perspectives conomiques en afrique 2006
Download
Skip this Video
Download Presentation
Perspectives économiques en Afrique 2006

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 61

Perspectives économiques en Afrique 2006 - PowerPoint PPT Presentation


  • 69 Views
  • Uploaded on

Perspectives économiques en Afrique 2006. BAMAKO 27 octobre 2006. Banque Africaine de Développement Centre de Développement de l’OCDE. 1. Le projet “Perspectives économiques en Afrique”. 2. Les performances économiques en Afrique. 3. La promotion des infrastructures de transport.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Perspectives économiques en Afrique 2006' - remedios-dudley


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
perspectives conomiques en afrique 2006

Perspectives économiques en Afrique 2006

BAMAKO

27 octobre 2006

Banque Africaine de Développement

Centre de Développement de l’OCDE

slide2

1

Le projet “Perspectives économiques en Afrique”

2

Les performances économiques en Afrique

3

La promotion des infrastructures de transport

Les économies d’Afrique de l’Ouest

4

qu est ce que le projet pea
Qu’est-ce que le projet PEA ?
  • Publication conjointe entre la BAD et le Centre de Développement de l’OCDE – 5ème édition sortie le 16 mai 2007.
  • Une analyse indépendante, complète et comparative de 30 pays africains, comprenant une revue économique, sociale et politique des pays et des prévisions macroéconomiques de court terme.
  • Un outil pour les dirigeants politiques africains, le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs du NEPAD, les bailleurs et les investisseurs.
  • Améliorations au fils des éditions (Processus de révision par les pairs plus intense, amélioration du modèle de prévision et harmonisation des données, couverture plus large…)
une analyse en profondeur de 30 pays africains
Une analyse en profondeur de 30 pays africains
  • Une mission dans chaque pays
  • Un modèle de prévision propre aux économies africaines
  • Une analyse macroéconomique, sectorielle et sociale
  • Un thème particulier: La promotion et le financement des infrastructures de transport
slide5

Tunisia

Morocco

Algeria

PEA 05/06

Libya

Egypt

Mauritania

Niger

Mali

Senegal

Chad

Sudan

Eritrea

Gambia

Guinea-Bissau

Burkina

Faso

Djibouti

Guinea

Togo

Nigeria

Ethiopia

Côte

d\'Ivoire

SierraLeone

Central African

Republic

Liberia

Cameroon

Ghana

Somalia

Equatorial Guinea

Uganda

Congo

Gabon

Kenya

Rwanda

Burundi

Dem.Rep.

Congo

Tanzania

Angola

Malawi

Zambia

Mozambique

Zimbabwe

Mauritius

Madagascar

Namibia

Botswana

Swaziland

Lesotho

South

Africa

Couverture 2006: 30 pays Africains

90% du PIB

87% de la population

slide6

1

Le projet “Perspectives économiques en Afrique”

2

Les performances économiques en Afrique

3

La promotion des infrastructures de transport

Les économies d’Afrique de l’Ouest

4

la croissance africaine demeure solide taux de croissance r el du pib
La croissance africaine demeure solide(taux de croissance réel du PIB)

%

AFRIQUE

Sources: PEA 2006, FMI, OCDE

les pays producteurs de p trole tirent la croissance vers le haut
Les pays producteurs de pétrole tirent la croissance vers le haut

Performance des pays producteurs de pétrole

Source: PEA 2006

les pays importateurs de p trole affichent de meilleures performances que pr vu
Les pays importateurs de pétrole affichent de meilleures performances que prévu

Les Meilleures Performances en 2005

(%)

Sources: PEA 2006

gr ce de bonnes r coltes et de meilleures politiques int rieures
Grâce à de bonnes récoltes et à de meilleures politiques intérieures

Baisse de l’inflation

(%)

Sources: PEA 2006

am lioration de la stabilit politique
Amélioration de la stabilité politique

Sources: PEA 2006, Indicateurs Politiques

slide14
Malgré ces améliorations, d’importants défis pour le développement persistent…l’Afrique est en retard pour atteindre les OMD

Sources: PEA 2006

la diversification des exportations est mitig e
La diversification des exportations est mitigée

