Initiation r seaux
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 142

Initiation Réseaux PowerPoint PPT Presentation


  • 47 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Initiation Réseaux. Université Claude Bernard UFR Informatique A Mille 2002-2003. 3 problématiques majeures pour l'entreprise. Autres Entreprises :. Open Enterprise Networking. - Interopérabilité - Coûts des télécoms - Coûts des stations. EDI. Fournisseurs/ clients. E MAIL.

Download Presentation

Initiation Réseaux

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Initiation r seaux

Initiation Réseaux

Université Claude Bernard

UFR Informatique

A Mille

2002-2003


3 probl matiques majeures pour l entreprise

3 problématiques majeures pour l'entreprise

Autres

Entreprises :

Open Enterprise

Networking

- Interopérabilité

- Coûts des télécoms

- Coûts des stations

EDI

Fournisseurs/

clients

E MAIL

E MAIL

FTP

INTRANET

FTP

INTERNET

Joint ventures

Partenaires

Filiales


Int gration de technologies

Intégration de technologies

Systèmes

Interopérables et

outils d’intégration

Compétences pour

maîtriser la

complexité

technologique

... Pour l’infrastructure informatique et les

applications vitales de l’entreprise


Plan du cours

PLAN DU COURS

  • LES BASES

    • SUPPORTS DE TRANSMISSION

    • CODAGE DES INFORMATIONS

    • DETECTION/CORRECTION DES ERREURS DE TRANSMISSION

  • DEFINITIONS ET PRINCIPES

    • TYPES DE LIAISON

    • CARACTERISATION DE TRAFIC

    • NORMALISATION


Plan du cours suite

PLAN DU COURS (suite)

  • PROBLEMES ET SOLUTIONS ILLUSTREES PAR COUCHES

    • SUPPORTS D'INTERCONNEXION

    • COUCHE PHYSIQUE

    • COUCHE LIAISON

    • COUCHE RESEAU


Problemes et solutions illustrees par couches

PROBLEMES ET SOLUTIONS ILLUSTREES PAR COUCHES

  • SUPPORTS D'INTERCONNEXION

  • COUCHE PHYSIQUE

  • COUCHE LIAISON

  • COUCHE RESEAU


Teleinformatique acc der aux informations distance

TELEINFORMATIQUE = Accéder aux informations à distance

  • informations numérisées

  • nature quelconque de contenu "sémantique"

  • contrôle et gestion des échanges

  • intégration matériel-logiciel

  • indépendance théorique des matériels support

    • Support proposé sur le site UREC du CNRS


Mod le g n ral d un support de transmission

Modèle général d'un support de transmission

ETTD

CA

CC

ETTD: Equipement Terminal de Traitement de Données (DTE)

CA :Contrôleur d'Appareil

CC : Contrôleur de Communication


Mod le g n ral d un support de transmission1

Modèle général d'un support de transmission

ETTD

ETCD

CA

CC

Connexion proche

ETCD: Equipement Terminal de Circuit de Données (DCE)

Typiquement Modem, Carte Réseau, ...


Mod le g n ral d un support de transmission2

Modèle général d'un support de transmission

LD

ETTD

ETCD

ETCD

ETTD

CA

CC

CC

CA

CD

  • LD : Ligne de Données (DL)

  • CD : Circuit de Données (DC)

  • Symétrie des équipements (dans leur rôle seulement)


Transmission bas e sur les ondes

Transmission basée sur les ondes...

  • Electriques

  • Optiques

  • Electromagnétiques

  • Transfert non instantané...

  • Transfert non parfait...


Nature du signal mod le sinuso dal

Nature du signal : modèle sinusoïdal

Fréquence

Y(t)=Asin(2ft+)

Y

Amplitude

Déphasage

A

t

Asin()

T=1/f


Spectre d nergie parfait

Spectre d'énergie ...parfait

f1

f2

f3

RAIES


Spectre d nergie r el

f1

f2

f3

Spectre d'énergie...réel

SPECTRE CONTINU


Largeur de bande

Largeur de bande...

Puissance

Partie réelle

f

largeur de bande


Largeur de bande et bande passante

Largeur de bande...et bande passante

Puissance

Pe

Ps

Partie réelle

La bande passante est estimée

selon l'hypothèse Ps=Pe/2

10log10(1/2)=3db

On donne la bande passante

"à 3 db".

f

largeur de bande


Th or me de shannon

Théorème de SHANNON

D(bits/s)=Wlog2(1+S/N)

Rapport des puissances

signal/bruit

Débit

Largeur de bande en Hz


Propri t s respecter dans la transmission

Propriétés à respecter dans la transmission

  • Compatibilité avec la bande passante du support d'interconnexion

  • Synchronisation des transitions (horloges)

  • Différentiation avec le bruit des perturbations

  • Signal aux transitions "abruptes" du type TOR( Tout Ou Rien).


Deux techniques de transmission

Deux techniques de transmission

ETTD

ETCD

Transmission en Bande de Base


Deux techniques de transmission1

Deux techniques de transmission

ETTD

ETCD

Transmission en Bande de Base

ETTD

ETCD

Transmission en Modulation


Codage en bande de base

Codage en bande de base

  • Codage pour obtenir les propriétés énoncées (immunité au bruit, transport d'horloge, ..)

