1945-2008
Download
1 / 48

John Fitzgeral Kennedy 35e pr sident des USA - PowerPoint PPT Presentation


  • 112 Views
  • Uploaded on

1945-2008. John Fitzgera l Kennedy 35e président des USA. Nikita Kroutchev 3e secrétaire g énéral du PC de l’URSS. 1945-2008. Les relations internationales dans un espace mondialisé (de 1945 à nos jours). 1945. 1955-1962. 1975-1985. 1991-2008. 1947-1955. 1963-1974. 1985-1991.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'John Fitzgeral Kennedy 35e pr sident des USA' - sebastien


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Slide1 l.jpg

1945-2008

John Fitzgeral Kennedy

35e président des USA

Nikita Kroutchev

3e secrétaire général du PC de l’URSS


Slide2 l.jpg

1945-2008

Les relations internationales dans un espace mondialisé

(de 1945 à nos jours)

1945

1955-1962

1975-1985

1991-2008

1947-1955

1963-1974

1985-1991


Slide3 l.jpg

I. Le règlement de la guerre : l’Europe et le monde en 1945

1) Rappel : la fin de la guerre

  • Rappelez les conditions de la fin du conflit (vainqueurs, bilan, organisations mises en place...)

  • La mise en place de l’opposition US/URSS : les dernières opérations militaires (1945)

    • L’avancée des troupes en Europe

    • La jonction des troupes sur l’Elbe

    • La bataille de Berlin

    • La capitulation allemande


Slide4 l.jpg

I. Le règlement de la guerre : l’Europe et le monde en 1945

La bataille de Berlin offre à la fois le cadre de la coopération militaire des alliés (américains et soviétiques)... Et l’illustrations de leurs dissensions, notamment à travers la capitulation nazie...


Slide5 l.jpg

I. Le règlement de la guerre : l’Europe et le monde en 1945

Général W. Bodell-Smith (USA)

La capitulation allemande est offerte au quartier général du général Dwight Eisenhower.

Quel est alors le rapport des forces en Europe ?

Général I. Sousloparov (URSS)

Général A. Jodl (All)

Général F. Sevez (Fr)


Slide6 l.jpg

I. Le règlement de la guerre : l’Europe et le monde en 1945

“De Stettin, sur la mer Baltique, à Trieste sur l’Adriatique, un rideau de fer est tombé sur le continent européen. Derrière cette ligne se trouvent les capitales de tous les pays d’Europe orientale : Varsovie, Prague, Berlin, Vienne, Budapest, Belgrade, Bucarest et Sofia. Toutes ces villes célébres, toutes ces nations sont soumises à l’influence soviétique. Les communistes, qui étaient très faibles dans tous ces états de l’Est européen, cherchent partout à exercer un contrôle totalitaire. Des gouvernements policiers s’installent à peu près partout, au point de ne laisser survivre aucune démocratie, à l’exception de la Tchécoslovaquie. Ce que nous devons examiner aujourd’hui, c’est le moyen d’empêcher la guerre de façon permanente, et d’établir dans tous les pays les débuts de la liberté et de la démocratie”

2) Le Discours de Fulton et l’annonce de l’opposition des Blocs (mars 1946)

Le 5 mars 1946 le 1er ministre britannique Winston Churchill prononce le discours de Fulton. Il révèle une oppositionquise développe entre 1947 et 1955...

  • Comment Churchill nomme-t-il la ligne de confrontation entre Américains et Soviétiques ?

  • Comment juge-t-il l’attitude des soviétiques dans leurs territoires ?

  • Pour lui, que doivent faire les Anglo-saxons et les Français ?

  • Que craint-il par-dessus tout ?


Slide7 l.jpg

II. La logique d’opposition des Blocs (1947-1955) 1945

1) Une opposition idéologique

L’opposition est avant tout idéologique entre le système soviétique (communisme) et américain (démocratie libérale et capitaliste).

2) Une opposition de fait : Doctrine Truman contre Doctrine Djanov

L’opposition apparaît dès 1947 : le président US Truman cherche à endiguer l’influence soviétique (politique de Containement ou d’endiguement) : à cette Doctrine Truman, les soviétiques opposent la Doctrine Djanov.

