Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 20

Risques infectieux liés à l’endoscopie souple : une réalité? PowerPoint PPT Presentation


  • 82 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Risques infectieux liés à l’endoscopie souple : une réalité?. Etienne Audureau – 21 novembre 2006. Introduction. Endoscopies. 2 types: L’endoscope rigide formé d’un tube métallique de 5 à 8 millimètres de diamètre et de 15 à 30 centimètre de longueur.

Download Presentation

Risques infectieux liés à l’endoscopie souple : une réalité?

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux liés à l’endoscopie souple :une réalité?

Etienne Audureau – 21 novembre 2006


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Introduction

Endoscopies

2 types:

L’endoscope rigide formé d’un tube métallique de 5 à 8 millimètres de diamètre et de 15 à 30 centimètre de longueur.

Surtout utilisé pour l’exploration des articulations (arthroscopie), de la vessie (cystoscopie), de la cavité abdominale (laparoscopie ou coelioscopie).

L’endoscope souple ou fibroscope : plus long que l’endoscope rigide et permet d’explorer des organes tels que les bronches, l’œsophage, l’estomac, le duodénum, ou le côlon.

Diagnostic / Intervention

Appareil coûteux, complexe,

Non stérilisable et nécessitant des processus de décontamination répétés


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Plan

Risques infectieux

liés à l’endoscopie souple

Une réalité?

1. Introduction

2. Réglementation et Recommandations actuelles en France

3. Un risque réel?

4. Conclusion


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Recommandations

& Réglementation

Textes

CIRCULAIRE n°591 du 17/12/2003

& Circulaire n°138 du 14/03/2001

& Décret du 6/09/1995

& Circulaire du 20/04/1998..

Les endoscopes souples non autoclavables

doivent être désinfectés après chaque acte d’endoscopie,

en respectant les étapes précisées dans la circulaire pour la procédure manuelle

Améliorer la qualité et la sécurité

Maîtriser le risque lié au nvMCJ

Prendre en compte systématiquement le risque lié aux agents

transmissibles non conventionnels (ATNC)


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Recommandations

& Réglementation

Définir le niveau de désinfection à appliquer à chaque dispositif médical concerné


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Recommandations

& Réglementation

Définir le niveau de désinfection à appliquer à chaque dispositif médical concerné


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Recommandations

& Réglementation

Cas particulier:

en cas de suspicion d’encéphalopathie spongiforme subaiguë transmissible (ESST)

ou d’ESST avérée : circulaire n°138 2001

Questionnaire de dépistage de patients à risque de transmission

de la maladie de Creutzfeld Jacob

1 - Recherche de facteurs de risque dans les antécédents:

  • Traitement par hormone de croissance extractive avant 1988

  • Cas d’ESTT lié à une mutation du gène codant pour la PrPc dans la famille génétique

  • Intervention chirurgicale avec ouverture de la dure-mère

    notamment intervention neurochirurgicale ou exploration cérébrale invasive,sauf si réalisée en France à partir du 1/01/95

  • Antécédent d ’ embolisation avant 1995

    2 - Recherche de signes cliniques évocateurs de la maladie

    Le patient présente-t-il après élimination des autres causes possibles,des signes d’apparition récente et d’évolution progressive sans rémission:

  • Au moins un signe neurologique

    & des troubles intellectuels=> suspicion d’ESST

    Ou

    Des troubles psychiatriques=> suspicion d’ESST

    Si patient suspect d’ESST , revoir l’indication de l’acte, demander l’avis d’un neurologue Appliquer les mesures de précaution maximales

Définir le niveau de désinfection à appliquer à chaque dispositif médical concerné


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Recommandations

& Réglementation

Les étapes obligatoires

Sur un endoscope totalement immergeable, irrigable et débranché de sa source…

Faciliter le nettoyage

Abaisser le niveau de contamination

Protéger le personnel et l’environnement

Pré Traitement

Premier Nettoyage 10’

Premier Rinçage

Sans oublier…

Éliminer les salissures

Second Nettoyage 5’

Le Test d’étanchéité en début de procédure

L’importance d’une bonne irrigation

La traçabilité

La formation du personnel

L’évaluation régulière des pratiques…

Rinçage Intermédiaire

Désinfection

Détruire ou inactiver les micro-organismes

Éliminer les résidus de produit désinfectant

Rinçage Terminal

Éviter la recontamination

Protéger le matériel désinfecté

de la contamination

Séchage

Stockage


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Pourquoi ?

