P lan de la 1 re partie
Download
1 / 26

P lan de la 1ère partie - PowerPoint PPT Presentation


  • 81 Views
  • Uploaded on

P lan de la 1ère partie. Les systèmes géodésiques définir la forme de la terre et son champ de pesanteur  Les projections passer du globe terrestre à la carte Les calculs de distance sur la terre. L a terre n’est pas plate depuis fort longtemps !. Dès l’antiquité, la terre est une sphère

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' P lan de la 1ère partie' - samara


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
P lan de la 1 re partie
Plan de la 1ère partie

  • Les systèmes géodésiquesdéfinir la forme de la terreet son champ de pesanteur 

  • Les projectionspasser du globe terrestre à la carte

  • Les calculs de distance sur la terre


L a terre n est pas plate depuis fort longtemps
La terre n’est pas plate depuis fort longtemps !

  • Dès l’antiquité, la terre est une sphère

    • … dont on sait mesurer le rayon(Eratosthène, 250 aJC) : ~ 6400km


L a terre n est pas ronde non plus
La terre n’est pas ronde non plus !

  • 17ème siècle : Théorie de Newton (terre aplatie aux pôles) contre théorie de Cassini (terre aplatie à l'équateur)

  • Newton et Hyugens La terre est une ellipsoïde (aplatissement aux pôles)

    • Grand axe : a ~ 6378km environ

    • Petit axe : b ~ -21km environ

    • Aplatissement : f ~ (a-b)/a = 297 environ

21 km

6378 km


N ouvelle triangulation de la france ntf
Nouvelle Triangulation de la France (NTF)

  • détermination par moyens optiques (de proche en proche)20ème siècle (1972) triangulation de points remarquables : sommets, châteaux d’eau, clochers, …

  • Nouvelle Triangulation de la France (NTF)élaborée vers 1880Usage terrestre (IGN)(cadastre, carte d’état major)Ellipsoïde : Clarke 1880Référence :Méridien de Paris2° 20´ 14.025" à l'est de celui de Greenwich Point fondamental :Croix du PanthéonRéseau principal- 800 points de 1er ordre espacés de 30 km environ- 5 000 points de 2ème ordre espacés de 10 km environ- 60 000 points de 3ème et 4ème ordre espacés de 3 km environ


E urope 50
Europe 50

Le réseau européen : Europe 50 (European Datum 1950)

Usage maritime (SHOM)(cartes marines)Ellipsoïde :Hayford 1909Référence :Méridien de GreenwichPoint fondamental : Postdam


G od sie d terminer la forme de la terre 1
Géodésie : Déterminer la forme de la terre (1)

  • La géodésie reste un concept local jusqu’en 1970

  • Les réseaux nationaux ne concordent pas entre eux :

    • Ellipsoïdes différentes (grand-axe, aplatissement)

    • Centres de la terre différents

    • Orientations de l’ellipsoïde différentes


G od sie d terminer la forme de la terre 2
Géodésie : Déterminer la forme de la terre (2)

  • Différentes surfaces pour représenter la terre

    • Surface topographique : séparation entre atmosphère et terre

    • Géoïde : surface équipotentielle du champ de pesanteur coïncide avec la surface moyenne des océans

    • Ellipsoïde : Surface abstraite approximation de la terre et utile pour les calculs

Ellipsoïde


G od sie des trous et des bosses dans la mer
Géodésie : Des trous et des bosses dans la mer !

  • Terre

    • Masse interne non homogène

    • Monts sous-marins, …

  • Des différences de l’ordre de 100 mètres

    • Influence l’orbite des satellites


G od sie d terminer la forme de la terre 3
Géodésie : Déterminer la forme de la terre (3)

  • La révolution des systèmes de mesure par satellite (années 70-80)

    • altimètres, détermination précise des orbites

      forme globale à l’ensemble de la terre

      compatible avec les systèmes de positionnements (GPS)

  • Normes évoluent dans les différents pays

    • Se conformer à un système géodésique global et universel

    • En France , deux systèmes très proches :

      • IGN : RGF93(spécialisation du système européen ETRS 89)

        • Ellipsoïde : GRS80 : a = 6 378 137m, 1/f = 298,2572236

        • Référence : Méridien de Greenwich

      • Mondiale (Union Internationale de Géodésie) : WGS84(spécialisation du système européen ETRS 89)

        • Même ellipsoïde et référence que RGF93

        • Utilisé par le système de positionnement GPS

    • Différence de l’ordre de quelques centimètres entre les deux systèmes (altitude)


G od sie r sum
Géodésie : Résumé

  • Principalement, trois systèmes géodésiques en usage en France

    • Deux « anciens » mais attention!!! :Cartes ou données dans les anciens systèmes encore présentes

      • NTF (IGN : cartes terrestres),

      • ED50 (SHOM : cartes marines)

    • Un « nouveau »(en fait deux, mais superposables pour nos besoins, car pas de « traitement » de l’altitude)

      • WGS 84


G od sie les probl mes a avoir l esprit
Géodésie : Les problèmes a avoir à l’esprit

  • Des différences non négligeables entres systèmes

  • Conversion entre systèmes non triviales (approximation) difficile d’obtenir une précision de conversion mieux que quelques mètres (deux à trois)

