evaluation economique des fournisseurs
Download
Skip this Video
Download Presentation
EVALUATION ECONOMIQUE DES FOURNISSEURS

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 73

EVALUATION ECONOMIQUE DES FOURNISSEURS - PowerPoint PPT Presentation


  • 108 Views
  • Uploaded on

EVALUATION ECONOMIQUE DES FOURNISSEURS. - Frédéric BERNARD -. I. LE BILAN PATRIMONIAL. GESTION DU FINANCEMENT. ACTIFS FIXES. CAPITAUX PROPRES. ACTIFS CIRCULANT. DLMT. GESTION DES INVESTISSEMENTS. FONDS DE ROULEMENT. DCT. GESTION DU FONDS DE ROULEMENT. 2.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'EVALUATION ECONOMIQUE DES FOURNISSEURS' - abedi


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide2
I. LE BILAN PATRIMONIAL

GESTION DU

FINANCEMENT

ACTIFS FIXES

CAPITAUX PROPRES

ACTIFS CIRCULANT

DLMT

GESTION DES

INVESTISSEMENTS

FONDS DE

ROULEMENT

DCT

GESTION DU FONDS DE ROULEMENT

2

slide3
I. BILAN PATRIMONIAL (suite)
  • D’un point de vue financier, l’entreprise doit être considérée comme l’investissement des actionnaires
  • L’objectif est d’améliorer la rentabilité de cet investissement et/ou en réduire le risque

3

slide4
II. RAPPEL : LE COMPTE DE RESULTAT

CA

Autres produits

Charges d’exploitation

Achats + Variation de stocks = Coûts des produits vendus

Personnel

Prestations extérieures, Taxes

Amortissements et provisions d’exploitation de l’exercice

Résultat d’exploitation

Résultat financier

Résultat exceptionnel

Participations des salariés

Impôts sur les bénéfices

Résultat net de l’exercice

4

slide5
V. L’EVALUATION DES FOURNISSEURS

L’évaluation économique

III. L’ANALYSE FINANCIERE

  • Elle doit porter sur le tryptique :

RENTABILITE/ACTIVITE

DEVELOPPEMENT/BFR

(investissement, financement)

RISQUE (insolvabilité, liquidité)

5

slide6
Comment conduire une analyse financière
  • Deux préalables :

D’ABORD BIEN COMPRENDRE L’ACTIVITE DU FOURNISSEUR

  • Les produits
  • Les marchés
  • Le processus de fabrication
  • Le réseau de dsitribution
  • Les hommes

ET LES CHOIX COMPTABLES EFFECTUES PAR LE FOURNISSEUR

  • Rapport des commissaires aux comptes et des auditeurs
  • Principes comptables
  • Techniques de consolidation
  • Survaleur, marque…
  • Provisions
  • Stocks
  • Filiales non consolidées…

6

slide7
Un plan en quatre étapes

LA CREATION DE RICHESSE

  • L’analyse des marges et des activités :
  • Structure
  • Effet ciseau
  • Effet point mort

NECESSITE DES INVESTISSEMENTS

  • Besoin en fonds de roulement
  • Actifs immobilisés

QUI DOIVENT ETRE FINANCES

  • Les flux de trésorerie
  • Les risques de liquidité

ET ETRE SUFFISAMMENT RENTABLES

  • Analyse des rentabilités économiques et des capitaux propres : effet de levier
  • Analyse des différentes rentabilités et des taux exigés par les actionnaires

7

slide8
Les instruments d’une analyse financière

1 – L’approche globale : SIG, rentabilité, CVP, BFR…

2 – L’approche relative : analyse des ratios

3 – L’approche différentielle ou approche par les flux :

DCF, ETE, tableau de financement…

8

slide9
IV. L’APPROCHE GLOBALE
  • L’analyse des marges (ou analyse de l’activité)

Elle s’attache à calculer des taux de variation pour les principaux produits et les principales charges et à étudier leurs évolutions respectives, bref à expliquer l’évolution relative des différents niveaux de marge

