Slide1 l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 20

Santé publique et consommation de produits de santé chez les jeunes PowerPoint PPT Presentation


  • 94 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Santé publique et consommation de produits de santé chez les jeunes. Isaac Nahon-Serfaty, Ph.D. Professeur adjoint / Assistant Professor Luc Bonneville, Ph.D. Professeur agrégé / Associate Professor. Quelques constats préliminaires….

Download Presentation

Santé publique et consommation de produits de santé chez les jeunes

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Slide1 l.jpg

Santé publique et consommation de produits de santé chez les jeunes

Isaac Nahon-Serfaty, Ph.D.

Professeur adjoint / Assistant Professor

Luc Bonneville, Ph.D.

Professeur agrégé / Associate Professor


Slide2 l.jpg

Quelques constats préliminaires…

  • Les jeunes passent beaucoup de temps devant les médias. Certaines sources avancent même le chiffre de 25 heures par semaine…

  • Ainsi, les jeunes sont d’excellentes cibles pour les publicitaires, bien que toute forme de publicité s’adressant directement aux jeunes de moins de 13 ans soit interdite (article 248 de la Loi sur la protection du consommateur).

  • 48 % des enfants Canadiens de 8 à 15 ans possèdent leur propre téléviseur et 35 % ont leur propre magnétoscope (Place aux jeunes dans les médias, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2003, cité Réseau Éducation - Médias)‏

Les jeunes sont exposés à des centaines de publicités à chaque semaine


Slide3 l.jpg

  • Comme l’explique Laperrière qui reprend Rouchié et al. (2000), les stratégies publicitaires se structurent autour de quatre grandes approches. La publicité…

    • « qui est démonstrative (elle nous informe et démontre ses avantages lorsqu’elle tente de nous convaincre). »

    • « qui fait appel à des désirs inconscients, c’est-à-dire qu’elle exploite ce qui serait nécessaire à notre bonheur. »

    • « qui est intégrative puisqu’elle joue sur l’importance d’appartenir à un groupe. Elle est au fait des nouveautés sociales, allant même jusqu’à les créer. Consommer devient alors une représentation sociale. »

    • « qui est spectaculaire. Tout en se détachant du produit qu’elle vante, elle devient spectacle ».


Slide4 l.jpg

  • N’oublions pas que la publicité vise à « faire-savoir […] et […] faire-croire / faire-vouloir […] pour faire-faire(Everaert-Desmedt, 1984, p. 138).


Slide5 l.jpg

Les questions que nous posons…

  • Quels sont, par exemple, les présupposés et les sous-entendus, qui sont présents dans le discours des pharmaceutiques ? Quelle(s) forme(s) prend (prennent) les implicites ?

  • Quelles émotions tente-t-on de créer (sachant que celles-ci jouent un rôle central dans la persuasion publicitaire [Muchielli, 2005, p. 49]) ?


Slide6 l.jpg

La publicité (directe ou indirecte) pharmaceutique : un enjeu de société


Slide7 l.jpg

Lauzon et Hasbani ont montré que…

  • … les dépenses totales en frais de marketing et d’administration étaient, pour les dix entreprises[1] qu’ils ont analysées, d’environ 739 milliards de dollars U.S. de 1996 à 2005, alors que les dépenses en frais en recherche et développement s’élevaient, pour la même période, à 288 milliards de dollars US.

  • … en 2005, toujours selon cette étude, les dix entreprises recensées ont enregistré des ventes de 295,3 milliards de dollars US.

  • 1] C’est-à-dire Pfizer, Johnson & Johnson, GlaxoSmithKline, Novartis, Roche Group, Abbott Laboratories, Merck, Bristol-Myers Squibb, Wyeth et Eli Lilly.


