Slide1 l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 18

SCM Imagerie Médicale Cagnes sur Mer / Vence Centre Monégasque de Télé Radiologie Principauté de Monaco www.iradiologie.com PowerPoint PPT Presentation


  • 255 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Les infiltrations péri rachidiennes sous contrôle tomodensitométrique indications – réalisation pratique – résultats 8 ème séminaire de l’AKCFP – 9 mai 2009 Dr O. Sisteron. SCM Imagerie Médicale Cagnes sur Mer / Vence Centre Monégasque de Télé Radiologie Principauté de Monaco

Download Presentation

SCM Imagerie Médicale Cagnes sur Mer / Vence Centre Monégasque de Télé Radiologie Principauté de Monaco www.iradiologie.com

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Slide1 l.jpg

Lesinfiltrations péri rachidiennes sous contrôle tomodensitométriqueindications – réalisation pratique – résultats8ème séminaire de l’AKCFP – 9 mai 2009Dr O. Sisteron

SCM Imagerie Médicale

Cagnes sur Mer / Vence

Centre Monégasque de Télé Radiologie Principauté de Monaco

www.iradiologie.com


Slide2 l.jpg

  • Pourquoi ?

  • Quand ?

  • Comment ?

  • Et après …?


Slide3 l.jpg

les lombosciatiques et névralgies cervico brachiales…

  • Problème médical quotidien fréquent, « banal »

  • Impact socio économique important : traitement, durée d’évolution longue, arrêt de travail …

  • Traitements variés, certains sujets à controverse…

  • Les dérivés cortisonés sont utilisés depuis les années 50, mais il y a toujours débat …


Support physio pathologique l.jpg

Support physio pathologique

  • traitement conservateur privilégié car

    • possibilité de hernie asymptomatique

    • facteur mécanique avec résorption éventuelle et spontanée du fragment herniaire

    • réaction inflammatoire toujours présente en cas de hernie (ou protrusion non herniaire) : propriétés pro inflammatoires de l’annulus et du nucleus pulposus

  • Les anti-inflammatoires cortisonés ont donc été proposés en injection locale…


Slide5 l.jpg

Protrusion

Hernie


Slide6 l.jpg

Pourquoi infiltrer sous scanner?

  • Efficacité des corticoïdes proportionnelle à la dose délivrée au site d’injection

  • Meilleure efficacité en injection locale que per os

  • Initialement à l’aveugle puis amélioration de l’efficacité avec contrôle scopique

    • Efficacité satisfaisante malgré des techniques hétérogènes : position de l’aiguille (épidurale, intra canalaire, foraminale), mode de guidage (scopie/ TDM), produits utilisés (composition, quantité, effet retard)

    • Accessibilité meilleure au scanner, avec gain sur la précision (approche aisée et la plus directe possible du conflit disco radiculaire), le temps d’examen et la plus faible irradiation du patient

    • Leur tolérance est également satisfaisante

  • Elles supposent également que l’indication soit correcte et que le suivi soit adapté à chaque patient


Quand les indications l.jpg

Quand ? … les indications

  • Lombo-radiculalgie (sciatalgie ou cruralgie)

  • Névralgie cervico-brachiale

  • Résistantes au traitement médical bien conduit pendant 3 à 4 semaines

  • Preuve iconographique du conflit disco radiculaire (TDM ou IRM) : débord discal, protrusion « focale », hernie sous ligamentaire (volume herniaire peu important), sténose ostéophytique

  • Signes de souffrance radiculaire = œdème, déviation radiculaire, perte de la sphéricité de la gaine méningée et augmentation de taille du ganglion spinal en situation foraminale (lombaire)


Les indications limites l.jpg

Les indications …limites …

Déficit moteur, sensitif

Canal lombaire étroit

Discarthrose évoluée

  • En fait, l’idéal est « d’infiltrer le conflit » discoradiculaire

  • Pas d’étude formelle sur l’efficacité (ou l’inefficacité) dans le CLE ou le CLR…participation des « articulaires postérieures » …

  • Le déficit peut être du aux lésions inflammatoires et peut régresser dans certains cas

    Pourquoi ne pas essayer une infiltration… ?

    aide à la sélection des patients : traitement chirurgical


Comment l.jpg

Comment ?

