Les troubles du comportement
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 63

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT PowerPoint PPT Presentation


  • 369 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT. Capacité de gériatrie Docteur A.DEBART C.H.U. Reims 16 mai 2008. Troubles de la mémoire. Troubles de l'humeur. Manifestations psychotiques. Aphasie. Troubles du comportement. Apraxie. Agnosie. Tr. des fonct. exécutives. MANIFESTATIONS CLINIQUES

Download Presentation

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Les troubles du comportement

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT

Capacité de gériatrie

Docteur A.DEBART

C.H.U. Reims

16 mai 2008


Les troubles du comportement

Troubles de la mémoire

Troubles de l'humeur

Manifestations psychotiques

Aphasie

Troubles du comportement

Apraxie

Agnosie

Tr. des fonct. exécutives

MANIFESTATIONS CLINIQUES

de la démence

Troubles Cognitifs

Troubles Non Cognitifs


Les troubles du comportement

Identification des troubles

du comportement


Les troubles du comportement

Pourquoi un diagnostic étiologique ?

  • Pour ne pas administrer un traitement symptomatique avant :

    • d’avoir identifié le type de trouble du comportement

    • d’avoir évoqué et traité les facteurs déclenchants

  • Car les thérapeutiques ne sont pas univoques :

    • Traitement de la maladie d’Alzheimer

    • Traitement de la cause du trouble

    • Traitement du trouble en tant que symptôme


Les troubles du comportement

Une ou plusieurs causes

  • Tout trouble du comportement :

    • a une ou plusieurs causes :

    • parfois un facteur déclenchant évident

    • parfois plusieurs facteurs intriqués

    • parfois pas de cause retrouvée

    • est modulé par :

      -la personnalité antérieure du patient

      - la maladie elle-même

      - les réactions de l’entourage


Les troubles du comportement

5 catégories d’étiologies

  • La maladie d’Alzheimer:signes de la maladie

  • Une maladie somatique associée :

    • Rétention d’urine, fécalome, infection, douleur, troubles métaboliques (hypo ou hypernatrémie), hypoxie, iatropathogénie (médicaments, sonde, contention…)

  • Une maladie psychiatrique associée

  • Un environnement inadapté

  • Une déficience sensorielle


Les troubles du comportement

Limites de la recherche étiologique ?

  • Difficultés diagnostiques :

    • Anamnèse imprécise

    • Symptômes non spécifiques

    • Examen clinique et ex. complémentaires difficiles

  • Limites floues entre :

    • - Évolution de la maladie

    • - Symptomatologie réactionnelle

      • À l’environnement

      • À une maladie somatique

    • - Maladie psychiatrique


Les troubles du comportement

Prise en charge immédiate du patient en milieu spécialisé

S’assurer que le patient et son entourage ne sont pas en état de danger imminent

Adresser les premières questions à l ’entourage proche du patient

Présence ou non de symptômes évoquant une confusion

Existence ou non d’une aggravation de l’état cognitif

Mode d’apparition des troubles

Apparition brutale et récente

Déclin cognitif brutal

symptômes évocateurs de confusion

La maladie d’Alzheimer n’est pas à l’origine du trouble du comportement

TROUBLES DU COMPORTEMENT CHEZ UN PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE D’ALZHEIMER


Les troubles du comportement

LA MALADIE D’ALZHEIMER N’EST PAS À L’ORIGINE DU TROUBLE DU COMPORTEMENT

Rechercher une cause surajoutée

Examiner et interroger le patient pour rechercher une maladie physique ou une douleur

Reprendre l’interrogatoire de l’entourage proche

Réaliser systématiquement des examens complémentaires

  • - NFS plaquettes

  • ionogramme sanguin

  • urée, créatinine

  • - bilan hépatique

  • - CRP, VS

  • - calcémie

  • - CPK, troponine

  • - glycémie

  • - TSH ( si >1an)

  • - BU+/-ECBU

Antécédents du patient

déshydratation

globe urinaire

Symptômes physiques récents

biologie

fécalome

Prise d’alcool

douleur

Notion de chute

Infection urinaire

Traitement habituel et modifications récentes

dénutrition

- RP et ASP

-+/- scanner cérébral

-+/- zones douloureuses

radiologie

Insuffisancecardiaque

Hypo ou hyperthermie

autres

- ECG

1- MALADIE SOMATIQUE NON NEUROLOGIQUE (INFECTION,PATHOLOGIE CARDIAQUE)