Deux crises marquent cette première opposition et la radicalisent :

  • En 1948-1949 à Berlin

  • En 1950-1953 en Corée

  • La mise en place des Blocs achève alors de s’organiser : le monde se bipolarise !


Slide8 l.jpg

II. La logique d’opposition des Blocs (1947-1955) 1945

3) L’opposition des blocs : les alliances militaires

L’opposition prend une tournure militaire :

  • Quelles organisations marquent la militarisation de l’opposition des blocs ?

  • Définitissez chacune d’elle (sigle, signification, états membres...)

  • Le risque militaire gravit un échelon dès lors que l’arme nucléairedevient un enjeu entre les 2 grandes puissances... Cet “équilibre de la terreur” est tel qu’à partir de 1955 les 2 grands préfèrent temporiser…


Slide9 l.jpg

III. La coexistence pacifique et ses limites (1955 à 1962) 1945

1) Le renouvellement des générations

En 1953, Staline meurt. Nikita Khrouchtchev le remplace et modifie la ligne politique soviétique. En 1960, le nouveau président américain, John Fitzgeral Kennedy, le prend au mot.

2) La coexistence pacifique mise à l’épreuve : les crises des années 1956-1962

3 crises majeures permettent de jauger la détermination des aversaires et mettent à mal les bonnes intentions :

  • 1956 : crise hongroise

  • 1961 : seconde crise de Berlin

  • 1962 : crise des missiles cubain

  • Plus que jamais le monde est passé près de la catastrophe : l’heure semble venue d’une détente durant les années 1963-1974...


Slide10 l.jpg

IV. Détente ! Les échecs des deux grands et leur rapprochement (1963-1975)

Symbole : en 1961, Khrouchtchev et JFK se rencontrent à Vienne.

1) Les signes de la détente

La détente est amorcée par plusieurs décisions destinées à faire baisser la tensionentre les 2 super-puissances… Mais le processus est brisé par les revers subis par l’URSS et les USA :

2) Les super-puissances mises à mal

En URSS, l’ouverture diplomatique souhaitée par Khrouchtchev est le signal d’une double contestation :

  • La Chineconteste l’orientation politique suivie par Khrouchtchev

  • La Tchécoslovaquieveut mettre réaliser des réformes libérales

  • Aux USA l’intervention au Vietnamprovoque une grave crise. La fin des années 70est ainsi marquée par un regain de tension internationale…


Slide11 l.jpg

V. La guerre fraîche (1975-1985) rapprochement (1963-1975)

Dans la fin des années 70, la tension remonte d’un cran. 3 facteurs de crises pèsent sur les relations américano-soviétiques et menacent la sûreté mondiale :

  • 1975 : la crise des euromissiles.

  • 1979 : l’intervention soviétique pour rétablir en Afghanistan un gouvernement communiste

  • 1981 : le président Ronald Reagan relance la course aux armements

La guerre d’Afghanistan est fatale à l’économie soviétique : face à une Amérique en pleine croissance, l’URSS n’a plus les moyens de sa politique. Le nouveau premier secrétaire du PC soviétique, Mikhaël Gorbatchev, en tire les conséquences et amorce une nouvelle politique à partir de 1985. Celui-ci va mettre un terme à la guerre froide entre 1985 et 1991…


Slide12 l.jpg

VI. L’effondrement du Bloc de l’Est et la fin de la Guerre froide (1985-1991)

1) M. Gorbatchev et la politique de Perestroïka

M. Gorbatchev arrive au pouvoir en 1985 : il adapte immédiatement la politique étrangère soviétique et amorce un processus de désagrègement du bloc soviétique.

2) L’effondrement du bloc communiste et de l’URSS (1989-1991)

Pourquoi ? Parce que les Républiques populaires prennent Gorbatchev au mot et cherchent à couper les ponts avec l’URSS : la Pologne et la Hongrie rétablissent le multipartisme dès 1989 et ouvrent leurs frontières avec l’Ouest, entraînant la chute du Mur de Berlinle 9 décembre 1989 (puis la réunification allemande) puis la révolution de velours en Tchécoslovaquie. Les transitions les plus dures ont lieu en Roumanie puis en Yougoslavie. Finalement, le mouvement se répercute sur l’URSS elle-même : l’URSS explose et disparaît en 1991 !

