Pid miologie et environnement
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 68

Épidémiologie et environnement PowerPoint PPT Presentation


  • 61 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Épidémiologie et environnement. Épidémiologie analytique Luc Dauchet [email protected] Environnement définition. Définition larousse: Ce qui entoure de tous côtés ; voisinage : Un village dans son environnement de montagnes.

Download Presentation

Épidémiologie et environnement

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Pid miologie et environnement

Épidémiologie et environnement

Épidémiologie analytique

Luc Dauchet [email protected]


Environnement d finition

Environnement définition

  • Définition larousse:

    • Ce qui entoure de tous côtés ; voisinage : Un village dans son environnement de montagnes.

    • Ensemble des éléments (biotiques ou abiotiques) qui entourent un individu ou une espèce et dont certains contribuent directement à subvenir à ses besoins.

    • Etc..


Environnement d finition1

Environnement définition

  • Sens Large:

    • Facteur de risque environnementaux:

      • Atmosphère, pollution etc..

      • Alimentation

      • Activité physique

      • Tout sauf la génétique….

    • d’A. Einstein « l’environnement, c’est tout ce qui n’est pas moi »


Environnement d finition2

Environnement définition

  • OMS Helsinki 1994

  • la santé environnementale (environmental health) comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de notre environnement. Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures


Environnement d finition3

Environnement définition

  • Rapport de la Commission d’orientation du Plan national santé environnement . 2004

  • « En tant que pratique, au travers de politiques publiques, la santé environnementale vise à réduire les menaces qui pèsent sur les personnes dans leur cité, leur logement, leur lieu de travail, et mobilise dans ce but un ensemble d’institutions publiques nationales ou locales, d’organismes privés et de professionnels qui y exercent. »


Pourquoi compter

Pourquoi compter?

  • Décrire : épidémiologie descriptive.

Observation

Comprendre : épidémiologie analytique

Évaluer: épidémiologie évaluative


Pid miologie analytique

Épidémiologie Analytique

Étude d'observation


Pid miologie analytique tudes d observation

Épidémiologie analytiqueétudes d'observation

  • Objectif= identifier les étiologies et facteur de risque d’un problème de Santé

    • Étiologie Etio= cause logos=étude

    • Facteur de risque. Facteur significativement associé à une pathologie: (ex: tabac/cancer du poumon; Homme/accident de voiture)

      => pas de notion de causalité


Tudes cologiques

Études écologiques

  • Ces études analysent la co-variation de paramètres mesures au niveau de groupes d'individus, souvent sélectionnes sur une base géographique : région, comte, état... Pour chaque groupe, les distributions des niveaux d'exposition et des fréquences de maladies sont connues, mais pas la distribution conjointe de ces deux variables (fréquence de maladie par niveau d'exposition).

  • Données collectives pas de données individuelles


Tudes cologiques1

Études écologiques

  • Etudes Multigroupes

    • Les études multi-groupes dites, géographiques,mettent en évidence l’association écologique entre le niveau moyen d'exposition ou la prévalence de l’exposition et la fréquence de maladie dans de nombreuses régions


Pid miologie et environnement

New Jersey State Cancer Registry


Risque

F. RICHARD

Risque

  • Définition : C'est pour un sujet la « Probabilité » de développer une maladie

  • Notion quantitative et probabiliste

  • Probabilité que des dangers (effets néfastes sur la santé humaine) surviennent au sein d'une population à la suite d'une exposition


Risque notion de multifactorialit de la plupart des ph nom nes de sant

F. RICHARD

Risque : Notion de multifactorialité de la plupart des phénomènes de santé

  • Le tabac n'est pas la seule cause de cancer du poumon et fumer d'induit pas forcément un cancer du poumon

  • On ne peut pas faire de grippe sans croiser le virus de la grippe mais on ne développe pas forcément une grippe si on "croise" le virus de la grippe.