2- MALADIE NEUROLOGIQUE NON DÉGÉNÉRATIVE (AVC, ÉPILEPSIE, HSD)

3- ORIGINE IATROGENE

4- DOULEUR


Les troubles du comportement

Prise en charge immédiate du patient en milieu spécialisé

S’assurer que le patient et son entourage ne sont pas en état de danger imminent

Adresser les premières questions à l ’entourage proche du patient

Présence ou non de symptômes évoquant une confusion

Existence ou non d’une aggravation de l’état cognitif

Mode d’apparition des troubles

Apparition brutale et récente

Apparition

progressive

Déclin cognitif brutal

symptômes évocateurs de confusion

Pas de

symptômes

évocateurs

de confusion

  • Aggravation

    brutale

    état cognitif

La maladie d’Alzheimer n’est pas à l’origine du trouble du comportement

La maladie d’Alzheimer peut être à l’origine du trouble du comportement

TROUBLES DU COMPORTEMENT CHEZ UN PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE D’ALZHEIMER


Les troubles du comportement

Vérifier 3 points essentiels

LA MALADIE D’ALZHEIMER PEUT ÊTRE À L’ORIGINE DU TROUBLE DU COMPORTEMENT

Absence d’un environnement

défavorable

Absence d’une maladie psychiatrique antérieure

Absence de déficience

sensorielle

LA MALADIE D’ALZHEIMER EST À L’ORIGINE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT ET IL S’AGIT D’UN « SYMPTÔME COMPORTEMENTAL ET PSYCHOLOGIQUE DE DÉMENCE » (SCPD)


Les sympt mes comportementaux et psychologiques de d mence

Les symptômes comportementaux et psychologiques de démence

Définition :

« symptômes de troubles de la perception, du contenu de la pensée, de l’humeur ou du comportement fréquemment observés chez les patients déments »

Classification :

- symptômes psychologiques (évalués lors d’un entretien avec le patient et ses proches)

- symptômes comportementaux (identifiés en procédant à l’observation du patient)


Les sympt mes psychologiques

Les symptômes psychologiques

  • Délires 20 à 73%

  • Hallucinations15 à 49%

  • Troubles de l’identification23 à 50%

  • Humeur dépressivemoy.à 40%

  • Anxiétémoy.à 48%


Les sympt mes comportementaux 1

Les symptômes comportementaux (1)

  • Apathie72%

  • Errance3 à 53%

  • Agitation47 à 85%

  • « réactions catastrophes »35 à 40%

  • Désinhibition


Les sympt mes comportementaux 2

Les symptômes comportementaux (2)

  • Comportements envahissants45%

  • Attitude négative

  • Troubles du sommeil40%

  • Troubles des conduites alimentaires


Les troubles du comportement

Conséquences des troubles du comportement

→ évolution vers la désinsertion sociale

Agitation / agressivité

Dégradation

de la vie relationnelle

Réaction inadaptée de l’entourage


Classification des troubles psycho comportementaux

Classification des troubles psycho-comportementaux

D’après PANCRAZI MP


Les d lires

Les délires

  • Conviction fermement maintenue par le patient en dépit de toutes les preuves qui peuvent lui être faites de son erreur, et se maintenant au moins sept jours, durée requise pour écarter les syndromes confusionnels aigus

  • Les plus courants : délires de persécution ou de paranoïa

  • 5 délires typiques dans la démence :

    • Patient croit qu’il se fait voler des objets

    • Patient croit occuper un domicile qui n’est pas le sien

    • Conjoint (ou aidant) perçu comme un imposteur

    • Sentiment d’abandon

    • Sentiment d’infidélité

  • Facteur de risque d’agressivité physique selon 2 études (Deutsch et al. en 1991 et Gilley et al. en 1997)


Les hallucinations

Les hallucinations

  • Perturbent la faculté des patients déments de comprendre le monde extérieur

  • Peuvent altérer leur capacité à accomplir des AVQ et nuire à leur relation avec les aidants

  • Les plus fréquentes : visuelles, puis auditives, rarement tactiles ou olfactives

  • Ex. h. visuelles : observer la présence de personnes chez soi alors qu’elles n’y sont pas