C’est la fin de la guerre froide, et l’amorce, dans les années 1990, d’un monde nouvel ordre international…


Slide13 l.jpg

VII. La superpuissance américaine à l’épreuve d’un monde instable (1991-2008…)

La fin de la guerre froide fait des EU une “hyperpuissance” : aucune rival ne semble plouvoir se mesurer à leur supériorité économique, militaire ou technologique. Pourtant, les choses ont évolué depuis 1991 et les EU ne paraissent plus aujourd’hui aussi incontestés qu’il y a une vingtaine d’années…

Pourquoi ? Qui les conteste ? Comment réagissent ?


Slide14 l.jpg

VII. La superpuissance américaine à l’épreuve d’un monde instable (1991-2008…)

1) Un nouvel ordre international en 1991 ?

Manuel, doc 2 et 3 page 33

  • Quel passage du texte signe la fin de la guerre froide ?

  • Outre les EU et l’URSS (pour quelques mois avant sa disparition), quelle puissance semble en mesure de réintervenir dans l’ordre politique internationale. Appuyez votre réponse sur le doc 2 page 33

  • D’après G. Bush, quelles sont les valeurs qui fondent ce nouvel ordre international ?

  • En quoi les doc 2 et 3 montre que les EU se sentent néanmoins investi d’un rôle et d’une importance particuliers, qui doivent assurer leur propre domination ?

  • Bilan et suite…


Slide15 l.jpg

VII. La superpuissance américaine à l’épreuve d’un monde instable (1991-2008…)

1) Un nouvel ordre international en 1991 ?

Manuel, doc 2 et 3 page 33

  • Quel passage du texte signe la fin de la guerre froide ?

  • > “aucun dictateur ne peut plus compter sur l’affrontement Est/Ouest” : c’est bien dire que la Guerre froide est finie


Slide16 l.jpg

VII. La superpuissance américaine à l’épreuve d’un monde instable (1991-2008…)

1) Un nouvel ordre international en 1991 ?

Manuel, doc 2 et 3 page 33

  • Outre les EU et l’URSS (pour quelques mois avant sa disparition), quelle puissance semble en mesure de réintervenir dans l’ordre politique internationale. Appuyez votre réponse sur le doc 2 page 33

  • > L’ONU semble en mesure de réintervenir de façon active dans les affaires du monde. G. Bush le dit clairement, l. 9 (rien ne doit venir bloquer l’action des nations unies) et celle-ci est sollicitée 5 fois pour accepter l’intervention en Irak et la carte le montre clairement par l’ampleur des interventions de l’ONU depuis 1991 : près 25 actions à travers la planète, tandis que les conflits où elle n’intervient pas sont peu nombreux (2 cas : en Tchétchénie ou au Tibet). Elle intervient en outre sur tous les continents : Europe (Yougoslavie, Kosovo), Asie (Afghanistan…), Afrique (Angola, Congo…), en Océanie (Timor…) et même en Amérique (Guatemala)


Slide17 l.jpg

VII. La superpuissance américaine à l’épreuve d’un monde instable (1991-2008…)

1) Un nouvel ordre international en 1991 ?

Manuel, doc 2 et 3 page 33

  • D’après G. Bush, quelles sont les valeurs qui fondent ce nouvel ordre international ?

  • > Cette action porte de nouvelles valeurs, exprimées par G. Bush dans le texte : coopération des nations pour faire triompher le droit international (l.12-13) et faire valoir un ordre international “pacifique” (l. 7) face à “la loi de la jungle” (l. 13)


Slide18 l.jpg

VII. La superpuissance américaine à l’épreuve d’un monde instable (1991-2008…)

1) Un nouvel ordre international en 1991 ?

Manuel, doc 2 et 3 page 33

  • En quoi les doc 2 et 3 montre que les EU se sentent néanmoins investi d’un rôle et d’une importance particuliers, qui doivent assurer leur propre domination ?

