chapitre 6 les premiers signes de crise fin des ann es 1960
Download
Skip this Video
Download Presentation
Chapitre 6 – Les premiers signes de crise (fin des années 1960)

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 26

Chapitre 6 Les premiers signes de crise fin des ann es 1960 - PowerPoint PPT Presentation


  • 72 Views
  • Uploaded on

Chapitre 6 – Les premiers signes de crise (fin des années 1960). Émergence des premiers signes d’une crise : sociale (évènements de mai-juin 1968) et économique : la reprise de la croissance qui succède aux évènements de 1968

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Chapitre 6 Les premiers signes de crise fin des ann es 1960' - spike


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide2
Émergence des premiers signes d’une crise :
    • sociale (évènements de mai-juin 1968)
    • et économique :
      • la reprise de la croissance qui succède aux évènements de 1968
      • ne masque que partiellement la fragilité de l’économie française :
        • qui demeure plus sujette aux pressions inflationnistes que les autres pays industrialisés
        • et dont la compétitivité demeure fragile.
section 1 causes et cons quences de mai 1968
Section 1 – Causes et conséquences de mai 1968

1.1- Les causes de mai 1968

  • Les événements de mai 1968 sont une réaction sociale à la modernisation accélérée d’une société en mutation.
  • Trois causes principales peuvent être identifiées:
    • le retournement démographique
    • l’accélération de l’urbanisation
    • et la prépondérance de la classe moyenne salariée.
1 1 1 le retournement d mographique
1.1.1- Le retournement démographique
  • Population proche des 50 millions
  • Évolution de la population active :
    • hausse très nette à partir de 1962 (rapatriés d’Algérie)
    • et rajeunissement, avec l’arrivée sur le marché du travail des 1ères classes d’âges issues du « baby boom ».
  • Le nombre de naissances atteint un pic en 1964.
  • Explosion de la population scolarisée :
    • Scolarité obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans
    • Création des lycées techniques (1959)
    • Création des IUT (Instituts universitaires de technologie), délivrant des diplômes à Bac+2.
  • Nombre multiplié par 3 :
    • des élèves de l’enseignement public
    • des étudiants dans les universités.
  • La demande n’est pas satisfaite, malgré l’accroissement des infrastructures et des recrutements d’enseignants.
1 1 2 l acc l ration de l urbanisation
1.1.2- L’accélération de l’urbanisation
  • Forte augmentation de la population urbaine :

de 53,2 % en 1946

à 70,1 % en 1968.

  • Dans le même temps, la population agricole est divisée par 2. Elle ne représente plus que 15 % de la population active en 1968.
  • Mise en œuvre de politiques actives d’urbanisation et de logement :
    • Création de villes nouvelles (5 en région parisienne)
    • Construction de « grands ensembles », associant des logements et des équipements collectifs neufs.
1 1 3 la pr pond rance de la classe moyenne salari e
1.1.3- La prépondérance de la classe moyenne salariée
  • Conséquence de la tertiarisation :
    • ↑ du nombre des employés (+ 44 % de 1954 à 1968)
    • ↑ du nombre de cadres et de professions libérales

(+ 80 %).

  • Entrée des femmes dans le vie active
  • Développement d’une société de consommation de masse et d’abondance, en partie favorisé par l’inflation :
    • l’indexation des salaires et des prix soutient la demande et les anticipations
    • le faible niveau des taux d’intérêt réels favorise les crédits à la consommation.
1 2 les cons quences de mai 1968
1.2- Les conséquences de mai 1968
  • Grèves étudiantes :
    • qui ont pour origine le refus signifié aux étudiants de rendre visite aux étudiantes à la cité universitaire de Nanterre
    • qui vont se traduire par des heurts répétés entre étudiants et forces de l’ordre dans le quartier latin à Paris
    • qui gagnent les actifs et s’amplifient :
      • Jusqu’à 7 millions de grévistes (1/3 de la population active occupée)
      • Chute brutale, mais brève, de la production.
slide8
Les accords de Grenelle :
    • négociés les 25 et 26 mai 1968 et signés le 27 mai, au ministère du Travail situé rue de Grenelle
    • entre le gouvernement, les syndicats et le patronat.
  • Ces accords sont encore souvent pris en référence comme une expérience réussie de concertation multipartite, comme en atteste le récent « Grenelle de l’environnement ».
  • Rejetés par la base, les accords de Grenelle ne résolvent pas immédiatement la crise sociale et la grève continue.
slide9
Le protocole de Grenelle sera néanmoins mis en œuvre progressivement :
    • Forte hausse des salaires nominaux :

16 % en moyenne

mais 35 % pour le SMIG

    • Baisse du temps de travail (44 h par semaine)
    • Loi du 27 déc. 1968, qui accorde le droit aux syndicats de s’organiser librement dans toutes les entreprises :
      • Section syndicale dans les entreprises de + de 50 salariés
      • Délégués syndicaux.
section 2 une politique de relance interrompue par la d fense du franc
Section 2 – Une politique de relance interrompue par la défense du franc