La notion de risque

F. RICHARD

La notion de risque

  • Rupture avec une approche déterministe (une cause entraîne forcément un effet)

  • Approche probabiliste : un faisceau de facteurs augmente la probabilité que survienne une maladie


Mesure du risque

F. RICHARD

Mesure du risque

M +M -

E +abe1

E - cde0

m1m0N

Risque : probabilité d'être malade


Mesure du risque cohorte

F. RICHARD

Mesure du risque : Cohorte

R1 : Risque de développer la maladie si on est exposé

R0 : Risque de développer la maladie si on n’est pas exposé


Mesure du risque cohorte mod le multiplicatif risque relatif rr

F. RICHARD

Mesure du risque : CohorteModèle multiplicatif :risque relatif (RR)

Si R1 R0 RR  1 (absence de risque)

Si R1 > R0RR > 1(augmentation de risque chez les exposés vs les non exposés)

Si R1 < R0RR < 1(diminution de risque chez les exposés vs les non exposés)


Mesure du risque cohorte mod le additif diff rence de risque ou exc s de risque

F. RICHARD

Mesure du risque : Cohorte Modèle additif : Différence de risque ou excès de risque

Si R1 R0 0 (absence de risque)

Si R1 > R0 > 0 (augmentation de risque chez les exposés vs les non exposés)

Si R1 < R0 < 0 (diminution de risque chez les exposés vs les non exposés)


Petites d finitions statistique

Petites définitions statistique

  • p (ou risque de première espèce): probabilité que la différence soit observé si il n’y a pas de relation: En pratique dit qu’une relation est significative si p<0,05.

  • Intervalle de confiance: intervalle dans lequel la vrai valeur d’une moyenne ou d’un RR à 95% de se situer.


Mesure du risque cohorte intervalle de confiance 95 d un rr interpr tation

F. RICHARD

Mesure du risque : CohorteIntervalle de confiance à 95% d'un RR: Interprétation

  • 1 inclus dans l'IDC à 95% = RR non significativement différent de 1

  • 1 exclu de l'IDC à 95% = RR significativement différent de 1


Tudes cologiques2

Études écologiques

  • Etudes temporelles

    • Les études temporelles examinent, dans une zone géographique donnée, la co-variation, souvent au jour le jour, d'un indicateur de pollution et d'un indicateur de sante, de mortalité ou d'activité sanitaire.


Tudes cologiques3

Études écologiques

  • Etudes mixtes

    • Les études écologiques, mixtes combinent les caractéristiques des études multi-groupes et des études temporelles; leur objectif est donc double : déterminer les changements au cours du temps & l' intérieur


Tudes cologiques4

Études écologiques

  • Avantage

    • Facile à réaliser

      • Pas de nécessité de données individuelles

      • Utilisation de données en recueil systématique, PMSI, station de mesure de la pollution

    • Limites

      • Biais +++++++++++

      • Niveau de preuve très bas

      • Permet seulement d'émettre des hypothèses.


Notion de biais

Notion de biais

  • Un biais est une erreur systématique(non liée au hasard) qui compromet la validité de l'enquête et empêchent l'interprétation juste des résultats. Il existe trois catégories de biais:

cm


Notion de facteur de confusion

Notion de facteur de confusion

  • Association ne signifie pas cause.

Relation statistique

Fumer

Posséder un briquet

cause

Relation statistique :

Facteur de risque

Cancer du poumon

Un facteur de confusion est un facteur associé à la fois à l’exposition et au risque

Fumer est le facteur de confusion qui explique la relation entre briquet et cancer du poumon


Notion d ajustement

Notion d'ajustement

  • Méthode statistique permettant de prendre en compte les facteurs de confusion mesurés et connus

  • => A consommation de tabac égale le fait de posséder un briquet n'est plus facteur de risque de cancer.

  • Limites :

    • Nécessite une bonne mesure des facteurs de confusion

    • Tous les facteurs de confusion ne sont pas connus

    • Pas de distinction possible si variable trop corrélée (ex: si toutes les personnes qui ont un briquet sont fumeurs)


Etudes individuelles

Etudes individuelles

  • Les données sanitaires et celles relatives aux variables de confusion sont ici relevées à I'échelle individuelle

  • Exposition données individuelles ou collectives dans le cadre de l’environnement physique


Tude cohorte

Étude cohorte


Cohortes contemporaines

Cohortes « contemporaines »

Maladie

Maladie

Maladie

Maladie

Maladie

Études de nombreuses expositions et maladies

Exposition: tabac, sport, alimentation, couleur des chaussures….

