De l’orthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans l...
Sponsored Links
This presentation is the property of its rightful owner.
1 / 28

De l’orthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écrits Marielle Lange PowerPoint PPT Presentation


  • 99 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

De l’orthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écrits Marielle Lange. Relations stables entre orthographe et prononciation. CH E P CH  / S / maisCH  /k/ dans CHAOS E  / E / maisE  / e / dans CLEF

Download Presentation

De l’orthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écrits Marielle Lange

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


De l’orthographe à la prononciation: Nature des processus de conversion graphème-phonème dans la reconnaissance des mots écritsMarielle Lange


Relations stables entre orthographe et prononciation

CH E P

CH  /S/maisCH  /k/ dans CHAOS

E  /E/maisE  /e/ dans CLEF

E  /a/ dans FEMME

P  /p/maisP  silence dans COUP

CH E P

CH  /S/

E  /E/

P  /p/


Questions centrales

  • Comment cette connaissance des relations assez systématiques entre orthographe et prononciation est-elle représentée mentalement?

  • Comment participe-t-elle à la dérivation de la prononciation d’une forme orthographique?


Explications très différentes

  • Nature des représentations:

    • Connaissance de la prononciation la plus fréquente de chacun des graphèmes de la langue.

    • Analogie à des traces syllabiques.

    • Réseau associatif lettre-phonème.

  • Nature du processus de transcodage:

    • Déchiffrement lettre-après-lettre.

    • Transcodage syllabe-après-syllabe.

    • Traduction synchrone de toutes les lettres d’une chaîne.


Deux hypothèses évaluées

  • Connaissance des relations orthographe-son capturée par des règles graphème-phonème de type tout-ou-rien.

  • Nature séquentielle, lettre-après-lettre du processus de transcodage.


Modèle de Coltheart et coll.

_

p

f

f o t o

o

f

o

t

t

o

ñ

/p/

/f/

/o/

???

p

ph

o

#

pho

p

h

h

o

o

t

#

o

t

o

[foto]

Règles de conversion graphème-phonème

Transcodage lettre-après-lettre

p

o

photo


Représentations


Règles Graphème-Phonème?

  • Position de Coltheart et collègues:

    • Connaissance des relations orthographe-son limitée à des règles graphème  associé phonèmique le plus fréquent.

Associations multiples

Associations simples

Règles

B ON G OU R


Estimation de la fréquence des associations graphème-phonème en français et en anglais


Méthodologie menant au décompte

  • Corpora

    • Français: mots de 1 à 3 syllabes; Anglais: mots de 1 ou 2 syllabes (et leur prononciation britannique).

  • Choix des associations dans nos analyses

    • GP + contexte:Ceiy  /s/PLACE, CIEL

      GP + position:Sfin  /silence/CAS, NOS

    • CLEF: EF  /e/ouE  /e/ et F  /silence/?


Méthodologie ... (suite)

  • Segmentation en graphèmes et phonèmes

    ch.e.f./S.E.f./

    c.l.e.f./k.l.e.-./

    p.i.e.d./p.i.e.-./

  • Décompte de la fréquence des associations GP

    ch.e.f. /S.E.f./ [CH, /S/]++

    [E, /E/]++

    [F, /f/]++


Estimations de la régularité GP


Etudes empiriques


Dénomination

  • Dénomination différée

*

dilve

  • Dénomination immédiate

*

dilve

  • Scores de différence

    Latences immédiates - différées

     temps pour le transcodage


Entropie moyenne de graphèmes

  • Manipulation

    • Entropie de graphème = estimation de l’incertitude de la prononciation de chacun des graphèmes de la langue.

  • Matériel

    • Pseudomots monosyllabiques français de valeurs d’entropie moyenne de graphèmes élevée (GATTE) ou faible (VATTE).


Entropie, résultats

  • Effet significatif de l’entropie (incertitude) moyenne de graphèmes

    GATTE plus lent que VATTE

    • Associations simples au lieu de règles.

  • A noter

    • 30% des erreurs de prononciation sont des erreurs d’assignation de correspondance (CLYPHE lu SLYPHE).


Activation des associations minoritaires d’un graphème?

J

GEU

#####

  • Paradigme de détection de lettres de Ziegler & Jacobs  (1995): détecter une lettre dans un non-mot brièvement présenté puis masqué.

  • Classiquement, désavantage de l’homophonie.


Résultats

Temps de décision

Homophone par règle

Homophone par association

J?

GEUDI-BEUDI

BONGOUR-BONDOUR


Processus


Transcodage lettre-après-lettre?

  • Position de Coltheart et collègues:

    • Effet de longueur en faveur d’un transcodage séquentiel.

    • Effet de complexité graphémique en faveur d’un transcodage lettre-après-lettre.

      F OO PH (5 l., 2 gr. complexes)

      plus lentement que

      S P U R F (5 l., gr. simples)

  • Mais

    • Valeurs de fréquence différentes pour les graphèmes complexes (ph) et simples (r, f).


Fréquence de graphème

  • Question

    • Dans quelle mesure les variations de fréquence de graphème pourraient être responsables de l’effet observé par R&C?

NUSE vs NUZE

Effet de fréquence de graphème à complexité constante.


Complexité en français

Question

Effet de la complexité indépendamment des effets induits par les différences en termes de fréquence de graphème?

NURFE (gr. unilettres)

NUPHE(gr. mult. div.)

Effet inverse de la complexité graph. à fréquence de graphème comparable.


Complexité et opacité

Opacité

Complexité

/f/

/f/

Activation

/p/

/f/

r f

f f

p h

Graph. mult. div.

(f oo ph)

2 gr. simples

(s p u r f)

Graph. mult. conv.

(p o ff e)


Opacité en français

Question

Effet d’opacité graphémique, conforme aux prédictions d ’un mécanisme lettre-à-lettre?

NUPHE (gr. mult. div.)

NUFFE (gr. mult. conv.)

Effet d’opacité. Mais, 25 msec avec NUTTE, 0 msec avec NUTHE.


Longueur

Question

Pas d ’effet de longueur à fréquence de graphème et composition graphémique constante?

NUFE166 msec

NURFE199 msec

DRISME244 msec

Effet de la longueur.

NUFE (gr. simples)

NUFFE (gr. conv.)

Effet de la longueur spécifiquement en lettres de 9 msec


Conclusions générales

  • Objectif

    • Réduire la grande diversité des hypothèses théoriques relatives aux représentations et processus impliqués dans le transcodage d’une chaîne en sa phonologie.

  • Construction d’un outil

    • Analyse des associations graphème-phonème du français et de l’anglais.


Conclusions ... (suite)

  • Représentations des relations orthographe-son

    • Effet de l’incertitude (probabilité, entropie) de la prononciation d’un graphème en dénomination  associations simples.

    • Désavantage de l’homophonie pour des homophones-par-association comme BONGOUR dans une tâche de détection de lettre  associations multiples.

    • Réseau d’associations multiples plutôt que répertoire de règles.


Conclusions ... (fin)

  • Processus de transcodage

    • Absence d’effet de complexité à fréquence de graphème comparable  pas lettre-à-lettre.

    • Effet nul de l’opacité lorsque la seconde lettre induit une prononciation erronée (TH). Eventuellement, traduction simultanée de toutes les lettres d ’une chaîne.

    • Mais effet de longueur spécifiquement en lettres  composante séquentielle.

    • Traduction de toutes les lettres qui forment un graphème multilettre mais avec une composante séquentielle.


  • Login