  • Analyse des soldes intermédiaires de gestion
        • La marge commerciale
        • La production de l’exercice
        • La marge brute
        • La valeur ajoutée
        • L’excédent brut d’exploitation
        • Le résultat d’exploitation
        • Le résultat courant avant impôt
        • Le résultat exceptionnel
        • Le résultat net

9

slide10
LES SIG : la marge commerciale
  • = CA
    • coût d’achat des marchandises vendues
  • Représente les ressources d’exploitation
  • C’est un indicateur qui permet de suivre l’évolution d’une politique commerciale
  • Taux de marge : Marge / CA en %, à comparer aux autres entreprises du secteur (surtout en négoce)
  • CA / Effectif moyen

10

slide11
LES SIG : la production de l’exercice
  • = Production vendue (CA)
    • + production stockée
    • + production immobilisée
  • Représente les ressources d’exploitation
  • Pour les entreprises industrielles, un solde importantla marge sur consommation de matières (marge brute) :
  • production – consommation de matières

11

slide12
LES SIG : la marge brute
  • = Production vendue (CA)
    • - achats de la période (matières et autres approvi.)
    • +/- stocks matières premières
  • Elle indique le poids des achats de matières premières consommables dans la production. C’est un indicateur de productivité matière.

12

slide13
LES SIG : la VA
  • = Marge (marge commerciale + marge conso matière)
    • - autres charges externes
  • C’est une notion très importante, car elle permet de mesurer la richesse que l’entreprise crée (constituée par le travail du personnel de l’entreprise) par rapport aux richesses qu’elle achète à l’extérieur et qu’elle ne fait qu’agencer ; c’est le supplément de valeur donné par l’entreprise aux biens et services en provenance des tiers
  • La VA mesure le poids économique de l’entreprise

13

slide14
LES SIG : la VA (suite)
  • Une analyse dans le temps permet de mesurer la croissance ou la régression de l’entreprise
  • Une comparaison à la VA moyenne du secteur permet de connaître la place de l’entreprise sur le marché
  • La VA permet d’apprécier les structures de l’entreprise et leur rendement en la comparant :
  • - aux charges de personnel : Salaires / VA
  • - aux effectifs : VA / effectif moyen
  • La VA permet de calculer le taux d’intégration de l’entreprise dans le processus, de production :
  • - VA / CA ou VA / Production

14

slide15
LES SIG : l’EBE
  • = VA
  • + subventions d’exploitation
  • - impôts et taxes (suaf IS)
  • - charges de personnel
  • Il représente la part de VA qui revient à l’entreprise et aux apporteurs de capitaux (associés et prêteurs). Il indique la ressource générée par l’exploitation de l’entreprise indépendamment de la politique d’amortissement et du mode de financement.
  • L’EBE peut être négatif, il s’agit alors d’une insuffisance brute d’exploitation.

15

slide16
LES SIG : l’EBE (suite)
  • Mesure le contrôle des coûts : FP / effectif moyen
  • Mesure la productivité du personnel : CA / effectif moyen ou EBE / effectif moyen
  • C’est un indicateur de performance industrielle et commerciale et de rentabilité économique. Il permet de calculer :
  • - Le taux de rentabilité économique :
  • EBE / ressources stables (renta des capitaux investis)
  • - le poids de l’endettement :
  • intérêts / EBE (coût financement externe dans la rentabilité)
  • - la part de l’EBE dans la VA
  • EBE / VA (part de richesse pour rémunérer les apporteurs de capitaux et à renouveler le capital investi)
  • - Le taux de marge brute d’exploitation
  • EBE / CA (pour 1€ de CA, que reste-t-il pour renouveler les investissements et payer les charges financières)