  • À ne traiter que si elles sont mal vécues par le patient (stress)

  • Association possible entre des défauts de la perception visuelle et les hallucinations visuelles ➨ examen fonctions visuelles (et auditives)


Les troubles de l identification

Les troubles de l’identification

  • Font partie des troubles de la perception

  • ≠ des hallucinations (qui surv. en l’abs. de stim. ext.), les tr. de l’id. sont dus à des erreurs de perception de stimuli externes

  • Peuvent être définis comme des perceptions erronées conjuguées à une conviction ou élaboration entretenue avec une intensité délirante

  • 4 catégories principales :

    • Présence de personnes à l’intérieur du domicile du patient (Σ du « pensionnaire fantôme »)

    • Trouble de l’id. de soi (ne se reconnaît plus dans un miroir)

    • Trouble de l’id. d’autrui

    • Identification erronée d’événements présentés à la TV


Les troubles de l identification1

Les troubles de l’identification

En 1990, Ellis et Young ont distingué 3 formes de tr. de l’id. délirants :

  • Le Σ de Capgras :

    Idée délirante que des personnes ont été remplacées par des sosies (individus, mais aussi maisons, animaux, objets)

  • Le Σ de Fregoli :

    conviction que des individus désireux de nuire se déguisent pour assumer l’identité d’autres personnes

  • Le délire d’intermétamorphose :

    situation au cours de laquelle l’apparence physique d’une personne est perçue comme celle d’une autre


L humeur d pressive

L’humeur dépressive

  • Symptômes dépressifs très fréquents dans la démence

  • Moyenne de 40%, mais de 0 à 80% selon les études

  • Avis très partagés quant à leur origine exacte : dépression? démence? les 2 associées? → difficile de dire qu’un symptôme appartient à l’une ou l’autre de ces 2 pathologies

  • Signes communs aux 2 : apathie, ralentissement psycho-moteur, tristesse de l’humeur, désinvestissement, perte de poids, insomnie,…

  • Considérer que la dépression est un symptôme spécifique de démence au même titre que les autres SCPD et qu’elle résulte d’un désordre neurobiologique lié à la démence


L humeur d pressive1

L’humeur dépressive

  • Impact important car :

    • favorise survenue d’attitudes régressives avec accélération du déclin fonctionnel, mais aussi du déclin cognitif

    • retentit sur aidant en ⇗ son stress (⇒ en retour effet négatif sur patient)

    • Impact non négligeable sur pronostic vital

  • Notion de « pseudo démence dépressive »:

    l’apparition de troubles cognitifs chez un sujet âgé non dément peut être due à cette seule dépression

    ➾ soi-disant dépassé puisque des études ont montré que ces troubles étaient en fait des signes annonciateurs d’une authentique démence??? ➾ à revoir…


L anxi t

L’anxiété

  • Liée à la manifestation d’autres SCPD ou indépendante

  • Préoccupations jusqu’alors non manifestes concernant p.ex. finances, avenir, santé (mémoire) et craintes pour des évènements ou des activités jusqu’alors non stressants (éloignement du domicile)

  • Troubles somatiques : souffle coupé, estomac noué, palpitations ➾ non expliqués par une authentique pathologie

  • Parfois « mal à l’aise » ou « excessivement tendu », incapable de se relaxer et sans pouvoir expliquer pourquoi


L anxi t1

L’anxiété

  • Avant la découverte des signes cognitifs :

    • le patient perçoit ses troubles, ne sait pas mettre de mots sur ce qui lui arrive et a l’impression de « devenir fou », de « perdre la tête »…

    • ➾ l’annonce diagnostique peut apaiser l’anxiété (explication des troubles), mais peut aussi entraîner une réaction de panique

  • Plus tard dans l’évolution de la maladie :

    • anticipation de l’échec (anxiété challenge)

    • changement dans l’environnement (nouvelle personne dans la maison)

    • Sentiment d’isolement

  • A des stades encore plus évolués (verbalisation difficile):

    • appels à l’aide réitérés

    • cris

    • déambulation

    • fugues soudaines

    • conduites d’évitement phobique


L anxi t2

L’anxiété

  • Manifestation courante d’anxiété : le Σ de Godot

    ⇒ questions posées de façon répétitive au sujet d’un évènement à venir ⇒ parfois si incessant et persistant : lourd fardeau pour famille et aidants

    ⇒ résulte d’une diminution des capacités cognitives (mémoire) et d’une inaptitude à mobiliser efficacement les capacités de réflexion restantes.

