slide1
Download
Skip this Video
Download Presentation
Edité par l’IRD Avec le soutien financier de ORTHONGEL e t de

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 38

Edité par l’IRD Avec le soutien financier de ORTHONGEL e t de - PowerPoint PPT Presentation


  • 171 Views
  • Uploaded on

Edité par l’IRD Avec le soutien financier de ORTHONGEL e t de L’Ambassade de France aux S eychelles. 2 72 pages + cahier couleur d e 24 pages. Auteurs : Francis Marsac Alain Fonteneau de l’IRD e t Philippe Michaud Chairman de la SFA. La chaussée en 1942.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Edité par l’IRD Avec le soutien financier de ORTHONGEL e t de' - ronda


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Edité par l’IRD

Avec le soutienfinancier de ORTHONGEL

et de

L’Ambassade deFrance auxSeychelles

272 pages

+

cahier couleur

de 24 pages

Auteurs :

Francis Marsac

Alain Fonteneau

de l’IRD

et Philippe Michaud

Chairman de la SFA

etude prospective anglaise 1975

une vision correcte de la pêche artisanale

  • une importante sous-estimation du potentiel thonier (15 000 t en 1985)
  • aucune mention de thoniers senneurs
Etude prospective anglaise, 1975
1976 les premiers contacts avec les armements fran ais

visite du ministre Uzice à Concarneau et Audierne

  • intérêts assortis de réserves de la part des armateurs
  • perspectives orientées vers la pêche à la canne avec appât vivant
  • partenariat scientifique possible avec l\'Orstom
  • l\'exemple de la Côte d\'Ivoire
1976, les premiers contactsavec les armementsfrançais
slide9

Pêche à la senne

Incertitudestotales et prédictionsnégativesde son efficacitédansl’océanIndien

des rendements en forte baisse et des stocks suppos s pleinement exploit s l exception du listao
Des rendements en forte baisse et des stocks supposéspleinementexploités, à l’exception du listao

Conclusion :

un potentiel de développementenvisageableuniquement pour des pêcheries de surface

les debuts de la cooperation thoniere franco seychelloise

Senneuroucanneur ?

  • Un dossier à charge contre la pêche à la senne
  • Une argumentation discutable
LES Debuts de la cooperation thonierefranco-seychelloise

L’Aldabra, le premier des 4 canneurs à arriver aux Seychelles, le 14 décembre 1979

slide12

Des débuts catastrophiques par manqued’appât vivant

  • Prospection des baiesautour de Mahé
slide13

Adaptations technologiquesapportées aux canneurs

  • Expérience de pêcheconjointe avec un senneur, en mai 1980
un bilan d sastreux

Appât vivant insuffisant et fragile

  • Naviresinadaptés
  • Unegestiondéfectueuse
  • Canneursdésarmés en 1981 et vendus en 1982
Un bilandésastreux

370 tonnescapturéespar les 4 canneurs, desrendements de 500 kg

par jour au lieu des 3 à 4 tonnesprévues!!

Conclusion :

La technique de la pêche à la senne, écartéeau départ, redevenaitune option à explorer

les d buts de la peche la senne dans l ocean indien

Prospections japonaises du Nippon Maru (1973, puis mars 1979+)

  • Prédominance de la pêche sous épavesdérivantes
  • Le senneurnippo-mauricien Lady Sushill (dec 1979)
Les débuts de la peche à la sennedansl’oceanindien

Zones couvertes par le Nippon Maru, de 1979 à 1985

slide17

Première expériencefrançaise : le senneurIle de Sein

  • Nécessité de rattraperl’échec des canneurs
  • Un senneur pour pêcher en association avec les canneurs
  • Montage financier mixteEtatfrançais / armateur (ACF) : 1.2 M€

48 m LOA

Capacité320 t

  • Dec 1980 to March 1981
  • 500 t capturées, rendement de 5.4 t/j, proche de la moyenneAtlantique de 6 t/j
slide18

