dialogue et web la th orie des r les fonctionnels n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Dialogue et WEB : la théorie des rôles fonctionnels PowerPoint Presentation
Download Presentation
Dialogue et WEB : la théorie des rôles fonctionnels

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 51

Dialogue et WEB : la théorie des rôles fonctionnels - PowerPoint PPT Presentation


  • 100 Views
  • Uploaded on

Dialogue et WEB : la théorie des rôles fonctionnels. Violaine Prince. La structuration du dialogue. Hypothèses : Agents rationnels Ayant un objectif (résolution de problème) Situation de « besoin » : moyens propres insuffisants pour la résolution => nécessité d ’amorcer un dialogue.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Dialogue et WEB : la théorie des rôles fonctionnels' - akasma


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
la structuration du dialogue
La structuration du dialogue
  • Hypothèses :
    • Agents rationnels
    • Ayant un objectif (résolution de problème)
    • Situation de « besoin » : moyens propres insuffisants pour la résolution => nécessité d ’amorcer un dialogue
la structuration du dialogue1
La structuration du dialogue
  • Propriétés :
    • Le dialogue est un ensemble de tours de parole alternatifs
    • Il a une ouverture et une clôture
    • Il possède une structure avec des aspects récurrents => « grammaire de dialogue » de l ’Ecole de Genève
graphe du processus
Graphe du processus

Prince et Pernel 1994

Formelle ou induite

Par un tour de parole

ouverture

Intervention

Paires

« adjacentes »

(Schlegoff

Et Sachs 1973)

