th orie des syst mes d information 3 eclairage historique n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Théorie des systèmes d’information 3 ECLAIRAGE HISTORIQUE PowerPoint Presentation
Download Presentation
Théorie des systèmes d’information 3 ECLAIRAGE HISTORIQUE

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 46

Théorie des systèmes d’information 3 ECLAIRAGE HISTORIQUE - PowerPoint PPT Presentation


  • 162 Views
  • Uploaded on

Théorie des systèmes d’information 3 ECLAIRAGE HISTORIQUE. ULB 19 décembre 2003. Éclairage historique. Histoire du micro-ordinateur Histoire des langages de programmation Dynamique des équilibres du marché des logiciels Évolution du marché de l’informatique.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Théorie des systèmes d’information 3 ECLAIRAGE HISTORIQUE' - Anita


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
clairage historique
Éclairage historique
  • Histoire du micro-ordinateur
  • Histoire des langages de programmation
  • Dynamique des équilibres du marché des logiciels
  • Évolution du marché de l’informatique
histoire du micro ordinateur
Histoire du micro-ordinateur
  • Les « Hackers » des années 60 et 70
  • Les premiers micro-ordinateurs
  • Le coup de force de Bill Gates (3 février 1976)
  • Le PARC de Xerox
  • L’évolution de Microsoft
  • Suite de l’histoire
les hackers des ann es 60 et 70
Les « hackers » des années 60 et 70
  • MIT, Bell Labs d’AT&T, PARC de Xerox etc.
  • Le logiciel ouvert : Unix (1969) et C (1972) aux Bell Labs
  • La souris (Douglas Engelbart, 1968)
  • Fenêtres et menus déroulants (Dan Ingals, 1974)
  • L’éthique des hackers
the hackers ethic
« The Hackers Ethic »
  • 1) l’accès aux ordinateurs doit être illimité et total (« hands-on imperative »)
  • 2) l’information doit être gratuite
  • 3) ne pas faire confiance à la hiérarchie, promouvoir la décentralisation
  • 4) juger les hackers selon leur compétence, et non selon le diplôme, l’âge, la race ou le grade
  • 5) créer de l’art et de la beauté avec l’ordinateur
  • 6) améliorer la vie avec l’ordinateur
les premiers micro ordinateurs
Les premiers micro-ordinateurs
  • Le premier micro-processeur : 4004 d’Intel, novembre 1971
  • Le Micral (1973)
l altair et la naissance de microsoft
L’Altair et la naissance de Microsoft
  • Paul Allen (né en 1953) et Bill Gates (né le 28 octobre 1955) vendent à MITS la licence de leur interpréteur Basic (1er février 1975)
  • 3 février 1976 : « Open letter to Hobbyists » de Bill Gates dans Computer Notes
  • 26 novembre 1976 : la marque « Microsoft » est enregistrée
slide11

February 3, 1976

An Open Letter to Hobbyists

To me, the most critical thing in the hobby market right now is the lack of good software courses, books and software itself. Without good software and an owner who understands programming, a hobby computer is wasted. Will quality software be written for the hobby market?

Almost a year ago, Paul Allen and myself, expecting the hobby market to expand, hired Monte Davidoff and developed Altair BASIC. Though the initial work took only two months, the three of us have spent most of the last year documenting, improving and adding features to BASIC. Now we have 4K, 8K, EXTENDED, ROM and DISK BASIC. The value of the computer time we have used exceeds $40,000.

The feedback we have gotten from the hundreds of people who say they are using BASIC has all been positive. Two surprising things are apparent, however. 1) Most of these "users" never bought BASIC (less than 10% of all Altair owners have bought BASIC), and 2) The amount of royalties we have received from sales to hobbyists makes the time spent of Altair BASIC worth less than $2 an hour.

Why is this? As the majority of hobbyists must be aware, most of you steal your software. Hardware must be paid for, but software is something to share. Who cares if the people who worked on it get paid?

Is this fair? One thing you don't do by steeling software is get back at MITS for some problem you may have had. MITS doesn't make money selling software. The royalty paid to us, the manual, the tape and the overhead make it a break-even operation. One thing you do is prevent good software from being written. Who can afford to do professional work for nothing? What hobbyist can put 3-man years into programming, finding all bugs, documenting his product and distribute for free? The fact is, no one besides us has invested a lot of money in hobby software. We have written 6800 BASIC, and are writing 8080 APL and 6800 APL, but there is very little incentive to make this software available to hobbyists. Most directly, the thing you do is theft.