    • Codage NRZ

    • Codages Manchester

    • Codages à 3 niveaux


Codage nrz non return to zero

Codage NRZ (Non Return to Zero)


Codage nrz non return to zero1

Codage NRZ (Non Return to Zero)

+a

0

-a


Codage manchester biphas

Codage Manchester biphasé

1

1

1

1

0

1

0

0

0

1

0

0

+a

0

-a


Codage manchester biphas1

Codage Manchester biphasé

1

1

1

1

0

1

0

0

0

1

0

0

+a

0

-a


Codage manchester diff rentiel

Codage Manchester différentiel

+a

0

-a

si ai-1- ai=1

si ai-1- ai=0


Codage trois niveaux

Codage à trois niveaux

+a

0

-a

  • problème des "silences" sur la ligne..


Codage binaire haute densit bhd2

Codage Binaire haute densité BHD2

+a

0

-a

  • problème des "silences" sur la ligne..


Transmission avec transposition de fr quence

Transmission avec transposition de fréquence

  • pour s'adapter à une bande passante

  • pour multiplexer des voies de transmission

  • pour s'affranchir des zones de bruit

  • pour s'affranchir des effets du bruit

  • pour augmenter le débit en bits/s


Diff rents types de transposition de fr quence

Différents types de transposition de fréquence

  • modulation d'amplitude

    • porteuse modulée en amplitude

  • modulation de fréquence

    • deux fréquences exploitées dans une bande étroite

  • modulation de phase

  • modulation par impulsions codées (MIC)


Modulation de phase

Modulation de phase

011

001

010

110

000

t=3bits

100

111

Code de Gray

101


Modulation par impulsions cod es

Modulation par impulsions codées

t

t

t

t

t

t

t

t

t

t

t

111

110

101

100

011

010

001

000


Erreurs de transmissions

Erreurs de transmissions

  • Sources d'erreurs

    • le bruit,

    • interférence intersymboles,

    • couplage électromagnétique (crosstalk),

    • écho, ..

  • Taux d'erreur de 10-6 à 10 -8

  • Erreurs par paquets (burst)


Techniques de d tection correction

Techniques de détection/correction

  • redondance complète (écho distant)

  • contrôle de parité simple

  • contrôle de parité vertical et longitudinal

  • contrôle par blocs

  • puissance de correction et de détection du code de Hamming 7,4

  • Codes plus puissants : codes convolutionnels, Bose-Chaudhuri-Hocquenghem,..

  • Codes polynomiaux


Parit simple

Parité simple

n

di

modulo 2

Parité paire =

i=1


Parit simple1

Parité simple

n

di

modulo 2

Parité paire =

i=1

1

Parité impaire = Parité paire


Parit simple2

Parité simple

n

di

modulo 2

Parité paire =

i=1

1

Parité impaire = Parité paire

Probabilité de k erreurs :

n

)

(

pk(1-p)n-k

P(k erreurs) =

k


Parit simple3

Parité simple

n

di

modulo 2

Parité paire =

i=1

1

Parité impaire = Parité paire

Probabilité de k erreurs :

n

)

(

pk(1-p)n-k

P(k erreurs) =

k

Probabilité d'au moins une erreur :

1-P(0 erreur) = 1-(1-p)n


Parit simple4

Parité simple

n

Probabilité (erreur détectée) =

somme des probabilités de

nombres impairs d'erreurs

di

modulo 2

Parité paire =

i=1

1

Parité impaire = Parité paire

[n/2]

n

) p2k-1 (1-p)n-2k+1

(

=

2k-1

k=1

Probabilité de k erreurs :

n

)

(

pk(1-p)n-k

P(k erreurs) =

k

Probabilité d'au moins une erreur :

1-P(0 erreur) = 1-(1-p)n


Parit simple5

Parité simple

n

Probabilité (erreur détectée) =

somme des probabilités de

nombres impairs d'erreurs

di

modulo 2

Parité paire =

i=1

1

Parité impaire = Parité paire

[n/2]

n

) p2k-1 (1-p)n-2k+1

(

=

2k-1

k=1

Probabilité de k erreurs :

n

)

(

pk(1-p)n-k

P(k erreurs) =

k

Probabilité(contrôle parité marche)

Probabilité d'au moins une erreur :

=P(erreur détectée|>0erreur)

1-P(0 erreur) = 1-(1-p)n

P(erreur détectée)

=

1-P(0 erreur)


Tableau de performance de d tection d erreurs en parit simple

Tableau de performance de détectiond'erreurs en parité simple

P(défaut de

détection

étant donné

au moins

une erreur)

P(non détection

d'une erreur

dans un octet)

P(Erreur

transmission)

%erreur bit


Parit longitudinale verticale

Parité longitudinale/verticale


Parit longitudinale verticale1

Parité longitudinale/verticale

Détection et Correction


G n ralisation aux codes blocs

Généralisation aux codes blocs

Code bloc (n,k) signifie k bits de données et n-k bits de parité


G n ralisation aux codes blocs1

Généralisation aux codes blocs

?

