lire pour dire lecture analytique de cristal automatique
Download
Skip this Video
Download Presentation
LIRE POUR DIRE LECTURE ANALYTIQUE DE « Cristal automatique »

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 9

LIRE POUR DIRE LECTURE ANALYTIQUE DE « Cristal automatique » - PowerPoint PPT Presentation


  • 131 Views
  • Uploaded on

LIRE POUR DIRE LECTURE ANALYTIQUE DE « Cristal automatique ». Objectif Passer d’une lecture analytique à une lecture expressive du texte dans le but de faire comprendre le texte à l’auditoire. AIMÉ CÉSAIRE ET LES SURRÉALISTES.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' LIRE POUR DIRE LECTURE ANALYTIQUE DE « Cristal automatique »' - sancho


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
lire pour dire lecture analytique de cristal automatique

LIRE POUR DIRELECTURE ANALYTIQUE DE« Cristal automatique »

Objectif

Passer d’une lecture analytique àune lecture expressive du texte dans le but de faire comprendre le texte à l’auditoire

aim c saire et les surr alistes
AIMÉ CÉSAIRE ET LES SURRÉALISTES

Extrait de la Biographie d’André Breton par Mark Polizzotti (Gallimard).

Cette rencontre a lieu en 1941, lors d’un voyage qui doit mener Breton vers New York, quittant la France et le régime de Vichy. Breton embarqué sur le Capitaine-Paul-Lemerle fait escale à Fort de France.

slide3
« Quand j’ai rencontré les surréalistes, pour moi, ça a été une grande rencontre. Je ne suis pas surréaliste, ça n’a pas de sens. […] Je n’ai jamais oublié que je suis martiniquais. […] La leçon essentielle que j’ai retenue du surréalisme, c’est quoi ? Ce n’est pas le merveilleux, on le porte tous en nous. Mais c’est la volonté de descendre en soi. […] La quête surréaliste […], c’était de descendre au plus profond de soi-même, c’était de libérer l’imaginaire refoulé. Nous sommes dans la lignée de la psychanalyse. […] C’est ça qui m’intéressait. Ce que j’ai trouvé en moi […] c’est le nègre fondamental […] Je n’ai pas voulu être un surréaliste français de plus, quelle que soit mon admiration, j’ai voulu être surréaliste mais le mettre au service de mon propre ego et de ma propre cause. »

Aimé Césaire, 9 février 1994,

Interview pour l’émission Le Cercle de Minuit.

le ralliement au surr alisme
Le ralliement au Surréalisme :
  • le recours à l’inconscient
  • l’écriture automatique préconisée par les surréalistes
  • leur action révolutionnaire
  • leur désir de changer le monde par la force des mots

Les Armes Miraculeuses :

  • Le Surréalisme
  • Le Marxisme
le cristal automatique
LE CRISTAL AUTOMATIQUE
  • « automatique » = écriture automatique

Écrire sans intention, sans s’interrompre pour se relire ni même réfléchir à ce qui est écrit de façon instinctive et spontanée.

  • « cristal » = la transparence et l’éclat

= processus de cristallisation engendré par l’empilement de matière

Ecriture automatique comme agglutinement d’images poétiques, une idée en appelant une autre (association d’idées, sonores).

Forme du poème : longue phrase en prose (mis à part trois points de suspension), sans ponctuation qui suggère un écoulement arbitraire de mots et d’images.

Ex: « baguette de chinois »

  • « automatique » = invention récente du téléphone automatique
la structure du po me
LA STRUCTURE DU POÈME

allo alloencore une nuit pas la peine de chercher c’est moi l’homme des cavernes il y a les cigales qui étourdissent leur vie comme leur mort il y a aussi l’eau verte des lagunes même noyé je n’aurai jamais cette couleur- là pour penser à toi j’ai déposé tous mes mots au monts de-piété un fleuve de traineaux de baigneuses dans le courant de la journée blonde comme le pain et l’alcool de tes seins allo allo je voudrais être à l’envers clair de la terre le bout de tes seins à la couleur et le gout de cette terre-là allo allo encore une nuit il y a la pluie et ses doigts de fossoyeur il y a la pluie qui met ses pieds dans le plat sur les toits la pluie a mangé le soleil avec des baguettes de chinois allo allo l’accroissement du cristal c’est toi... c’est toi ô absente dans le vent et baigneuse de lombric quand viendra l’aube c’est toi qui poindras tes yeux de rivière sur l’émail bougé des îles et dans ma tête c’est toi le maguey éblouissant d’un ressac d’aigles sous le banian

benjamin p ret allo je sublime 1936
Benjamin Péret, « Allo »,Je sublime, 1936

Une conversation téléphonique

Intertextualité : allusion à B. Péret

L’intertexte est la perception par le lecteur de rapports entre une œuvre et d’autres qui l’ont précédée ou suivie, selon Genette.Proximité avec le Surréalisme.

slide8
allo allo encore une nuit pas la peine de chercher c’est moi l’homme des cavernes il y a les cigales qui étourdissent leur vie comme leur mort il y a aussi l’eau verte des lagunes même noyé je n’aurai jamais cette couleur- là pour penser à toi j’ai déposé tous mes mots au monts de-piété un fleuve de traineaux de baigneuses dans le courant de la journée blonde comme le pain et l’alcool de tes seins allo allo je voudrais être à l’envers clair de la terre le bout de tes seins à la couleur et le gout de cette terre-là allo alloencore une nuit il y a la pluie et ses doigts de fossoyeur il y a la pluie qui met ses pieds dans le plat sur les toits la pluie a mangé le soleil avec des baguettes de chinois allo allol’accroissement du cristal c’est toi... c’est toiô absentedans le vent et baigneuse de lombric quand viendra l’aube c’est toi qui poindras tes yeux de rivière sur l’émail bougé des îles et dans ma tête c’est toi le maguey éblouissant d’un ressac d’aigles sous le banian
alternance de l obscurit et de la lumi re
ALTERNANCE DE L’OBSCURITÉ ET DE LA LUMIÈRE

HOMME = Univers sombre,

Omniprésence de la mort.

allo allo encore une nuit pas la peine de chercher c’est moi l’homme des cavernes il y a les cigales qui étourdissent leur vie comme leur mort il y a aussi l’eau verte des lagunes même noyé je n’aurai jamais cette couleur- là pour penser à toi j’ai déposé tous mes mots au monts de-piété un fleuve de traineaux de baigneuses dans le courant de la journée blonde comme le pain et l’alcool de tes seins allo allo je voudrais être à l’envers clair de la terre le bout de tes seins à la couleur et le gout de cette terre-là allo allo encore une nuit il y a la pluie et ses doigts de fossoyeur il y a la pluie qui met ses pieds dans le plat sur les toits la pluie a mangé le soleil avec des baguettes de chinoisallo allo l’accroissement du cristal c’est toi... c’est toi ô absente dans le vent et baigneuse de lombric quand viendra l’aube c’est toi qui poindras tes yeux de rivière sur l’émail bougé des îles et dans ma tête c’est toi le maguey éblouissant d’un ressac d’aigles sous le banian

FEMME = Univers lumineux,

bonheur édénique, érotisme de la femme, exotisme.

ad