  • Réalisation en ambulatoire, retour au domicile après surveillance en cabine au scanner (30 min)

  • Demande du correspondant validée

  • Possibilité d’effectuer une consultation au préalable

  • Fiche d’information remise au patient sur le déroulement de l’examen et conseils pré et post

  • Consentement éclairé systématique, signé et archivé

  • Précautions d’usage en cas de traitement antiagrégant et anticoagulants oraux

  • Repos relatif les jours suivants

  • Effet retardé des corticoïdes (7-10 jours) et la « montée en puissance » de l’efficacité sur les semaines suivantes


Technique habituelle l.jpg

Technique habituelle

  • Débubitus dorsal (cervicale), ventral (lombaire)

  • chaîne bétadinée après repérage cutané

  • anesthésie locale : lidocaïne 1% selon poids

  • aiguille à PL 22G en lombaire, ou aiguille type IM en cervical, à adapter selon la morphologie du patient

  • Coupes successives de repérage de l’aiguille

  • Injection de produit iodé ( 0.5 à 1cc) si besoin : vérification de la position épidurale de l’aiguille (abord intra canalaire surtout)

  • Injection du dérivé cortisoné

  • Pansement à enlever le lendemain

  • Durée totale : maximum 15 minutes en salle d’examen

  • Surveillance de 20 à 30 minutes avant le retour à domicile


Exemple de proc dure infiltration cervicale c5 c6 gauche l.jpg

exemple de procédure : infiltration cervicale C5-C6 gauche

Repérage initial du foramen

Après contrôle du positionnement de l’aiguille, vérification de sa bonne position épidurale avec injection de 1 ml de produit de contraste iodé, la diffusion est correcte sur les coupes de contrôle


Exemple de proc dure infiltration lombaire foraminale et articulaire post rieure l5 s1 gauche l.jpg

exemple de procédure : infiltration lombaire foraminale et articulaire postérieure L5-S1 gauche

Repérage du foramen et du massif articulaire postérieur

Contrôle de la position des 2 aiguilles

Arthrographie articulaire postérieure avant injection du dérivé cortisoné, à noter un kyste zygapophysaire rempli par le contraste


Slide13 l.jpg

exemple de procédure : infiltration épidurale bilatérale L4-L5

Repérage initial et mesures, abord par voie péri-radiculaire latérale

Contrôle de la position épidurale des aiguilles par opacification iodée , avant injection du dérivé cortisoné


Exemple de proc dure infiltration lombaire p ridurale par voie intra canalaire l.jpg

exemple de procédure : infiltration lombaire péridurale, par voie intra canalaire

repérage

Coupes de repérage aiguille en progression

Opacification épidurale, péri radiculaire


R sultats l.jpg

résultats

  • Étude sur 10 mois, appel téléphonique à un mois

  • Nombred’infiltrations réalisées:434

    • Lombaires foraminales : 328 (75.6%)

    • Lombaires articulaires postérieures : 52 (12.1%)

    • Cervicales : 54 (12.4%)

    • Unilatérales : 366 (74.4%) Bilatérales : 68 (15.6%)

  • Femmes: 209 ( 48.2%) Hommes : 225 (51.8%)

  • Age moyen: 48.3

  • Patients ayant des antécédents opératoires rachidiens : 50 (11.5%)

  • Nombre de patients opérés après l’infiltration, suite à l’échec d’au moins 2 infiltrations : 21 (5%)


Slide16 l.jpg

résultats (2)

  • Efficacité :

    • < 20 % : 86 (19.8%)

    • 20-50 % : 67 (15.4%)

    • 50 – 70 % : 74 (17.%)

    • > 70 % : 158 (36.4%)

  • Comparable chez patients aux antécédents opératoires:

  • Complications :

    • aucune insuffisance surrénalienne

    • Malaise vagal rapidement résolutif : 4 patients (0.9%)

    • intolérance à la cortisone (œdème et prise de poids, fatigue dans les 10 jours) : 5 patients ( 1.1%)

    • Parfois recrudescence douloureuse, douleurs réveillée ou aggravée :1/8

    • Pas de phénomène infectieux déclaré dans la série

    • Complication grave : aucun décès, pas d’hématome épidural , pas d’AVC (infiltration cervicale)


Slide17 l.jpg

remarques et sujets de discussion

  • Efficacité comparable aux données de la littérature actuelle, mais il faudrait étudier séparément les différentes causes de récidives douloureuses et leur délai de survenue, afin d’optimiser la prise en charge de ces patients algiques « chroniques »

  • Environ 15 à 20 % des patients nécessitent une prise en charge secondaire : 2ème infiltration, kinésithérapie, avis spécialisé +/- chirurgie

  • 2ème infiltration à discuter selon la symptomatologie résiduelle (dans les 6 semaines qui suivent) ou la récidive rapide des douleurs (3 à 6 mois) : correspondant +++++

  • Simple appel téléphonique pour le suivi

  • Aucune complication grave quelque soit le type d’infiltration avec nécessité d’un apprentissage


Conclusion l.jpg

conclusion

  • Évolution vers la guérison de la plupart des NCB et sciatiques

  • Faisabilité et efficacité prouvées dans les 2 localisations

  • Efficacité correcte entre 65 à 80 % des patients mais réévaluation systématique à 4 semaines

  • Toujours bien vérifier l’indication et informer le patient

  • Environ 20 % des patients relèvent d’une prise en charge secondaire (2ème infiltration ou nucléolyse, chirurgie), les autres étant à priori soulagés…

  • Les complications sont rares et exceptionnellement graves


  • Login