  • Autre symptôme caractéristique : la peur d’être laissé seul

    • Véritable phobie car anxiété disproportionnée par rapport à tout danger réel

    • Dès que conjoint ou autre aidant va dans autre pièce du domicile

    • Requêtes répétées de ne pas être laissé seul

    • Agrippement

      ⇒ problème relationnel majeur

  • Autres phobies possibles : agoraphobie, circuler en voiture, voyager, rencontrer des amis, obscurité, peur d’activités courantes (bain)


L apathie

L’apathie

  • Trouble de la motivation qui ne peut être attribué à un trouble de conscience, à un déficit intellectuel ou à un stress émotionnel.

  • 3 composantes :

    ⇘ de l’initiation motrice + de l’initiation cognitive + du ressenti affectif

  • Symptômes :

    • Manque d’intérêt pour les AVQ, pour les soins personnels

    • Diminution de l’interaction en société, de l’expressivité du visage

    • Voix plus monotone

    • Diminution de la réactivité émotionnelle (indifférence)

    • Perte d’initiative

  • apathie ≠ dépression : manque de motivation sans dysphorie (instabilité de l’humeur, avec malaise, anxiété et  réactions coléreuses) ni symptômes végétatifs ⇒ traitement différent

  • Source de détresse pour aidants : incompréhension


L errance

L’errance

  • Un des pb comportementaux les + perturbateurs (fardeau)

  • Désigne plusieurs types de comportement :

    • Vérification (où se trouve l’aidant?)

    • Poursuite incessante (forme extrême de vérification)

    • Travailloter

    • Déambulation sans but apparent ou dans un but inapproprié

    • Activité excessive

    • Déambulation nocturne

    • Errance, nécessité d’être reconduit au domicile

    • Tentatives de quitter le domicile


L agitation

L’agitation

  • Activité verbale, vocale ou motrice, inappropriée par sa fréquence ou sa survenue inadaptée au contexte social, et qui n’est pas considérée par un observateur externe comme résultant directement d’un besoin ou d’un état de confusion

  • 4 sous- types (Cohen-Mansfield Agitation Inventory) :

    • Comportement physique non agressif : agitation générale, gestes répétitifs, allées et venues, tentatives de se rendre dans un autre lieu, mauvaise manipulation d’objets, dissimulation d’objets, porter des vêtements inappropriés ou se dévêtir

    • Comportement physique agressif : donner des coups, bousculer, griffer, saisir des objets, empoigner des gens, donner des coups de pied et mordre


L agitation1

L’agitation

  • Comportement verbal non agressif : attitude négative, ne rien aimer, recherche constante d’attention, donner des ordres, plaintes ou doléances geignardes, interruptions pertinentes, interruptions sans pertinence répétition de phrases

  • Comportement verbal agressif : hurler, jurer, accès de colère, émettre des sons étranges


Les r actions catastrophes

Les « réactions catastrophes »

  • Réaction affective ou comportement physique brusques et excessifs

  • Parfois définies comme une instabilité de l’humeur ou une irritabilité

  • FDR : troubles cognitifs graves, âge avancé, personnalité prémorbide prédisposante

  • Comprennent : brusques accès de colère, violences verbales (cris), menaces d’agression physique, agressions physiques

  • Pas de lien entre accès de colère et état dépressif, apathie ou anxiété


Les r actions catastrophes1

Les « réactions catastrophes »

  • Peuvent être précipitées par : troubles de la perception, hallucinations, délires, douleurs occultes, infection, certains médicaments

  • Mécanismes pathogènes :

    • variables organiques : lésion cérébrale, dysfonctionnement des neurotransmetteurs

    • variables psychologiques : être placé dans un nouvel environnement, prendre conscience de ses pertes de mémoire ou de sa maladie, voir diminuer sa capacité de communiquer, exprimer une détresse psychotique, accentuation de traits prémorbides de la personnalité, relations difficiles avec l’aidant dans le passé

    • variables environnementales : bruits non identifiés, éclairage inadéquat, déménagement dans un endroit inconnu, prise en charge basée sur la confrontation