  • > Pour autant, on sent bien que les EU ont des arrières pensées : l’action de l’ONU doit venir soutenir leur propre pouvoir. G. Bush est ainsi très clair, l. 19 : “il n’existe pas de substitut au leadership américain”. En clair : les EU sont dominants et interviendront pour soutenir la paix du monde, partout où cela sera nécessaire. De fait, si l’intervention est justifiée par l’intérêt des peuples dans l’approvisionnement en pétrole, Bush dissimule mal que derrière sa volonté de ne pas intervenir de façon passagère (l. 20), il entend prendre pied dans une région stratégique. Et celle-ci n’est pas la seule : la carte montre l’ampleur des interventions US depuis 1991, essentiellement au Proche-Orient, zone stratégique pour l’approvisionnement en pétrole (Irak, Koweit, Afghanistan, Somalie)


Slide19 l.jpg

VII. La superpuissance américaine à l’épreuve d’un monde instable (1991-2008…)

2) Vers un monde multipolaire au début du 21e siècle ?

■ La face la plus visible de la contestation est animé par les courants islamistes…

Voir doc 1, page 32

■Mais l’opposition aux EU et leur relative fragilité sont en réalité des phénomènes puis large :

Manuel, doc 1 à 5, page 34-35: répondez aux question 1 à 6 page 35

Puis rédigez une synthèse sur le sujet proposé : “vers un monde multipolaire ?”


Slide20 l.jpg

Le monde instable (1991-2008…)Général Dwight Eisenhower(1890-1969) a occupé la fonction de commandant en chef des forces alliées pendant la guerre avant de mener une carrière politique qui lui permit de devenir président des USA


Slide21 l.jpg

La jonction a lieu sur l’Elbe monde instable (1991-2008…), à environ 100 km à l’ouest de Berlin, précisément à Torgau, où le général de division Nikolaï Oslikovski rencontre le général de division Alvan Gillem (1).

Desscènes de fraternisation sont observées : l’infirmière soviétique Lioubov Kazitchenko offre des fleurs au soldat américain Carl Robinson, le 24 Avril 1945 (2)

La Jonction entre les troupes Américaines et Soviétiques

1

2


Slide22 l.jpg

Winston Churchill monde instable (1991-2008…) était le premier ministre anglais durant la guerre. Il fut l’âme de la résistance anglaise, notamment en 1940, quand le Royaume-Uni restait le seul pays européen en guerre contre l’Allemagne nazie... Il était surnommé : “le Bulldog” !


Slide23 l.jpg

L’opposition des Blocs : démocratie libérale contre communisme

manuel, doc 3 et 4 page 91 (compléter avec doc 4 page 92)

Système soviétique Système américain

Politique Qui dirige le pays ? Qui dirige le pays ?

Société Comment s’organise la société ? Comment s’organise la société ?

Economie Quel principe organise la vie éco ? Quel principe organise la vie éco ?

Conception de Quelle place est faite à l’individu Quelle place est faite à l’individu ?

l’individu


Slide24 l.jpg

La « Doctrine Truman » (doc 2 page 25) communisme

  • A quoi fait référence H. Truman quand il parle d’un « mode de vie qui repose sur la volonté de la majorité » (comment se nomme ce type de régime) ?

  • Et quand il parle d’un « mode de vie qui repose sur la volonté d’une minorité imposée à la majorité… » (comment se nomme ce type de régime) ?

  • Comment Truman décide-t-il d’intervenir contre le communisme ? Pourquoi choisit-il cette forme d’aide ?

  • Affiche en faveur du plan Marshall (1947)


Slide25 l.jpg

Le Kominform et la doctrine Jdanov (doc 3 page 25) communisme

  • En quoi peut-on dire que pour Jdanov le monde est divisé en 2 camps ?

  • Comme se définit chacun des camps ?

  • Comment compte-il contrer ses adversaires ?


Slide26 l.jpg

La 1ère crise : le Blocus de Berlin (23 juin 1948-12 mai 1949)

(voir carte 1 page 24)

  • Décrivez la situation de l’Allemagne et de Berlin à partir de 1945

  • Quel est l’objet de la crise qui frappe Berlin en 1948 ? Décrivez précisément la situation (manoeuvres soviétiques, riposte américaine...) et définissez ce qu’est un blocus ?