Erreur : choix du mot de code le + proche


Repr sentation polynomiale

Représentation polynomiale

M(X) = m0+ m1 X 1+m2 X 2+...+ mk-1 X k-1


Repr sentation polynomiale1

Représentation polynomiale

M(X) = m0+ m1 X 1+m2 X 2+...+ mk-1 X k-1

X r. M(X) =Q(X).G(X)+R(X)


Repr sentation polynomiale2

Représentation polynomiale

M(X) = m0+ m1 X 1+m2 X 2+...+ mk-1 X k-1

X r. M(X) =Q(X).G(X)+R(X)

T(X)= X r. M(X) + R(X)


Repr sentation polynomiale3

Représentation polynomiale

M(X) = m0+ m1 X 1+m2 X 2+...+ mk-1 X k-1

X r. M(X) =Q(X).G(X)+R(X)

T(X)= X r. M(X) + R(X)

On peut montrer que les codes valides forment exactement l'ensemble

des codes multiples de G(X) (modulo(Xn-1))

Le récepteur divise T(X) par G(X) et examine le résultat. Si le résultat

est différent de 0 alors une procédure de récupération d'erreur est lancée


Implantation des codes polynomiaux

+

+

Implantation des codes polynomiaux

Exemple pour le code hamming (7,4)

Générateur = 1 + X + X3

2

1

X

X3

(X2)

1

2

Sortie

Entrée message

1


R sum des capacit s de d tection

Résumé des capacités de détection

  • erreurs simples : 100%

  • deux bits en erreur : 100%

  • un nombre impair d'erreurs : 100 %

  • paquet d'erreurs de moins de r+1 bits : 100%

  • paquets d'erreurs d'exactement r+1 bits : 1-1/2(r-1) % des paquets

  • paquets d'erreurs de plus de r+1 bits : 1-1/2r % des paquets


Les standards

Les standards

  • CRC 12 : 1 + X+ X2 + X3 + X11 + X12

  • CRC 16 : 1 +X2 +X15 + X16

  • CRC-CCITT : 1 + X5 + X12 + X16

  • CRC 32 : 1 + X+ X2 + X4+ X5 + X7 + X8 + X10 + X11 + X12 + X16+ X22 + X23 + X26 + X32

    En savoir plus sur les CRC

    http://bat710.univ-lyon1.fr/~amille/enseignements/DESS/CRC.htm


Plan du cours1

PLAN DU COURS

  • LES BASES

    • SUPPORTS DE TRANSMISSION

    • CODAGE DES INFORMATIONS

    • DETECTION/CORRECTION DES ERREURS DE TRANSMISSION

  • DEFINITIONS ET PRINCIPES

    • TYPES DE LIAISON

    • CARACTERISATION DE TRAFIC

    • NORMALISATION


Types de liaison rappels transmission synchrone asynchrone

TYPES DE LIAISONRappels transmission synchrone/asynchrone

1

0

0

1

1

1

0

0

0

1

0

1

Octet N

Octet N+1

Transmission synchrone


Types de liaison rappels transmission synchrone asynchrone1

TYPES DE LIAISONRappels transmission synchrone/asynchrone

Démarrage

Horloge

Data

Start

0

0

0

1

1

1

0

1

Stop

1Octet = 10 bits !

Transmission asynchrone


Types de liaison

Types de liaison

  • Simplex(unilatéral)

  • Half-duplex (bilatéral à l ’alternat)

  • Full-duplex (bilatéral simultané)


Multiplexage et concentration

Multiplexage et concentration

  • dans les deux cas plusieurs canaux d'entrée partagent un canal de plus haut débit en sortie.

  • le multiplexage implique une part fixe pour chaque canal

  • la concentration suppose une allocation dynamique de capacité à transmettre selon les besoins


Diff rents types de multiplexage concentration

Différents types de multiplexage/concentration

Temporel :

1

2

3

6

7

8

4

5

Statistique :

1

2

3

4

5

6

7

8

Avec compression : -> codage spécifique

avec/sans perte d'information.


Architectures de r seau

Architectures de réseau

  • réseau à accès direct

    • en Bus, accès aléatoire

    • en Bus, accès jeton

    • en Anneau, accès jeton

  • réseau à accès indirect

    • interconnexion de réseaux à accès direct

    • hiérarchisé

    • maillé


Interconnexion de r seaux acc s direct r seaux locaux

Interconnexion de réseaux à accès direct (réseaux locaux)

Notion de Réseau Local Etendu (RLE)


R seau hi rarchis mixte

Réseau hiérarchisé mixte

H

F

H

H

H

F

F

F

C

C

C

C

C

C


R seau maill

H

F

H

H

H

F

F

F

C

C

C

C

C

C

Réseau maillé


Les r seaux de t l communications

Les réseaux de télécommunications

  • Les réseaux à commutation de circuits

    • la commutation multicircuits

  • Les réseaux à commutation de messages

  • Les réseaux à commutation de paquets

  • Les réseaux à commutation de trames

  • Les réseaux à commutation de cellules


Commutation de circuits

Commutation de circuits

Circuit

“auto”commutateur


R seau de mobiles

Réseau de mobiles


R seau commutation de messages

Réseau à commutation de messages

ligne de télécom

nœud de commutation


R seaux commutation de messages paquets

Réseaux à commutation de messages/paquets

Noeud1

message

Noeud2

Noeud3

Noeud1

Noeud2

Noeud3

paquet


Caract risation du trafic sur une ligne

Caractérisation du trafic sur une ligne

Taux d'occupation

N=nb de connexions

par heure

NT

E=

en Erlangs

T=Durée de connexion

3600

Taux d'activité

n=nb de paquets

transmis

p=longueur moyenne

des paquets

D=Débit max du

support

T= période

d'observation

nP

D=

en %

TD


La normalisation

La normalisation

Standards Généraux

Standards Telecom


La normalisation1

La normalisation

Standards Généraux

Standards Telecom

CCITT

ISO

Commission Consultative

Internationale du Télégraphe

et Téléphone

International Standardization

Organization


La normalisation2

La normalisation

Standards Généraux

Standards Telecom

CCITT

ISO

Commission Consultative

Internationale du Télégraphe

et Téléphone

International Standardization

Organization

PTT

AFNOR

France

ATT

USA

ANSI


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 0

Support d ’interconnexion


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso1

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 1

Couche physique

Niveau « bit »