16

slide17
LES SIG : le résultat d’exploitation
  • = EBE
  • + autres produits d’exploitation (DAP/RAP)
  • - autres charges d’exploitation (DAP/RAP)
  • Il représente le résultat généré par l’activité. Le résultat d’exploitation constitue un résultat économique net.
  • Il mesure la performance industrielle et commerciale de l’entreprise indépendamment de sa politique financière et des opérations exceptionnelles.
  • Il permet de calculer la marge opérationnelle :
  • REX / CA en % (pour 1€ de CA, que reste-t-il pour payer les charges financières)

17

slide18
LES SIG : le résultat courant
  • = REX
  • + charges financières nettes (=résultat financier)
  • Il mesure la performance de l’activité économique et financière de l’entreprise
  • Il est intéressant des la comparer au résultat d’exploitation pour analyser l’incidence de la politique financière sur la formation du résultat

18

slide19
LES SIG : le résultat exceptionnel
  • = produits exceptionnels – charges exceptionnelles
  • Par différence aux autres SIG, celui-ci n’est pas calculé à partir d’un solde précédent, c’est juste la résultante de toutes les opérations non courantes de l’entreprise.
  • Le résultat exceptionnel comprend le résultat (PV / MV) sur cessions d’éléments d’actif immobilisés : produits de cession et valeur nette comptable des actifs cédés

19

slide20
LES SIG : le résultat net de l’exercice
  • = résultat courant avant impôt
  • + résultat exceptionnel
  • - Participation des salariés et IS
  • C’est ce qui reste à l’entreprise ; c’est le revenu des associés après impôt
  • Le résultat net permet de calculer la rentabilité financière de l’entreprise :
  • Résultat net / Capitaux propres

20

slide21
CA, Production stockée et immobilisée

Indicateur

d’activité

MARGE

Coût d’achat des marchandises vendues

VA

Consommations de l’exercice en

provenance des tiers

Indicateur

de résultat

Charges de personnel

Subventions d’exploitation

EBE

Impôts et taxes (sauf IS)

DAP / RAP d’exploitation

REX

Autres charges et produits d’exploitation

REC

Résultat financier

Résultat exceptionnel

Participation des salariés

RN

Impôts sur les bénéfices

21

slide22
Calcul de la CAF

Elle correspond à l’excédent financier dégagé par l’entreprise par son activité propre. Elle est aussi appelée MBA ou Cash flow. La CAF est vitale pour l’entreprise pour :

- le remboursement des dettes à LT

- le paiement des dividendes

- l’autofinancement des investissements

- Couvrir le BFR

CAF = RN + DAP + VNC des immos cédées

22

slide23
Les causes de perte de rentabilité
  • Analyse de l’effet ciseau
        • Evolution des charges et des produits
  • Analyse des points morts
        • Le point mort opérationnel qui est fonction des frais fixes et des frais variables de production, caractérisant la stabilité du résultat d’exploitation
        • Le point mort financier qui tient compte de la rémunération exigée par les actionnaires et les prêteurs de l’entreprise
        • Le point mort total qui tient compte de la rémunération exigée par les actionnaires de l’entreprise

23

slide24
Chiffres d’affaires

Marge sur coût variable

CV

CF

Bénéfice

Marge / CV = CA - CV

Marge / CV

Taux Marge =

CA

  • La détermination du seuil de rentabilité opérationnel

et

24

slide25
Le seuil de rentabilité ou poids mort d’un produit est le chiffre d’affaires pour lequel l’entreprise couvre la totalité de ses charges sans bénéfice ni perte

Marge / CV = CF

25

slide26
Exemple : soit un fournisseur qui fait un CA de 100 000 €

et dont les charges correspondantes sont analysées comme

suit :

- CV 62 500

- CF 26 250

Le bénéfice se décompose alors :

CA 100 000

CV 62 500

-

= Marge/CV 37 500

CF 26 250

-

= Bénéfice 11 250

Pour atteindre le seuil de rentabilité, on doit avoir :

Marge/CV = CF = 26 250

26

slide27
La détermination par le calcul - arithmétique

S

26 250

100 000

37 500

=

100 000 X 26 250

37 500

S =

= 70 000

  • La détermination par le calcul - algébrique

27

slide28
La détermination graphique

Le point d’intersection des droites représentatives des équations précédentes donne le seuil de rentabilité.