Slide27 l.jpg

La 2e crise : la guerre de Corée (23 juin 1950-27 juillet 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

  • Qui sont états belligérants ?

  • Décrivez le déroulement des opérations militaires en Corée

  • Pourquoi cette guerre a-t-elle bien failli entrainer un nouveau conflit mondial ?

Le général Mac Arthur


Slide28 l.jpg

Armes nucléaires et guerre froide 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

1945 : les USA disposent de la bombe A

1949 : l’URSS parvient à mettre au point sa propre bombe

1952 : les USA expérimente leur 1ère bombe H

1953 : l’URSS met la sienne au point

1957 : la GB met au point sa bombe H

1960 : la France met au point la bombe H

1964 : la Chine met au point la bombe H

1974 : l’Inde met au point la bombe H


Slide29 l.jpg

La construction du Mur de Berlin (1961) 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

  • A la fin des années 80, le Mur était long de 43 km, gardé par 567 véhicules blindés de tir, 48 mortiers, 48 canons antichars, 114 lance-flammes, 156 chars ou appareils lourds du génie, 992 chiens et, en moyenne, 2300 soldats. 1135 personnes sont mortes en tentant de le franchir : les premières victimes ont été faite le 24 août 1961, 11 jours après la fermeture de la frontière… L’un des transfuge les plus célèbres est le douanier Conrad Schumann, qui enjamba les barbelés le jour même de la construction…

  • Quelles sont les raisons de la construction du Mur ?

  • Pourquoi Berlin devient-elle un symbole à cause de la construction du Mur ?

  • Ce Mur à souvent appelé à des comparaisons avec celui édifié durant l’empire romain : pourquoi ?


Slide30 l.jpg

La crise de Cuba (1962) 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

  • Quelles raisons rendent inacceptable, pour Kennedy, l’installation des fusées soviétiques à Cuba ?

  • Comment réagit JFK ?

  • Comment l’URSS réagit-elle ? Pourquoi ?

Fidel Castro a dirigé la révolution cubaine en 1959 : sa guérilla communiste avait renversé le régime soutenu par les États-Unis. Les américains avaient alors recruté et entraîné secrètement un groupe de cubains anti-castristes afin de mener une contre-guérilla. Leur débarquement en avril 1961 dans la Baie des Cochons, fut un fiasco et tourna à l'avantage des forces castristes. Le Leader Maximo craignant une revanche musclée des américains, demande à l'URSS de bénéficier d'une protection militaire sûre. L'URSS répond favorablement…


Slide31 l.jpg

Nikita Khrouchtchev (1894-1971) 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

  • “Votre voisin peut vous plaire ou ne pas vous plaire. Vous n’êtes pas obligé de vous lier d’amitié avec lui. Mais vous vivez côte à côte, et que faire si ni vous ni lui ne voulez quitter le lieu auquel vous vous êtes habitués ? A plus forte raison il en est ainsi dans les relations entre les états... Il n’y a que deux issues : ou bien la guerre (et au siècle des missiles et de la bombe à Hydrogène, elle est grosse de conséquences les plus funestes pour les populations), ou bien la coexistence pacifique. Que ton voisin te plaise ou non, il n’y a rien d’autre à faire qu’à trouver un terrain d’entente avec lui, car nous n’avons qu’une seule planète”

  • Discours, 6 juillet 1959

  • En quoi la présidence de Khrouchtchev traduit-il un changement important dans la politique de l’URSS ?

  • Qu’est-ce que la coexistence pacifique selon Khrouchtchev ?

  • Pourquoi lui paraît-elle nécessaire ?

  • Quel rôle joue l’arme atomique dans son analyse ?


Slide32 l.jpg

John Fitzgerald Kennedy (1917-1963) 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

Issu d’un milieu très favorisé, étudiant brillant, militaire actif pendant la guerre du Pacifique, il embrasse la carrière politique et devient député du Massachusetts. Ambitieux, il est candidat à la présidentielle de 1960 : élu à 43 ans, il est le plus jeune président des USA. Son mandat est marqué par une politique d’ouverture, à l’intérieur en faveur des communautés noires, à l’extérieur en faveur de l’URSS. Une telle politique lui procure de fortes oppositions parmi les rangs conservateurs... Il est assassiné le 22 novembre 1963 par un sympathisant communiste Lee Harvey Hoswald.

