Quelques donn es sur l inflammation
Download
1 / 37

- PowerPoint PPT Presentation


  • 276 Views
  • Updated On :

Quelques données sur l’inflammation. Inflammation. réponse complexe à une agression locale ou un traumatisme, et/ou à une réponse immunitaire douleur, tuméfaction, rougeur, chaleur implique la participation de systèmes n’appartenant pas sensu stricto au système immunitaire

Related searches for

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about '' - Jims


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

Inflammation
Inflammation

  • réponse complexe à une agression locale ou un traumatisme, et/ou à une réponse immunitaire

  • douleur, tuméfaction, rougeur, chaleur

  • implique la participation de systèmes n’appartenant pas sensu stricto au système immunitaire

  • les quatre types d’hypersensibilité provoquent une inflammation

  • diffusion, cascade


Inflammation1
Inflammation

  • Implique la migration de cellules de l’immunité naturelle ou adaptative au sein de l’organe agressé (quelle que soit la cause de l’agression-physique, chimique, réaction d’hypersensibilité)




R le de l endoth lium vasculaire dans la migration des cellules immunitaires
Rôle de l’endothélium vasculaire dans la migration des cellules immunitaires

  • Molécules d’adhésion des endothéliums vasculaires

    • pour que la migration vers le tissu agressé se produise, il faut que la cellule immunitaire puisse adhérer à l’endothélium vasculaire

    • tant les cellules immunitaires que les cellules endothéliales possèdent des récepteurs à cet effet : les CAMs (leucocyte specific cell-adhesion molecules)


Les cams
Les CAMs cellules immunitaires

  • les CAMs interviennent aussi pour stabiliser les interactions entre cellules immunitaires (par exemple pour augmenter l’affinité de l’interaction TCR/peptide-CMH

  • l’expression des CAMS n’est généralement pas constitutive (elle est du moins modulable) et dépend de l’activation cellulaire


Quatre familles de cams
Quatre familles de CAMs cellules immunitaires

  • Sélectines

  • Molécules de type mucine

  • Intégrines

  • Superfamille des immunoglobulines

    Il y a des interactions entre CAMs de familles différentes!

    Certaines CAMs sont présentes sur les cellules immmunitaires, d’autres sur les endothéliums


S lectines
Sélectines cellules immunitaires

  • Certaines sur les cellules immunitaires (L), d’autres sur les endothéliums

  • Glycoprotéines membranaires qui possèdent un domaine terminal de type lectine

  • Interaction initiale avec l’endothélium

  • Reconnaissance sélective de résidus polysaccharidiques présents au niveau de certains endothéliums vasculaires : choix de l’organe dans lequel la cellule va aller


Mol cules de type mucine
Molécules de type mucine cellules immunitaires

  • molécules fortement glycosylées (notamment sialylées) qui interagissent avec les sélectines

  • Ligands des sélectines


Int grines
Intégrines cellules immunitaires

  • présentes sur tous les leucocytes (lymphocytes, polynucléaires, macrophages)

  • interactions avec endothélium et interactions intercellulaires

  • interactions avec les molécules de la superfamille des immunoglobulines

  • hétérodimères ab

  • plusieurs familles d’intégrine partagent la même chaîne b


Int grines1
Intégrines cellules immunitaires

  • l’absence génétique de certaines chaînes b provoque un déficit immunitaire


Superfamille des immunoglobulines
Superfamille des immunoglobulines cellules immunitaires

  • domaines de type immunoglobulines

  • présentes sur endothéliums vasculaires

  • ligands des intégrines

  • ICAM-1, -2, -3 et V-CAM



Les quatre phases de l extravasation1
Les quatre phases de l’extravasation cellules immunitaires

  • Rôle des sélectines dans l’interaction initiale avec l’endothélium (rolling)

  • Pendant le rolling, exposition du neutrophiles à des facteurs solubles qui l’activent : les chimioattractants

    • chimiokines : IL-8,...