Marge et CF

M/CV

37 500

Zone de bénéfice

Y = 26 250

26 250

CF

Zone de perte

Y2 = 0,375 x

CA

70 000

100 000

28

slide29
y

résultat

R

0

CA

SR = 70 000

CT = 0,625 x + 26 250 = 0

CA = x

  • CT = CA

CA

et

CT

- 26 250

CA

0,625 x + 26 250 = x

CT

x = 70 000

26 250

70 000

100 000

  • Variantes graphiques
  • Résultat = 0

0,375 x – 26 250 = 0

x = 70 000

29

slide30
La marge de sécurité

CA réalisé - SR

  • Indice de sécurité

(Marge de sécurité / CA) * 100

30

slide31
Exercice sur la marge de sécurité

CA net de 560 k€, produits financiers fixes de 2 k€, résultat courant de 62 k€

Prévisions : pour un CA < 800 k€ CF = 168 k€, pour CA > 800 k€ < 1 200 K€ CF = 360 k€

Pour CA > 1 200 et < 1 500 k€ CF = 520 k€

31

slide32
1 - SEUIL DE RENTABILITE = 168 / 0,41 = 409,75

2- POINT MORT = (409,75 / 560) * 360 = 262,8 JOURS ou 8 mois et 23 jours

C’est La date à laquelle le seuil de rentabilité est atteint

3 - SEUILS MULTIPLES

SR 1 = 409,75

SR 2 : 0,41 x = 360 donc X = 878

SR 3 : 0,41 x = 520 donc X = 1 268, 3

4- SEUIL à atteindre si on veut le même résultat : 62 k€ ?

0,41 x = 360 + 62 soit x = 1 029

32

slide33
Levier d’exploitation ou opérationnel

Il détermine l’élasticité du résultat d’exploitation, avant charges et produits financiers, par rapport au niveau d’activité (ou CA)

Le coefficient de levier d’exploitation = (V RE/ RE) / (V CA/CA)

VRE = variation du REX et VCA = variation du CA

Donc VRE = VCA * Taux MCV – CF

  • Exercice levier opérationnel

Pour un CA de 500 k€ le résultat est de 50 k€. Quelle est la variation du résultat pour

une variation du CA de 10 k€ et quel est coefficient de levier d’exploitation. Sachant que le taux

MCV est de 40% et le montant des frais fixes de 150 k€ ?

33

slide34
Réponse exercice :

RESULTAT PREVISIONNEL : 510 * 0,40 - 150 = 54

VARIATION DU RESULTAT : 54 – 50 = 4 où 4 = 10 * 0,40

COEFFICIENT DE LEVIER D’EXPLOITATION :

(4/50) / (10/500) = 0,8 * 50 = 4

Si le CA croît de 1%, cela entraîne une augmentation du REX de 4%.

34

slide35
CF

CA - CV

m

CA

CA

CA

CA

(CF + Cfi)

CAop

CAof

CAot

m

CF + Cfi + Kcp X CP / (1– IS)

m

TABLEAU DU POINT MORT

1998

1999

2000

2001

PERIODES

- 1

35

slide36
C’est un rapport entre 1 flux (C/R) et 1 stock (bilan)
  • La rentabilité

La rentabilité est le rapport entre un investissement initial et

le résultat dégagé par cet investissement

Résultat dégagé

Taux de rentabilité =

Io initial

36

slide37
Productivité

des facteurs

de production

Productivité

des moyens

économiques

Productivité des facteurs de production :

CHARGES

PRODUITS

Consommations

Activité

ACTIVITE

(production

ou chiffre

d’affaires)

ou

Consommations

Activité

Consommations

Productivité des moyens économiques :