Intervention

Evaluation

Formelle ou brutale

clôture

commentaires
Commentaires
  • Les interventions peuvent induire des boucles imbriquées
  • L ’évaluation se fait par l ’un ou les deux agents (vs Roulet et Moeschler)
  • Elle porte, à ce niveau de granularité, sur la satisfaction du but initial.
structuration du dialogue
Structuration du dialogue
  • Avoir une grammaire du dialogue, pourquoi faire ?
  • Structuration a posteriori, par analyse humaine, peu prédictive.
  • Autres théories :
    • les théories de croyance
    • Les états mentaux
    • Les rôles fonctionnels
croyances et intentions
Croyances et Intentions
  • Cohen et Perrault, Mc Coy et Cheng.
  • Principes :
    • Chaque agent a un système de croyances et des intentions.
    • Quand il communique, l ’intervention est transformée à l ’aide de modaux de croyance
    • L ’acte de langage est transformé en intention.
exemple
Exemple
  • A quelle heure part le train pour Lyon ?
    • Croit (A,P) /ETAT INFERE DE A/
    • P : $t ( train (t) & destination (t, « Lyon ») & Datedepart (t, « aujourd ’hui ») & Heuredepart (t, x))
    • ¬sait (A, x) /BESOIN/
    • Résolution de la négation : Veut (A, x)
commentaire
Commentaire
  • Marche pour les interventions de type « demande d ’information ».
  • Comment représenter :
    • « Pouvez-vous préciser s ’il vous plaît ? »
  • Réécriture de l ’intervention (pas de recul)
les tats mentaux jonhson laird
Les états mentaux (Jonhson Laird)
  • Application au dialogue entre agents : très peu courante, mais les théories sur les agents (Moses et Halpern, Fagen et Vardi…) sont curieusement proches.
  • Chaque agent a un état mental (i.e. valeur des variables de son système de connaissances) donné. Soit g le système de connaissances d ’un agent.
les tats mentaux jonhson laird1
Les états mentaux (Jonhson Laird)
  • Résolution d ’un problème pour agent A
    • A ne possède pas la connaissance c
    • B possède la connaissance c.
  • Le dialogue a pour objectif de modifier l ’état de A qui :
    • Doit acquérir c
    • A un modèle de B qu ’il met à jour
les tats mentaux jonhson laird2
Les états mentaux (Jonhson Laird)
  • Le dialogue modifie l ’état de B qui a un modèle de A et le met à jour.
  • Le dialogue atteint son but quand :
    • A signale qu ’il a acquis c et clôture le dialogue).
  • Système à double modalité (Perrault)
    • Modèle de A sur B : Croit(A (sait( B, c)))
    • Modèle de B sur A : Croit(B(veut (A, c)))
les tats mentaux jonhson laird3
Les états mentaux (Jonhson Laird)
  • L ’énonciation fait l ’objet d ’une croyance commune (axiome) sur les connaissances
    • Demande (X, w) => ¬sait (X,w)
  • Et sur les intentions
    • Demande (X, w) => veut (X,w)
  • Après énonciation d ’une demande :
    • Modèle de A sur B : Croit(A (sait( B, c)))
    • Modèle de B sur A : Croit(B(sait (A, x))) Ù Croit (B (¬sait (A,c)) )Ù Croit (B (veut (A,c)))
slide14
Si B est coopératif et qu ’il possède c alors l ’intervention de B sera
    • Asserte (B,c)
    • Cette assertion est évaluée par A (en principe automatiquement si non dysfonctionnement)
  • Etats mentaux de A et de B après l ’intervention de B :
    • A : g (A) U c
      • Modèle de A sur B : Sait (A (sait (B,c)))
    • B : g (B)
      • Modèle de B sur A : croit (B (sait (A,c)))
slide15
B peut éventuellement transformer sa croyance en connaissance en :
    • demandant une confirmation (évaluation demandée)
    • En recevant une évaluation positive et une clôture de la part de A (évaluation obtenue).
  • A : « merci beaucoup ».
    • Modèle de B sur A : Sait (sait (A,c)).
commentaires1
Commentaires
  • L ’évaluation a un rôle important (complétude interactionnelle, satisfaction, (Trognon, Brassac, Ghiglione…)).
  • L ’évaluation a une expression ambiguë :
    • Clôture par satisfaction ou non (jugement négatif sur la capacité à donner l ’information)
    • Fin brutale
  • L ’évaluation est constante.
th orie des r les fonctionnels
Théorie des rôles fonctionnels
  • Théorie inédite.
  • Hypothèses :
    • Le dialogue est un processus de réparation d ’une situation inconfortable (Goffman 1977)
    • La réparation réussit si la situation est modifiée
    • Le processus échoue si la situation n ’est pas changée.
    • Il suppose la coopération entre les agents : chacun va essayer de modifier la situation de son mieux
th orie des r les fonctionnels1
Théorie des rôles fonctionnels
  • Situation « inconfortable » :
    • Un des agents doit acquérir une connaissance par l ’extérieur (non dérivation, non disponible dans l ’environnement)
    • Pour modifier la situation il énonce son besoin ou il a un rôle qui l ’énonce
  • Tout agent qui s ’adresse à un autre croit que l ’autre possède la connaissance manquante ou peut l ’aider à l ’obtenir.
th orie des r les fonctionnels2
Théorie des rôles fonctionnels
  • Application aux dialogues de :
    • Recherche d ’information
    • Éducatifs (situation « élève »)
    • Diagnostic (résolution de problème)
  • Non parité de rôle des agents
th orie des r les fonctionnels3
Théorie des rôles fonctionnels
  • Conséquence des hypothèses :
    • Chaque agent a un modèle de l ’autre
    • Et un modèle du rôle de chaque intervention dans le dialogue
  • Le modèle de dialogue n ’est pas extérieur aux agents. Il est instancié par chacun d ’entre eux. Et c ’est la recherche de la consistance (logique) des instances qui est la condition de réussite du dialogue.
