 220 jours TEMPS SCOLAIRE EN FRANCE 864h / an 144 jours / an Espagne 833h / an 176 jours Danemark 701h / an 200 jours Allemagne 635h / an 193 jours Angleterre 893h / an 190 jours Finlande 608h / an 188 jours ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE  RYTHMES DE L’ENFANT DES CONSTATS 25

  26. ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE  RYTHMES DE L’ENFANT LES CONSTATS Pour l’ensemble des chrono biologistes (H.MONTAGNER, F. TESTU,… C. LECONTE…) cette concentration du temps (beaucoup d’heures sur peu de jours d’école); mais aussi les FRACTURES dans la semaine (mercredi – week end) sont NEFASTES AUX APPRENTISSAGES Même si la question des rythmes scolaires ne peut à elle seule tout expliquer, le programme PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des étudiants) qui mesure les « performances » des systèmes éducatifs des pays de l’OCDE montre que la France est en DESSOUS DE LA MOYENNE dans les 3 DISCIPLINES MESUREES. (Lecture – Mathématiques – Sciences) 26

  27. 45% SOMMEIL TEMPS ANNUEL DE L’ENFANT Partage des temps et des compétences sur 8760h / an 9% MULTI MÉDIAS 11% ECOLE 23% TEMPS LIBRE ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE  RYTHMES DE L’ENFANT LES CONSTATS LA CO EDUCAT ION 12% ACTIVITÉS 27

  28. ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE  RYTHMES DE L’ENFANT LES OBJECTIFS DE LA REFORME TROIS OBJECTIFS ESSENTIELS ET PARTAGÉS DE TOUS LE CLIMAT DANS ET HORS DE L’ECOLE L’EFFICACITÉ DE L’ECOLE LES TEMPS DE VIE DE L’ENFANT UNE RÉFORME POUR MIEUX APPRENDRE ET FAVORISER LA RÉUSSITE DES ELEVES 28

  29. UNE REFORME POUR MIEUX APPRENDRE ET FAVORISER LA RÉUSSITE DES ÉLÈVES REVENIR A UNE SEMAINE DE QUATRE JOURS ET DEMI afin de répartir au mieux les 24 heures d’enseignement. Passer de 144 à 180 jours (144 journées complètes + 36 demi-journées) Passer de 6 heures par jour à 5 heures 30 minutes maximum Pas plus de 3 heures 30 minutes par demi-journées Alterner 7 semaines d’écoles et 2 semaines de vacances 29

  30. UNE RÉFORME POUR MIEUX APPRENDRE ET FAVORISER LA RÉUSSITE DES ELEVES METTRE EN APPLICATION LES PRÉCONISATIONS DES CHRONO BIOLOGISTES : Les conditions d’apprentissages sont plus ou moins bonnes selon l’heure de cours. 30

  31. UNE RÉFORME POUR MIEUX APPRENDRE ET FAVORISER LA RÉUSSITE EDUCATIVE AVOIR UNE APPROCHE GLOBALE DU TEMPS DE L’ENFANT, en articulant au mieux les temps scolaires et périscolaires. Considérant que certains enfants restent 12h par jour en collectivité (7h du matin à 19h le soir) entre l’école et les accueils périscolaires (municipaux, associatifs etc..) Considérant que les parents peuvent ou pas venir les chercher sur le temps du midi…à 16h30… Considérant les temps partiels de nombreux parents et l’impact d’une demi journée. AU REGARD DE L’ENJEU, UN PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL (PEdT) SERA CONSTRUIT AVEC LES DIFFÉRENTS ACTEURS. 31

  32. UNE REFORME POUR MIEUX APPRENDRE ET FAVORISER LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE LES PRINCIPES FIXÉS PAR LE CADRE RÉGLEMENTAIRE NATIONAL (loi – décrets – Circulaire) Une semaine de 9 demi-journées incluant le mercredi matin pour un total de 24h. Une journée d’enseignement de 5h30 maximum, avec une demi-journée ne pouvant excéder 3h30 et une pause méridienne d’1h30 minimum. 36 heures annuelles d’Activités Pédagogiques Complémentaires (APC) qui seront assurées par les enseignants. • nécessitent l’accord préalable des parents • apportent une aide aux élèves rencontrant des difficultés et/ou accompagnent le travail personnel des élèves (ne concernent pas la classe entière). 32

  33. ORGANISATION DU TEMPS SCOLAIRE  RYTHMES DE L’ENFANT Mars 2013 . LE TEMPS DE L’INFORMATION ET DE LA COMPREHENSION PARTAGEE LE TEMPS DE LA REFLEXION ET DE LA CONCERTATION LE TEMPS DE LA DECISION LE TEMPS DE LA PREPARATION A LA MISE EN OEUVRE APPLICATION 33

  34. REFONDATION DE L’ÉCOLE  RYTHMES DE L’ENFANT OUTRE LE MERCREDI (et OU LE SAMED)I, LES AUTRES VARIABLES ORGANISATIONNELLES A CONSIDÉRER DANS LE RÉAMÉNAGEMENT DE LA SEMAINE Actuellement 8h30 L’ouverture de l’école le matin Demain 8h30 – 8h45 -9h? Actuellement 16h30 La fin de l’école l’après-midi Demain 16h30 – 16h -15h30? Actuellement 7h30 – 18h30 Les horaires de l’Enfance les mercredis et vacances Actuellement 2h Le temps de la pause méridienne Demain 1H30 -2h – 2h15 – 2h30? Matin? TAP / APC Midi ? Après-midi? Le positionnement des études surveillées avec une incidence directe sur la participation des enseignants 34