1

1

1

1


Couche 1 physique

Couche 1: Physique

1 Physique

les protocoles de connexion au niveau bit. Il s'agit

des caractéristiques électriques, fonctionnelles et

procédurales pour activer, maintenir et désactiver

les liaisons physiques. Elle assure la transmission d'un

flux de bits de manière la plus transparente possible.

Medium


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso2

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 2

Couche liaison

Niveau « trame »

2

2

2

2

1

1

1

1


Couche 2 liaison

Couche 2 Liaison

2 Liaison

les protocoles de liaison point à point . Groupe les bits en caractères et en trames. Synchronise les échanges et détecte (corrige) les erreurs de transmission. Prend en charge une partie du contrôle d'accès au médium.

Physique

Medium


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso3

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 3

Couche réseau

Niveau « paquets »

3

3

3

3

2

2

2

2

1

1

1

1


Couche 3 r seau

Couche 3 Réseau

3 Réseau

les protocoles d'établissement de chemins. Permet

le routage, la commutation de données. L'unité de

transport est le plus souvent le paquet.

Liaison

Physique

Medium


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso4

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 4

Couche transport

Niveau « messages »

4

4

3

3

3

3

2

2

2

2

1

1

1

1


Couche 4 transport

Couche 4 Transport

4Transport

les protocoles d 'acheminement de messages. Permet

le contrôle de bout en bout des échanges. Corrige les

imperfections des couches inférieures selon le niveau

de service demandé. Propose l'équivalent d'un port

logique d'entrée-sortie aux applications (sockets).

Réseau

Liaison

Physique

Medium


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso5

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 5

Couche session

Niveau « sécurité »

5

5

4

4

3

3

3

3

2

2

2

2

1

1

1

1


Couche 5 session

Couche 5 Session

5 Session

Protocoles de gestion de dialogue entre processus

distants. Etablissements de points de reprise.

Transport

Réseau

Liaison

Physique

Medium


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso6

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 6

6

6

Couche présentation

Niveau « compatibilité »

5

5

4

4

3

3

3

3

2

2

2

2

1

1

1

1


Couche 6 pr sentation

Couche 6 Présentation

6 Présentation

les protocoles de syntaxe de transfert (EDI)Conversion

de données.

Session

Transport

Réseau

Liaison

Physique

Medium


Le d coupage en couches osi opened systems interconnexion de la norme iso7

Le découpage en couches OSI (Opened Systems Interconnexion) de la norme ISO

Couche 7

7

7

Couche application

Niveau « utilisation »

6

6

5

5

4

4

3

3

3

3

2

2

2

2

1

1

1

1


Couche 7 application

Couche 7 Application

7 Application

les protocoles de service terminal (ftp, telnet, etc..)

6 Présentation

Session

Transport

Réseau

Liaison

Physique

Medium


Les couches

Les couches...

Les données utilisateurs


Les couches1

Les couches...

Les données utilisateurs

7 Application

Service


Les couches2

Les couches...

Les données utilisateurs

7 Application

Service

6 Présentation

Forme


Les couches3

Les couches...

Les données utilisateurs

7 Application

Service

6 Présentation

Forme

5 Session

Transaction


Les couches4

Les couches...

Les données utilisateurs

7 Application

Service

6 Présentation

Forme

5 Session

Transaction

4 Transport

Message

Fragment


Les couches5

Les couches...

Les données utilisateurs

7 Application

Service

6 Présentation

Forme

5 Session

Transaction

4 Transport

Message

Fragment

3 Réseau

Paquet


Les couches6

Les couches...

Les données utilisateurs

7 Application

Service

6 Présentation

Forme

5 Session

Transaction

4 Transport

Message

Fragment

3 Réseau

Paquet

2 Liaison

Trame


Les couches7

Les couches...

Les données utilisateurs

7 Application

Service

6 Présentation

Forme

5 Session

Transaction

4 Transport

Message

Fragment

3 Réseau

Paquet

2 Liaison

Trame

1 Physique


Le mod le de fonctionnement

Le modèle de fonctionnement...

7 Application

7 Application

6 Présentation

6 Présentation

Session

Session

Transport

Transport

Réseau

Réseau

Réseau

Réseau

Liaison

Liaison

Liaison

Liaison

Physique

Physique

Physique

Physique

Medium

Medium

Medium

Medium


Le mod le de fonctionnement1

Le modèle de fonctionnement...