Maroc

SACU

Tunisie

Madagascar

Kenya

Sénégal

Tanzanie

Cameroon

Afrique

Mozambique

Cote d\'Ivoire

1996

Ethiopie

1996

2003

Algerie

2003

Ouganda

0

5

10

15

20

25

30

0

10

20

30

40

50

Plus l’indice est élevé, plus l’économie est diversifiée

Source: PEA 2006, Indice de diversification des exportations

l afrique re oit environ 50 de l aide totale
L’Afrique reçoit environ 50 % de l’aide totale

0.40

0.36

140

0.35

0.33

120

0.30

0.30

0.26

100

APD en %

0.25

du RNB

APD ( milliards de $ 2004)

80

(échelle de gauche)

% of RNB

0.22

0.20

APD Totale

60

(échelle de droite)

0.15

40

0.10

APD Totale

20

0.05

Vers l’Afrique

(échelle de droite)

0.00

0

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

1996

2007

1990

1991

1992

1993

1994

1995

2008

2009

2010

Source: OCDE/CAD Statistiques (2006). APD des pays membres du CAD pour 1990-2004 et simulations pour 2006-2010 sur la base des engagements.

l augmentation de l apd est tir e par les all gements de dette et l aide d urgence
…l’augmentation de l’APD est tirée par les allégements de dette et l’aide d’urgence

Aide publique au développement nette totale (APD), flux officiels (non-aide) et flux privés en Afrique, 1993-2004. (Source: OCDE/CAD)

composition de l apd des plus importants b n ficiaires
Composition de l’APD des plus importants bénéficiaires

SOCIAL

ECONOMIQUE

PRODUCTION

MULTISECTEUR

PROGRAMME D’AIDE GENERAL

DETTE

URGENCE

AUTRE

34

1

3

11

40

10

1

Rep. Dem. Congo

Egypte

25

31

9

9

17

10

Ethiopie

28

13

6

4

27

7

15

Ghana

28

4

5

1

10

52

Tanzanie

42

16

2

5

17

15

2

Zambie

31

15

8

3

5

38

1

0%

20%

40%

60%

80%

100%

Source: OCDE/CAD, 2006

principaux b n ficiaires de l apd
Principaux bénéficiaires de l’APD

103.9

Zambie (7)

1823.1

Ethiopie

102.7

Senegal (8)

1815.0

Congo, Dem. Rep.

90.3

Djibouti (9)

1746.0

89.1

Tanzanie

Namibie (10)

84.6

1457.7

Angola (11)

Egypte

73.2

Madagascar (12)

1357.6

Ghana

67.4

Sierra Leone (13)

1235.8

Madagascar

65.7

Ghana (14)

1228.4

65.4

Mozambique

Mozambique (15)

63.1

1159.0

Uganda

Mauritanie (16)

62.5

Liberia (17)

1144.1

Angola

60.6

Guinea Equatoriale(18)

1081.0

Zambie

APD par habitant ($ EU)

APD, Recettes nettes (million $EU)

Source: OCDE/CAD, 2006

slide21

Le développement à long terme nécessite la mobilisation de ressources additionnelles pour financer

les activités productives, y compris...

Les infrastructures de transport

slide22

1

Le projet “Perspectives économiques en Afrique”

2

Les performances économiques en Afrique

3

La promotion des infrastructures de transport

Les économies d’Afrique de l’Ouest

4

slide23

Améliorer la mobilité et réduire les prix

Améliorer la mobilité et le temps libre

Meilleure utilisation des réseaux et meilleure sélection des projets

Les femmes en sont les premières bénéficiaires

Meilleur approvisionnement en nourriture, en eau et en médicaments

Meilleur approvisionnement et mobilité du personnel soignant

Hospitalisation

plus rapide

co t transport et des assurances en des changes en valeur
Coût Transport et des assurances en % des échanges en valeur