    • produits du complément (C3a et C5a), produits bactériens


Les quatre phases de l extravasation2
Les quatre phases de l’extravasation cellules immunitaires

  • L’activation provoque un changement conformationnel des intégrines du polynucléaire ce qui permet une interaction de forte affinité avec certaines molécules de la superfamille des immunoglobulines sur l’endothélium vasculaire : la cellule s’arrête et est prête pour l’extravasation


Une diff rence entre la migration des lymphocytes et des neutrophiles
Une différence entre la migration des lymphocytes et des neutrophiles

  • neutrophiles : migration vers tous les organes enflammés

  • lymphocytes : migration sélective vers certains tissus ou organes lymphoïdes (selon le type de lymphocytes considérés) : homing


Le homing
Le homing neutrophiles

  • Phénomène d’extravasation qui permet aux lymphocytes de retourner dans un tissu lymphoïde donné

  • Les HEV (high endothelial venules) des ganglions lymphatiques


Quelques donn es sur l inflammation
HEV neutrophiles


R le essentiel des s lectines et de leur ligands de type mucine dans le homing des lymphocytes
Rôle essentiel des sélectines et de leur ligands (de type mucine) dans le homing des lymphocytes

  • on parle aussi d’adressines vasculaires


Homing des lymphocytes t na fs et activ s m moires
Homing des lymphocytes T naïfs et activés/mémoires mucine) dans le homing des lymphocytes

  • les lymphocytes T naïfs et activés/mémoires recirculent différemment

  • ils possèdent des molécules d’adhésion et des récepteurs chimiokiniques différents

  • lymphocytes T naïfs : organes lymphoïdes secondaires

  • lymphocytes T activés ou mémoires : tissus (organes lymphoïdes tertiaires)


Les chimiokines
Les chimiokines mucine) dans le homing des lymphocytes

  • large famille de petits polypeptides (90-130 aa)

  • contrôlent la migration des cellules immunitaires dans les tissus (lymphocytes ou polynucléaires, organes lymphoïdes ou tissus inflammatoires)

  • deux sous-groupes

    • C-C

    • C-X-C

  • Récepteurs de chimiokines (CCR ou CXCR) : protéines à sept domaines transmembranaires couplés à une protéine G


Quelques donn es sur l inflammation

Les différentes cellules immunitaires (neutrophiles, éosinophiles, macrophages, lymphocytes B, T helper 1, T helper 2, cytotoxiques, cellules NK) ont des jeux de récepteurs chimiokiniques différents


Les quatre syst mes enzymatiques du plasma et leurs m diateurs
Les quatre systèmes enzymatiques du plasma et leurs médiateurs

  • Le système des kinines

    • formation de bradykinine

      • peptide vasoactif puissant

  • Le système de la coagulation

    • rôle chémoattractant des fibrinopeptides

  • Le système de la fibrinolyse

  • Le système du complément


Quelques donn es sur l inflammation

Les kinines, la coagulation, la fibrinolyse initient l’inflammation en cas d’agression non antigénique (p.ex. physique, chimique,...), ils participent en outre à l’amplification des phénomènes inflammatoires d’origine immunitaire


La phase aigu de l inflammation
La phase aiguë de l’inflammation l’inflammation en cas d’agression non antigénique (p.ex. physique, chimique,...), ils participent en outre à

  • rôle central du neutrophile

    • la première cellule « sur le terrain »

    • sécrétion de chimiokines par le neutrophile pour attirer d’autres types cellulaires (macrophages)

  • recrutement secondaire des macrophages (5-6h)

    • sécrétion d’IL-1, d’IL-6, de TNF-a

      • expression accrue de molécules d’adhésion (intégrines) par les endothéliums

      • réponses systémiques


R ponse syst mique aigu dans l inflammation
Réponse systémique aiguë dans l’inflammation l’inflammation en cas d’agression non antigénique (p.ex. physique, chimique,...), ils participent en outre à

  • systéme nerveux central

    • fièvre

    • sécrétion d’ACTH

  • foie : sécrétion des protéines de la phase aiguë (acute phase proteins)

    • CRP (C reactive protein)

    • fibrinogène

    • facteurs du complément

  • Moelle hématopoïétique

    • augmentation de la myélopoïèse