Activité

Actifs

  • Les différents composants de la rentabilité

d’une entreprise

PRODUCTIVITE

Bilan

ACTIF

PASSIF

Moyens

économiques

Compte de résultat

37

slide38
RENTABILITE

Résultat

ACTIF

PASSIF

Rentabilité commerciale :

Ventes

Moyens

financiers

Moyens

économiques

Résultat

Résultat

Rentabilité économique :

Moyens

économiques

Moyens

financiers

Rentabilité

économiques

Rentabilité

fiancières

CHARGES

PRODUITS

Rentabilité financière :

VENTES

R

Rentabilité

commerciale

V. L’EVALUATION DES FOURNISSEURS

L’évaluation économique

III. L’EVALUATION ECONOMIQUE

  • Les différents composants de la rentabilité

d’une entreprise (suite)

38

slide39
La rentabilité économique
  • rentabilité des investissements, ou rentabilité métier
  • indépendante du mode de financement calculé hors frais financiers
  • La rentabilité financière
  • rentabilité pour l’actionnaire
  • dépend du mode de financement : fait jouer l’effet de levier
  • La rentabilité commerciale
  • dépend de l’activité de l’entreprise
  • s’exprime en fonction du chiffre d’affaires

39

slide40
R

CA

R

actif

actif

CA

  • La rentabilité d’exploitation (ou économique)

OBJECTIF : on cherche à déterminer combien 100 € d’activité

génère de résultat.

Une chaîne de ratios :

X

=

RE = RC X productivité des moyens économiques

= marge rotation de

d’exploitation l’actif

X

40

slide41
Plus clairement

R/CA = exprime ce que 100 € de CA génère de résultat.

CA/Actif = exprime ce que 100 € de capitaux engagés ont généré

de CA (1 € actif pour réaliser 3 € de CA)

CARREFOUR 12 % = 2.5 % X 4,8

BOUYGUES 12 % = 24 % X 0.5

41

slide42
X

=

=

X

R

Passif

Passif

Résultat

Résultat

Rentabilité

économique

coefficient

d’endettement

Rentabilité

financière

Capitaux propres

Capitaux propres

Capitaux propres

Capitaux propres

Actif

R

CA

X

X

=

CA

Actif

Rentabilité

commerciale

Rentabilité

actif

coefficient

d’endettement

X

X

  • La rentabilité financière

OBJECTIF : intéressent les investisseurs et les actionnaires pour

investir dans une entreprise.

OU ENCORE :

42

slide43
Recherche de l’équilibre de l’entreprise par l’analyse du fonds

de roulement

Capitaux propres + DLT

> 1,2

Immobilisations nettes

  • Recherche de l’endettement (la solvabilité)

Capitaux propres

< 0,35 – 0,20 >

Total du passif

Dettes financières

= coefficient de levier (Gearing)

Capitaux propres

[ 0,7 – 1,3 ]

  • La structure financière (ou l’analyse des risques

de l’entreprise)

43

slide44
L’analyse de la trésorerie

T = FR - BFR

Avec FR = capitaux permanents – immobilisations nettes

BFR = actif circulant – dettes d’exploitation

44

slide45
Cas 1 : crise de croissance

Argent

T < 0

FR

effet d’un

emprunt ML

T > 0

BFR

évolution

du CA

Temps

  • Typologie des crises de trésorerie
  • 3 crises provenant du BFR
  • 2 crises provenant du FR

45

slide46
Cas 2 : crise de gestion

Argent

BFR

T < 0

FR

FR

T > 0

évolution

du CA

BFR

Temps

Cas 3 : mauvaise politique financière

BFR

Argent

T < 0

FR

FR

T > 0

BFR

évolution

du CA

Temps

46

slide47
Cas 4: crise de rentabilité

BFR

Argent

FR

T < 0

T > 0

FR

évolution

du CA

BFR

Temps

Cas 5 : Baisse d’activité

Argent

BFR

FR

T > 0

T < 0

BFR

FR

évolution

du CA

Temps

47

slide48
BFRn = K (coefficient structure) X délais d’écoulement

actif et passif

  • Evaluation du BFR nominatif
  • Permet la comparaison entre fournisseurs du financement

du cycle d’exploitation en jour de chiffre d’affaires

48

slide49
Achat HT

= 0.6

CA HT

  • Les stocks

Si la durée normale de rotation des stocks est de 55 jours et

si le CA HT est de 200 pour des achats (HT) de 120.