What about the guy who re-sell Altair BASIC, aren't they making money on hobby software? Yes, but those who have been reported to us may lose in the end. They are the ones who give hobbyists a bad name, and should be kicked out of any club meeting they show up at.

I would appreciate letters from any one who wants to pay up, or has a suggestion or comment. Just write me at 1180 Alvarado SE, #114, Albuquerque, New Mexico, 87108. Nothing would please me more than being able to hire ten programmers and deluge the hobby market with good software.

Bill Gates

General Partner, Micro-Soft

le parc de xerox
Le PARC de Xerox
  • Xerox achète Scientific Data Systems en 1969 et décide de créer un centre de recherche
  • Le PARC est créé en 1970
    • 1971 : Smalltalk (Alan Kay) premier langage orienté objet ; l’imprimante à laser (Gary Starkweather)
    • 1973 : Ethernet (Bob Metcalfe), publié en 1980
    • 1974 : Fenêtres et menus déroulants (Dan Ingals) ; premier traitement de texte convivial (Charles Simonyi et alii)
    • 1979 : microprocesseur graphique 3D (James Clark)
    • Décembre 1979 : visite de Steve Jobs, d’Apple.
    • 27 avril 1981 : Xerox lance la station de travail Star (16 000 $). Mais le 24 août 1981 IBM lance le PC (2 000 $). 
    • Janvier 1984 : Apple lance le Macintosh. 
ibm et le pc
IBM et le PC
  • Décision politique de Frank Cary en 1981
  • Sortie du PC en août 1981
  • Micro-processeur Intel, système d’exploitation MS-DOS de Microsoft, sans contrat d’exclusivité
  • Les « clones » à partir de 1986
  • Le PC, à faible marge, concurrence les mainframes et les minis
  • Effondrement d’IBM au début des années 1990
suite de l histoire
Suite de l’histoire
  • 1982 : premier « portable » (Compaq, 15 kg)
  • 1983 : Lisa d’Apple, première interface graphique ; publication de la norme IEEE 802.3 (Ethernet) : début des réseaux locaux
  • 1984 : Tableur Lotus 1-2-3 ; Macintosh d’Apple
  • 1985 : Token Ring d’IBM ; PC AT d’IBM ; Windows 1.0 de Microsoft
  • 1986 : dBase d’Ashton et Tate, premier SGBD sur PC ; Excel de Microsoft ; PC 386 de Compaq (le premier clone) ; développement de la messagerie
  • 1991 : naissance du World Wide Web
  • 1992 : groupware avec Notes de Lotus
  • 1997 : succès des Intranets
technologies importantes
Technologies importantes
  • CD-Rom (650 Mo) et DVD-Rom (4,7 Go), puis nouveaux procédés de stockage (3D etc.)
  • Cryptage : PGP de Phil Zimmermann
  • Groupware : de la messagerie à l’Intranet, puis au temps réel
  • Modems : progrès vers le haut débit
  • Réseaux locaux, WAN, RPV
  • Logiciel libre
  • RAD : Visual Basic, classes Java réutilisables
  • Web
  • Etc…
paris gagn s
Paris gagnés
  • Federal Express
  • Groupware
  • Interface graphique
  • Datawarehouse
  • Commerce électronique
    • Amazon
    • Dell
les d buts
Les débuts
  • Dans les années 40 : programmation en langage machine
  • 1950 : l’assembleur
  • 1954 : Fortran (« Formula Translation ») pour le calcul scientifique, premier « langage de haut niveau » ; Algol (européen) en 1958
  • 1959 : Cobol pour les logiciels de gestion
  • 1964 : Basic pour la formation des débutants
les logiciels r cents
Les logiciels « récents »
  • 1970 : Pascal, langage « structuré »
  • 1972 : C, un « assembleur de haut niveau »
  • Langages spécifiques : APT pour le contrôle des machines numériques, GPSS pour construire des modèles de simulation, LISP (1959) pour manipuler des suites de symboles, Perl (1987) langage de commande dans le monde Unix
  • Les 4GL pour les bases de données : Focus, SQL, dBASE
  • Les langages « orientés objet » : Simula (1969), Smalltalk (1980), C++ (1983), Java (1995)
dynamique des quilibres du logiciel
Dynamique des équilibres du logiciel
  • En économie, un équilibre est un régime de production dans lequel les clients, fournisseurs et techniques entretiennent une relation durable
  • Sur un marché, il peut exister plusieurs types d’équilibre ; le passage de l’un à l’autre suppose une dynamique.
  • La dynamique s’enclenche à l’occasion d’un changement technologique ou d’une modification des règles du jeu.
    • Exemple : succession historique des “systèmes techniques” (Bertrand Gille)
equilibre de la production des logiciels
Equilibre de la production des logiciels
  • Pour produire un grand logiciel, il faut quatre composantes :
    • Un “centre” qui définit les tâches à accomplir, attire les contributeurs et sélectionne les contributions à retenir ;
    • Des contributeurs qui réalisent le travail de développement ;
    • Un réseau de communication ;
    • Un moyen pour rémunérer les contributeurs.
deux types de produit
Deux types de produit
  • Logiciel ouvert :
    • le code source est distribué, il peut être modifié
