Les ufs les ovoproduits
Download
1 / 24

LES ŒUFS LES OVOPRODUITS - PowerPoint PPT Presentation


  • 150 Views
  • Uploaded on

LES ŒUFS LES OVOPRODUITS. L’œuf cette merveille.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' LES ŒUFS LES OVOPRODUITS' - adanna


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Les ufs les ovoproduits

LES ŒUFS LES OVOPRODUITS


L uf cette merveille
L’œuf cette merveille

  • L’œuf attire les superlatifs. Il est toujours à portée de main, et il lui suffit de quelques minutes d’apprêt pour passer du garde manger sur votre table. Avec une égale facilité, l’œuf fournit matière du hors d’œuvre au dessert en passant par le plat principal. Il possède une forme parfaite. Et ce qui n’est pas le moindre de ses mérites, l’œuf est une denrée si nutritive qu’il sert d’étalon aux diététiciens pour mesurer toutes les autres protéines comestibles.


  • Les œufs font partie de notre régime alimentaire depuis l’origine des temps. L’homme primitif tirait sans doute une part importante de sa subsistance des œufs d’oiseaux sauvages ; aujourd’hui encore les dernières tribus sauvages vivent encore de cette cueillette. Cependant dès 2500 ans av J.C. la domestication des volailles assura un ravitaillement plus sûr et à partir de cette époque, la poule domestique commune se répandit dans tous les coins du monde.


  • Comme la poule est par nature une pondeuse prolifique, un élevage permit d’intensifier sa production jusqu’à 200 œufs par an ou davantage.. En comparaison une oie ne pond que 15 à 30 œufs par an. Jusqu’à la fin du siècle dernier, libre de courir à sa guise, la poule était la seule productrice d’œufs de ferme. Mais, vers 1920, les méthodes industrielles d’élevage firent leur apparition aux Etats Unis puis s’étendirent à l’Europe et, depuis la seconde moitié du siècle, révolutionnèrent l’économie fermière. Dans l’usine-élevage, qui emprisonne un grand nombre de volailles dans un espace confiné, la température et la lumière sont soigneusement contrôlées, et les poules gavées d’une nourriture industrielle. Dans ces conditions, la production d’œufs par volaille a plus que doublé.


  • La production en masse des œufs a ses revers : les cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.


Les ufs
Les œufs cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

  • On s’accorde à désigner par « œufs », les œufs de poules avec leurs coquilles. Les autres sont suivis du nom de l’oiseau qui les a pondus. Ex : Œufs de caille, œufs de canne ….etc.


Circuits de commercialisation
CIRCUITS DE COMMERCIALISATION cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.


Le marquage
LE MARQUAGE cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.


Categories qualites
CATEGORIES & QUALITES cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.


Classification
Classification : cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

  • XL :Très gros  R: poids superieur ou égal à 73 g

  • L : Gros : poids entre 63 et 73 g

  • M : Moyen : Poids entre 53 et 63 g

  • S : Petit : poids inférieur à 53 g


Stockage
STOCKAGE cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

Quel que soit l’étage du circuit de commercialisation, les œufs sont conservés :

• A une température supérieure à 5°Cet dans la mesure du possible stable ;

• Dans des locaux propres, secs et exempts d'odeurs étrangères

• Protégés contre les chocs et les effets de la lumière.


Les ovoproduits
LES OVOPRODUITS cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

  • Les ovoproduits sont les œufs débarrassés de leurs coquilles et conservés sous diverses formes.

  • Les ovoproduits dont les qualités organoleptiques ont été bien améliorées offre des avantages économiques, une utilisation pratique, des garanties bactériologiques.


On trouve
On trouve : cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

Les ovoproduits liquides réfrigérés -  Les ovoproduits congelés :

  • Œufs entiers

  • Œufs entiers sucrés

  • Œufs entier salés

  • Jaune pur

  • Jaune pur sucré

  • Jaune pur salé

  • Blanc pur

  • Blanc salé

  • Les ovoproduits concentrés

  • Les ovoproduits secs

  • Ce sont les œufs en poudre. Ces poudres déshydratées ou lyophilisées offrent d’excellentes propriétés de moussage, d’émulsion, et de coagulation, souvent supérieure à celles des œufs en coquille.

  • D’autres ovoproduits existent comme des omelettes des œufs durs des œufs pochés déjà prêt


Utilisation des ufs en cuisine
Utilisation des œufs en cuisine cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.


Quantit s pr voir
QUANTITÉS À PRÉVOIR  cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

  • Pour une entrée ou un dessert compter 1,5 à 2 œufs par personne

  • Pour un plat principal 3 à 4 œufs par personne.


Cuissons des ufs
Cuissons des œufs cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

  • A la coque de 2’30 a 3 minutes : blanc semi coagulé jaune liquide

  • Mollet de 5’30 à 6 minutes : blanc coagulé jaune crémeux

  • Dur de 9’30 à 10 : blanc et jaune coagulés (jaune pas noir !!)

  • En cocotte environ 3’ suivant épaisseur des cocottes : blanc coagulé jaune crémeux

  • Poché de 2’ à 2’30 : blanc coagulé jaune crémeux

  • Moulé de 4’30 à 5minutes suivant moule ; blanc coagulé jaune crémeux

  • Frits Blanc coagulé et jaune crémeux

  • Au plat Blanc semi-coagulé et jaune liquide

  • Poêlé blanc coagulé et jaune bien crémeux

  • Brouillé : Aspect crémeux ou baveux à la demande

  • Omelette : Cuisson presque complète ensemble moelleux


Proportions et correspondances
PROPORTIONS ET CORRESPONDANCES cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.


Ufs frais
Œufs frais  cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

-1 litre = 20 entiers

  • 1 litre = 48 jaunes

  • 1 litre = 32 blancs


Ovoproduits congel s
Ovoproduits cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf. congelés 

  • 1 kg d’œufs entier = 20 œufs frais

  • 1 kg de blancs = 35 blancs frais

  • 1 kg de jaunes = 50 jaunes


Ovoproduits d shydrat s
Ovoproduits cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf. déshydratés :

  • Œufs entiers : 100 gr de poudre + 300 gr d’eau = 9 œufs

  • Jaunes : 100 gr de poudre + 200 gr d’eau = 12 jaunes

  • Blancs : 100 gr de poudre + 500 gr d’eau = 20 blancs


Les ufs et le terroir
LES ŒUFS ET LE TERROIR cuisiniers savent que les volailles nourries au grain, auxquelles on permet de s’ébattre librement, pondent des œufs d’une saveur plus fine et plus riche que ceux des poules d’élevage. Les œufs pondus par les volailles nourries d’herbe, de blé ou de maïs ont d’ordinairement des jaunes d’une couleur plus soutenue ; malheureusement, comme on peut obtenir le même effet en ajoutant des pigments à la nourriture des animaux d’élevage industriel, la couleur du jaune n’est pas un critère absolu de qualité. La coquille n’a aucun rapport avec la valeur d’un œuf.

  • Les œufs sont utilisés dans toutes les régions de France du petit déjeuner au dessert. Les recettes sont nombreuses, les modes de cuissons le sont moins. La différence se fait avec les produits du terroir. Par exemple

  • BERRY : Œuf au vin rouge.

  • ANJOU-TOURRAINE : Œufs en barbouillette (Brouillés, foies de volaille, asperges). Alsace : Omelette alsacienne (Fourrée choucroute


ad