th orie des r les fonctionnels4
Théorie des rôles fonctionnels
  • Modèle en trois éléments pour chaque agent:
      • Modèle de agent A1 sur A2
      • Modèle de agent A1 sur état dialogue.
      • Attend A1 (de A2).
  • Deux opérations possibles sur son propre état des connaissances
      • Examiner (nomagent, etat) : examen de toute la BC. permet de décider s ’il est satisfait. Amorce le raisonnement.
      • Check(nomagent, valeur- variable) : permet à l ’agent de savoir s ’il peut fournir une information
th orie des r les fonctionnels5
Théorie des rôles fonctionnels
  • Pas de croyances communes.
  • Modaux : croit (X, x) , sait (X,x)
    • l ’agent X croit l ’énoncé (logique) x.
  • Actions sur le langage :
    • asserter (X, p) => X dit p
    • générer (Croit (X, role (p)) => X répond p et X croit que p a un rôle donné.
th orie des r les fonctionnels6
Théorie des rôles fonctionnels
  • Les rôles sont assignés à une intervention p.
  • Exemple :
    • demander -information (A, v) est un rôle attribué à l ’intervention p de A qui est de la forme :
      • Pouvez -vous me dire où se trouve la gare ?
      • Demander-information (A, emplacement) Ù Objet (emplacement, « gare »)
th orie des r les fonctionnels7
Théorie des rôles fonctionnels
  • Les rôles sont assignés à une intervention p
  • Par chacun des intervenants
      • Pouvez -vous me dire où se trouve la gare ?
        • A croit qu ’il demande une information en posant cette question
        • (Croit (A, (Demander-information (A, emplacement) Ù Objet (emplacement, « gare »)))
      • En recevant cette question, B doit lui assigner un rôle. Si tout se passe bien, on a :
        • Croit (B, (Demander-information (A, emplacement) Ù Objet (emplacement, « gare »))
th orie des r les fonctionnels8
Théorie des rôles fonctionnels
  • On sait si tout se passe bien grâce au 3eme élement : l ’attente.
    • Si demander-information (A,v) alors
    • Attente : <= donner-information (B,v)
  • L ’attente est le mécanisme par lequel l ’agent va affecter un rôle à l ’intervention de son interlocuteur.
th orie des r les fonctionnels9
Théorie des rôles fonctionnels
  • L ’intervention réponse est donc évaluée par rapport à l ’attente.
  • Si elle est satisfaisante, alors deux actions sont possibles
    • Clôture (locale ou globale) par une assertion de la satisfaction
    • Changement de thème (demande complémentaire sur un autre sujet).
th orie des r les fonctionnels10
Théorie des rôles fonctionnels
  • L ’intervention réponse est donc évaluée par rapport à l ’attente.
  • Si elle n ’ est pas satisfaisante, alors il existe plusieurs stratégies :
    • Une stratégie insistante : les tours de parole réparent l ’inconfort dû au dialogue (structures récursives)
    • Une stratégie de rupture brutale : reconnaissance de l ’échec.
exemple de m a j des mod les
Exemple de m.a.j. des modèles
  • A :A quelle heure part le train pour Lyon ?
      • Modèle de A sur B : Croit (A , sait (B, heuredépart))
      • Modèle de A sur état dialogue : Générer (Croit (A, Demander-information (A, heuredépart)))
      • Attend: Donner-information (B, heuredépart).
  • B après intervention de A :
      • Modèle de B sur A : Croit (B, demander-information (A, heuredépart))
      • Modèle de B sur état dialogue : Croit (B, (Demander-information (A, heuredépart) => ¬sait (A, heuredépart) Ù besoin (A, heuredépart)) => générer (croit (B, Donner-information (A, heure départ))).
      • Check(B,heuredépart) => =(heuredépart, 13)
      • Attend : Asserte (A, satisfaction) ou ¬ = (Thème (interventionA, heuredépart).
exemple1
Exemple
  • B :A 13 heures.
        • Modèle de B sur état dialogue : Croit (B, (Donner-information (A, heure départ)) => Croit (B,satisfait (A)).
        • Modèle de B sur A : Croit (B, Sait (A, heuredépart))
        • Attend : Asserte (A, satisfaction) ou ¬ = (Thème (interventionA, heuredépart).
  • A en recevant l ’intervention de B :
        • Modèle de A sur état dialogue : = (réponseB,Croit (A, Donner-information (A, heuredépart) )?
          • Si true, alors satisfait (A) => Examiner (Etat A)
        • Modèle de A sur B : B coopératif.
exemple2
Exemple
  • Evaluation par A de son propre Etat par rapport à l ’inconfort de la situation : examiner (Etat A)
    • A peut-il résoudre le problème ?
      • Si oui alors Générer (Asserte (A, satisfaction-totale)
      • Sinon : Modèle de A sur B :
        • Croit (A (sait (B, quaidépart))
        • Modèle de A sur état dialogue : Générer (Croit (A,Asserte (A, satisfaction))) & Générer ((Croit (A, Demander-information (A, quai-départ)))
        • Attend : Donner-information (B, quaidépart)
exemple3
Exemple
  • A : merci, savez-vous sur quel quai ?
  • B après intervention de A :
        • Modèle de B sur état dialogue : Instanciation attente ?
          • Attente satisfaite.
        • Modèle de B sur A : Croit (B, demander-information (A, quaidépart)=>¬sait (A, quaidépart) Ù besoin (A, quaidépart) => générer (Donner-information (A, quaidépart)).
        • check (B, quaidépart) => false. => générer (Asserte (¬sait (b, quaidépart).
        • Utilisation de l ’axiome de résolution de l ’absurdité (voir formalisation ultérieure).
        • Attend : sait (A, (¬sait (B, quaidépart)) Ù ¬satisfait (A) Ù clôture (dialogue).