Grosses cohortes > 10000 personnes sur de nombreuses années


Mesures l inclusion

mesures à l’inclusion

  • Facteurs d’ajustements

    • Age, sexe, données socio-démographiques,…..

  • Autres expositions

    • Questionnaires alimentaires, habitudes de vies etc..

    • Clinique TA IMC ect…

    • Biologie : Cholestérol diabète aliquots ect…


Suivi

Suivi

  • Études de mortalité:

    • Certificat de mortalité => peu coûteux, imprécis

  • Morbidité:

    • Contact des patients => contact des médecins => dossiers médicaux => définition standardisée => comité d’experts.

    • Registre (exemple PRIME/ MONICA)=> précis et peu coûteux (quand on dispose d’un registre!!)


Probl me il faut tout avoir pr vu avant

Problème : il faut tout avoir prévu avant!

Sans trop charger la Fusée !!!!


Pid miologie et environnement

Population

15 ans de suivi

Données

EFR


Pid miologie et environnement

Relation nitrate/risque de cancer de la vessie


Etudes de cohortes

Etudes de cohortes

  • Avantage

    • Exposition précède l’événement

    • Limites les bais (sélection mesure)

  • Inconvénient:

    • Perdus de vus

    • Long

    • Nécessite beaucoup de sujets

    • Maladie fréquente


Etude transversale

Etude transversale

  • Une étude transversale détermine, dans une population, la prévalence d'une maladie, sans que L’on en connaisse I’ ancienneté. Les données d'exposition, variables dans le temps, peuvent être mesurées rétrospectivement, afin de tenir compte des périodes de latence. II s'agit de comparer des prévalences entre sujets différemment exposes.


Pid miologie et environnement

  • Exposure to Motor Vehicle Traffic and Allergic Sensitization

    • Wyler, Catherine

  • Study Population and Participation Rate

    •  Basel-Stadt is an urban area with about 200,000 inhabitants, located in the northwestern part of Switzerland. In 1991, it was one of the eight areas that participated in the cross-sectional part of the Swiss Study on Air Pollution and Lung Diseases in Adults (SAPALDIA). 23–25 Martin et al26 have described the methods of SAPALDIA elsewhere. The present study is based on the 1,075 (60%) Swiss participants of the Basel sample of SAPALDIA

  • Allergy Tests

    •  We assessed the sensitization to eight common aeroallergens

  • Assessment of Exposure

    •  To determine the participants’ exposure to traffic at their domicile, we matched the data of the traffic inventory of the canton Basel-Stadt to each participant’s home address.


Pid miologie et environnement

OR Odds Ratio rapport de cote/ approximation du RR

FIGURE 1 Association between ln(OR) (OR = odds ratio) of sensitization to pollen and ln(car frequency) in subjects having lived in the same house for at least 10 years; results of a generalized additive model in which the functional relation with ln(car frequency) was estimated using locally weighted regression with a window span of 0.7 and in which the influence of sex, age, smoking, education, family history of atopy, and number of siblings was controlled.


Tude cas t moin

Étude cas-témoin


Pid miologie et environnement

Population

Données


Etudes cas t moins

Etudes cas témoins

  • Avantage:

    • Facile à réaliser (cohorte)

  • Inconvénient:

    • Biais ++

    • Sélection +++

    • Mémorisation +++


Comparaison cohorte cas t moins

Comparaison cohorte/cas témoins

En pratique dans la majorité des cas OR=RR


Interpr tation d une tude pid miologique d observation

Interprétation d'une étude épidémiologique d'observation

  • Permet d'établir un lien statistique (facteur de risque)

  • Ne permet pas d'établir un lien de causalité (l'exposition est responsable de la maladie)

    • Biais lié à la constitution de l'étude

    • Biais de Confusion


La seul preuve possible pid miologie valuative

La seul preuve possibleÉpidémiologie évaluative

Intervention


Pid miologie valuative

Épidémiologie évaluative

  • Objectif: Évaluer l’action d’une action de soins

  • Cas particulier:

    => Il existe une situation ou l’on peut conclure à une relation de causalité:

    => essais randomisé en double aveugle.