7 Application

7 Application

6 Présentation

6 Présentation

Session

Session

Transport

Transport

Réseau

Réseau

Réseau

Réseau

Liaison

Liaison

Liaison

Liaison

Physique

Physique

Physique

Physique

Medium

Medium

Medium

Medium


Les primitives de base

Les primitives de base

Couche N+1

Couche N

Couche N

Couche N+1

Requête

Indication

Réponse

Confirmation

temps


Plan du cours suite1

PLAN DU COURS (suite)

  • PROBLEMES ET SOLUTIONS ILLUSTREES PAR COUCHES

    • SUPPORTS D'INTERCONNEXION

    • COUCHE PHYSIQUE

    • COUCHE LIAISON

    • COUCHE RESEAU

  • PRESENTATION DE SOLUTIONS "propriétaires"


Supports d interconnexion

SUPPORTS D'INTERCONNEXION

  • Fils métalliques (de type téléphonique)

    • paires torsadées

    • bandes passant variant à l’inverse de la distance

      • limites à 72 kbits/s sur quelques kilomètres

      • jusqu’à 155 Mbits/s sur 200 m en catégorie 5

    • utilisé de plus en plus en réseau local (10baseT)

      • Support de cours proposé par le CNRS


Supports d interconnexion1

SUPPORTS D'INTERCONNEXION

  • Fils métalliques (de type téléphonique)

    • paires torsadées

    • bandes passant variant à l’inverse de la distance

      • limites à 72 kbits/s sur quelques kilomètres

      • jusqu’à 155 Mbits/s sur 100 m en catégorie 5

    • utilisé de plus en plus en réseau local (10baseT)

HUB

Carte « réseau »

Prises RJ45


Supports d interconnexion2

SUPPORTS D'INTERCONNEXION

  • Câbles coaxiaux : a eu son heure de gloire.

    • Propriétés de bande passante et de faible bruit

    • Difficultés de mise en place

    • Deux grandes familles :

      • le fin (diamètres 1.2/4.4mm)

      • le gros (diamètres 2.6/9.5mm)


Supports d interconnexion3

SUPPORTS D'INTERCONNEXION

  • Fibres Optiques

    • faible atténuation

    • insensibilité au bruit électromagnétique

    • très haut débits (>2Gbit/s)

    • démocratisation

    • banalisation de la connectique


Supports d interconnexion4

SUPPORTS D'INTERCONNEXION

  • Faisceaux « sans fils »

    • Herziens

      • Radios

      • Satellites

    • Infrarouges

  • Vision Directe

  • Hauts débits (selon les plages de fréquence)

  • Re-configuration géographique aisée

  • Economique


C blage

Câblage

  • Câblage poste de travail:

    • Le plus répandu - Topologie en étoile autour des locaux techniques

    • Distance maximale entre équipement actif et utilisateur fonction du protocole (Ethernet, Fast ethernet, ATM, Asynchrone ...)

    • Composants :

      • Locaux techniques, Câbles, Les répartiteurs ,Le brassage

    • Choix du câble

      • Catégories 3, 4 (en fin de vie) , 5 (hauts débits)

      • Blindage, PVC, anti-feu, Diamètre du fil (augmentation d ’impédance=> moins d ’atténuation) …

    • Connecteur RJ45, RJ11

      (Un cours très bien fait sur le câblage :


C blage1

Câblage

  • Câblage Fibre optique

    • Utilisé comme :

      • câble de rocade pour construire les réseaux fédérateurs hauts débits

      • liaison inter-bâtiments

      • câble avec nombre pair de brins (brin émission, brin réception)

      • raccordement :

        • - ‘collage’ des brins sur les connecteurs ST du tiroir optique

        • - raccordement par cordon optique à l’équipement actif ou autre tiroir optique

    • Fibre multimode, monomode

    • Connecteurs SC, ST


C blage transmission sans fil

Câblage : Transmission sans fil

  • Réseaux locaux sans fil (LAN Wireless)

    • Méthodes de transmission : Infrarouge, laser, ondes radio

  • Informatique mobile

    • en pleine croissance : Utilisation du satellite ou cellules

    • formes d ’informatique mobile :

      • paquet radio via satellite

      • réseau téléphonique cellulaire

      • réseau satellite : transmission par micro-ondes


Liaison de donnees

LIAISON de DONNEES

Couche 2/OSI:


Service de liaison de donn es r le

Service de liaison de données: Rôle

  • Transfert de données fiable entre deux équipements

    • Taux d ’erreurs résiduel négligeable (détection et ctrl des erreurs de la couche physique)

    • Sans perte (contrôle de flux)

    • Sans duplication

  • Service fourni au réseau

    • Établir, maintenir et libérer les cnx de liaison de données entre entités de réseau

  • Service bi-point et multipoint

    • en multipoint : Gestion de l ’accès au support


Service de liaison de donn es service physique requis

Service de liaison de données: Service physique requis

  • Circuit de données synchrone sur LS ou liaison d ’accès à un WAN

  • Service fourni

    • cnx -libération

    • transfert fiable de données = trames (DLPDU)

    • Contrôle de flux

    • Identification de la LD

    • maintien en séquence des trames

    • Notification des erreurs non récupérables


Service de liaison de donn es protocole de ld

Service de liaison de données: Protocole de LD

  • Définition d ’un protocole LD

    • Format des trames

    • Critère de début et fin de trame

    • Place et signification des champs d ’une trame

    • technique de détection d ’erreurs utilisée

    • règles de dialogue : procédures après erreurs ou panne et supervision

  • Protocoles orientés caractères

    • Trame = nb entier de caractères délimités par des caractères de commande

      • Exp: code ASCII => caractères STX, ETX

      • Protection des caractères de commande par des caractères de transparence (DLE (Data link Escape) en ASCII)

