slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Chapitre 2. Approches théoriques du stress dans le monde du travail (partie b) PowerPoint Presentation
Download Presentation
Chapitre 2. Approches théoriques du stress dans le monde du travail (partie b)

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 28

Chapitre 2. Approches théoriques du stress dans le monde du travail (partie b) - PowerPoint PPT Presentation


  • 329 Views
  • Uploaded on

Chapitre 2. Approches théoriques du stress dans le monde du travail (partie b). I. Approches objectivantes II. Approches interactionnistes III. Approches transactionnelles IV. Approches basées sur l’identité sociale. Santé mentale, travail et emploi (PSP 2125) Ginette Herman.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Chapitre 2. Approches théoriques du stress dans le monde du travail (partie b)' - Olivia


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Chapitre 2. Approches théoriques du stress dans le monde du travail (partie b)

I. Approches objectivantes

II. Approches interactionnistes

III. Approches transactionnelles

IV. Approches basées sur l’identité sociale

Santé mentale, travail et emploi (PSP 2125) Ginette Herman

iii approches transactionnelles
III. Approches transactionnelles

Lazarus et Folkman (1984)

“ Le stress psychologique est le produit d’une transaction entre la personne et son environnement dans laquelle la situation est jugée comme débordant de ses ressources et mettant en danger son bien-être. ”

Comment se fait ce jugement?

3 modalit s d valuation
3 modalités d’évaluation

Contraintes & res-

sources liée à la

personne

Ajustement

profes-

Sionnel(bien-être)

Stratégies

d’ajustement(coping)

Evaluation 1aire:

stresseurs perçus

Evaluation 2aire:

capacité perçue

pour faire face

Situation

probléma

tique

Contraintes et res-

sources liées à la

situation

Evaluation 3aire

Réévaluation des stresseurs

d finition du coping
Définition du coping

Ensemble des efforts cognitifs et comportementaux destinés à maîtriser, réduire ou tolérer les exigences internes ou externes qui menacent ou dépassent les ressources d’un individu

Ce que le coping n’est pas

  • un mécanisme de défense (cf. théories psychanalitiques)
  • une disposition stable (trait de personnalité)

Ce qu’il est

  • un processus actif impliquant une certaine intentionalité, une rupture de la routine
  • un répertoire de stratégies disponibles, plus ou moins large

Conséquences

strat gies d ajustement coping
Stratégies d’ajustement (coping)

8 sous-échelles

Centré sur le problème

  • Résolution du problème y compris la recherche d’information
  • Esprit combatif ou acceptation de la confrontation

Centré sur l’émotion

  • Prise de distance ou minimisation des menaces
  • Réévaluation positive
  • Auto-accusation
  • Fuite, évitement
  • Recherche d’un soutien social
  • Maîtrise de soi
patterson j of criminal justice 2003
Patterson (J. of Criminal Justice; 2003)
  • Stresseurs liés au travail (work events)

(‘gérer des conflits domestiques’; ‘témoigner au tribunal’)

  • Stresseurs liés à la vie (life events)

(‘avoir un 2ème boulot ; un membre de la famille a des problèmes de santé’)

  • Stratégies de coping centrées sur
    • le problème
    • les émotions
    • la recherche de soutien social

(‘j’ai parlé à quelqu’un de ce que j’avais ressenti’)

  • Détresse psychologique (6 derniers mois)
    • Echelle de dépression
    • Screening score (« je me sens malheureux, triste ou déprimé »)
analyse en r gression multiple hi rarchis e
Analyse en régression multiple (hiérarchisée)
  • Variables socio-démographiques

R2=.03 (ns)

2. Stresseurs liésau travail et à vie

Détresse

psychologique

R2=.33 (.001)

R2=.35 (.001)

3. Coping et soutien social

R2=.41 (.001)

4. Interaction stresseurs-coping

effets principaux
Effets principaux
  • Les stresseurs liés à la vie prédisent une plus grande détresse psychologique que ceux liés au travail (!)
  • Les stratégies de coping et le soutien social n’affectent pas directement la détresse quand les stresseurs liés au travail sont contrôlés.
  • Hypothèse: rôle d’autres facteurs: style de leadership, caractéristiques du travail, nature du travail (en bureau ou sur le terrain)…
effets tampon

Soutien social

Stresseurs au travail de terrain Détresse

Coping émotions

Stresseurs liés à la vie Détresse

Coping problème

inverse!

