Download
1 / 71

Développer une culture de l’évaluation des compétences afin de - PowerPoint PPT Presentation


  • 79 Views
  • Uploaded on

Développer une culture de l’évaluation des compétences afin de mettre les disciplines au service du parcours personnalisé de l’élève. Une nécessité. Pour attester, en collège en fin de classe de 3 e , la maîtrise du socle commun de connaissances et de compétences.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Développer une culture de l’évaluation des compétences afin de ' - rob


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

Développer une culture de l’évaluation des compétences

afin de

mettre les disciplines au service du parcours personnalisé de l’élève.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Une n cessit
Une nécessité

  • Pour attester, en collège en fin de

  • classe de 3e, la maîtrise du socle

  • commun de connaissances et de

  • compétences.

  • Pour mettre en place en collège

  • comme en lycée un accompagnement

  • personnalisé des élèves.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Le cadre institutionnel
Le cadre institutionnel

  • Loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005, article 9.

  • Décret n°2006-830 du 11 juillet 2006 relatif au socle commun de connaissances et de compétences.

  • Décret n°2007-860 du 14 mai 2007 relatif au livret individuel de compétences.

  • Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours élémentaire première année et au cours moyen seconde année (B.O n°45 du 27 novembre 2008).

  • Arrêté du 9 juillet 2009 et note du DGESCO du 13 juillet 2009 relatifs à la délivrance du DNB et l’attestation de maîtrise des connaissances et compétences du socle commun au palier 3 (B.O n°40 du 29 octobre 2009).

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


3 paliers d attestation
3 paliers d’attestation

  • Fin de CE1

  • Fin de CM2

  • Fin de 3e

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Analyse de la situation
ANALYSE de la SITUATION

Les pratiques d’évaluation constituent un exemple majeur de résistance au changement

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Diagramme de causes / effet

Méthode

Matériel

Milieu

Evaluation constat

Sous exploitation

dispositifs

transversaux

Empilement des dispositifs d’évaluation

Manque de lisibilité des outils d’évaluation

Manque de pilotage partagé

Manque de cohérence dans le travail en équipe

Sous exploitation

des outils TIC

Isolement des enseignants

Les enseignants connaissent les finalités de l’évaluation mais ne la mettent pas en oeuvre

Implication insuffisante des enseignants

Manque de documentation sur l’évaluation

Manque d’impulsion des IA-IPR / évaluation globale

Manque d’impulsion du chef d’établissement

Méconnaissance des textes officiels

Main d’oeuvre

Matière

Dysfonctionnement majeur identifié


Analyse de la situation1
ANALYSE de la SITUATION

  • Au niveau de la classe

    L’évaluation est une pratique que les professeurs ont du mal à faire évoluer : la plupart limitent leur évaluation à dresser des constats. On donne une note.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Analyse de la situation2
ANALYSE de la SITUATION

  • Au niveau de l’établissement,

    changer les pratiques d’évaluation interroge la place des acteurs, leur posture et par la même toute l’organisation de l’établissement.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Analyse de la situation3
ANALYSE de la SITUATION

  • Au niveau de l’élève et de sa famille

    L’équivalence note-salaire est bien ancrée.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


1°) Comment désacraliser la note?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


D montrer sa non fiabilit
Démontrer sa non fiabilité !

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


D montrer sa non lisibilit donc son exploitabilit tr s limit e
Démontrer sa non lisibilité donc son exploitabilité très limitée

  • A quoi correspond une note de 11,5/20 dans une discipline donnée

En terme d’apprentissage ?

En terme de remédiation à mettre en œuvre ?

En terme de comparaison d’une discipline à l’autre ?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Sortir d une logique de classement
Sortir d’une logique de classement limitée

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Si l on doit toujours noter
Si l’on doit toujours noter … limitée

Dele faire au demi ou

quart de point !

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Si l on doit toujours noter1
Si l’on doit toujours noter … limitée

Adopter une notation binaire :

réussi ou non réussi

par rapport aux attendus.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Exemple de notation en liaison avec une évaluation des compétences

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Les l ves ont d couvert lors d une sortie g ologique un paysage de cuesta
Les élèves ont découvert, lors d’une sortie géologique, un paysage de cuesta

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Ce paysage de cuesta est compos de deux roches diff rentes
Ce paysage de cuesta est composé de deux roches différentes.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


En classe, les élèves établissent un lien entre propriétés des roches – perméabilité et cohésion – et ce paysage.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Exemple d’une activité en SVT propriétés des roches – perméabilité et cohésion – et ce paysage.