Le coefficient de structure applicable à la rotation des stocks

Le stock représente alors 55 X 0,6 = 33 jours de CA HT

49

slide50
CA TTC

= 1,2

CA HT

  • Les créances clients

Si l’entreprise consent à ses clients un crédit de 50 jours en

moyenne.

L’entreprise, d’autre part, est assujettie à la TVA au taux de

20 % (aucune vente HT).

Le coefficient de structure est de :

et les créances clients représentent :

50 X 1,2 = 60 jours de CA HT

50

slide51
Achat TTC

Achat HT X incidence TVA

120 X 1,2

0,72

=

=

=

Vente HT

Vente HT

200

  • Le crédit fournisseur

L’entreprise bénéficie de la part de ses fournisseurs un

crédit moyen de 90 jours.

Admettre que tous ses achats supportent la TVA au

taux de 20 %.

Le coefficient de structure est égale à :

Le crédit fournisseur représente donc :

50 X 0,72 = 64,8 jours de CA HT

51

slide52
La variation du BFR

Exemple : si le BFR Normatif représente un besoin de financement équivalent à 40 jours de CA HT

Si le CA HT de l’année N est de 100 M€ et une progression de 20% est prévue pour l’année N+1. Il est ainsi aisé de définir le besoin de financement supplémentaire en N+1 résultant de la progression du CA.

CA HT N+1 – CA HT N * nbre de jours/360 = Variation du BFR

Soit 120 – 100 * 40/360 = +2,2 M€

52

slide53
Exercice BFRn

Le fournisseur CURZO envisage de réaliser un CA de 10 000 € HT par jour. Les durées du cycle d’exploitation seront :

  • 90 jours pour les stocks,
  • 60 jours pour le crédit fournisseurs,
  • 45 jours pour le crédit clients
  • Le coût d’achat des marchandises représente 60% du prix de vente, les frais 15% et le taux de TVA 19,6%
  • Calculer le BFR normatif pour ce fournisseur en jour et pour l’année.

53

slide54
Réponse exercice

Le BFR d’exploitation représente 107,82-53,4 = 54 jours de CA HT

Pour un CA de 10 000 €/jour, le BFR est de 10 000*54 = 540 000 €/an

Le BFR représente encore 54/360 = 15% du CA annuel,

10 000 * 360 * 15% = 540 000 €

54

slide55
Le scoring

La Banque de France à partir d’un échantillon d’entreprise ayant déposé leur bilan, élabore une formule de scoring permettant de porter un jugement sur le risque de défaillance à un horizon de trois ans.

55

slide56
EBE

R1 =

Endettement global

K permanents

R2 =

Total de l’actif (bilan)

Stock + avances + disponibilités

R3 =

Total actif (bilan)

Frais financier

R4 =

CA

Frais personnel

R5 =

VA

  • Le scoring de Conan Holder

Avec

56

slide57
V. L’APPROCHE RELATIVE
  • Les ratios

Bilan = un stock (S)

C/R = Un flux (F)

  • S/S = Ratio de structure
  • F/F = Marge
  • F/S = rentabilité
  • S/F = efficacité
  • Marge/rentabilité = profitabilité

57

slide59
Qu’est-ce que le profit ?