exemple4
Exemple
  • B: désolé, je ne sais pas.
        • Modèle de B sur état dialogue : Asserte (¬sait (b, quaidépart) => echec (dialogue).
        • Modèle de B sur A : Croit (B, ¬satisfait (A)).
        • Attend : sait (A, (¬sait (B, quaidépart)) Ù ¬satisfait (A) Ù clôture (dialogue).
  • A : tant pis, merci.
        • Modèle de A sur le dialogue := (réponseB, donner-information (B, quaidépart)) ? Non.=> ¬satisfait (A) =>
        • Générer (croit (A, asserte (regret (A)) Ù clôture (dialogue))).
        • Modèle de A sur B : sait (B, heuredépart) Ù ¬sait (B, quaidépart).
        • Attend : nil.
commentaires2
Commentaires
  • Le dialogue n ’a pas complètement échoué : réparation partielle. => mémoire de l ’interaction pour indiquer le succès partiel.
  • Stratégies abductives de réparation :
    • Exemple :
      • B ne sait pas sur quel quai est le train, mais B sait que l ’on affiche le quai seulement 20 minutes avant le départ. => relâchement de contrainte : quai =>moment de l ’affichage du numéro de quai.
modification du dialogue
Modification du dialogue
  • Etat de départ :
    • A : merci, savez-vous sur quel quai ?
    • B après intervention de A :
        • Modèle de B sur état dialogue : Instanciation attente ?
          • Attente satisfaite.
        • Modèle de B sur A : Croit (B, demander-information (A, quaidépart)=>¬sait (A, quaidépart) Ù besoin (A, quaidépart) => générer ( croit (B, Donner-information (A, quaidépart))).
        • check (B, quaidépart) => false. => générer (Asserte (¬sait (b, quaidépart).
modification du dialogue1
Modification du dialogue
  • Stratégie abductive :
        • SEQUENCE MODIFIÉE.
        • check (B, quaidépart) => false. => Examiner (B, état). Algorithme :
          • Chercher toutes les rubriques telles que r ◊ quaidépart. Check(B,r).
          • Pour une valeur r0 de r => générer (Asserte (¬sait (b, quaidépart) Ù Asserte (sait (B, r0) Ù Asserte (sait ( B, r0 ◊ quaidépart)).
          • Instance : heure-affichagequai ◊ affichagequai ◊ quaidépart.
          • Check (B, affichagequai) => false.
modification du dialogue2
Modification du dialogue
  • Stratégie abductive :
        • SEQUENCE MODIFIÉE ( suite)
        • Check(B, heureaffichagequai) => = (heureaffichagequai, heuredépart -20mn)
        • Modèle de B sur A: Sait( B, sait (A, heuredépart)) =>croit (B, sait( A heuredépart-20mn)).
        • Modèle de B sur le dialogue : générer (croit (B, donner-information (sait !(B, = ( heureaffichagequai, heuredépart - 20mn)))))
        • Attend : sait (A, (¬sait (b, quaidépart)) Ù sait (A, heureaffichagequai) Ù sait (A, heureaffichagequai ◊ quaidépart) Ù satisfait (A) Ù clôture (dialogue).
      • Sait! : sait-unique. Pas d ’info autre possible.
modification du dialogue3
Modification du dialogue
  • B: non, mais je sais que le numéro de quai n ’est affiché que 20 mn avant le départ.
        • Modèle de B sur le dialogue : croit (B, Donner-information (¬sait (B))) Ù générer (croit (B, donner-information ( sait ! (B, = ( heureaffichagequai, heuredépart - 20mn))))
        • Attend : sait (A, (¬sait (b, quaidépart)) Ù sait (A, heureaffichagequai) Ù sait (A, heureaffichagequai ◊ quaidépart) Ù satisfait (A) Ù clôture (dialogue).
  • A: merci beaucoup.
    • Examiner (A, etat) => satisfait (A) & fin.
modification du dialogue4
Modification du dialogue
  • L ’assertion de A modifie les modèles de B:
        • Modèle de B sur le dialogue : attente satisfaite ?
        • Attente partiellement satisfaite.
        • Application de la règle de clôture (voir formalisation), fin dialogue.
        • Modèle de B sur A : sait (A, (¬sait (b, quaidépart)) Ù sait (A, heureaffichagequai) Ù sait (A, heureaffichagequai ◊ quaidépart) Ù satisfait (A) Ù clôture (dialogue).
        • Attend : nil.
commentaires3
Commentaires
  • Un agent est coopératif d ’autant plus qu ’il essaie de réparer par le dialogue une situation d ’inconfort.=> algorithme de relâchement de contraintes
  • On suppose que les agents possèdent tous l ’axiome de déduction.
  • L ’étude de la consistance des modèles des agents est relativement facile quand l ’attente est satisfaite.
axiomes utilis s
Axiomes utilisés
  • Règle de clôture : règle conversationnelle (dite de complétude)
    • si asserte (A, satisfaction) et asserte (A, clôture (dialogue) alors
      • Pour toutes les règles où ces deux formules sont dans une conjonction, rendre vrais par défaut les autres éléments de la conjonction.
      • Clôture (dialogue ) Ù satisfait (A) ÷= P, ™ P / Attente : P Ù Clôture (dialogue ) Ù satisfait (A)
axiomes utilis s1
Axiomes utilisés
  • Règle de « qualité » ( un agent ne fournit que les connaissances qu ’il possède)
    • Ou règle de résolution de l ’absurdité
      • Demander-information (X, v) Ù ¬sait (Y, v) =>
      • ¬generer (donner-information (Y,v))
    • Munie de la règle de coopération (dire qu ’on ne sait pas)
      • Demander-information (X, v) Ù ¬sait (Y, v) => generer (¬sait (Y, v) )
commentaires4
Commentaires
  • Le problème apparaît quand une intervention ne possède pas le même rôle vue depuis l ’émetteur et depuis le récepteur.
  • Exemple :
      • P : L ’accélération de la chute des corps est constante.
      • E : Je n ’ai pas compris. Pouvez vous expliquer ?
      • P : Sur terre elle vaut g.
      • E :Oui mais encore ?
vue du dialogue
Vue du dialogue