    • le logiciel n’est pas nécessairement gratuit mais son prix est bas
  • Logiciel compilé :
    • seul le code compilé est distribué, il ne peut pas être modifié
    • le prix est élevé
equilibre du logiciel compil
Equilibre du logiciel compilé
  • Exemple de Microsoft :
    • “Centre” : Bill Gates et ses lieutenants ; relation hiérarchique
    • Contributeurs : programmeurs de Microsoft et de ses sous-traitants
    • Réseau : LAN du campus de Redmond + Internet avec les sous-traitants
    • Rémunération : salaire et contrats
equilibre du logiciel libre
Equilibre du logiciel libre
  • Exemple : Linux
    • “Centre” : Linus Torvalds et ses lieutenants ; relation : “dictature bienveillante”
    • Contributeurs : programmeurs du monde entier
    • Réseau : Internet
    • Rémunération : purement symbolique
r mun ration symbolique
Rémunération symbolique
  • Une rémunération économique, mais indirecte
    • Prestige et image ont des conséquences sur la carrière
    • Accès plus facile au capital risque
    • Il ne s’agit pas d’altruisme !
  • Il ne s’agit pas d’une exception
    • Dans d’autres secteurs (machines outils, équipement scientifique), des utilisateurs “pointus” ont contribué à la définition des produits
dictateur bienveillant
“Dictateur bienveillant”
  • Dictateur : a tout pouvoir pour sélectionner les contributions
    • Fournit une “vision”, recentre les développeurs sur le coeur du projet
    • Eclate le projet en sous-projets
  • Bienveillant : manifeste de la considération envers le contributeurs, aussi modeste soit leur contribution.
    • 80 % des contributions proviennent de 20 % des contributeurs ; les autres fournissent de petites contributions mais elles sont précieuses.
    • La production du code est encore plus concentrée.
la succession des quilibres
La succession des équilibres
  • Années 60 : pratique générale du logiciel libre parmi les “hackers” ; “the hackers ethic” ; Berkeley, MIT; AT&T avec Unix, etc. (Steven Levy, Hackers)
  • “Unbundling” d’IBM (juin 1969) : vente séparée du matériel et du logiciel
  • A partir de 1976 : émergence du modèle du logiciel compilé marchand (Bill Gates, “An Open Letter to Hobbyists”, Computer Notes, 3 février 1976)
    • Des résistances : Free Software Foundation de Stallman au MIT en 1983
      • General Public License (GPL)
  • A partir de 1991 : retour en force du logiciel libre (Linux) associé à l’Internet (www)
    • Debian Free Software Guidelines 1995
bilan du logiciel compil marchand
Bilan du logiciel compilé marchand
  • Les plus :
    • Equilibre le coût de production
    • garantit le profit
    • a permis le développement d’une offre pour PC
    • bien adapté à l’utilisateur inexpert
  • Les moins :
    • Difficultés du déboguage
    • contraintes de la compatibilité ascendante
    • différenciation sur mesures faible
bilan du logiciel libre
Bilan du logiciel libre
  • Les plus :
    • Convergence du déboguage
    • possibilité d’une personnalisation (d’où moindre lourdeur),
    • bien adapté à l’utilisateur expert dont les contributions peuvent être valorisées
    • bonne relation avec les universités (“alumni effect”)
    • visibilité de la performance
  • Les moins :
    • Eclatement en variantes multiples (Unix, Sendmail)
    • faiblesse de la documentation et du support aux utilisateurs
logiciel libre et pirates
Logiciel libre et pirates
  • Les “hackers” d’aujourd’hui (pirates) tirent parti du logiciel libre
    • diffusion du code source
    • partage des améliorations
    • progrès exponentiels
  • Faiblesse de la recherche en sécurité
    • faible nombre de diplômés
    • embauche rapide des chercheurs par les entreprises
  • Le vainqueur est désigné d’avance !
tentation de l enclosure
Tentation de l’« enclosure »
  • L’équilibre économique des détenteurs de droits est compromis par le Web (moteurs de recherche, échange de fichiers, BD coopératives)
  • Développement de techniques de contrôle : « réseaux intelligents »
  • Protection des logiciels par des brevets depuis 1980
  • Digital Millenium Copyright Act de 1998 (décryptage interdit) ; durée du copyright passe de 14 à 70 ans
  • Une « économie des droits » est à créer
conjoncture des nouvelles technologies
Conjoncture des nouvelles technologies
  • Trois secteurs fournissent des NTIC :
    • Techniques fondamentales : circuits intégrés, langages de programmation
      • Intel, IBM, Xerox PARC, Bell Labs, Universités etc.
    • Application des techniques fondamentales : ordinateurs, commutateurs, fibres optiques etc. ; progiciels, logiciels
      • Dell, IBM, HP, Microsoft, SAP etc.
    • Utilisation des applications : services informatiques et télécoms
      • SSII, intégrateurs, réseaux télécoms
p n tration loi de gompertz
Pénétration : loi de Gompertz

