Plan g n ral du cours
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 49

Plan général du cours PowerPoint PPT Presentation


  • 77 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Plan général du cours. I . Les principes de base du laser Les sources de lumières Les caractéristiques du rayonnement LASER – Sécurité laser Principe génértal de fonctionnement Les équation heuristiques et la saturation II . Fonctionnement des lasers 3 ou 4 niveaux

Download Presentation

Plan général du cours

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Plan g n ral du cours

Plan général du cours

  • I . Les principes de base du laser

    • Les sources de lumières

    • Les caractéristiques du rayonnement LASER – Sécurité laser

    • Principe génértal de fonctionnement

    • Les équation heuristiques et la saturation

  • II . Fonctionnement des lasers

    • 3 ou 4 niveaux

    • Cavité laser : stabilité, faisceaux gaussiens

    • Condition sur le gain et les pertes, sur la fréquence

  • III . Les différents types de fonctionnement

    • Continu

    • Impulsionnel déclenché

    • Impulsionnel à verrouillage de modes

  • IV. Les différents lasers et leurs applications

    • Liquides

    • Gazeux

    • Solides (cristallin / semiconducteurs / fibres)

    • Quelques notions d’Optique non-lineaire

    • Exemples d’applications


Plan g n ral du cours1

Plan général du cours

  • I. Applications des lasers continus

    Stockage d’informations, télécommunications, mesures, traitement des matériaux

  • II.Les lasers à impulsions “courtes” (nanoseconde) et leurs applications

    Exemple du Laser MegaJoule (CEA)

  • III. Les lasers à impulsions ultracourtes (ps, fs)

    Les chaines laser femtoseconde (ex. laser “Petawatt”)


Stockage d informations

Stockage d’informations

Lecture du CD-R ou RW

La reflexion du laser est différente sur un « plat » (land) et sur un « saut » (bump) entre deux plats.


Stockage d informations1

Stockage d’informations

  • CD vs DVD

Le DVD (Digital Versatil Disc) permet de stocker plus d’information en réduisant la taille des “cuvettes” unitaires

Comment ?

En reduisant la longueur d’onde du laser !

En effet Diamètre min. possible  ² (lois de la diffraction)

Passage du proche IR (800 nm pour CD) au rouge (630 nm pour DVD)

 700 Mo à 4.7 Go (DVD simple) voire 17 Go (double face double couche)

L’avenir : le “Blue Disk”

Utilisation de diodes lasers BLEUES : capacité augmentées à 27 Go (= 13 h de vidéo compressée)


Stockage d informations2

Stockage d’informations

  • Principe du CD/DVD-R

Ecriture du CD-R

Laser Focalisé chauffe le colorant organique  Déformation du substrat plastique = formations de “bosses” et de “trous” (“0” ou “1”)


Stockage d informations3

Stockage d’informations

Alliage (AgInSbTe)

  • Materiau pour CD réinscriptibles : alliage de métaux présentant 2 Phases (cristalline et amorphe)

  • La même diode laser peut fonctionner à 3 puissances différentes :

    • forte puissance : changement de phase par chauffage de cristallin (réfléchissant)→ amorphe (opaque) : ECRITURE

    • puissance moyenne : amorphe → cristallin :EFFACAGE

    • puissance faible :LECTURE

  • CD réinscriptibles : CD-RW


T l coms

Télécoms

  • Téléphonie et Internet : communications par fibre optique demande exponentielle de bande passante pour la vidéo (mais besoins surestimés lors de la « bulle télécom » en 2000)

  • Aussi : Communications inter-satellites (espace libre)


T l coms1

Télécoms

C

  • La Fibre Optique


T l coms2

Télécoms

C

Diode laser de faible puissance, à 1.55 µm


T l coms3

Télécoms

C

  • Amplificateurs Optiques


T l coms4

Télécoms


T l coms5

Télécoms

C


Mesures optiques

Mesures Optiques

  • L’utilisation des lasers permet d’augmenter la précision et la diversité des mesures :

    • Utilisation du caractère ondulatoire cohérent (interféromètres) = précision meilleure que  !

    • Directivité : le laser permet de matérialiser des lignes parfaitement droites

    • Puissance : mesure sur des grandes distances (ex : mesure distance terre-lune, lidar)


Mesures optiques1

Mesures Optiques

Mesure de la distance Terre-Lune

Observatoire de la Côte d’Azur, plateau de Calern

Un laser envoie 10 pulses par seconde en direction de la Lune. Le nombre de photons réfléchis est très faible, de l'ordre d'un photon par 100 tirs, collecté par un télescope de 1.5 m de diamètre.

L'intervalle de temps entre l'émission des pulses lumineux et la réception du signal en retour, entre 2.3 et 2.8 secondes, fournit la distance Terre-Lune. Cet intervalle est mesuré avec une précision de 7 à 10 ps, ce qui fournit une distance entre l'émetteur et le récepteur à 3mm près en moyenne.


