examen de la qualit la s curit et l efficacit des m dicaments g n riques n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Examen de la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments génériques PowerPoint Presentation
Download Presentation
Examen de la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments génériques

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 34

Examen de la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments génériques - PowerPoint PPT Presentation


  • 177 Views
  • Uploaded on

Examen de la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments génériques. Jake J. Thiessen, Ph.D. Directeur fondateur, École de pharmacie, Université de Waterloo Professeur émérite, faculté de pharmacie Leslie Dan, Université de Toronto. Mandat du gouvernement canadien (Santé Canada).

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Examen de la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments génériques' - abbott


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
examen de la qualit la s curit et l efficacit des m dicaments g n riques

Examen de la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments génériques

Jake J. Thiessen, Ph.D.

Directeur fondateur, École de pharmacie,

Université de Waterloo

Professeur émérite, faculté de pharmacie Leslie Dan, Université de Toronto

mandat du gouvernement canadien sant canada
Mandat du gouvernement canadien(Santé Canada)
  • S’assurer que les Canadiens ont accès à des médicaments qui sont (sur le plan thérapeutique) sécuritaires, efficaces et de haute qualité.
  • S’assurer que les fabricants fournissent des preuves scientifiques et cliniques pertinentes –
    • Ce qui implique, évidemment, de fournir des preuves de leur innocuité et de leur efficacité chez l’humain…
    • …preuves qui seront ultimement établies dans le cadre d’essais cliniques validés…
  • Il n’est pas du ressort du gouvernement canadien d’établir si un médicament est supérieur à des équivalents thérapeutiques, ni de déterminer si le nouveau médicament est rentable pour les listes des médicaments financés par des fonds publics.
th me central de la pr sentation
Thème central de la présentation

Les médicaments génériques approuvés par le gouvernement canadien sont-ils « identiques » aux médicaments d’origine ?

  • « Identiques » en ce qui concerne :
    • la qualité
    • l’innocuité
    • l’efficacité
  • Mais qu’entend-on exactement par « identiques » ?
  • Quel degré de variation peut-on tolérer quand on parle de produits « identiques » ?
  • Y a-t-il des exceptions aux critères actuels du gouvernement canadien ?
qu est ce qui est diff rent ou identique
Qu’est-ce qui est différent ou « identique » ?

Toutes ces pièces ont un pouvoir d’achat « identique ».

variation du contenu permise
Variation du contenu permise

*USP 34 NF 29 Suppl 1 (2011)

rapport sur la variation du contenu
Rapport sur la variation du contenu

A Yacobi et coll. Clin Pharmacol Ther, 1999;65:389-94

Données sur la carbamazépine : 200 mg Taro Carbamazépine vs Tégrétol

variation du contenu au sein d un produit et entre les produits
Variation du contenu au seind’un produit et entre les produits
  • Il est impossible que tous les comprimés/capsules d’une ordonnance soient identiques et qu’ils contiennent la dose exacte indiquée sur l’étiquette.
  • Il est impossible que tous les lots provenant d’un même fabricant soient identiques.
  • Un produit de qualité (produit d’origine ou mis en marché par la suite, p. ex. générique) respecte les exigences réglementaires quand la variation de son contenu se situe à un niveau acceptable (10 % de ce qui est indiqué sur l’étiquette, en général).
  • La variation permise est en réalité une « probabilité » ou un « intervalle de confiance », à savoir que l’échantillon analysé répond aux critères de qualité et que tous les comprimés de ce lot répondent aussi à ces critères.
l organisme
L’organisme…

Planck’s

…est-il comme ces constantes ?

l organisme1
L’organisme …

…est-il véritablement variable ?

illustration des variables humaines
Illustration des variables humaines

Température normale du corps

Résultats de laboratoire normaux

sources de variation internes et externes chez l humain
Sources de variation internes et externes chez l’humain

Source: Goodman et Gilman, The Pharmacological Basis of Therapeutics, 11e éd. Figure 4-1; originellement par E. S. Vesell

comprendre les m canismes physiologiques apr s l administration d un m dicament

Sources de variation

Âge, sexe, taille, caractéristiques génétiques, état de santé, alimentation, etc.

  • Absorption
  • Effet de premier passage
  • Foie –
    • Métabolisme
    • Bile
  • Distribution
  • Excrétion
Comprendre les mécanismes physiologiques après l’administration d’un médicament
slide16

Homéostase

Méd.

Méd.