        • Exemple de chaîne à coder : A B 1 ETB C ETX 2 DLE 3 SYN D DLE DLE 4

        • Sans protection : STX A B 1 ETB C ETX 2 DLE 3 SYN D DLE DLE 4 ETX

        • Avec protection : STX A B 1 DLE ETB C DLE ETX 2 DLE DLE3 SYN D DLE DLE DLE DLE 4 ETX


Service de liaison de donn es protocole de ld1

Service de liaison de données: Protocole de LD

  • Protocoles orientés bit

    • Trame = nb entier de bits délimités par des fanions (séquence particulière de bits)

      • Exp: Fanion 01111110

      • Transparence : insérer dans la trame binaire un ‘ 0 ‘  après avoir rencontré 5 ‘ 1 ’

        • Exemple de chaîne à coder : 0111111011

        • Sans protection : 011111100111111011 01111110

        • Avec protection : 011111100111110101101111110

  • Détection et contrôle des erreurs

    • Puissance du code : Distance de Hamming

    • Code LRC

    • Code VRC, cyclique ...


Etude du protocole hdlc

Etude du protocole HDLC


Pr sentation

Présentation

  • High Level Data Link Control

    Protocole de niveau 2/OSI

    Premier protocole moderne  1973 - 1976

    Utilise des mécanismes qui sont repris dans de nombreux autres protocoles

  • Standards

    OSI 3309 et 4335

    CCITT X25.2 : LAPBetI440: LAPD

    ECMA 40 et 49 (+60, 61, 71)

    Réseaux locaux:8802.2 LLC1, LLC2, LLC3

  • Produits

    IBM SDLC


Service physique requis

Service Physique requis

  • Liaison physique SYNCHRONE DUPLEX standard

    • Possibilité de demi-duplex sur réseaux commuté mais avec des restrictions de service

  • Le coupleur physique doit aussi assurer

    • TRANSPARENCE par insertion automatique de zéros

    • Détection d'erreurs par code cyclique CCITT


Service fourni

Service fourni

  • Transmission TRANSPARENTE d'une chaîne de bits quelconquebidirectionnelle simultanée

  • Correction d'erreurs très efficace

    • détection par code cyclique CCITT x15+x12+x5+1

    • Répétition des trames erronées

  • Contrôle de flux avec anticipation

  • Liaison de données

    • Point à point symétrique ou dissymétrique

    • Multipoint dissymétrique

      • scrutation par invitation à émettre


Versions et sous ensembles

Versions et sous-ensembles

  • Mode dissymétrique

    • Une station primaire et une ou plusieurs stations secondaires

    • NORMALexemple SDLC

    • AUTONOME (ancien)X25.2 LAP

  • Mode symétrique

    • équilibré (Pt à Pt seulement)X25.2 LAPB

  • Options

    • Très bien codifiées

    • Rejet

    • Adressage étendu

    • Séquencement étendu

    • Données non séquencées

    • etc.


Structure de trame

F

A

C

information (optionnelle)

FCS

F

Structure de trame

  • Structure UNIQUE avec 2 formats

    • Champ de données optionnel

    • Format A sans champ d'information

    • Format B avec champ d'information

  • Remplissage entre trames :

    • Fanions ou "idle" (7FFFh)

Fanion de fermeture : 7Eh

Contrôle d'erreurs (2o)

Commande: 1 ou 2 octets (option 10)

Adresse: 1 ou 2 octets (option 7)

Fanion d'ouverture : 7Eh = 01111110

  • Lorsque l'utilisateur cesse d'émettre des données vers le coupleur, celui-ci envoie le FCS (qu'il calcule au fur et à mesure) puis le fanion de fermeture


Transparence insertion automatique de 0

Transparence : Insertion automatique de "0"

  • Algorithme émission

    • Si bit=0 RAZ compteur, sinon Incrémenter compteur

    • Si compteur = 5, Insérer 0, RAZ compteur

  • Algorithme réception

    • Si bit = 1, Incrémenter compteur, sinon RAZ compteur

    • Si compteur = 5 , incrémenter compteur

      • si bit suivant = 0 extraction du 0 RAZ compteur

      • si bit suivant = 1 : présomption Fanion, incrémenter compteur

      • si bit suivant =0 : Fanion sinon "avorter trame" Abort

A émettre :01110011111 11011111 00..... 01111110

Compteur :01230012345012012345000…..01234560

Transmis:01110011111011011111000..... 01111110

Compteur :01230012345012012345000 …..01234560

Reçu:0111001111111011111 00..... 01111110


Statut des stations 1

Primaire

Secondaire

Secondaire

Secondaire

Commande

Réponse

Primaire

Secondaire

Statut des stations -1

  • Système à commande centralisée DISSYMETRIQUE

    • Multipoint

    • Point à point

  • Adresse = station SECONDAIRE

Commande

Réponse


Statut des stations 2

Commande

Réponse

Fonction

Fonction

Primaire

Secondaire

Fonction

Réponse

Commande

Fonction

Secondaire

Primaire

Statut des stations - 2

  • Système à commande centralisée SYMETRIQUE

  • Adresse : FONCTION SECONDAIRE


Adresses

Adresses

  • Adresse Transmise :

    toujours celle de la station ou fonction SECONDAIRE

  • En mode DYSSYMETRIQUE

    • Statut de station permanent

  • En mode SYMETRIQUE

    • Identifier la FONCTION secondaire

      • ACCEPTEUR de Connexion ou de Libération ou autre fonction ...