La d sinhibition

La désinhibition

  • Comportement impulsif et inapproprié

  • Facilement distraits, instabilité émotionnelle, capacité de discernement et de jugement déficitaire, incapables de conserver le type de comportement social qu’ils avaient auparavant

  • Symptômes associés : euphorie, désinhibition verbale ou sexuelle, agitation motrice, errance, comportements envahissants, impulsivité, pleurs, violence verbale, violence physique dirigée vers autrui ou vers des objets, comportements autodestructeurs


Les comportements envahissants

Les comportements envahissants

  • Gestes de réclamation, d’impatience, de cramponnement ou de bousculade destinés à pousser l’aidant à faire quelque chose contre son gré

  • Patients s’imposent alors que leur présence n’est pas désirée ou empiètent sur les possessions ou sources d’agrément de leur entourage


Les attitudes n gatives

Les attitudes négatives

  • Refus de la part du patient de tout ce qu’on lui demande de faire, parfois parce qu’il ne comprend pas, mais parfois aussi parce qu’il exige que tout soit fait à sa manière

  • Peut entraîner un comportement réfractaire et une résistance aux soins

  • Attitude difficile à surmonter

  • Le plus souvent aux stades tardifs

  • Établir une « routine quotidienne » peut s’avérer utile pour surmonter la résistance du patient à recevoir des soins


Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeil

  • Différents types :

    • Fragmentation du sommeil par des éveils multiples et un réveil matinal précoce (accentuation des tr. obs. dans le vieillissement normal)

    • Parasomnies : troubles du comportement liés au sommeil paradoxal où les rêves sont mis en actes (plus fréquentes que chez le sujet sain)

    • États d’hyperactivité avec anxiété vespérale rendant l’endormissement difficile : phénomène du coucher de soleil ou « sundowning »

  • Inversion du cycle veille-sommeil, surtout dans les stades évolués ⇒ motif de placement en institution


Les troubles des conduites alimentaires

Les troubles des conduites alimentaires

  • ≠ amaigrissement lié à la démence elle-même (oubli de se nourrir de façon régulière, négligence de la bonne conservation des aliments, refus de prendre un repas en institution car conscients de leur déclin et veulent le cacher)

  • Perte de l’appétit ou appétit augmenté

  • Comportement alimentaire inadéquat (trop de nourriture dans sa bouche en une seule fois)

  • Comportement alimentaire particulier et ritualisé (manger tous les jours la même chose, manger les aliments toujours dans le même ordre)


Les troubles des conduites alimentaires1

Les troubles des conduites alimentaires

  • Type de nourriture modifié (changement brusque des goûts)

  • Abus de sucreries ou d’autres sortes de nourriture de façon inhabituelle

  • En fonction d’autres SCPD :

    • Idées paranoïaques et délirantes au sujet des aliments et des boissons

    • Perte de l’initiative de manger (apathie)

    • Projection du repas ou de la boisson à la figure de l’aidant ou par terre (agressivité)


Quelques outils d valuation et de mesure

Quelques outils d’évaluation et de mesure

  • Échelle de Cornell (Alexopoulos et al., 1988) : humeur des patients déments

  • BEHAVE-AD (Reisberg et al., 1987) : sympt. psycho.+ cptaux

  • CERAD (Tariot et al., 1995) : sympt. psycho.+ cptaux

  • NPI (Cummings et al., 1994) : évalue séparément les différents aspects du comportement ➾ score récapitulatif ➾ quantification des SCPD. Traduction française par Robert et al. en 1998, un des outils les plus utilisés en France.

    Symptômes recherchés : idées délirantes, hallucinations, agitation/agressivité, dépression/dysphorie, anxiété, exaltation de l’humeur/euphorie, apathie/indifférence, désinhibition, irritabilité/instabilité de l’humeur, comportement moteur aberrant, sommeil et appétit


Quelques outils d valuation et de mesure1

Quelques outils d’évaluation et de mesure

  • Questionnaire de dyscontrôle comportemental (Lébert et al., 1996) : dépistage des SCPD

    Symptômes recherchés : grignotage sucré, hypersomnie, hallucinations, troubles de la perception, délires interprétatifs, « sundowning », irritabilité, tasikinésie, désinhibition, négligence, tristesse, hyperémotivité, exaltation, apathie et anxiété.