élève 1

Ra.A

Ra.A

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


élève 2 propriétés des roches – perméabilité et cohésion – et ce paysage.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


élève 3 propriétés des roches – perméabilité et cohésion – et ce paysage.

Ra.A

Ra.A

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Le professeur doit se r jouir de la r ussite de tous ses l ves
Le professeur doit se réjouir de la réussite de tous ses élèves!

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


La moyenne en question
La moyenne en question. élèves!

Éradiquer le rapport à la moyenne

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.



2°) Apprendre à identifier les compétences mobilisées à travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Qu est ce qu une comp tence
Qu’est-ce qu’une compétence ? travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


COMPÉTENCE travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

CAPACITÉ

NOTION

ATTITUDE

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


COMPÉTENCE travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

SAVOIR -FAIRE

SAVOIR

SAVOIR -ÊTRE

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


S'informer travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

Les grands champs capacitaires

Raisonner

Communiquer

Réaliser manuellement

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


S informer
S'informer travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

I.R par l’observation du réel

I.O oralement

I.Av par l’observation d’un document

photo ou cinématographique.

I.Tx dans un texte

I.Do dans un croquis, une figure géométrique

I.Td dans un tableau de données

I.Gr dans un graphique

I.Sc dans un schéma fonctionnel

I.Ct dans une carte

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Communiquer
Communiquer travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

C.O oralement

C.I par un support informatique

C.Do par un croquis,une figure géométrique.

C.Tx par un texte

C.Td par un tableau de données

C.Gr par un graphique

C.Sc par un schéma fonctionnel

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Raisonner
Raisonner travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

Ra.R Restituer

Ra.A Appliquer

Ra.E Expliquer

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


R aliser
Réaliser travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

Re.MRéaliser un geste technique

Re.PSuivre un protocole

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Les attitudes
Les attitudes travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

  • se concentrer

  • travailler avec soin et précision

  • - participer à un travail de groupe

  • - prendre des initiatives positives

  • - écouter les autres

  • - prendre la parole à bon escient

  • - s’organiser, prévoir

  • - rechercher des solutions aux problèmes

  • - respecter l’autre et l’environnement

  • - respecter les consignes

Alain FARALLI IA-IPR SVT .


Le suivi des acquisitions
Le suivi des acquisitions travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

L’évaluation des compétences s’ancre dans les pratiques disciplinaires habituelles tout autant à travers les situations en cours d’apprentissage que lors des situations de fin d’apprentissage.

Toutes les activités pratiques, écrites et orales sont autant d’occasion d’évaluer positivement les acquis.

Le suivi des acquisitions permet d’identifier les réussites et les difficultés puis d’envisager une remédiation ciblée.

.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


La validation des comp tences
La validation des compétences travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

  • Les arguments présentés par l’équipe pédagogique pour la validation ou non de l’acquisition des compétences doivent reposer sur des évaluations au cours du temps dans des contextes variés et dans plusieurs disciplines :

  • notion de transférabilité d’une compétence,

  • notion d’acquisition durable d’une compétence.

Alain FARALLI IA-IPR SVT .


Faire acqu rir des comp tences travers
Faire acquérir des compétences travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.à travers

Une transversalité : les compétences recouvrent plusieurs disciplines.

Une contextualisation : la compétence doit être évaluée à travers des situations différentes de celle ayant présidé à son apprentissage.

Une complexité : les situations de mise en œuvre d’une compétence sont par essence complexes requérant la mobilisation de connaissances, capacités et attitudes variées.

.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


La notion de t che complexe
La notion de tâche complexe travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

Dans la vie courante, les situations sont toujours complexes.

Motiver les élèves et les former à gérer des situations concrètes de la vie réelle en mobilisant des connaissances, des capacités et des attitudes acquises.

Les tâches simples incitent davantage à des reproductions de procédures laissant peu d’initiative à l’élève alors que les tâches complexes permettent la mise en place de stratégies résolutives propres à chaque élève.

L’objectif est d’éviter que l’élève se trouve en situation d’échec quand il n’identifie pas la discipline support de l’apprentissage masquée dans un cas concret de la vie courante. (Cf. évaluation PISA de l’OCDE)

.

Alain FARALLI I-IPR SVT.