IMPORT

Pays OCDE

EXPORT

Ensemble des pays

en développement

Pays en développpement

enclavés

Pays côtiers d’ASS

Pays enclavés d’ASS

Pays enclavés d’ASS les

moins développés

0

5

10

15

20

25

30

35

Source: Faye, McArthur, Sachs and Snow (2004) et CNUCED (2003)

situation critique de tous les moyens de transport
Situation critique de tous les moyens de transport
  • Routier
    • Seulement 19% est revêtu (contre 27% en Amer. Lat. & 43% Asie du sud)
    • 4% des véhicules enregistrés, 10% des accidents mortels
  • Ferroviaire
    • 3.5% des flux de passagers des pvd, 20% du PIB
  • Aérien
    • Peu d’aéroports au niveau du standard international
    • 4.5% du trafic, 25% des accidents
  • Maritime
    • 1 port opéré par une grande compagnie
    • La plupart sont sous-équipés et ont atteint leur capacité maximale
les infrastructures sont de retour dans l agenda des bailleurs
Les infrastructures sont de retour dans l’agenda des bailleurs
  • Baisse dans les années 1990 de l’APD bilatérale, non compensée par les flux multilatéraux
    • Attention portée à la réduction de la pauvreté (OMD)
    • Découragement par rapport aux expériences passées
  • Regain d’intérêt comme le démontrent le rapport de la Commission pour l’Afrique et le Sommet du Millénaire des Nations Unies
  • Bailleurs bilatéraux insistent sur le lien entre les infrastructures & la réduction de la pauvreté
  • Participation croissante des bailleurs non membres du CAD (Chine, pays arabes)
exp riences de partenariat public priv dans le transport
Expériences de Partenariat Public-Privé dans le transport
  • Liées au manque de moyens financiers publics et au manque d’accès aux marchés financiers internationaux
  • Pas de privatisation totale mais des concessions et des appuis à la gestion pour permettre une meilleure répartition des risques dans un environnent volatile
  • Résultats positifs dans les services des transports mais limités dans le cas des infrastructures
  • Sous certaines conditions (engagement important du secteur privé), la privatisation des infrastructures est une réussite (ex. route à péage entre Witbank et Maputo)
  • Dans la plupart des cas, l’investissement reste public

=> revitaliser les réseaux, accroître la soutenabilité à long terme

l argent n est pas suffisant
L’argent n’est pas suffisant
  • Forte régulation
    • Engagement fort / compétence dans la négociation
    • Autorité autonome de régulation
  • Meilleure planification
    • Sélection des projets
    • Intégration dans la stratégie de réduction de la pauvreté & dans les cadres de dépenses à moyen terme
  • Participation communautaire
    • Maximiser la création d’emplois et faciliter la maintenance
    • Faire participer les femmes
  • Coopération régionale
    • Profiter des économies d’échelles
    • Partenariat avec le NEPAD & les organisations régionales
slide32

1

Le projet “Perspectives économiques en Afrique”

2

Les performances économiques en Afrique

3

La promotion des infrastructures de transport

Les économies d’Afrique de l’Ouest

4

croissance conomique en afrique de l ouest
Croissance économique en Afrique de l’ouest
  • Ralentissement de la croissance du PIB de la région :
      • 2004 : 4.9 %
      • 2005 : 4.4 %
  • Zone non-UEMOA
    • ralentissement de la croissance de la zone : 4.7% en 2005 contre 5.8% en 2004;
    • croissance plus faible au Nigeria, l’économie la plus importante de la région.
    • croissance plus forte dans les autres pays non-UEMOA
  • Zone UEMOA
    • l’activité continue de pâtir des effets négatifs du conflit en Côte d’Ivoire
    • croissance plus forte de la zone, qui passe de 3.0% en 2004 a 3.7% en 2005
    • reprise de l’agriculture dans plusieurs pays de la zone, notamment au Niger et au Mali, après la sécheresse enregistrée pendant la campagne 2004/05.
    • ralentissement de la croissance en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Guinée Bissau.
slide35