Essais randomis en double aveugle id ale

Essais randomisé en double aveugle = Idéale

Traitement A

Traitement B

Ni le patient ni le médecin ne connaît la nature du traitement

Analyse

Nombre de malade guéries, vitesse de guérison

Durées de survie etc

Levé de l’aveugle: ex trt A= nouveau médicament trt B= placebo


Essais randomis en double aveugle

Essais randomisé en double aveugle

  • Si l’essais est bien mené:

    • Pas de Biais possibles

    • Pas de facteurs de confusion possible

    • => on peut conclure à une relation causale.

    • => Quasi impossible dans le domaine de l’environnement


Autres enqu te valuative

Autres enquête évaluative

  • L’enquête randomisé en double aveugle n’est possible que pour les médicaments.

    • => autres traitements (ex : chirurgie, kinésithérapie, psy..) pas d’aveugle possible.

    • Pour les intervention en santé publique: randomisation individuelle quasi impossible

      • ICI ailleurs/ avant après

    • Valeur moindre des autres protocoles expérimentaux mais > à observation


Autres enqu te valuative1

Autres enquête évaluative

  • L’enquête randomisé en double aveugle n’est possible que pour les médicaments.

    • => autres traitements (ex : chirurgie, kinésithérapie, psy..) pas d’aveugle possible.

    • Pour les intervention en santé publique: randomisation individuelle quasi impossible

      => Valeur moindre des autres protocoles expérimentaux mais > à observation


Tudes quasi exp rimentales

Études quasi expérimentales

  • Utah Valley expérience

    • Présence de hauts fourneaux

    • Valeur de PM10 supérieurs aux normes

    • Entre 1985 et 1989 arrêt intermittents en raisons de grèves

    • Admission pour asthme des enfant <6ans doublé quand l’usine fonctionne.

    • Pas d’évolution dans les zones témoins:

      • Cache et Salt lake Valley

  • => Étude quasi expérimentale ici ailleurs/avant après


Interpr tation d une enqu te pid miologique observationnelle

Interprétation d’une enquête épidémiologique observationnelle

  • 2 Grands risques

    • Sur interpréter et conclure à une causalité => Tendance de la Presse grand publique

    • Ne rien conclure sous prétexte qu’un résultat d’observation ne prouve rien.=> Ex Fabriquant de tabac!


Interpr tation d une enqu te pid miologique

Interprétation d’une enquête épidémiologique

  • Critère de Causalité

    • Séquence temporelle établie

    • Association forte

    • Constance et reproductibilité

    • Relation effet dose

    • Spécificité de l’association

    • Cohérence / physiopathologie

    • Effet d’une intervention sur le FR


Sp cificit s de la recherche en environnement

Spécificités de la recherche en environnement

  • Difficulté à mettre en évidence des relations

    • Niveaux d’expositions faibles mais chroniques

    • Conséquence parfois à long terme

    • Impacte individuelle faible

  • Mais conséquences en santé publique importantes car touche de nombreuses personnes


Peut on prouver qu une exposition n est pas dangereuse

Peut on prouver qu’une exposition n’est pas dangereuse ?

  • NON

    • On peut qu’il existe une association (p>0,05)

    • On ne peut pas prouver qu’il n’y pas d’association (Nombre de sujets insuffisant pour l’observer ?)

    • Tout au plus on peut prouver que si les effets existent-ils sont limités.


Principe de pr caution

Principe de précaution

1992 Déclaration de Rio : « En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l'environnement. »

1995 loi Barnier « l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable »


Le d fi des perturbateurs endocriniens

Le défi des perturbateurs endocriniens

  • « une substance ou un mélange exogène altérant les fonctions du système endocrinien, et induisant donc des effets nocifs sur la santé d’un organisme intact, de ses descendants ou sous-populations »

    • Effets à très faibles doses

    • Effets à très long terme (2ème ou 3ème génération)

    • Effets modeste sur tout le monde

  • Étude extrêmement difficile.


Esp rance de vie la naissance en france 1950 2002

Espérance devie à la naissance en France (1950-2002)

De plus en plus de questions

Mais un environnement de plus en plus sur!!!

F.Richard


Sources

sources

  • http://www.pitt.edu/~super1/lecture/lec3471/001.htm

  • Quelques diapo du Dr Florence Richard

  • EPIDIEMIOLOGIE ET ENVIRONNEMENT Isabelle Momas Revue Franoaise des Laboratoires, octobre 2001, N ° 336


  • Login