2.1- Une politique de relance…

  • Mise en œuvre par le nouveau gouvernement (juillet 1968) dirigé par Maurice Couve de Murville :
    • Politique fiscale sélective :
      • ↓ fiscalité pesant sur les salaires
      • Déduction d’impôts et de TVA pour les entreprises qui investissent
    • Politique monétaire expansionniste
      • qui vise 2 objectifs contradictoires : ↑ les liquidités et ↓ l’inflation
      • et conduit à l’instauration du mécanisme de l’encadrement du crédit en novembre 1968.
slide11
Inflation à 1,3 % en 1968, mais > aux principaux partenaires commerciaux de la France
  • Ce différentiel d’inflation défavorable :
    • entraîne la poursuite de la dépréciation du franc
    • qui se traduit, et est renforcée, par une fuite importante de capitaux qui s’intensifie lorsqu’en septembre le gouvernement lève le contrôle des changes tout en annonçant la majoration des droits de succession
    • et entraîne une forte diminution des réserves de la Banque de France.
l encadrement du cr dit 1
L’encadrement du crédit (1)
  • Dispositif visant à maîtriser la masse monétaire en limitant réglementairement la progression du montant des encours de crédits bancaires :
    • Les autorités monétaires déterminent le taux de croissance souhaité de la masse monétaire
    • et déterminent des normes de progression (mensuelles ou trimestrielles) des encours de crédit que peut accorder chaque banque.
    • En cas de non-respect des normes, obligation pour les banques de constituer des réserves supplémentaires non rémunérées
    • Mais possibilité de report sur la période suivante les capacités non utilisées et de se les échanger entre banques.
  • Avantages :
    • Action efficace sur les quantités, sans fortes variations des taux d’intérêt
    • A condition que le crédit soit le principal mode de financement de l’éco, i.e. économie d’endettement (cas de la France jusqu’au milieu des années 80).
l encadrement du cr dit 2
L’encadrement du crédit (2)
  • Inconvénients :
    • entrave le développement bancaire, et donc le dynamisme de l’économie
    • nuit à la concurrence bancaire.
  • C’est pourquoi, afin d’atténuer sa rigidité, l’encadrement du crédit s’accompagne d’une politique sélective de crédit :
    • qui vise à orienter les crédits vers des domaines d’activité que l’État juge prioritaires
    • par une action sur les taux d’intérêt ou sur les quantités :
      • Principe de la bonification :
        • Bonifications d’intérêt : prise en charge par l’État d’un partie du coût du crédit
        • Garantie d’un taux fixé
      • Sélectivité qui s’appuie sur des réseaux bancaires spécialisés (Crédit agricole, Crédit foncier).
2 1 suivie d un politique de rigueur et de d fense du franc
2.1- … suivie d’un politique de rigueur et de défense du franc
  • Dans ce contexte :
    • de fuite des capitaux
    • de spéculation internationale contre le franc
    • et donc de dépréciation du franc

la dernière politique éco. du général de Gaulle a pour objectif la défense de franc.