Prévision de croissance en Afrique de l’ouest

  • Prévision de croissance de la région : 5.3% en 2006 et 5.5% en 2007
  • Prévision de croissance de 4.4% pour la zone UEMOA, et 5.7% et 6% pour les pays non-UEMOA
  • Croissance accélérée prévue pour le Nigeria, de 5.6% et 6%, sous l’effet des recettes pétrolières
  • Croissance soutenue dans les autres pays de la région.
l inflation en afrique de l ouest
L’inflation en Afrique de l’ouest
  • Aggravation de l’inflation de la région en 2005: 12,6% contre 9,8% en 2004;
  • 2005, l’Afrique de l’ouest peut être scindée en 2 groupes:
    • Pays à inflation élevée: Pays non membres de l’UEMOA
        • Les pays comme le Nigeria, Guinée, Ghana connaissent une inflation élevée
        • Le lancement de la nouvelle monnaie de la zone ZMAO n’a pas pu être respectée
    • Pays à faible inflation: Pays UEMOA, et Cap Vert
        • augmentation des prix des denrées alimentaires et du carburant dans de nombreux pays de l’UEMOA, entraînant une augmentation de l’inflation (4.4%) dépassant largement l’objectif de convergence de 1% fixé par la BCEAO
  • Tendance à la baisse de l’inflation en 2006 et 2007 notamment dans les pays à forte inflation (Nigeria, Guinée) et d’autres pays tels que Niger, Mali, avec la reprise de l’agriculture entrainant une baisse des prix des produits vivriers.
finances publiques en afrique de l ouest
Finances publiques en Afrique de l’ouest
  • En 2005, le solde budgétaire de la région s’est largement amélioré passant d’une moyenne de -2.5% du PIB sur la période 1997-2003 à 3.1% en 2004 et à 6.6% en 2005. Ceci résulte essentiellement de l’amélioration du solde budgétaire au Nigeria.
  • Les soldes budgétaires de 9 pays de la région se sont détériorés.
  • 5 pays ont vu leur situation s’améliorer, notamment la Guinée et le Nigeria.
  • Les prévisions tablent sur une stabilisation ou une amélioration des soldes budgétaires dans la plupart des pays en 2006 & 2007.
  • Au Nigeria, le niveau de l’excédent, déjà élevé, devrait baisser.
balance commerciale en afrique de l ouest
Balance commerciale en Afrique de l’ouest
  • Amélioration de la balance commerciale de la région, passant de 1.2% en 1997-2003 à 12.9% en 2004 et à 14.3% en 2005
  • En 2005, 6 pays on vu leur déficit se creuser (Benin, Burkina Faso, Ghana, Mali, Niger, Sénégal)
  • En revanche, la Gambie, la Guinée et le Nigeria ont connu une amélioration de leur balances commerciales. Le Nigeria bénéficie des prix élevé du pétrole sur le marché mondial
  • Le solde de la balance commerciale devrait légèrement diminuer. L’excédent du Nigeria devrait se replier, alors que dans les pays déficitaires, la situation ne devrait guère évoluer.
investissement direct etranger en afrique de l ouest
Investissement Direct Etranger en Afrique de l’ouest
  • Après une stagnation sur la période 1999-2001, les IDE vers la région enregistrent une croissance soutenue de 10% en 2005.
  • Les flux nets d’IDE dans les pays d’Afrique de l’Ouest représentent environ 20% des flux d’IDE
  • Le Nigeria est le principal récipiendaire avec 63% des flux d’IDE de la région.
  • Les autres principaux bénéficiaires de la région en 2004 sont : Côte d’Ivoire, Mali, Ghana, Guinée
flux d aide en afrique de l ouest
Flux d’aide en Afrique de l’ouest
  • Le montant de l’APD vers l’Afrique de l’Ouest a continué d’augmenter pour atteindre 6 207 millions de $ en 2004, représentant 23% de l’APD destinée à l’Afrique. L’APD représente 25$ par habitant, légèrement inferieure à la moyenne africaine de 31$ par habitant.
  • La plupart des pays ont enregistré une croissance de l’aide, notamment le Sénégal, le Ghana et le Nigeria. La Côte d’Ivoire et la Guinée Bissau ont connu une baisse de l’aide alors qu’elle a presque stagné au Cap vert.
  • Les pays de l’UEMOA ont reçu 55% de l’aide de la région avec le Sénégal (17%) en tête. Les autres pays de la région ont reçu 45%, avec le Ghana (22%) en tête.
  • Les pays de la région qui ont reçu le moins d’aide sont le Togo, la Gambie et la Côte d’Ivoire
  • Le montant d’aide par habitant est le plus élevé au Cap Vert, en Sierra Léone, au Sénégal et au Ghana, alors qu’il est le plus faible au Nigeria, en Côte d’Ivoire et au Togo.
corruption en afrique de l ouest
Corruption en Afrique de l’ouest

Légère amélioration dans 4 pays et légère détérioration dans 5 autres pays.