Chiffre d’affaires recettes

Achats coûts des entrées

Autres charges coûts des services divers

Charges de personnel coût du travail

Charges financières coût des dettes

Amortissements coût des immobilisations

BENEFICE D’EXPLOITATION

Impôts coût de l’Etat

BENEFICE NET

Dividendes Coût du capital social

Réserves Coût de l’avenir

RESTE 0

Il n’y a pas de profit mais seulement des coûts

nécessaires à la vie de l’entreprise

59

slide60
LA MESURE DE LA PERFORMANCE Application aux fournisseurs

LES TECHNOS

LES TOPS

P > mP

R < mR

P > mP

R > mR

Performance globale moyenne

de l’échantillon (mP)

LES REDS

LES PROFITS

P < mP

R < mR

P < mP

R > mR

Rentabilité moyenne

de l’échantillon (mR)

60

slide61
VI. La croissance autorisée

1 - BFR = créances clt + stock – dettes frs

Egalement, BFR = K (coef de pondération) * délai d’écoulement en jours de CA HT

Donc, K = BFR/CA HT

2 – De même, on peut exprimer la CAF en fonction du CA par :

a = CAF-Dividendes/CA HT (coefficient d’autofinancement pour 1€ de CA)

L’effet ciseaux est un déséquilibre entre la CAF et la variation de BFR engendrée par la croissance du chiffre d’affaires.

CAF = RN+DAP -  BFR

La CAF de n+1 doit absorber les besoins de l’exploitation en variation

Permet de vérifier que le fournisseur maîtrise sa croissance pour éviter l’effet ciseaux.

61

slide62
VI. La croissance autorisée suite)

Soit CA HT de la période 1

Soit g le taux de croissance du CA en période 2

On a :

a CA (1+g) > k CA (1+g) - K CA

 BFR

Où encore la relation :

(a – k) CA (1+g) + k CA > 0

62

slide63
VI. La croissance autorisée suite)

(a – k) CA (1+g) + k CA > 0

1er cas : si a > k, il n’y a jamais d’effet ciseaux

2ème cas : si a < k, alors a-k est négatif

Calcul de l’autofinancement minimal

(a – k) CA (1+g) + k CA = 0

soit, (a – k) (1+g) + k = 0

encore, a + ag - k - kg + k = 0

En simplifiant, a (1+g) = kg

Donc a = k (g/g+1)

Calcul par le taux de croissance

Il faut que, K > - (a-k) (1+g)

soit, K > (k-a) (1+g)

Donc g < a / k-a

63

slide64
VII. L’EFFET DE LEVIER

Dettes et capitaux propres ont des coûts très différents :

  • La dette génère des charges d’intérêts et se traduit par un risque financier : le coût de la dette est le taux d’intérêt
  • Les capitaux propres génèrent un besoin de résultat (payable en dividendes) pour les actionnaires : le coût des capitaux propres est le taux de rentabilité économique (attendu par les actionnaires)
  • L’effet de levier permet par l’effet d’endettement d’augmenter la rentabilité des capitaux propres sans modifier la rentabilité économique.
  • On a la relation :
  • RENTABILITE FINANCIERE = RENTABILITE ECONOMIQUE + LEVIER FINANCIER

EFFET DE LEVIER = Différence (en variation) entre la rentabilité des capitaux propres (RC) et la rentabilité économique (RE)

64

slide65
VII. L’EFFET DE LEVIER (suite)

Comment trouver l’équation de l’effet de levier ?

En fonction des éléments de rentabilité de l’entreprise :

Structure du compte de résultat :

EBE

- DAP sur actifs non financiers

= REX

+ Produits financiers

- DAP sur actifs financiers

= Bénéfice avant intérêts et impôt (BAII)

- charges d’intérêts

= Résultat courant avant impôt

- impôt sur les bénéfices (tx)

= Résultat courant après impôt

65

slide66
VII. L’EFFET DE LEVIER (suite)

Comment trouver l’équation de l’effet de levier ?