  • Une action franco-allemande coordonnée (réévaluation du mark et dévaluation du franc) est un temps envisagée.
  • Le franc n’est finalement pas dévalué. De Gaulle peut ainsi tenir la promesse faite en 1958 : pas de changement de la parité du franc tant qu’il serait là.
slide15
Mais ce n’est qu’un répit :
    • le franc est dévalué de 12,5 % en août 1969 (sous la présidence de Pompidou),
    • et le mark réévalué de 9,3 % en octobre.
  • Résultats :
    • À court terme, du fait de la forte hausse des salaires et de la réduction du temps de travail, l’inflation repart (7,1 % en 1969).
    • La hausse du pouvoir d’achat stimule la reprise et creuse le déficit commercial (car excès de la demande face à un offre réduite par les grèves).
    • La dévaluation de 1969 relance les exportations et contribue ainsi à stimuler la reprise.
slide16
Au printemps 1969, le général de Gaulle, encore affaibli par la crise de 1968, soumet au référendum un vaste projet de réforme du Sénat et la régionalisation.
  • Lors de référendum d’avril 1969, le non l’emporte (53 %) ; de Gaulle se retire à la fin avril 1969.
  • Le projet visait notamment à accorder la personnalité juridique aux régions, mais retirait au Sénat (notamment censé les représenter) une très large part de ses prérogatives.
section 3 l abandon rapide du projet de nouvelle soci t 1970 1972
Section 3 – L’abandon rapide du projet de « Nouvelle société » (1970-1972)
  • Projet de « Nouvelle société » :
    • porté par Jacques Chaban-Delmas, chef du 1er gouvernement de la présidence de Georges Pompidou
    • inspiré par Simon Nora et Jacques Delors
    • Retour à certaines des idées lancées par Pierre Mendès France dans les années 60.
  • Constat de départ : la France est encore un pays sous-industrialisé, à l’économie fragile et aux structures archaïques.
slide18
Ce projet a pour objectifs la rénovation de l’économie, via :
    • l’amélioration de la compétitivité
    • la transformation du rôle de l’État
    • le rajeunissement des structures sociales
    • un développement régulier des revenus.
  • Grande réforme administrative et pédagogique de l’Université.
slide19
Mise en œuvre d’une politique sociale contractuelle, basée sur une concertation régulière entre patronat et syndicats :
    • Le secteur public doit donner le modèle
    • Signature de contrats de programme garantissant une autonomie de gestion aux GEN (grandes entreprises publiques)
    • Signature de contrats de progrès entre la direction des entreprises publiques et les syndicats:
      • visant notamment à réduire la durée du travail
      • précurseurs de la mensualisation des salaires, qui sera généralisée en 1978.
slide20
Loi du 2 janvier 1970, qui transforme le SMIG en SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance) :
    • Revalorisation automatique quand l’indice général des prix à la consommation ↑ de 2 % par rapport à la précédente revalorisation
    • Révision tous les 1er juillet, au regard des comptes économiques de la nation (i.e. des statistiques publiées par l’INSEE).
  • Accord interprofessionnel du 10 février 1969, qui organise le régime des licenciements collectifs pour motif économique.
  • Accord interprofessionnel du 9 juillet 1970, en faveur de la formation professionnelle.
section 4 la relance du processus de construction europ enne
Section 4 – La relance du processus de construction européenne
  • Au cours de la période 1960-1968, la France est opposée, dans une optique très gaulliste, à un approfondissement de la construction européenne et à l’élargissement de la CEE : elle cherche à maintenir un TEC à vocation défensive.
  • Néanmoins, l’accord du Kennedy round (1964-1967) :
    • implique une ↓ de 35 % des droits de douane
    • et conduit à une ↓ du TEC entre 1968 et 1972.
  • Maurice Schuman, ministre des Affaires européennes :
    • soutient les nouvelles adhésions : le Danemark, l’Irlande et le Royaume-Uni entrent en 1973 dans la CEE (après le veto opposé par le France en 1963 et 1967, pour le RU)
    • et développe les politiques des transports et de l’énergie.
section 5 une politique industrielle ambitieuse
Section 5 – Une politique industrielle ambitieuse
  • Cette politique industrielle ambitieuse vise deux objectifs:
    • la recherche d’une indépendance nationale en matière technologique et militaire.
    • la concentration et la coopération européenne dans les industries de pointe.
  • Elle se concrétise pour le lancement de différents projets:
    • Airbus et Concorde, en collaboration respective avec l’Allemagne et le Royaume-Uni
    • Le « plan calcul » en 1967, visant à la constitution d’une grande entreprise française dans le domaine de l’informatique (CII).
    • Le développement de la filière française de production nucléaire.
section 6 les pr mices de la crise
Section 6 – Les prémices de la crise
  • Les pressions inflationnistes se font sentir au niveau mondial :
    • mais sont encore plus fortes en France que dans les autres pays industrialisés
    • d’où dégradation de la compétitivité française
    • avant même que ne survienne le 1er choc pétrolier.
  • Le gouvernement de Pierre Messmer lance, en décembre 1972, un plan de lutte contre l’inflation. Malgré l’abrogation de l’encadrement du crédit en 1970 (car développements des techniques de contournement).
  • L’effort de modernisation s’essouffle à la veille de la crise.
  • Loi Royer limitant les conditions d’ouverture des grandes surfaces.
  • Manifestations de plus en plus nombreuses (construction navale à Fos-sur-mer, Usines Lip).
conclusion 2 me partie
Conclusion (2ème partie)
  • A partir de la seconde moitié des années 1950, la France connaît une période d’expansion que la théorie de la régulation (M. Aglietta, R. Boyer) qualifie :
    • de régime d’accumulation fordiste
    • associé à un mode de régulation administrée (dans lequel l’État joue un rôle essentiel).

dont les principales caractéristiques sont les suivantes :

    • Rapport salarial privilégiant l’indexation du salaire nominal sur les prix (rendu possible par les gains de productivité)
    • Développement de la consommation de masse
    • Modèle social de mutualisation des risques (protection sociale)
slide25
Économie d’endettement :
    • Endettement des entreprises auprès des banques (car faiblesse de l’autofinancement et marchés financiers peu développés)
    • Endettement (refinancement) des banques auprès de la banque centrale le système fonctionne donc sous réserve de l’apport en liquidités de la banque centrale : taux d’intérêt administrés et encadrement du crédit.
  • Financement par création monétaire de l’endettement de l’Etat :
    • source d’inflation
    • mais déficit budgétaire relativement contenu.
  • Politiques conjoncturelles de « stop and go »
slide26
Ce mode de régulation est entré en crise dès la fin des années 1960, du fait notamment :
    • de la baisse des gains de productivité
    • et de l’ouverture internationale

et n’a pas ensuite donné naissance à un mode de régulation aussi clairement identifiable.

ad