Abondance de bancs libresdansl’est de la ZEE

  • Confirmation du potentiel de captures surépavesdérivantes (40% des captures)
  • Expérienceprometteuse, à poursuivre
slide19

Deuxièmecampagne: le senneurYves de Kerguelen

  • Un budget estimé à 4.5 M€
  • Appui d’un programmescientifique
  • Appuid’unecouvertureaérienne
  • Novembre 1981 – Juin 1982
slide20

Succès incontestable…

  • mais les performances en mousson de sudestétaientinconnues !
slide21

Subvention du FIOM garantissant le déficitd’exploitation

  • 3 armements: Cobrecaf, CMB et ACF
  • La réunion de MoellansurMer, 30 oct 1982

Troisièmecampagne: flottille de4 senneurs

  • Campagne de 6 mois minimum
  • Formation de marinsseychellois
  • Projet de sociétémixte
slide22

Bancs s/épaves

Bancs libres

  • Conditions océanographiquesdéfavorables (El Niño)
  • Léger déficit financier
  • Petitssenneurséquilibrantleurcompted’exploitation
  • Peud’albacore, plus de listao
  • Economies d’échellepossibles
  • La ZEE seychelloise au coeur de la zone d’abondance
campagne espagnole de peche a la canne

Juillet 1981 – Mars 1982 : campagne de pêche à la cannemalgrél’échec des canneursfranco-seychellois

  • Technique particulière de pêche à l’appât
  • 425 tonnescapturées, 6 à 11 t/j
  • Résultatsprometteurs
  • Les Seychelles ontfinalementopté pour des senneurs
Campagne ESPAGNOLE de peche a la Canne
1984 arrivee massive des senneurs aux seychelles

Le spectre de la surexploitationdansl’océanAtlantique

1er trim 1980-83

1984 : ARRIVEE MASSIVE DES SENNEURS AUX SEYCHELLES

1er trim 1984

ComparaisonAtlantique/Indien en 1983

  • Un exode massif des senneursfrançais et ivoiriens

Rôlemajeurjoué par

la maigre performance des senneurs en Atlantique

slide25

Elargissementrapide de la zone exploitée

Zone exploitéeen 1981-1983

  • Position privilégiée de la ZEE Seych
  • Uneexceptionnelleproductivité en thons
  • La plus forte concentrations de bancs du monde : 22 000 tonnesdans un cercle de 100 km de diamètre
slide26

Un élémentdéterminant :

La pêche sous radeauxartificiels

  • Elle représente 70% des prises des senneurs de l’océanIndien, dans les annéesrécentes
la montagne sous la mer le coco de mer

Unedécouverte du Gevred, due au hasard, le 18 septembre 1984

La montagnesous la mer : le “COCO DE MER”
  • Coco de Mer : le mont sous-marin le plus productif au monde (3000 à 9000 t/an)
la peche thoniere seychelloise

Accords de pêche

    • Espagne : oct 1983
    • CEE : janvier 1984
    • Armts. ivoiriens : fev 1984
    • Armtspanaméens : mars 1984

Des débuts difficiles …

LA PECHE THONIERE SEYCHELLOISE
  • Flottille sous pavillonseychellois
    • Les 4 canneurs (1979-81)
    • PalangrierSeykor n° 1 (1984-1986)
    • Senneur “Spirit of Coxe” (1991-93)

ECHEC

ECHEC

Seykor 1, palangrierconfisqué pour pêcheillégale en 1984

Spirit of Coxe, senneur type méditerranéen,

Coque polyester, 40 m LOA, 7.7 M€, propriété du SMB

slide29

Premiers essais en 1994-95 avec Etelis

Puis le succès avec lapêchepalangrièresemi-industrielle

  • Espadon : 50-80% des captures
  • 2003 : problème de taux en cadmium élevéssurl’espadon
  • Embargo européen en 2004, levé en février 2005
  • Grande importance socio-économique (100% emploislocaux)
  • Haute valeurmarchande, export sur UE
le port de peche de victoria1