yt = δ + α exp[-exp(β – γt)]

α = 1, β = 2,5, γ = 0,3, δ = 0

une crise banale
Une crise banale
  • Le début de la logistique est pris pour le début d’une exponentielle
    • Extrapolation de la croissance constatée, d’où forte valeur des entreprises
    • Endettement, acquisitions, conquête de parts de marché
  • Quand arrive l’inflexion
    • Révision brutale des anticipations et donc des évaluations
    • Révélation de la surcapitalisation et de la fragilité des bilans
    • Faillites réelles (Worldcom) ou virtuelles (France Télécom)
  • Un précédent instructif
    • La croissance des chemins de fer américains au début des années 1870 ; crise de 1873 : 20 % des entreprises font faillite, baisse des cours de 33 %, récession économique. Nouveau « boom » en 1877
hypoth se d volution du pib
Hypothèse d’évolution du PIB

Croissance tendancielle de 3%, fluctuation conjoncturelle de

périodicité 5 ans

volution du parc install
Évolution du parc installé

Parc = PIB * pénétration

du premier quipement au renouvellement
Du premier équipement au renouvellement
  • Lorsque le parc installé croît, la part du renouvellement dans les commandes croît également
  • Le renouvellement des équipements dépend des progrès techniques et de la mode
  • L’équipement obsolète est encore en parfait état de marche
  • La durée de vie est dès lors sensible à la conjoncture économique
  • L’économie des équipements NTIC va ressembler de plus en plus à celle des biens durables à cycle court (exemple : automobile)
le ons pour l conomie des ntic
Leçons pour l’économie des NTIC
  • La crise actuelle est due à l’inflexion de la pénétration (inévitable, mais difficile à dater a priori)
  • Les opérateurs télécoms, SSII etc. souffrent de l’inflexion
  • Les équipementiers devront en outre s’adapter à un changement de régime conjoncturel : de la pénétration au renouvellement
  • Une « crise de la stratégie » est prévisible
lectures recommand es
Lectures recommandées
  • Langages
    • Bjarne Stroustrup, The Design and Evolution of C++, Addison Wesley, 1999
  • Histoire
    • Bill Gates, « Open Letter to Hobbyists », Computer Notes, 3 février 1976
    • Paul Carroll, Big Blues, The Unmaking of IBM, Crown 1994
    • Steven Levy, Hackers, Delta Publishing 1994
    • Michael Hiltzik, Dealers of Ligthning - Xerox PARC and the Dawn of the Computer Age, Harper Business 1999
    • Paul E. Ceruzzi, A History of Modern Computing, MIT 1998
    • Philippe Breton, Une histoire de l’informatique, La Découverte 1987
  • Économie
    • Tirole Jean et Lerner Josh « The simple economics of Open Source », Journal of Industrial Economics, July 24, 2001