  • Nécessité de connaître le système géodésique des données utilisées pour les cartes à grande échelle (exemple : représentation de la Rade de Brest)

  • Se rapporter au WGS84 quand cela est possible: compatibilité avec systèmes de positionnements (GPS)


P rojections passer du globe la carte
Projections : Passer du globe à la carte

  • Difficile de passer d’une surface « ronde » à une surface « plane »

  • Utilisation d’une projectionsur une forme

    • qui tangente la terre

    • qui coupe la terre

  • Qu’on peut ensuite « déplier »

Projection cylindrique directex= longitude, y=tangente(latitude)


P rojections les syst mes de coordonn es
Projections : Les systèmes de coordonnées

  • Repère géographique  Coordonnées géographiqueslatitude, longitude, (élévation ou hauteur)

    • Latitude : angle / équateur : positif vers le nord

    • Longitude : angle / méridien de Greenwich : positif vers l’est

    • Exprimés sur les cartes en degrés, minutes et décimales de minutes

  • Repère métrique terrain  Cordonnées terrainx, y

    • Point d’origine de la projection

  • Repère cartographique  coordonnées sur la carte

    Coordonnées terrain * échelle(divisée par le facteur d’échelle)

    Carte à grande échelle : 1 : 50 000

    Carte à moyenne échelle : 1 : 300 000

    Carte à grande échelle : 1 : 2 000 000

    Mapmonde : 1 : 10 000 000


D formations 1
Déformations (1)

  • « Déchirures »


D formations 2
Déformations (2)

  • « Déformations » : exemple de Mercator

    Mercator : la projection pro-soviétique!On ne peut représenter les pôles (tg(90°) = infini)


P rojections principales 1
Projections principales (1)

  • Types de projections les plus courantes

    • Conique

    • Cylindrique

    • Cyclindrique transverse

    • Disque


P rojections principales 2
Projections principales (2)


P rojections principales 3
Projections principales (3)

  • La projection stéréopolaire : permet de représenter les pôles


P rojections principales 4
Projections principales (4)

  • Représentations mondiales


P rojections les vues d artistes
Projections : les vues d’artistes


P rojections el ments remarquables
Projections : Eléments remarquables

  • Projections cylindriques

    • Parallèle d’échelle conservée (le parallèle d’intersection entre l’ellipsoïde et le cylindre) en général le parallèle milieu de la zone d’intérêt (carte)

  • Projections cylindriques transverse

    • Méridien d’échelle conservéeen UTM (méridien milieu du fuseau normalisé)

       pas toujours le milieu de la zone d’intérêt

  • Projections coniques

    • Deux parallèles d’échelles conservées(normalisés en fonction de la zone Lambert)


P ropri t s des projections
Propriétés des projections

  • Quatre « classes » de projections

  • Lambert :

    • conforme

    • équivalente

      Tout au moins sur de petites zonespar exemple : France divisée en quatre : Lambert 1, Lambert 2, Lambert 3, Corse

  • Mercator :

    • conforme (conserve les angles : garder le bon cap!)

    • Ni équivalente, ni équidistante(sur la carte, il faut mesurer les distances à la latitude moyenne)


P rojection lambert les zones
Projection Lambert : les zones

Il existe une projection Lambert « étendue » (Lambert –93),couvrant l’ensemble de la France et adaptée au nouveau système géodésique


P rojection utm les fuseaux
Projection UTM : les fuseaux

  • Fuseaux de 6° de longitude (n° 1 à 60)


C alculs de distance
Calculs de distance

  • Par définition :

    • 1 mille marin = 1 minute d’arc d’un méridien (ou d’un grand cercle)à l’équateur ou sur un arc de grand cercle, car la terre n’est pas une sphère(toujours utilisée pour la navigation astronomique avec un « sextant »)

    • 1 mètre = 1 / 40 000 000ème partie du méridien terrestreil existe maintenant des définitions plus précises

    • 1 mille marin = 1852 mètresdéfinition légale depuis 1929 (utilisée pour des calculs précis)

  • Si la terre était une sphère :

    • La distance la plus courte entre deux points est l’arc de grand-cercle passant par ces deux points(c.a.d la portion du cercle passant par les 2 pointset ayant comme centre le centre de la terre)

       la distance orthodromique(la distance loxodromique désigne une distancemesurée à direction (cap) constante, ce n’est pas la plus courte)

    • La distance entre les deux points est calculable par la formule (ou long = lon2-lon1) imprécision de l’ordre de 0,1% pour des distances < 1000km à nos latitudes

  • La terre est représentée par une ellipsoïde

    • Pas de formule analytique de calcul de distance

    • Approximation (environ 1m d’imprécision / 200km)

    • Logiciels de calculs : exemple SODANO (origine SHOM)


E n savoir plus
En savoir plus

  • Sur le WEB

    • IGN – Institut Géographique Nationalwww.ign.fr

    • SHOM - Service Hydrographique et Océanographique de la Marinewww.shom.fr

    • calculs de distance sur la terrehttp://www.dstu.univ-montp2.fr/GRAAL/perso/magnan/ortho/ortho.html

  • Polycopié

    • SHOM : « Conduite d’une levé hydrographique »disponible dans le département


ad