P

E

Donner-

connaissance

Connaissance non

assimilable =a

L ’accélération de la chute

Des corps est constante

Asserter (a)

Demander explication

Je n ’ai rien compris.

Pouvez-vous expliquer

Demander-

explication

Sur terre

Elle vaut g

Génerer (explication)

=>Générer (exemple)

(réponseB,

explication) => false.

Demander précision

Oui mais encore ?

commentaires5
Commentaires
  • Dialogue « éducatif » avec manifestement des problèmes de satisfaction dus à la non interprétation commune par les deux agents du rôle d ’une intervention.
    • « sur terre elle vaut g » est une explication dans l ’esprit de P, et n ’est pas consistant avec le système de connaissances de E donc ce n ’est pas une explication pour E.
types des r les fonctionnels
Types des rôles fonctionnels
  • Demander /donner -information
  • Demander/donner -connaissance
  • Demander /donner -explication
  • Demander /donner -reformulation
  • Demander /donner -précision
  • Demander/donner-exemple
coh rence
Cohérence
  • Role/A (réponseB) = Role/B (réponseB) ?
  • Si A attend une explication et B fournit ce qu ’il croit être une explication et qui n ’est pas interprétée comme telle par A ,
  • Le dialogue ajoute à l ’inconfort de la situation
  • Il faut donc commencer par réparer l ’inconfort dû au dialogue.
strat gies
Stratégies
  • Stratégie insistante :
  • Ordonner les demandes par portée décroissante
      • Reformulation (sur toute l ’intervention : crainte d ’une erreur de codage)
      • Explication (d ’une conclusion ou d ’un fait)
      • Exemplification (valeur d ’une instance)
      • Précision (sur l ’existence d ’un attribut, ou sa valeur)
exemples
Exemples
  • Reformulation :
      • A quelle her paet le train pv lyon ?
      • Pouvez-vous reformuler s ’il vous plait ?
  • Explication
      • Une fièvre de plus de 39° doit être traitée.
      • Pourquoi ?
exemples1
Exemples
  • Exemple :
      • La relation d ’équivalence est réflexive, symétrique, transitive.
      • Pouvez-vous donner un exemple ?
      • L ’égalité.
  • Précision :
      • Je veux louer une voiture.
      • Pour quelle période ?
commentaires6
Commentaires
  • Les choix stratégiques peuvent être multiples
    • Là où s ’attend à une demande d ’explication, l ’agent peut demander une reformulation, ou seulement une précision.
  • Ils peuvent être dirigés par un souci de circonscrire la bonne réponse.
        • Je veux un restaurant chinois dans le 13eme arrondissement de Paris.
        • Il y en a plus de 300. Pouvez vous précisez le quartier ?
conclusion sur le mod le des r les fonctionnels
Conclusion sur le modèle des rôles fonctionnels
  • C ’est une approche plus prédictive (à base d ’attente)
  • Elle tient compte des dysfonctionnements (réparation)
  • L ’assignation de rôle aux interventions est relative (à l ’agent qui émet/reçoit)
  • Il n ’y a que très peu de croyances communes supposées
  • Elle s ’intéresse non pas à la structure du dialogue mais au but de celui-ci.