Complexité du dispositif médical

Caractère invasif

Procédures standardisées mais erreurs humaines (ex: Incident Cidex 2000)

Procédures en amélioration permanente

Types d’infection

- Translocation (flore du patient): endogène

- Transmission croisée (flore du patient précédent ou de l’environnement): exogène

- Transmission patient-personnel soignant


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Le Biofilm

- Amas de bactéries constituées en multiples couches

et engainées dans une substance extracellulaire (exopolysaccharides - EPS)

- Les EPS cimentent les cellules entre elles et aux parois

- Bien connus dans les processus industriels, les implants et les cathéters


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Le Biofilm

  • Pourrait expliquer certains échecs de décontamination :

  • rôle protecteur ++ des EPS face aux biocides

  • Réservoir potentiel de bactéries pathogènes pouvant se détacher ou sécréter des endotoxines

Infection NosocomialeScénario possible

du développement des biofilms


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Le Biofilm

Etude Pajkos JHI 2004:

Présence de biofilm dans -5/13 canaux à biopsie

-12/12 canaux air/eau

Souillures présentes préférentiellement au niveau d’érosions / irrégularités de la surface de l’endoscope


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Le Biofilm


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Perspectives

Etude K.Marion JHI 2006:

Procédure Pronatron (alpha/enzymes puis béta/détergent) :

efficace +++ sur le biofilm


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Réalité?

Fréquence des échecs de la décontamination

Etude L. Bisset AJIC 2006:

Cultures aérobies et anaérobies (bactéries), PCR (VHC, VHB, VIH, HP)

1400 gastroscopes et 1000 coloscopes étudiés après décontamination

1.8 % contaminés par germes habituels

1 prélèvement VHC+

40% d’un sous-échantillon de 100 prélèvements PCR+ à entérobactéries : biofilm++

Facteurs de risque : Utilisation fréquente et pathologies sous_jacentes du patient


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Réalité?

L' incidence des épisodes infectieux est difficile à quantifier en raison :

du caractère multifactoriel de l’infection

-Défenses immunitaires

-Désinfection de l’endoscope

du délai entre l’acte et l’infection

Microorganismes identifiés responsables d’infections

Pseudomonas, Salmonella, BK, mycobactéries atypiques

VHC, VHB

Aucun cas d'ATNC n'a été rapporté.


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Peu de cas rapportés

Une incidence estimée à 1/1,8 millions de procédures

-Transmission lors d’endoscopies gastro-intestinales

35 cas rapportés aux USA sur les 10 dernières années (17 M procédures/an) dont:

- 8 cas VHC

- 5 cas VHB

- 0 cas VIH

-Pneumopathies à P.aeruginosa liées à l’utilisation d’endoscopes souples

3 publications depuis 1999 dont:

- 39 patients en 2003, liés à un défaut du bouchon du canal à biopsie


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Risques infectieux

Peu de cas rapportés

Etude R.Bou JHI - 2006

Epidémie de P.aeruginosa

en réanimation.

17 cas en 2 mois

Etude épidémiologique pour évaluer les facteurs de risque potentiels

Mise en évidence d’une association forte avec la bronchoscopie

Anomalies retrouvées dans la chaine de décontamination des bronchoscopes (week ends++)


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Conclusion

Un « risque réel »

Faiblement documenté

Sans doute sous-estimé

Progrèstechnologiques

et Formations des personnels à poursuivre


Risques infectieux li s l endoscopie souple une r alit

Références

  • - Nosocomial outbreak of Pseudomonas aeruginosa infections related to a flexible bronchoscope

  • R. Bou, A. Aguilar, J. Perpinan, P. Ramos, M. Peris,L. Lorente

  • Journal of Hospital Infection (2006) 64, 129-135

  • - Bronchoscope reprocessing and infection prevention and control: bronchoscopy-specific guidelines are needed.

  • Srinivasan A, Wolfenden LL, Song X, et al.

  • Chest 2004;125:307-314.

  • - Using an efficient biofilm detaching agent: an essential step for the improvement of endoscope reprocessing protocols.

  • K. Marion, J. Freney, G. James, E. Bergeron, F.N.R. Renaud, J.W. Costerton

  • Journal of Hospital Infection (2006) 64, 136-142

  • - Biofilm digestion: More confusion than answers.

  • Alex Sava, AJIC 33(10), 614.

  • - Importance of cleaning for reprocessing endoscopes and thermolabile sterile medical devices: French use and regulations

  • J.C. Darbord. Journal of Hospital Infection (2004) 56, S40–S43

  • - Is biofilm accumulation on endoscope tubing a contributor to the failure of cleaning and decontamination?

  • Pajkos, K. Vickery, Y. Cossart

  • Journal of Hospital Infection (2004) 58, 224–229

  • A prospective study of the efficacy of routine decontamination for gastrointestinal endoscopes and the risk factors for failure

  • Linda Bisset

  • Am J Infect Control 2006;34:274-80.

  • -Current issues in endoscope reprocessing and infection control during gastrointestinal endoscopy

  • Douglas B Nelson, Lawrence F Muscarella

  • World J Gastroenterol 2006 July 7; 12(25): 3953-3964

  • -Incident Cidex : lien web http://www.iph.fgov.be/epidemio/epifr/cidex_fr.pdf


  • Login