Travailler par t che complexe
Travailler par tâche complexe travers une activité d’élève (une tâche complexe) quel que soit le contexte.

Dans ce contexte complexe ne veut pas dire compliqué.

Une tâche complexe ne se réduit pas à l’application d’une procédure automatique.

Chaque élève peut adopter une démarche personnelle de résolution pour réaliser la tâche.

Chaque élève, dans le cadre de sa démarche personnelle de résolution et selon l’ordre qui lui convient, met en œuvre un certain nombre de compétences.

Alain FARALLI IA-IPR SVT .


Identification et évaluation des compétences mobilisées à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique.


Objectif du travail. à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique. On s’intéresse au lien existant entre séisme, déformation et énergie libérée (magnitude).

On cherche à apprécier la quantité d’énergie libérée par le séisme d’El Asnam en Algérie, responsable de la mort de 5 000 victimes qui a eu lieu le 10 octobre 1980. On compare pour cela, avec l’énergie libérée (1012 Joules) par la bombe atomique larguée sur Hiroshima au Japon le 6 août 1945, au cours de la dernière guerre mondiale, qui a fait 80 000 victimes ou à la quantité totale d’énergie consommée annuellement en France (1018 à 1019 joules, soit de 14 à 28.1011 kWh).


L l ve dispose pour cela
L’élève dispose pour cela  à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique.

Document 1 Vue de la rupture en surface de la faille responsable du séisme de El-Asnam (Algérie, 5 000 victimes), Octobre 1980.


L l ve dispose pour cela1
L’élève dispose pour cela à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique.

10 km

Document 2. Image satellitale de la faille activée par le séisme d’El-Asnam. Les flèches indiquent les extrémités de la faille active.


L l ve dispose pour cela2
L’élève dispose pour cela à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique.

Document 3: Mise en évidence du soulèvement du sol autour de la faille d’El-Asnam par des méthodes géodésiques. Un trajet de nivellement (AB) mesuré en 1954, avant le séisme, a été repris par J.C.Ruegg et ses collègues de l’IPG de Paris en 1981, après le séisme.(in Les tremblements de terre R. Madariaga et G. Perrier Presses du CNRS 1991)


L l ve dispose pour cela3
L’élève dispose pour cela à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique.

Document 4. Dimension de la faille et énergie du tremblement de Terre


L l ve dispose pour cela4
L’élève dispose pour cela à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique.

Document 5. Magnitude et énergie libérée


L l ve dispose pour cela5
L’élève dispose pour cela à travers la mise en œuvre d’une tâche complexe concernant un exemple géologique.

La magnitude d’un séisme se mesure sur les sismogrammes enregistrés par des sismographes. Plus la magnitude d’un séisme est grande et plus le sismographe est proche du foyer du séisme plus l’amplitude, plus l’amplitude du sismogramme est importante.

Il suffit de tracer une droite entre les points correspondants sur les échelles de distance (à gauche) et d’amplitude (à droite) pour obtenir la magnitude sur l’échelle du milieu.

Document 6 : Méthode de calcul de la magnitude d’un séisme sur l’échelle de Richter à partir du sismogramme du séisme d’El Asnam enregistré à la station sismologique de Rognes (13).


Des aides au service de la r alisation d une t che complexe
Des aides au service de la réalisation d’une tâche complexe

  • Des aides doivent être mises à la disposition de l’élève en fonction des difficultés qu’il rencontre, seulement quand il en a besoin.

  • Les aides proposées sont de différents types :

  • aide à la démarche de résolution

  • apport de savoir-faire (procédure de réalisation)

  • apport de connaissances nécessaires à la résolution

Alain FARALLI IA-IPR SVT .


La mise en uvre de l valuation dans une t che complexe
La mise en œuvre de l’évaluation dans une tâche complexe

Travailler en tâche complexe ne suppose pas que les élèves la réussissent d’emblée, la majorité d’entre eux rencontrera des difficultés.

Les tâches complexes ne sont donc pas exclusivement proposées en fin d’apprentissage.

Pour les élèves ayant réussi à réaliser une tâche complexe sans aide, on évalue l’ensemble des connaissances, capacités et attitudes requises.

Réussie ou non, en autonomie ou pas, la tâche complexe donne l’occasion d’évaluer positivement certaines connaissances, capacités et attitudes.

.

Alain FARALLI IA-IPR SVT


De toujours évaluer tous les élèves au même moment et sur les mêmes supports.