  • CMAI (Cohen-Mansfield et al., 1989) : agitation

  • ADAS-NON COG : mesure des symptômes neurologiques et évaluation des SCPD


Sympt mes neuropsychiatriques dans maladie d alzheimer

Symptômes Neuropsychiatriques dans maladie d'Alzheimer

% avec

scores

NPI

(Mega et al, Neurology 1996; 46: 130-135)


Les troubles du comportement

Symptômes neuropsychiatriques dans

la maladie d'Alzheimer

%


Les troubles du comportement

Symptômes neuropsychiatriques dans

la maladie d'Alzheimer

%


Une fois les sympt mes comportementaux pr sents ils se reproduisent

Une fois les symptômes comportementaux présents, ils se reproduisent

% de

patients

Patients réexaminés 5 fois en un an

(Levy et al, Am J Psychiatry 1996; 153: 1438-1443)


Modifications du comportement

Modifications du comportement

% avec

0,1,2,3

symptômes

(Psychose,

Agitation,

Dépression)

(Levy et al, Am J Psychiatry, 1996)


Apparition des troubles psychologiques et comportementaux dans la ma

Apparition des troubles psychologiques et comportementaux dans la MA

  • Souvent avant l’établissement du diagnostic = signal d’alerte

  • Les plus précoces : repli social, dépression, paranoïa, anxiété

Fréquence des symptômes en fonction de l’évolution de la maladie


Les troubles du comportement

Perte des fonctions motrices

Perte d'autonomie

Détérioration

Déficit cognitif

Troubles ducomportement

Troubles del'humeur

Évolution de la maladie

MANIFESTATIONS CLINIQUES

Évolution et détérioration de la maladie


Traitement des scpd

TRAITEMENT des SCPD

  • Permet de soulager la souffrance des patients, d’alléger le fardeau des aidants et de diminuer les dépenses de la collectivité

  • Si non traités correctement :

    • Peuvent ⇒ placement prématuré en institution

    • Dépenses de santé importantes

    • Diminution de la qualité de vie du patient et des aidants

    • Niveau élevé de stress pour les aidants

    • Incapacité supplémentaire (tâches quotidiennes plus difficiles à réaliser et détresse supplémentaire)


Traitement non pharmacologique

Traitement non pharmacologique

  • Fondamental et non suffisamment utilisé

  • Peut être efficace à lui seul mais si insuffisant reste toujours complémentaire du traitement pharmacologique

  • Comprend :

    • Adaptation de l’environnement

    • Approches comportementales

    • Approches psychologiques :

      • Psychothérapie individuelle

      • Psychothérapie familiale

      • Psychothérapie de groupe

    • Aide aux aidants


Traitement non pharmacologique1

Traitement non pharmacologique

  • Adaptation de l’environnement :

    • Adaptation du milieu physique : protection des lieux où circule le patient, éclairage diffus, couleurs apaisantes, musique douce, éviter changements

    • Adaptation du cadre temporel : emploi du temps régulier, pas de changements brusque, régularité dans les horaires de coucher et de prise de repas

    • Aide à l’alimentation : éviter les oublis, apaiser les troubles tels que l’agressivité et les idées délirantes, stimuler en cas d’apathie


Traitement non pharmacologique2

Traitement non pharmacologique

  • Approches comportementales :

    Exemple :agitationavec agressivité

    • Intervenir précocement

    • Isoler le patient des situations et des individus susceptibles de provoquer des comportements perturbateurs

    • Inciter les aidants à parler d’une voix douce et rassurante en annonçant leurs intentions

    • Le distraire en lui posant des questions à propos du problème

    • Amener progressivement son attention vers un sujet plus agréable qui n’a rien à voir avec ce problème


Traitement non pharmacologique3

Traitement non pharmacologique

  • Changer d’activité ou de lieu

  • Ignorer la situation pendant un moment

  • Faire régner une ambiance calme et apaisante

  • Éviter de tenter de raisonner le patient pendant qu’il est agité

  • Éviter la confrontation et la contrainte physique


Traitement non pharmacologique4

Traitement non pharmacologique

  • Approches psychologiques :

    • Psychothérapie individuelle : stade léger

      ⇒ se concentrer sur leurs sentiments, sur les aspects pratiques de leur maladie et sur le deuil de leurs facultés cognitives