Les causes réelles de son assassinat restent mal éclaircies...


Slide33 l.jpg

L’URSS contestée dans son propre camp par la Chine 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

D’origine paysanne, Mao est le fondateur du premier Parti communiste chinois. Il lutte contre les Japonais pendant la guerre, avec l’aide de Staline, et prend le pouvoir après la « Grande Marche » de 1949. Le 10 octobre 1949, il proclame la création de la République populaire de Chine. Entre 1958 et 1960, sa politique du “Grand Bond en Avant” tente une industrialisation forcée et se solde par un échec cuisant. Avec la Révolution culturelle (1966-1969) il pourchasse les intellectuels qui le critiquent et détruit une grande partie du patrimoine historique chinois.


Slide34 l.jpg

Les USA affaiblis par l’impact de la guerre du Vietnam 1953) et la première alerte nucléaire... (voir carte 1 page 26)

◄ L’implication US s’accentue entre 1961-1963

◄Elle devient un enjeu majeur après la mort de Kennedy : les exactions commises par les soldats US et le recours à un armement exposant les civils bouleversent l’opinion publique américaine…

◄Les Accords de Paris, en 1973 mettent un terme au conflit…

◄Acculés à Saïgon, les derniers représentants US fuit l’ambassade par hélicoptère


Slide35 l.jpg

L’URSS contestée dans son propre camp par la Tchécoslovaquie

Le Printemps de Prague débute le 5 janvier 1968. Il est provoqué par la volonté d’indépendance manifestée par le dirigeant tchécoslovaque Alexander Dubček.

La violence de la réaction soviétique entraîne la « normalisation » en Europe de l’Est…


Slide36 l.jpg

« Tchécoslovaquie1- Les états participants respectent le droit de chaque état à l’intégrité de son territoire, à la liberté et à l’indépendance politique (…)

3- Inviolabilité des frontières (…)

5- Règlement pacifique des différends entre eux, de manière à ne pas mettre en danger la paix, la sécurité internationale et la justice (…)

6- Les états participants s’abstiennent d’aider directement ou indirectement des activités terroristes visant au renversement violent d’un état participant (…)

7- Respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, y compris la liberté de pensée, la conscience, la religion »

▲Avions bombardiers longue portée US (B52) en cours de démantèlement

▲Les Accords d’Helsinki : en 1975 ils sont signés par 33 États européens dont l'URSS, ainsi que par le Canada et les EU :

  • Quels sont les décisions qui marquent le processus de détente ?

  • Qui sont les signataires des Accords SALT ? Dans quel contexte interviennent ces accords ? Quelles en sont les limites ?

  • Quelles avancées marquent les Accords d’Helsinki ? Quels articles sont directement le résultats du contexte diplomatique du moment ?


Slide37 l.jpg

La crise des euromissiles Tchécoslovaquie

Après la présidence Nixon, les USA sont affaiblis (scandale du Watergate) et l’URSS en profite pour reprendre l’initiative stratégique en révisant le déploiement de ses missiles nucléaires. La riposte du nouveau président US Ronald Reagan, très anti-communiste, est immédiate. L’URSS doit plier


Slide38 l.jpg

La guerre d’Afghanistan (1979-1989) Tchécoslovaquie

Autre tentative soviétique (et autre échec) : l’intervention en Afghanistan pour rétablir un gouvernement communiste. Cette guerre coûte énormément à l’URSS et accélère son naufrage économique...


Slide39 l.jpg

Le projet de défense américain « guerre des étoiles » Tchécoslovaquie

◄ R. Reagan exposant aux américains depuis son bureau sa décision de lancer le programme IDS

  • Expliquez les données stratégiques à la base de ce programme

  • Que prévoit ce programme d’armement ?

  • Quels éléments justifient l’expression « guerre des étoiles » ?