Mesures optiques2

Mesures Optiques

  • Principe (valable aussi avec les satellites)

Diamètre du faisceau sur la lune : 10 km(1.3 km théoriques en corrigeant les perturbations atmosphériques par une optique adaptative haut de gamme…)

laser Nd:YAG doublé en fréquence émettant à 10 Hz : chaque tir est composé d'une impulsion d’environ 300 ps. L'énergie par tir est de 400 mJ, soit 200 mJ dans le vert et 200 mJ dans le proche Infrarouge (IR).


Mesures optiques3

Mesures Optiques

  • Le LIDAR (=LIght Detection and Ranging, = RADAR optique)

  • Même principe : la mesure du temps d’aller-retour du laser permet d’obtenir la hauteur de la cible visée, et donc de cartographier la zone.


Mesures optiques4

Mesures Optiques

  • Interférométrie, Holographie

    • Mesure de déplacements ou de déformation sub microniques

    • Possibles grâce à la cohérence des lasers utilisés (Lasers à gaz en général, typiquement He-Ne))

Exemple : Pour mesurer des défauts d ’épaisseur, on utilise des interféromètres (Zygo, Fizeau, Michelson). La

modification de la figure d’interférences est fonction du

chemin optique supplémentaire parcouru par le rayon,

ie: du défaut d ’épaisseur.

On peut ainsi en analysant complètement

l’ interférogramme déterminer l ’état de surface d ’un

composant optique.


Mesures optiques5

Mesures Optiques

  • Gyrolaser

    • Mesure de rotations

    • Indispensables dans les avions, les satellites, les sous-marins…

Deux rayons laser se réfléchissent sur 3 miroirs afin de former un triangle. L'un parcourt le triangle dans le sens trigonométrique, l'autre dans le sans anti-trigonométrique. Si le gyroscope est immobile, les deux rayons mettront le même temps pour parcourir le triangle. Par contre, si le système est mis en mouvement, la durée de la trajectoire d'un des rayons augmentera tandis que l'autre diminuera. Ainsi, on peut en déduire l'angle de rotation que le système a subi.

  • Codes Barres

    • Diodes lasers rouges

    • Détecte les variations de reflexion entre bandes noires et blanches


Shows laser

Shows laser

  • Shows lasers : lasers visibles continus

    • Argon, Krypton, Laser solides + conversion de fréquence…


Traitement des mat riaux

Traitement des matériaux


Traitement des mat riaux1

Traitement des matériaux


M decine

Médecine

AVANT

APRES

  • Chirurgie « esthétique »

    • Les lasers continus sont recherchés pour des traitements nécessitant un chauffage localisé : Laser CO2


Plan g n ral du cours2

Plan général du cours

  • I. Applications des lasers continus

    Stockage d’informations, télécommunications, mesures, traitement des matériaux

  • II.Les lasers à impulsions “courtes” (nanoseconde) et leurs applications

    Exemple du Laser MegaJoule (CEA)

  • III. Les lasers à impulsions ultracourtes (ps, fs)

    Les chaines laser femtoseconde (ex. laser “Petawatt”)


Applications m dicales des lasers d clench s

Applications médicales des lasers déclenchés

  • Ophtalmologie

    • LASIK : Chirurgie de la cornée (correction de la vue).

    • Utilisation d’un Laser Excimère impulsionnel (UV)

http://www.lasik.asso.fr/?q=node/320


Applications m dicales des lasers d clench s1

Applications médicales des lasers déclenchés

Resurfaçage de la cornée assisté par ordinateur (précision 0.25 µm)


Applications m dicales des lasers d clench s2

Applications médicales des lasers déclenchés

Alexandrite (755 nm)

Nd:YAG (1064 nm)

Nd:YAG (532 nm)

Chromophore

Bleu/Noir

Vert

Rouge

Orange

  • Effacement des tatouages

    • Laser adapté au pigment que l’on veut retirer

    • Lasers Impulsionnels (Q-switched)

APRES

AVANT


Applications m dicales des lasers d clench s3

Applications médicales des lasers déclenchés

  • Epilation Laser (quasi-définitive)


Traitement des mat riaux2

Traitement des matériaux


Traitement des mat riaux3

Traitement des matériaux


Traitement des mat riaux4

Traitement des matériaux

Objet obtenu par un phénomène de cavitation (vaporisation très locale du verre au foyer du laser)


Forte puissance

Forte Puissance

  • Les programmes NIF (National Ignition Facility)/Mégajoule

  • Objectifs :

  • Simulation des armes nucléaires

  • Etudes des processus de fusion par confinement inertiel (deuterium/tritium) similaires à ceux qui se produisent dans le Soleil

Chauffage à plusieurs millions de degrés nécessaire pour que deux noyaux positifs puissent fusionner malgré leur répulsion électrostatique


Forte puissance1

Forte Puissance

  • Processus :

Approche indirecte

Energie nécessaire estimée ~2 MJ pendant 5 ns

Nécessite des lasers de puissances énormes !