Stresseurs au travail Détresse

Effets tampon
iv approches bas es sur l identit sociale
IV. Approches basées sur l’identité sociale

Exemple 1

La Libre Belgique, 16 octobre 2002, p. 6

Ras le bol général d’un corps à l’agonie

… Des centaines de membres du personnel administratif de l’ordre judiciaire se sont rassemblés sur les marches des palais de justice du pays.

Ces employés des greffes et des parquets se sentent floués. Ils sont exclus des avantages accordés aux fonctionnaires fédéraux, à savoir 1% d’augmentation salariale et la revalorisation du pécule de vacances à 92% de la rémunération..

L’ordre judiciaire constitue un corps spécial échappant à la réforme Copernic, mais nous avions reçu l’engagement du ministre de la Justice que ses membres bénéficieraient des avantages accordés aux fonctionnaires fédéraux. Nous sommes le 15 octobre et nous ne voyons rien venir, alors que les militaires ont obtenu une revalorisation de leur pécule de vacances et sont engagés dans des négociations salariales », explique Jean Lizen, secrétaire fédéral de la CGSP.

La suite ? Une manifestation nationale menée en front commun syndical.

…/…

slide11

Exemple 2

« A travail égal, salaire égal »

Exemple 3

En décembre 1990, la cour suprême des Etats-Unis rendit sa décision finale dans l’affaire Hopkins vs Price Waterhouse et inculpa la firme de discriminationau travail envers son employée Ann Hopkins.

Etant une employée très performante et appréciée de ses clients, cette comptable se vit refuser le poste d’associée à cause du manque de féminité dont elle aurait dû,selon Price Waterhouse, faire preuve en tant que femme.

Ce traitement fut considéré discriminatoire puisque son statut de femme influença les comportements des dirigeants de l’entreprise et puisque le refus qu’elle subitn’avait aucun lien avec ses capacités ou ses mérites individuels ni avec son comportement concret. (Fiske et al. 1991)

effets de la discrimination
Effets de la discrimination ?
  • Relatifs aux travailleurs
    • Troubles de la santé
    • Attitudes négatives face au travail
    • Diminution de la satisfaction au travail
    • Actions de revendication,
    • Grèves
  • Relatifs à l’organisation
    • Diminution de l’implication,
    • Diminution de la productivité
    • Diminution de la qualité du travail
  • Explications: processus identificatoires et comparatifs
    • Théorie de l’auto-catégorisation (Turner, 1985)
    • Théorie de l’identité sociale (Tajfel, 1982)
th orie de l auto cat gorisation turner 1985
Théorie de l’auto-catégorisation (Turner, 1985)

Idées de base

  • L’individu est fondamentalement motivé à améliorer l’image qu’il se forge de lui-même (son identité)
  • Or, le concept de soi est fluide: il varie sur un continuum. Il peut être défini à différents niveaux d’abstraction: personnel ou social.
    • Donc quand l’individu se définit comme une individualité, ilest motivé à améliorer son identité personnelle (i.e., implication dans sa carrière).
    • Mais quand il se définit en tant que membre d’un groupe, il perçoit ses buts, besoins et valeurs comme interchangeables avec les autres membres; dès lors il est motivé à améliorer le sort commun .
slide14