      • COLLECTEUR de données

    • Possibilité de 2 flux de données dans chaque sens (commande et réponse)

    • En LAPB

      • Un seul flux de données (commandes)

      • Commandes émises par station Hôte vers RESEAU : adresse A=1

      • Réponses reçues par station Hôte depuis RESEAU : Adresse A=1

      • Commandes reçues par station Hôte depuis RESEAU : adresse B=3

      • Réponses émises par station Hôte vers RESEAU : Adresse B= 3


Types de trames

0

type

0

1

type

type

1

1

Types de trames

Champ de commande

  • 3 Types de trames : I, S, U

  • Trames I

    • Information ; transfert de la SDU

  • Trames S

    • Supervision séquencées

    • Contrôle de flux : RR, RNR

    • Contrôle d'erreurs : REJ (Go-Back-N), SREJ

  • Trames U

    • Supervision Non séquencées (Unsequenced)

    • Connexion, Libération

    • Anomalies, Réinitialisation

    • Test, Identification

    • Données non séquencées (datagrammes)


Trames de supervision non s quenc es u

8

1

1

1

M

M

P/F

Trames de supervision non séquencées - U

  • 32 commandes ou réponses possibles ...


Connexion liberation

1

3

4

2

1

3

4

2

Primaire

Secondaire

5

1

3

4

2

6

Secondaire

Primaire

DM

SNRM

UA

CONNEXION - LIBERATION

CONCnf+

CONReq

CONInd

CONRsp+

Secondaire

Primaire

SABM

SNRM

LIBCnf

LIBReq

LIBInd

LIBRsp

UA

DISC

UA

CONRsp+

CONInd

CONSecReq

CONSecInd

CONReq

CONCnf+


Collisions d appels

CONCnf+

CONReq

CONInd

CONRsp+

1

3

4

2

COLLISION

Primaire

Secondaire

SNRM

DM

UA

CONCnf+

CONReq

RESOLUTION des

COLLISIONS par P/F

CONInd

CONRsp+

1

3

4

2

Primaire

Secondaire

F=0

P=1

DM

SNRM

P=1

UA

COLLISIONS d'APPELS

  • Appels simultanés

    • Secondaire connecté

    • primaire NON connecté

  • Utilisation du bit P/F

    • Recommandation

    • Commande d'appel

      bit P=1

    • Réponse à P=1 par F=1

    • si DM avec F=0

      pas d'ambiguïté

      DM ignoré


R initialisation autres commandes

Réinitialisation - autres commandes

  • Réinitialisation par primaire

    • Déconnexion puis connexion (DISC - SABM)

    • Envoi d'une commande SABM ou SNRM, sans déconnexion préalable

    • en OPTION : SIM acquitté par UA

  • Réinitialisation par secondaire

    • demande de réinitialisation par DM

    • demande par réponse NON sollicitée -

      • Demande de déconnexion : Trame UA (P/F=1) (crée anomalie ...)

    • en OPTION : RIM qui entraine SIM (et UA)

  • Test - Identification

    • Echange Test-Test ou Xid-Xid


Transfert de donn es normales s quenc es

trames I

8

1

N(S)

N(R)

0

P/F

trames S : RR,RNR, REJ, SREJ

8

1

Type

N(R)

0

1

P/F

Transfert de données normales (séquencées)

CHAMPS de COMMANDE

  • données dans trame I

    • N(S) numéro de trame émise

  • Acquittement

    • trames RR ou RNR

    • trame I (piggybacking)

    • par numéro N(R)numéro de trame de DONNEES attendue

  • Contrôle de flux

    • implicite : Trames RR (N(R))

    • explicite : trame RNR

  • Controle d'erreurs

    • répétition des trames manquantes

    • trames REJ (option SREJ)


Contr le de flux cr dit fixe ouverture de fen tre

0

1

2

3

4

5

6

7

0

1

2

3

4

0

1

2

3

4

5

6

7

0

1

2

3

4

0

1

2

3

4

5

6

7

0

1

2

3

4

0

1

2

3

4

5

6

7

0

1

2

3

4

Contrôle de flux à crédit fixe : Ouverture de fenêtre

  • EXEMPLE W=3

    • on peut émettre 0, 1, 2

    • on reçoit trame RR demandant 3

    • on peut émettre 3, 4, 5

    • on reçoit trame RR demandant 6

    • on peut émettre 6, 7,0

    • on reçoit trame RR demandant 1

    • on peut émettre 1,2,3

    • etc ...


Contr le de flux exemple

SABM P=1

I

I

UA F=1

RR

I

I

I

NS=0, NR=0, P=0

I

NS=1, NR=0, P=0

I

RNR

RR

NR=0, F=0

NS=2, NR=0, P=0

RR

I

NR=3, F=0

NS=0, NR=2, P=1

I

NS=3, NR=0, P=0

RR

NR=1, F=1

I

NS=0, NR=4, P=0

DISC P=1

I

NS=1, NR=4, P=0

UA F=1

Contrôle de flux : exemple

NS=4, NR=2, P=0

  • W=3

NS=5, NR=2, P=0

NR=6, F=0

NS=6, NR=2, P=0

Reprise Emission

NS=7, NR=2, P=0

NR=0, F=0

Blocage Emission


Correction d erreurs par rejet

I

trame erronée

I

RR

I

REJ

trame erronée

I

I

RR

REJ

I

I

I

Correction d'erreurs par REJET

  • w=3

Trame non reçue

NS=5, NR=0, P=0

NS=2, NR=0, P=0

NR=3, F=0

NS=06 NR=0, P=0

NS=3, NR=0, P=0

NR=5, F=0

Trame non reçue

NS=4, NR=0, P=0

NS=5, NR=0, P=1

NS=5, NR=0, P=0

NR=6, F=1

NR=4, F=0

NS=6, NR=0, P=0

NS=4, NR=0, P=0

NS=7, NR=0, P=0


Contr le d erreurs par rejet s lectif

I

RR

I

trame erronée

I

I

I

Contrôle d'erreurs par Rejet sélectif

  • Exemple

    • les trames arrivent déséquencées

      (ici 2, 3, 5, 4, 6....)