Forte puissance2

Forte Puissance

Laser megajoule (en construction à Bordeaux) / National Ignition Facility (en construction au Lawrence Livermore National Laboratory en Californie)

  • Energie : 1.8 MJ

  • Durée effective : 3-5 ns

  • Longueur d’onde : Ultra-Violet

  • Uniformité : mieux que 1 % sur la cible

  • Laser solide (verre dopé Nd, 1053 nm, pompé par lampes

  • Conversion de fréquence 3

  • 240 (192) faisceaux de 40 x 40 cm² au LMJ (NIF, resp.)

Objectifs

Solution


Principe

Principe

Une des lignes du NIF :

http://www.llnl.gov/nif/project/animations/beamline_anim.mov

film

  • Principe : le faisceau est amplifié par étapes successives avec augmentation de sa taille (jusqu’à 40x40 cm) pour éviter les problèmes de tenue au flux lumineux des lentilles et des cristaux

  • 192 lignes comme celle-ci focalisées sur ~1mm² (précision 50 µm) dans la même cible pour arriver aux 1,8 MJ (500 TW) requis ! (240 pour le laser MegaJoule)


Tout est d mesure

Tout est démesure…

Cristaux non-linéaires

Milieu amplificateur (verre dopé néodyme)

Flashs pour le pompage des verres dopés

Chambre d’expérience

Cellule de Pockels


Forte puissance3

Forte Puissance

  • Les amplis et le transport des faisceaux :


Forte puissance4

Forte Puissance

  • La chambre d’expérience

Projet Megajoule


Plan g n ral du cours3

Plan général du cours

  • I. Applications des lasers continus

    Stockage d’informations, télécommunications, mesures, traitement des matériaux

  • II.Les lasers à impulsions “courtes” (nanoseconde) et leurs applications

    Exemple du Laser MegaJoule (CEA)

  • III. Les lasers à impulsions ultracourtes (ps, fs)

    Les chaines laser femtoseconde (ex. laser “Petawatt”)


Impulsions femtosecondes

Impulsions femtosecondes

  • Interêts :

  • Etude de phénomènes ultrarapides(ex: dynamique des protéïnes

  • Physique des hautes intensités (Pcrête=E/durée)

  • Génération de nouvelles fréquences (effets non linéaires importants)

Génération de Continuum

Projet Teramobile


Traitement des mat riaux5

Traitement des matériaux

  • Usinage Athermique

    • Impulsions fs (ultra brèves)

      • Champ éléctrique très élevé

      • Arrachement des électrons des couches externes

      • Création d’ions positifs qui se repoussent

      • Ejection de matière sans échauffement


Traitement des mat riaux6

Traitement des matériaux

  • Usinage Athermique

    • Impulsions fs (ultra brèves)

      • Champ éléctrique très élevé

      • Arrachement des électrons des couches externes

      • Création d’ions positifs qui se repoussent

      • Ejection de matière sans échauffement


Laser fs en m decine

Laser fs en médecine

  • Alternative au LASIK : le laser femtoseconde


Cha ne femtoseconde

Chaîne femtoseconde

100 MW

1 MW

Ampli x100

Intérêt majeur des impulsions fs : Pcrête très élevée car l’énergie apportée par la pompe (souvent continue) se trouve concentrée pendant des durées très brèves

(ex : 10 fs, 1W, 100 MHz  1 MW)

 Impossible à amplifier directement sans exploser le milieu amplificateur !!!

Solution : “Chirped Pulse Amplification” (amplification d’impulsions étalées spectralement)

= tirer parti du fait que l’impulsion a un spectre large


Principe cpa

Principe CPA

Laser Ti-Sa faible puissance

(fs)

(ns)

(fs)


Lasers ultra intenses

Lasers ultra-Intenses

Ex : Chaîne Ti-Sa (Japon, 2003)

0.85 PW (850 trillions de Watts…), 33 fs

1 PetaWatt = 1015 W

La chaine 100 TW du LULI


La physique de l extr me

La physique de l’extrême…

  • “Fast ignition” : coupler un laser Petawatt (fs) avec un laser megajoule (ns) pour accélérer la fusion thermonucléaire

  • en focalisant le laser PW on peut atteindre des densités de puissance jamais atteintes

    ~1021 W/cm² : simulation des conditions extrêmes régnant au coeur des étoiles


La physique de l extr me1

La physique de l’extrême…


Conclusion

Conclusion

À méditer :

“Nous avons l’habitude d’avoir un problème et de chercher une solution. Dans le cas du laser, nous avons déjà la solution et nous cherchons le problème”

Phrase devenue célèbre attribuée à Pierre Aigrain, ancien secrétaire d’état à la recherche, chercheur et membre de l’académie des sciences, peu après 1960 (date de l’invention du laser)


  • Login