Slide40 l.jpg

Gorbatchev et la Tchécoslovaquieperestroïka (doc 4 p. 29)

“Le principe fondamental de cette nouvelle politique est simple : la guerre nucléaire ne peut être un moyen de parvenir à ses objectifs, quels qu’ils soient. Cette conclusion est réellement révolutionnaire car elle équivaut à se débarrasser des notions tradionnelles de guerre et de paix. La guerre nucléaire est insensée. Il n’y aurait ni vainqueur ni vaincu dans un conflit nucléaire généralisé : la civilisation mondiale périrait inévitablement. Ce serait un suicide. La sécurité universelle, à notre époque, repose sur la reconnaissance du droit de chaque nation à choisir sa propre voie vers le progrès social, sur la renonciation à intervenir dans les affaires intérieures des autres états... Une nation peut choisir le capitalisme ou le communisme. C’est son droit souverain. Les nations ne peuvent ni ne doivent calquer leur vie sur celle des USA ou bien sur celle de l’URSS ”

M. Gorbatchev, Perestroïka, 1987

  • Quels sont les 2 grandes leçons que Gorbatchev tire de 40 ans de Guerre froide ? Quelle conclusion en tire-t-il ?

  • Quelles peuvent-être les conséquences des 3 dernières lignes du texte ci-dessus pour le bloc communiste ?


Slide41 l.jpg

La nouvelle politique étrangère de l’URSS sous Gorbatchev

“Le principe fondamental de cette nouvelle politique est simple : la guerre nucléaire ne peut être un moyen de parvenir à ses objectifs, quels qu’ils soient. Cette conclusion est réellement révolutionnaire car elle équivaut à se débarrasser des notions tradionnelles de guerre et de paix. La guere nucléaire est insensée. Il n’y aurait ni vainqueur ni vaincu dans un conflit nucléaire généralisé : la civilisation mondiale périrait inévitablement. Ce serait un suicide. La sécurité universelle, à notre époque, repose sur la reconnaissance du droit de chaque nation à choisir sa propre voie vers le progrès social, sur la renonciationà intervenir dans les affaires intérieures des autres états... Une nation peut choisir le capitalisme ou le communisme. C’est son droit souverain. Les nations ne peuvent ni ne doivent calquer leur vie sur celle des USA ou bien sur celle de l’URSS ”

M. Gorbatchev, Perestroïka, 1987

Les conséquences d’un tel discours sont évidemment très importantes...


Slide42 l.jpg

Les effets de la Perestroïka sur le Bloc communiste Gorbatchev

En 1985, Gorbatchev annonce la fin de l'ingérence de l'URSS dans les pays socialistes : les régimes socialistes installés en Europe de l’Est disparaissent alors progressivement un à un ! La Pologne et la Hongrie (puis la Yougoslavie) sont les premiers à tenter de se libérer, dans le courant des années 90, mais les résistances locales sont fortes. En 1989, en Tchécoslovaquie, en Pologne et en Hongrie le rideau de fer s'ouvre : les habitants peuvent circuler librement vers l’Ouest. Les habitants de la R.D.A. obtiennent à leurs tour le droit de visiter la R.F.A, ce qui provoque une véritable ruée qui provoque la rupture du mur de Berlin : celui-ci est démentelé le 9 novembre 1989. Quelques semaines après, la Roumanie destitue brutalement le régime dictatorial et autarcique de Ceauşescu et se libère également.

Le mouvement se répercute alors en URSS même…


Slide43 l.jpg

L’explosion de l’URSS : la renaissance de la Russie et l’indépendance des ex-Républiques socialistes soviétiques

  • Le 19 août 1991 des communistes radicaux tentent un putsch contre Gorbatchev. La population de Moscou et le maire de la ville, Boris Eltsine, empêche le putsch d'aboutir.

  • Eltsine profite de la faiblesse du pouvoir pour provoquer la démission de Gorbatchev (25 décembre 1991) et, avec elle, la fin de l’URSS. Il dissoud les principales organisation communistes : le CAEM (économique) et le Pacte de Varsovie (militaire).