1984 : premiers coffres de mouillage pour les senneurs

  • 1986-2004 : de nouveaux quais
LE Port de peche de victoria

1984

1986

1986

Les grandstravauxayantdébuté en 1986

le port de peche de victoria2

1987 : la première conserverie (COI)

  • 1989 : nouveau batiment pour la SFA
LE Port de peche de victoria

1984

1989

La première conserverie de thon, en 1987

  • 1996 : Restructuration conserverie et nouvelactionnairemajoritaire, Heinz (Indian Ocean Tuna Ltd)
slide33

Uneconserverie de 100 000 t de capacité de production, 2500 salariés

  • Exportations de thons : 23% du PIB, second poste pour les Seychelles
  • 300 000 t de thon transbordées en 2004

IMPORTANCE ECONOMIQUE DE LA PECHE THONIERE POUR LES SEYCHELLES

  • Autresrevenusliés aux services annexes (soutages, dockers…)
    • 146 millions de Rs en 1985-1986
    • 342 millions de Ts en 2003-2004
les grands marquages de la ctoi

Uneétapescientifiqueimportante pour la conservation des thons de l’océanIndien

  • Ouest de l’océan Indien de 2005 à 2009: près de 200.000 thons marqués et plus de 30.000 recaptures
Les grandsmarquages de la CTOI
  • Un succès quasi total de ce programme: sans doute historiquement le meilleur au monde
  • Un rôle majeur des Seychelles dans ce plein succès: staff de la SFA et de la CTOI, équipages des senneurs, dockers seychellois
  • A l\'issue de ces marquages: les connaissances scientifiques de base sur les trois espèces de thons tropicaux sont maintenant solides: mouvements, croissance des males et des femelles, mortalité naturelle, longévité, etc...
  • Ces résultats sont très différents des hypothèses des scientifiques utilisées par l’IOTC jusqu\'en 2005.
les 6 medailles d or

Victoria, premier port thonier au monde, de 2000 à 2008

Conserverie la plus productive au monde

Le senneur le plus performant de tous les temps (Txori Toki) : 21 600 tonnes en 2003

Le mont sous-marin le plus productif au monde (Coco de Mer) : > 5000 t/an

La plus grosse concentration de bancs de thons jamaisrencontrée

L’équipe de techniciens de la SFA : mesure de 6.75 millions de poissons (5° 000 t) de 199à à 2008

Les 6 MedaIllesd’or
enjeux et defis

Atoutsgéographiquesincontestables

  • Partenariatéquilibré entre Seychelles et opérateursétrangers
  • Une vision pour un développementéconomiquefondésur la pêchethonière
  • Enjeu central : préserver et optimisercesacquis
enjeuxET DEFIS
  • Défishalieutiques :
    • Conservation des ressources
    • Limitation de la capacité de pêche
    • Rôlemajeur de la CTOI
  • Défisécologiques :
    • Unepêcherespectueuse des écosystèmes
    • Meilleureutilisation des prisesaccessoires
  • Défiséconomiques :
    • Compétitivité des infrastructures et services portuaires
    • Nouveaux modes de processing
    • Soutenir le segment de la pêche semi-industrielle
incertitudes

Marché mondial de la conserve

  • Coût de la main d’oeuvre
  • Coût de l’énergie
  • Régimes douaniers
  • Piraterie
  • Changementclimatique
INCERTITUDES

Extension des zonesà habitat défavorablepour les thons(> 31°C) au cours du21e siècle.

remerciements

Jean-Pierre Hallier (IRD)

  • Jose Luis Cort (IEO)
  • Bernard Stéquert (IRD)
  • Jacques Marcille
  • Michel Dion
  • Pierre Lopez (IRD)
  • RafaeleBenaisSarrade
  • Corinne Lavagne (IRD)
  • Serge Lucas
  • Olivier Barbaroux (Ifremer)
  • Marc Taquet (Ifremer)
remerciements

Merci de votre attention

ad