    • Psychothérapie familiale : réunir toute la famille proche du patient pour les informer sur la maladie, sa PEC et répondre à leurs interrogations

    • Psychothérapie de groupe : stade léger

      ⇒ tirer profit d’un contact avec d’autres personnes vivant la même situation


Traitement non pharmacologique5

Traitement non pharmacologique

  • Aide aux aidants : surtout l’aidant principal

    ⇒ besoin de beaucoup de soutien pour préserver la qualité de leur vie personnelle

    ⇒ risque élevé de développer une véritable pathologie de l’aidant : asthénie croissante, surmenage, insomnies, stress, anxiété, dépression, trouble de la réponse immunitaire et de la cicatrisation

    ⇒  consultations MG,  consommation médicamenteuse, tendance accrue à l’alcoolisme

    ⇒ taux de mortalité supérieure aux non aidants


Traitement pharmacologique

Traitement pharmacologique

  • Les signes comportementaux sont accessibles aux psychotropes du fait de leur origine neurobiologique cependant différente lors de démence et lors de pathologies psychiatriques, même si elles génèrent des symptômes identiques

  • Un traitement efficace sur un certain type de trouble lors d’une maladie psychiatrique ne le sera pas forcément sur le même type de trouble lors d’une démence


Traitement pharmacologique1

Traitement pharmacologique

Quatre grandes classes pharmacologiques ont été définies pour traiter les SCPD :

  • Inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (IRS)

  • Anticonvulsivants (ou thymorégulateurs)

  • Nouveaux antipsychotiques

  • Anticholinestérasiques


Traitement pharmacologique2

Traitement pharmacologique

  • Le méprobamate et les benzodiazépines à demi-vie courte sont des traitements d’appoint permettant d’attendre l’efficacité des classes précitées

  • Les neuroleptiques classiques n’ont plus aucune indication (mauvais rapport bénéfice/risque et effet délétère sur les fonctions cognitives)


Les troubles du comportement

  • Antidépresseurs sérotoninergiques :

    - fluoxétine : 20à40mg/jour

    - fluvoxamine : 50à150mg/jour

    - citalopram : 10à30mg/jour

    - sertraline : 20à50mg/jour(+ idées délirantes)

    - trazodone : 70à300mg/jour (+ instabilité psychomotrice)

    indications : symptômes dépressifs, anxiété, irritabilité


Les troubles du comportement

  • thymorégulateurs :

    - carbamazépine : 100mg/jour (taux sanguin de 8 à 12 ng/ml)

    - Valproate de sodium : 125mg/jour (taux sanguin de 50 à 60 ng/ml)

    indications : agitation, hostilité

  • Antipsychotiques atypiques :

    - Rispéridone : 0,5 à 2 mg/j⇒ agressivité, idées délirantes

    - Olanzapine : 5 mg/j⇒ agitation, agressivité,

    délires et hallucinations


Les troubles du comportement

  • Anticholinestérasiques :

  • Donepézil : 5 à 10 mg/j

  • Rivastigmine : 3 à 12 mg/ j

  • Galantamine : 8 à 24 mg /j

    Indications : prévention d’hallucinations, d’apathie et d’anxiété


Traitements m dicamenteux des scpd associ s la ma 1

S. psychotiques

Antipsychotiques

Atypiques ou

Neuroleptiques

Classiques ??

Anxiété

Dépression

IRS

Aiguë

Chronique

BZD

Buspirone

AChE?

IRS?

Traitements médicamenteux des SCPD associés à la MA (1)


Les troubles du comportement

Traitements médicamenteux

des SCPD associés à la MA (2)

S. agressifs

Tr. Sommeil

Comp. moteurs aberrants

Désinhibition

Légers,

modérés

CT

LT

Sévères

Antipsychotiques

Atypiques ?

IRS

AChE?

BZD

Buspirone

Anticonvulsivants

Neuroleptiques classiques


Conclusion

CONCLUSION

  • Importance de la prise en charge des SCPD

    • Rôle / patient

    • Rôle / entourage

  • Conditionne

    • Le maintien au domicile

    • la qualité de vie au domicile comme en institution

  • Nécessite un bilan et une prise en charge globale

Stratégie thérapeutique adaptée


  • Login