Le Ber Présente
Sponsored Links
This presentation is the property of its rightful owner.
1 / 17

Le Ber Présente PowerPoint PPT Presentation


  • 70 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Le Ber Présente . Stella Matutina. J’aime à me rappeler ces heures de l’enfance Où pour moi l’Océan était tout l’univers. J’accourais sur ses bords, tout vibrant d’espérance, Pour voir naître le jour sur ses mouvants déserts;. J’aime à me rappeler ces heures de mon enfance

Download Presentation

Le Ber Présente

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Le Ber Présente


Stella Matutina


J’aime à me rappeler ces heures de l’enfance

Où pour moi l’Océan était tout l’univers.

J’accourais sur ses bords, tout vibrant d’espérance,

Pour voir naître le jour sur ses mouvants déserts;

J’aime à me rappeler ces heures de mon enfance

Où pour moi l’Océan était tout l’univers

J’accourais sur ses bords, tout vibrant d’espérance,

Pour voir naître le jour sur ses mouvants déserts;


J’aimais me retirer dans cette paix profonde

Où le vent me grisait de son souffle salin,

Où, rêveur, j’écoutais les murmures de l’onde

Dans le silence du matin.


Je les revois encor, ces hommes intrépides,

Ces pêcheurs du faubourg appâtant l’hameçon;

Il n’existait pour eux que leurs voiliers rapides,

La mer et les filets, le large et l’horizon.

Quand l’aube se levait, pâlissant les étoiles,

Ils consultaient les flots de leur regard marin

Et joyeux, ils hissaient leurs ondoyantes voiles

À l’âpre brise du matin.


Je les revois encor, ces hommes intrépides,

Ces pêcheurs du faubourg appâtant l’hameçon;

Il n’existait pour eux que leurs voiliers rapides,

La mer et les filets, le large et l’horizon.

Quand l’aube se levait, pâlissant les étoiles,

Ils consultaient les flots de leur regard marin

Et, joyeux, ils hissaient leurs ondoyantes voiles

À l’âpre brise du matin.


Ils sillonnaient les eaux, avides d’aventure,

Bercés par ce roulis qui berça leurs aïeux,

Alors qu’aux doux soupirs du vent dans la mâture

Les mouettes mêlaient un chant harmonieux;


Et moi, de mes regards, je suivais de la grève

Leurs voiles qui bientôt se perdaient au lointain,

Dans ce lointain brumeux où dans l’azur se lève

La pâle étoile du matin.


Mais la flotte parfois s’arrêtait, inquiète;

L’azur devenait sombre et les flots moutonneux;

Un vague roulement annonçait la tempête

Et rendait menaçant le gouffre poissonneux;


Un sourd mugissement saisissait l’équipage

Qui scrutait un zénith de moins en moins serein;

L’éclair fendait la nue et déchaînait l’orage

Dont s’obscurcissait le matin.


De la côte, éplorés, des yeux fixaient le large,

Conjurant l’horizon et la vague en courroux,

Mais on gardait l’espoir d’apercevoir la barge

Qui portait à son bord les fils ou les époux;


Agenoux tout autour de la flamme d’un cierge,

Ces femmes en émoi suppliaient le destin:

« Sauve-les du péril, disait-on à la Vierge,

Brillante Étoile du Matin! »


Mais la mère de Dieu, sans cesse vigilante,

Veillait sur ces marins luttant contre la mort;

Et bientôt l’on voyait, battus par la tourmente,

Leurs voiliers courageux louvoyer vers le port;


Alors que l’ouragan hurlait dans la misaine,

Sur les ponts que jonchait leur limoneux butin,

Du ciel ils bénissaient l’auguste souveraine,

Leur douce Étoile du Matin.


Ô Toi qui, si souvent, quand s’irritait la lame,

Vins arracher jadis ces pêcheurs au trépas,

Sur les flots de la vie où navigue mon âme

Conduis-moi vers ce port d’où l’on ne revient pas;


De tes yeux suis toujours ma fragile nacelle,

Et si, dans le brouillard, Tu me vois incertain,

Luis de tout ton éclat sur la rive éternelle,

Ô sainte Étoile du Matin!


Texte : Regard sur L’invisible (poésie) de Georges Aspirot

Musique : Sérénade de Schubert

Présentation : Le Ber


  • Login