Soi comme unêtre humain

Humain

Soi comme mem-bre d’une entreprise

Social

Soi comme mem-bre d’une unité

Social

Personnel

Soi comme unindividu

Autres person-nes dans l’en-treprise de Jo

Personnesdans les autresentreprises

Personnes dansl’unité de Jo

Jo

identité de Jo

cibles de la comparaison

Haslam, 2001

Niveau d’abs- straction de soi

Contenu del’identité

th orie de l auto cat gorisation en lien avec le stress

Evaluation 2aire:

capacité perçue

pour faire face

Stratégies

d’ajustement

Situation

probléma

tique

Evaluation 1aire:

stresseurs perçus

Ajustement

profes-

sionnel

fournit unsoutien social

fournit une ‘lentille’

Théorie de l’auto-catégorisation en lien avec le stress

Identité sociale

etude de haslam et al soumis 2004 etude sur des d mineurs et barmen
Etude de Haslam et al. (soumis, 2004). Etude sur des démineurs et barmen

Soutien social(capacité coping)

-56**

.56**

Effets psycholo-giques

(ex: stress)

Identification

sociale

-.47**

-.33 (p=.06)a

a. Réduction significative

mais médiation plutôt partielle

  • L’IS est associée avec un faible niveau de stress
  • L’IS est associée au fait de bénéficier de soutien social
  • Et la relation IS – stress est médiée par le soutien social
menace du st r otype bourguigon et herman 2002 etude sur ch meurs
Menace du stéréotype (Bourguigon et Herman, 2002). Etude sur chômeurs

 Condition 1

Menace du stéréotype

(‘Chômeur’)

Condition 2

Non-menace du stéréotype

(‘Adulte’)

  • -Apprentissage
  • Aspects
  • motivationnels
  • Stratégies de
  • défense de soi

Anxiété,

Pensées auto-handicapantes

Variables socio-

démographiques

performances cognitives
Performances cognitives

Lecture d’un texte complexe 27 phrases (346 mots). 10 questions ‘vraies’ ou ‘fausses’

Condition

‘Chômeur’

Condition

‘Adulte’

strat gies de recherche d emploi
Stratégies de recherche d’emploi

Condition

‘Chômeur’

Condition

‘Adulte’

slide20
Perception de discrimination envers le groupe des chômeurs dans la recherche du travail (‘On se sent exclu’)

Condition

‘Chômeur’

Condition

‘Adulte’

th orie de l identit sociale tajfel 1972
Théorie de l’identité sociale (Tajfel, 1972)
  • Variables socio-structurelles
  • Imperméabilité des frontières
  • Légitimité du statut
  • Stabilité du statut
slide22

La comparaison sociale détermine si l’individu réalise…

une identité sociale positive

une identité sociale négative

Recherche d’un changement(stratégies)

Frontières perméables (stratégies individuelles)

Frontières imperméables

Illégitimité(alternativesperçues)

Légitimité, stabilité(pas d’alternatives, stratégies individuelles)

(Il)légitimité(In)stabilité

Stabilité

instabilité

Comparaisonintragroupe (dépression)

Mobilité

Compétition,

action collective

Créativitésociale

Les individus ont besoin d’une identité personnelle et d’une identité socialepositive (ils ont besoin d’appartenir à des groupes socialement valorisés)

hypoth se 2 mobilit sociale
Hypothèse 2. Mobilité sociale

N;B. Aucun effet signiticatif de la légitimité

conclusions
Conclusions
  • Refus d’une analyse intra-individuelle
  • Rôle des comparaisons sociales
  • Rôle de l’identification sociale et des relations intergroupes
  • Effets de l’identification sur le plan de la santé mentale
    • Augmentation de l’estime de soi
    • Augmentation de la conformité, difficulté de s’adapter aux crises, rejet de la déviance…
slide28

Conclusions du chapitre 2

6.Caractéristiques

individuelles

(socio-dém.,

personnalité)

Fit model

Contexte

organisationnel

1.Caractéristiques

liées au travail

(stresseurs)

2. Processus évalu-

atifs: environ-

nement perçu

3. Réactions de

stress à court

terme

4. Conséquences à

long terme

Th. organisa-

tionnelles

Th. S-R

Ergonomie

Th. Coping

Th du burnout

Th. Vitaminée

5.

Eléments

liés à la

situation

Th. psycho-sociales

Prévention

Intervention