Download
1 / 19

Aujourd'hui devenu l'emblême et le porte-bonheur des pays de Savoie - PowerPoint PPT Presentation


  • 73 Views
  • Uploaded on

Aujourd'hui devenu l'emblême et le porte-bonheur des pays de Savoie. les petits ramoneurs , n'avaient pourtant pas la vie facile. La tradition des petits ramoneurs.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Aujourd'hui devenu l'emblême et le porte-bonheur des pays de Savoie' - tamara-dillon


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

Aujourd'hui devenu l'emblême et le porte-bonheur des pays de Savoie

les petits ramoneurs , n'avaient pourtant pas la vie facile .


La tradition des petits ramoneurs de Savoie

remonte au XIX ème siècle . Pour fuir la pauvreté de leur famille nombreuse certains enfants partaient sur les routes pour aller ramoner les cheminées des villes.Le ramonage était mal payé mais les parents des familles pauvres acceptaient malgré tout que leurs enfants fassent ce travail. Dès six ans , les enfans partaient donc sillonner les routes de France avec un maître ramoneur. Chaque maître ramoneur avait sa tournée et malheur à qui s'avisait d'aller chasser sur les terres d'autrui ! Des rixes violents s'ensuivaient .


Les enfants voyageaient pieds nus pour économiser les sabots. Ils faisaient 40 à 50 km par jour , les plus forts d'entre eux chargés de marchandises, et le plus souvent la nuit pour échapper à la police , à l'affût de toute sorte de mendicité. Ils ramonaient avec un hérisson, mais du fait de leur petite taille , on les faisait aussi grimper à l'intérieur des conduits des cheminées pour les râcler . Arrivés en haut , ils criaient "haut en bas !"  la suie récupérée dans des sacs ( qui leur servaient aussi de couvertures ) était ensuite revendue à des usines. 


Le maître ramoneur leur imposait 14 à 15 heures de travail par jour et ce, tous les jours de la semaine. Plus question bien sûr d'apprendre à lire ou à compter.Pour se rendre à la messe le dimanche , ils devaient en acheter le droit au patron. Les maîtres ramoneurs étaient pour la plupart d'anciens ramoneurs devenus trop grands pour grimper dans les cheminées. Ils étaient responsables d'une équipe de trois à six enfants qu'on appelaient farias. Tous travaillaient pour un patron. Les petits ramoneurs sont mal et insuffisamment nourris , se contentant de pain noir et dur et d'une soupe ou d'une bouillie de maïs.


Le maître ramoneur récoltait l'intégralité de l'argent , et n'hésitait pas à battre les enfants pour récupérer aussi les pourboires qui leur étaient versés. Ils étaient chargés de leur fournir en échange des vêtements neufs et des chaussures , un logement et le matériel de travail. Quand les enfants rentraient dans leur famille en mai , le maître ramoneur reversait à leurs parents une somme d'argent équivalente au prix d'un veau. Ils se consacraient alors au travaux des champs.


Malheureusement il arrivait que les petits ramoneurs meurent de froid ou la tête fracassée suite à une chute. Ils tombaient souvent malade à cause de la suie : maladies respiratoires , allergies , cécité. Les journaux et les tribunaux retentissent d'histoires tragiques : enfants abandonnés au bord des routes, frappés , plaies et membres brisés , gangraines...


Une enquête est lancée sur la situation des petits ramoneurs en Savoie et Haute-Savoie. Hyppolite Dieu , premier préfet de la Savoie , le 15 janvier 1863 , réglemente par arrêté l'apprentissage et les contrats des enfants : ni les files , ni les garçons de moins de 12 ans ne pourront être engagés.

Les lois françaises de 1874 et 1892 découragèrent les maîtres ramoneurs à employer les enfants et ils furent contraints de changer leurs méthodes de travail.

Il faudra attendre 1914 pour qu'il n'y ait plus d'enfants apprentis ramoneurs. En 1920 , la profession est cadrée dans une organisation précise.


Hommage à tous ces enfants, ramoneurs en Savoie et Haute-Savoie. Hyppolite Dieu , premier préfet de la Savoie , le 15 janvier 1863 , réglemente par arrêté l'apprentissage et les contrats des enfants : ni les files , ni les garçons de moins de 12 ans ne pourront être engagés.

Qui ont donné de leur vie.

Pour notre

BIEN-ÊTRE


ad