Récepteur

Réponse

Réponse du patient à un médicament

Sang/fluides

Biophase

Barrière cellulaire

variation de l effet th rapeutique
Variation de l’effet thérapeutique

(DPT) Médicaments à doses critiques

* Non disponible dans la Pharmacopée des États-Unis (USP)

** Santé Canada ou autres

valuation des m dicaments
Évaluation des médicaments
  • L’effet ou la réponse dans l’organisme est relativement imperceptible avec la plupart des médicaments :
    • On est souvent incapable de sentir une différence si la dose est doublée.
    • Même si la concentration sanguine change de 50 %, comme cela se produit habituellement entre les doses, on ne peut pas dire s’il y a eu une différence d’effet.
  • Les concentrations sanguines sont une façon beaucoup plus sensible d’évaluer l’entrée ou la présence de médicaments dans l’organisme.
slide21

AUC

    • Area under the concentration- time curve
  • Cmax
    • Maximum concentration
  • Tmax
    • Time to maximum concentration
test de bio quivalence la variation complique tout
Test de bioéquivalence : la variation complique tout

Propafénone 300 mg IR ; étude à jeun

H. H. Blume et coll. Application of single dose vs. multiple-dose studies. Biointernational, 2002

variation avec une dose
Variation avec une dose

Variation intra et interindividuelle !

variation avec un m me produit
Variation avec un même produit

Nifedipine - Adalat

M. Spino, « Non-Linear Drugs: A Pragmatic Perspective »; Atelier TPD, 2002

Les gens et les produits ne sont pas constants !

variation au sein d un produit lanoxine 0 25 mg
Variation au sein d’un produit (Lanoxine 0,25 mg)

Les gens et les produits ne sont pas constants !

A Yacobi et coll. J Clin Pharmacol Ther,1981; 21:301-31

Lanoxin vs Generic Digoxin : n=12 Étude croisée à quatre bras

variation au sein d un produit coumadin 5 mg
Variation au sein d’un produit (Coumadin 5 mg )

Les gens et les produits ne sont pas constants !

A Yacobi et col. J Clin Pharmacol Ther, 2000; 40: 1-10

Coumadin vs Taro-warfarin : n=26 (23 terminés) Étude croisée à quatre bras

VC intra-sujet ~ 20 %

slide30

Alors, quand on dit qu’un produit satisfait au critère de 80-125 %, qu’est ce que cela signifie ? « Intervalle de confiance » : de quoi s’agit-il ?

bio quivalence et intervalles de confiance
Bioéquivalence et intervalles de confiance
  • C’est une mesure raisonnée de comparaison de produits.
  • C’est une limite quantitative de la performance in vivo d’un produit d’essai par rapport à un produit de référence (c.-à-d. dans un essai clinique contrôlé).
  • L’estimation est une probabilité [p. ex., 90 %] :
    • Basée sur les résultats d’une étude terminée.
    • S’applique principalement à l’aire sous la courbe (ASC), qui définit la fraction comparative de la dose absorbée.
    • Une prévision ou une projection de ce que serait la moyenne (p. ex., ASCtest/ASCréf) si des millions de gens/ patients étaient recrutés dans une étude de bioéquivalence similaire.
  • Pour la plupart des produits, cette plage est de 80 % à 125 %.
bio quivalence ratios moyens et intervalles de confiance ic
Bioéquivalence : ratios moyens et intervalles de confiance (IC)

.

Ce cas « passe » : le ratio et l’IC sont entre 80 % et 125% [bioéquivalent]

125

Ce cas« échoue » : le ratio moyen est acceptable , mais ne se situe pas entre 80 % et 125%

% ratio moyen

100

Ce cas « échoue » : IC à 90 % inacceptable

80

crit res de sant canada
Critères de Santé Canada :
  • S’appliquent aux compagnies de génériques et innovatrices.
  • S’appliquent à tous les produits avec quelques exceptions –
    • L’ASC doit satisfaire à la limite des l’IC à 90 % de 80 % à 125%.
    • Le Cmax moyen doit se situer entre 80 % et 125%.
  • Exceptions :
    • Médicaments à dose critique (cyclosporine, digoxine, flécaïnide, lithium, phénytoïne, sirolimus, tacrolimus, théophylline, warfarine) :
      • L’ASC doit satisfaire à la limite d’IC à 90 % de 90 % à 112%.
      • Le Cmax doit satisfaire à la limite d’IC à 90 % de 80 % à 125%.
      • Études à jeun et après prise d’aliments.
    • Médicaments à action rapide :
      • Exigences courantes; plus :
      • L’ASCRéftmaxrelative moyenne de l’étude visant à référencer la formulation devrait se situer entre 80 % et 125 %.
conclusions
Conclusions
  • Les exigences de bioéquivalence sont une solide norme internationale pour désigner les produits comme étant « identiques ». Elles sont à la base des décisions relatives à l’interchangeabilité.
  • Les exigences s’appliquent aussi bien aux compagnies innovatrices qu’aux fabricants de médicaments génériques.
    • Compagnies innovatrices qui changent de formulation, d’emplacement d’usine, etc.
    • Compagnies de génériques qui cherchent à créer des produits concurrents.
  • « Interchangeabilité » signifie que les produits peuvent être remplacés l’un par l’autre sans qu’il y ait de changement dans la réponse thérapeutique.
  • Le public est bien servi par les exigences de bioéquivalence.