Évalueren bosse ou en positif toute compétence mobilisée avec succès à travers une tâche donnée par un élève donné.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


3 comment tablir tout au long du cursus scolaire une progressivit dans les apprentissages
3°) Comment établir tout au long du cursus scolaire une progressivité dans les apprentissages ?

Les compétences communes identifiées.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Comment tablir tout au long du cursus scolaire une progressivit dans les apprentissages
Comment établir tout au long du cursus scolaire une progressivité dans les apprentissages?

  • Moduler les critères de réussites et/ou les critères procéduraux.

  • Complexifier l’objet d’étude support d’acquisition de la compétence.

  • Distribuer les compétences à acquérir par niveau, en s’inspirant du cadre européen de maîtrise des langues vivantes.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


4°) Comment mettre en œuvre une politique transdisciplinaire au service de l’acquisition d’unsocle commun de compétences?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Comment mettre en œuvre une politique transdisciplinaire au service de l’acquisition d’un socle commun de compétences ?

  • Déterminer la discipline qui prend en charge le diagnostic.

  • Déterminer la discipline qui prend en charge l’apprentissage de la compétence.

  • Déterminer les disciplines qui prennent en charge l’évaluation de la compétence.

  • Déterminer la ou les disciplines qui prennent en charge les remédiations nécessaires.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


TOUSSAINT service de l’acquisition d’un socle commun de compétences ?

NOEL

HIVER

PRINTEMPS

I.Gr

I.Gr

I.Gr

I.Gr

MATHS

H&G

SPC

SVT

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


5 comment g rer les vitesses in gales d acquisition des comp tences tout au long du cursus
5°) Comment gérer les vitesses service de l’acquisition d’un socle commun de compétences ? inégales d’acquisition des compétences tout au long du cursus ?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Comment g rer les vitesses in gales d acquisition des comp tences tout au long du cursus
Comment gérer les vitesses inégales d’acquisition des compétences tout au long du cursus ?

  • En interne à la discipline: pédagogie différenciée.

  • En transdisciplinarité :

  • PPRE;

  • L’accompagnement éducatif;

  • L’accompagnement personnalisé.

  • Les unités capitalisables.

  • Le problème du redoublement.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


6°) Comment communiquer le compétences tout au long du cursus ? suivi des apprentissages aux différents membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Comment communiquer le suivi des apprentissages aux autres membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

  • Mettre en place un outil informatique, extension de Gibii pour suivre en temps réel les acquis individuels : GiSocle

  • Faire évoluer le bulletin de classe ou mettre en place un livret de compétences.

  • Faire évoluer l’organisation du conseil de classe.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Les points d ancrage possibles

Les points d’ancrage possibles membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Les points d ancrage possibles1
Les points d’ancrage possibles membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

  • La mise en place du socle commun.

  • La réécriture des programmes.

  • Les dispositifs favorables à une interdisciplinarité fondée sur l’acquisition de compétences : enseignements d’exploration, B2i lycée, projets de classe, TPE, sorties et voyages pédagogiques, histoire des arts, l’accompagnement éducatif.

  • L’accompagnement personnalisé.

  • L’enseignement par groupes de compétences en LV.

  • L’école ouverte.

  • Les expérimentations article 34.

  • Le conseil pédagogique.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Les points de r sistance
Les points de résistance membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


Les points de r sistance1
Les points de résistance membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

  • Pôle enseignant : la concertation nécessaire au travail en équipe, plasticité de l’emploi du temps, l’angoisse de la nouveauté.

  • Pôle parents et enfants : équivalence note-salaire!

  • Pôle personnel de direction et corps d’inspection : vers un véritable pilotage pédagogique partagé ?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


L id e cl
L’idée-clé membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

Accepter l’idée d’imperfection

pour avancer!

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


A terme on peut r ver
A terme, on peut rêver… membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


A terme on peut r ver de la disparition de la note
A terme, on peut rêver… membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?de la disparition de la note.

Cet élève sait-il saisir une information dans un repère orthonormé ?

NON

OUI

OUI

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


A terme on peut r ver1
A terme, on peut rêver… membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

  • À la suppression des redoublements.

  • À une plus grande plasticité des emplois du temps.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


FIN membres de l’équipe éducative, à l’élève, à sa famille et à l’institution ?

MERCI DE VOTRE ATTENTION

Alain FARALLI IA-IPR SVT.

Alain FARALLI IA-IPR SVT.


ad