  • Csq : dislocation de l’URSS :

    • Indépendance de la Russie et des états baltes dès 1990

    • Indépendances en Asie Centrale (Kazakhstan, Géorgie, Azerbaïdjan…), au prix de cruelles guerres civiles (Géorgie, Tadjikistan, Tchetchénie)


Slide44 l.jpg

La libération de la Pologne l’indépendance des ex-Républiques socialistes soviétiques

Le syndicat Solidarnosc et l’Eglise contre le régime communsite polonais

La Pologne communiste connaît plusieurs révoltes ouvrières dont la plus importante est menée en 1980 par Lech Wałęsa et le syndicat non communiste Solidarność. Autre signe d’opposition : l'élection de l'évêque de Cracovie, Karol Wojtyła, au trône papal en 1978 (Jean-Paul II).

Le général Jaruzelski assure la reprise en main communiste en proclamant l'État de Guerre en 1981.

 Csq : Il est trop tard : sous la pression populaire, la Pologne forme un gouvernement non-communiste en 1989... Elle adhère, en 1999, à l'OTAN.


Slide45 l.jpg

De la Yougoslavie aux état Craote, Serbe, Slovène et Bosniaque : la guerre de Yougoslavie (1992-2002)

La fédération de Yougoslavie regroupaient plusieurs nations (Slovénie, Croatie, Serbie, Bosnie), unifiées par le chef de la résistance communiste pendant la guerre : Tito. Défenseur de l’indépendance yougoslave, Tito refusa la mainmise stalinienne tout en garantissant l’indépendance nationale. A sa mort en 1980, les mouvements nationalistes indépendantistes se réveillent (par exemple en Serbie, celui animé par Slobodan Milosevic)

 Csq : en 1990, élections libres et défaite du communisme. Les nationalistes élus provoquent l’éclatement du pays (indépendance de la Croatie et de la Slovénie). La Serbie veut empêcher le processus par la force : guerre civile de 10 ans, qui entraîne l’intervention de l’ONU (1993) puis de l’OTAN (1995). La Serbie est vaincue. 5 nouveaux états apparaissent (Slovénie, Bosnie, Croatie, Serbie, Monténégro)


Slide46 l.jpg

La “Révolution de velours” en Tchécoslovaquie et la naissance de deux nouveaux états : la République tchèque et la Slovaquie

La Révolution de Velours fut une révolution douce : à partir du 16 novembre 1989, des manifestations pacifiques d'étudiants se déroulent à Prague. Réprimées, elles entraînent d’immenses rassemblement populaires, du 19 au 27 novembre (plus de 500 000 manifestants). Débordé, le parti communiste tchécoslovaque abandonna le pouvoir le 28 novembre. Le 29 décembre le poète et philosophe Václav Havel fut élu président de Tchécoslovaquie.

 Csq : La tchécoslovaquie se disloque pacifiquement : elle se divise en 2 états autonomes en 1993 (République Tchèque et Slovaquie)


Slide47 l.jpg

La chute du Mur de Berlin (9-10 novembre 1989) : la disparition de la RDA et la Réunification allemande

Le mur de Berlin tombe dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 nov 1989, suite à des manifestations massives à Berlin-Est. Le pays est touché par un flot croissant d'évasions, soit par les ambassades de certains pays de l'Est (Pologne et Tchécoslovaquie), soit par la frontière Hongrie-Autriche, ouverte peu avant). Débordée, les autorités laissent les gardes du Mur sans ordre : ils laissent passer les Berlinois, qui entament sa destruction à coup de pioche !

 Csq : réunification de la RFA et de la RDA en 1990


Slide48 l.jpg

L’effondrement de la dictature communiste de Ceaucescu en Roumanie : une transition démocratique dans la douleur

Dictateur communiste de la Roumanie depuis 1965, Nicolae Ceauşescu a conduit une politique économique délirante (exportations forcées, destruction de l’habitat ancien…), qui ruina le pays. Sa politique provoque le soulèvement de la population en décembre 1989 à Timişoara. Le 17 décembre, la police tire surla foule, le 21, Ceauşescu est conspué pour la première fois lors d’un discours à l’occasion d’un meeting à Bucarest. Le 22, il décrète l’état de siège, mais l’armée refuse de le défendre et la troupe fraternise avec la population. Prenant la fuite, il est arrêté peu après, avec son épouse, et fusillé le 25 décembre après un procès sommaire.


ad