Slide8 l.jpg

Les jeunes en tant que cible « santé »

  • La population dite « jeune » est problématique en tant que cible « santé » :

    • Il s’agirait « par définition » et « par perception » d’une population bien-portante

    • Il faut donc problématiser la santé de cette population, pour qu’elle devienne objet et sujet des campagnes médiatiques

    • La problématisation de la santé juvénile touche trois catégories :

      • Santé sexuelle et reproductive

      • Santé mentale

      • Obésité


Slide9 l.jpg

Santé mentale


Slide10 l.jpg

Santé sexuelle et reproductive


Slide11 l.jpg

Le cas Gardasil


Slide13 l.jpg

La maladie commodity

  • Un contexte de fragmentation des discours favorise l’émergence des nouvelles niches thérapeutiques :

    • Médicalisation croissante des conditions de vie

    • Objectification de la maladie est tant que condition associée aux causes bien identifiées

    • Surcharge informationnelle autour des conditions (nouvelles et anciennes) afin de légitimer les maladies et les solutions thérapeutiques (Gwyn, 2002)‏

    • La maladie devient une valeur d’échange (commodity) tant du point de vue symbolique que matériel


Slide14 l.jpg

Interested knowledge

  • “…companies design not only medication, but also the conditions that the medications are supposed to target” *

* Lakoff, Andrew (2005) Pharmaceutical Reason. Knowledge and Value in Global Psychiatry. Cambridge University Press: Cambridge, UK p.158)‏


Slide15 l.jpg

Profit et responsabilité sociale

  • L’industrie pharmaceutique se retrouve dans une impasse : elle est questionnée par des pratiques de marketing et des prix faramineux.

  • Les vaccins offrent une solution double à l’industrie :

    • Surmonter la crise d’image de l’industrie en adoptant un discours de prévention

    • Assurer des marchés par la voie des achats publiques (convergence publique – privée)‏

    • Jouer sur le principe de précaution


Slide16 l.jpg

Stratégies moralisatrices

  • Ces stratégies ont été décrites comme «moralisatrices» dans la mesure où l’industrie cherche à influencer les institutions et l’opinion publiques afin de promouvoir une convergence entre l’intérêt public et les objectifs d’affaires…

    • « The characteristics of this aim (is) to create consensus on key issues across cultural differences in order to bring about the sharing compatible grounds for professional practice and social action » (Applbaum 2006: 86)

      * Applbaum, Kalman (2006) Educating for Global Mental Health. The Adoption of SSRIs in Japan in Petryna, Adriana, Lakoff, Andrew and Kleinman (edited by) (2006) Global Pharmaceuticals. Ethics, Markets, Practices. Duke University Press: Durham and London : 85-110


Slide17 l.jpg

Le mot « magique » : cancer

  • Merck a mis en place une « stratégie moralisatrice » pour son vaccin Gardasil, stratégie branchée sur un mot très efficace du point de vue rhétorique : cancer

  • Gardasil est un vaccin pour prévenir certaines infections au VPH qui pourraient causer le cancer cervical

  • La promesse d’un vaccin «contre le cancer» a été efficace du point de vue communicationnel

  • La stratégie a trois cibles :

    • Les jeunes filles

    • Leurs parents

    • Les décideurs publics


Slide18 l.jpg

Déconstruire le discours

Interested knowledge

Principe d’autorité

Le mot « magique » : cancer


Slide19 l.jpg

Discussion - conclusion

  • Les jeunes en tant que cible des campagnes de santé correspondent bien à la logique des partenariats public – privés

  • Les jeunes, en tant que sujet/objet de santé, contribuent à la légitimation sociale des discours de prévention et de traitement

  • La construction du consensus est une condition préliminaire pour le succès commercial de la campagne

  • Le consensus ne dépend pas seulement de la valeur scientifique de la promesse thérapeutique, mais de sa viabilité sociale, politique et culturelle


Slide20 l.jpg

Merci !

Luc Bonneville, Ph.D.

[email protected]

Isaac Nahon-Serfaty, Ph.D.

[email protected]


  • Login