En fonction des éléments du compte de résultat de l’entreprise :

1/ RE = BAII / Actif éco = BAII / CP + D car actif = passif

Donc, RE (CP+D) = BAII

Ou encore, BAII = RE CP + RE D

2/ RC = RN / CP = BAII – iD / CP en effet RN = BAII – iD

Soit en remplaçant BAII par l’équation 1 :

RC = (RE CP + RE D – iD) / CP

RC = RE + (RE-i) * D/CP (relation avant impôt)

RC = RE + (RE-i) * D/CP * (1-tx) (relation après impôt)

Par conséquent, l’EFFET DE LEVIER est :

3/ RC-RE = (RE-i )* D/CP

66

slide67
VII. L’EFFET DE LEVIER (suite)

Interprétation de l’équation du levier financier :

RC-RE = (RE-i )* D/CP

Donc, l’effet de levier dépende de deux facteurs : RE-i et D/CP (levier FI)

1er cas : si D=0,  l’effet de levier est nul : RC = RE

2ème cas : si D > 0

 RE = i  l’effet de levier est nul et RC = RE

 RE > i  l’effet de levier est positif et RC > RE

 RE < i  l’effet de levier est négatif et RC < RE

67

slide68
VII. L’EFFET DE LEVIER (suite)

Exemple de l’effet de levier (avec tx d’impôt de 33 1/3 % = 1/3)

14% = 10% + 4% (surplus engendré par les dettes fi (effet de levier)

68

slide69
VII. L’EFFET DE LEVIER (suite)

Exemple de l’effet de levier (suite)

  • Sans endettement :

L’appareil de production rapporte 10% après impôt et ces 10% reviennent en totalité aux capitaux propres : RE = RC = 10%

  • Avec endettement :

L’appareil de production rapporte 10% après impôt alors que l’on s’endette à 6% après impôt : i = 9% (1-Tx) = 6%

La différence : 10%-6% =4% profite aux associés et représente l’effet de levier dû à l’endettement

69

slide70
VIII. Calcul des prix - négociation

Baisse maximale = Tx de marge/CV * (1 - (Qté actuelle/Qté finale))

On sait que, Tx de marge = Tx FF + Tx Résultat

Exemple :

CA = 100

- CV = 80

= Mge/CV = 20

- CF = 15

= Rt net = 5

Tx Mge/CV = 15% + 5% = 20%

70

slide71
VIII. Calcul des prix - négociation

Exemple de calcul de la baisse de prix maximum :

Qté initiale = 5000 unités Qté finale = 10000 unités Tx mge/CV = 20%

Baisse maximum du prix = 0,20 * (1 - (5000/10000))

= 0,20 * (1-0,5) = 0,20 * 0,5 = 0,10

Soit une diminution de 10% du prix initiale

Autre exemple : FF : 10% Résultat = 15% Qté initiale : 25000 u

Qté finale : 63000 u

Calcul de la baisse de prix ?

Baisse max = (0,10 + 0,15) * (1 - (25000/63000)) = 0,25 * 0,60 = 0,15

Soit une diminution maximum du prix de 15%

71

slide72
VIII. Calcul des prix - négociation

Autre calcul de la dégressivité des coûts :

Qté initiale = 500 unités Qté finale = 1000 unités

Pi = 15€ Pf = 10€

Si, nous voulons acheter 4000 u quel sera le prix unitaire ?

On sait que CA = CV + CF et que un coût = Qté * Prix

10 * 1000 = 1000*CV + CF

15 * 500 = 500*CV + CF

10000 = 1000µCV + CF

  • 7500 = 500*CV + CF
  • 2500 = 500 CV Soit, CV = 2500/500 = 5€
  • Et donc, CF = 10000 – (1000*5) = 5000 €

72

slide73
VIII. Calcul des prix - négociation

Vérification des équations :

15*500 = 500*5 + 5000

7500 = 2500 + 5000

L’équation des coûts est y = 5x + 5000

Donc, pour 4000 u CT = 20000 + 5000 = 25000

Soit, 4000 * P = 25000 c’est à dire P = 25/4 = 6,25€

73

ad