NS=2, NR=0, P=0

NR=3, F=0

NS=3, NR=0, P=0

NS=4, NR=0, P=0

NS=5, NR=0, P=0

SREJ

NR=4, F=0

NS=4, NR=0, P=0

NS=6, NR=0, P=0


Pointage de v rification

I

NS=06 NR=0, P=0

SREJ

NR=5, F=0

I

NS=5, NR=0, P=1

RR

NR=2, P=1

NR=6, F=1

RR

I

NS=6, NR=0, P=0

I

NS=7, NR=0, P=0

Pointage de vérification

  • Permet de vérifier le séquencement

    • RR en COMMANDE

      • P=1 réponse immédiate

      • adresse de commande

    • RR en réponse avec F=1

  • En mode symétrique

    bit P = 1 est une demande de réponse immédiate


Mode dissym trique invitation mettre

SNRM P=1

I

NS=2, NR=6, F=1

UA F=1

RR

NR=3, P=0

I

I

RR

NR=3, P=1

I

I

NS=3, NR=7, F=0

RR

I

NS=4, NR=0, F=0

I

RR

I

NR=5, P=1

I

RR

NR=0, F=1

Mode Dissymétrique : Invitation à émettre

  • Station primaire

    • peut toujours émettre

    • autorise secondaire à émettre par bit P=1

    • peut bloquer une station secondaire qui émet par P=1 (en général dans RR)

  • Station secondaire

    • attend invitation à émettre

    • Signale sa fin d'émission par F=1

    • attend alors nouvelle autorisation

W

NS=0, NR=0, P=0

NS=6, NR=3, F=0

NS=4, NR=0, P=0

NR=0, P=1

NS=0, NR=5, F=0

NS=1, NR=5, F=0

NS=5, NR=2, F=0


Traitement des anomalies

8

1

8

1

8

1

8

1

champ rejeté

W X Y Z 0000

100

01

1

1

P/F

V(S)

V(R)

0

C/R

Traitement des anomalies

  • Utilisationde trame FRMR (Frame Reject)

    • ancienne version : CMDR (Command Reject)

    • Contient 3 octets de données

      • Champ rejeté

      • variables d'état V(S) et V(R)

    • fournit un certain diagnostic (limité)

      • bit W : Champ d commande non défini

      • bit X:Champ d'information dans une trame de format B

      • bit Y:Champ d'information trop long (débordement buffer)

      • bit Z :erreur sur N(R) reçu (hors fenêtre)


Architecture tcp ip

Architecture TCP/IP


Architecture tcp ip1

Architecture TCP/IP

RPC

SNMP

7

TFTP

SMTP

Telnet

DNS

FTP

XDR

ASN.1

6

Socket

5

4

Transmission control protocol (TCP)

User Datagram protocol (UDP)

3'

Internet Protocol (IP)

3

WAN (X25, RNIS,FR,ATM ...)

2

PPP, SLIP

LAN (802.x)

1


Tcp ip

TCP/IP

  • Protocoles de service : ICMP, ARP, RARP

  • Protocoles de Routage

    • RIP, EGP ...

  • Adressage IP : 5 classes A,B,C,D,E


Adressage ip

Adressage IP


Sous r seaux ip

Sous-Réseaux IP


Initiation r seaux

IPv6

  • Pourquoi

    • Epuisement des adresses IP à 32 bits

    • Table de routage complexe

    • Croissance soutenue et nouveaux marchés

  • Ppaux changements

    • adressage étendu (128 bits au lieu de 32)

    • en-tête IP simplifié pour les routages

    • Fonctions Multicast améliorées (plus de broadcast)

    • Qualité de service (Via le flow label)

    • Pas de fragmentation par les routeurs

    • Autoconfiguration

    • Support de la mobilité

    • Sécurité (mécanismes d ’authentification, cryptage, intégrité des données)


Initiation r seaux

IPv6

  • Adressage

    • Notation hexadécimale sur 16 octets

      Exemple : 5f06:b500:89c2: a100:0000:0800:200a:3ff7

      Forme abrégée : 5f06:b500:89c2: a100::0800:200a:3ff7

      Forme mixée IPv4 IPv6 : x:x:x:x:x:x:d:d:d:d Ex : ::134.194.168.93


Plan d adressage ip

Plan d’adressage IP

  • Pourquoi

    • Eviter la duplication des adresses

    • Base pour une politique de sécurité efficace

    • Plan de nommage => Serveur de noms

  • Adressage IP

    • Pénurie des @ publics ==> @ privée - Interconnexion avec Internet ?

    • Choix de la classe A,B,C

    • Adressage des liens WAN Pt à Pt et Multipoint

    • Affectation des adresses


  • Login