gouvernance conomique
Gouvernance économique
  • A l’exception du Mali, du Ghana et de la Guinée, l’indice de libéralisme économique a diminué dans les pays de la région entre 2000 et 2006.
  • Sur la période 2000-2006, on observe:
    • une tendance à l’amélioration de l’indice pour les pays suivants: Cap Vert, Sénégal, Burkina Faso, Niger, Guinée Bissau, Siéra Leone et Togo
    • Une tendance à la détérioration de l’indice pour les pays suivants: Nigeria, Benin
    • Un mouvement erratique pour le reste des pays: Côte d’ivoire, Mali, Ghana, Gambie, Guinée
  • Le Cap Vert est le pays le plus libre de la région, suivi du Sénégal et de la Côte d’Ivoire.
  • La moitié des pays enregistre une amélioration en 2006 par rapport à 2005. Au Benin l’amélioration a été la plus marquée grâce aux réformes de politique commerciale. En revanche la Guinée enregistre le déclin record de la région.
indice de lib ralisme conomique en afrique de l ouest
Indice de libéralisme économique en Afrique de l’ouest

Source: Heritage Foundation/ Wall Street Journal. Indice de Libéralisme économique

ppp achev s et en cours dans l uemoa
PPP achevés et en cours dans l’UEMOA

Les PPP permettent de mieux répartir les risques.

  • Bénin : Gestion du Port le Cotonou (2006)
  • Côte d’Ivoire : Aéroport d’Abidjan (1999), ligne ferroviaire Abidjan-Ouagadougou (1994), Port autonome d’Abidjan (2000)
  • Sénégal : Aéroport de Dakar (2005), Port de Dakar (2006)

Les sources de financement se limitent à deux : l’usager ou le contribuable

l afrique et les fonds routiers de deuxi me g n ration
L’Afrique et les fonds routiers de deuxième génération
  • Les fonds routiers de deuxième génération passent par le versement direct d’une taxe sur les carburants ou d’autres recettes directes à un fonds géré par un conseil où siègent notamment des représentants des usagers.
  • 26 fonds routiers ont été crées, dont 9 depuis 2000. La moitié de ces fonds se rapproche des critères des fonds de deuxième génération.
  • 23 possèdent des conseils de gestion, dont 13 fonds où les acteurs privés sont majoritaires. 13 fonds routiers dépendent à hauteur d’au moins 90% des redevances demandées aux usagers.
  • Ces fonds contribuent à améliorer l’administration du financement des routes et ses résultats en termes de capacité d’exécution et d’état des routes. En revanche, seulement 1/3 des fonds seraient en mesure de faire face à leurs dépenses périodiques d’entretien courant.
les grands axes routiers en afrique de l ouest
Les grands axes routiers en Afrique de l’ouest

Depuis 2003, l’UEMOA et la CEDEAO mettent conjointement en œuvre un programme de facilitation des transports autour de 5 grands axes routiers:

  • Côte d’Ivoire – Burkina Faso – Niger
  • Togo – Burkina Faso - Mali/Niger
  • Côte d’Ivoire – Mali
  • Côte d’Ivoire – Ghana – Togo – Bénin – Nigeria
  • Ghana – Burkina Faso – Mali/Niger
b nin
Dépendance de l’économie vis-à-vis du coton et du commerce avec le Nigeria.

Difficultés de la filière coton. La production est prévue à la baisse dans les années à venir au profit des cultures vivrières.

La croissance s’est ralentie en 2004 et 2005, fragilisée par la vulnérabilité de l’économie face aux chocs extérieurs. Elle devrait s’accélérer en 2006 et 2007 avec la normalisation des relations commerciales, la reprise des réformes structurelles et la relance des activités économiques après les élections d’avril 2006.

Les infrastructures des transports sont conçues pour faciliter l’écoulement du coton vers les pays voisins et faciliter les échanges entre les villes et les zones rurales. La mise en oeuvre d’un nouveau système de gestion fin 2005 devrait permettre d’améliorer la compétitivité régionale du port de Cotonou.

Bénin
burkina faso
Burkina Faso
  • Malgré la crise alimentaire sous-régionale et le retour de l’inflation en 2005, la croissance est restée soutenue (5.4%).
  • Les réformes structurelles et les projets d’infrastructures (routes, accès à l’électricité, barrages) laissent prévoir une croissance encore plus soutenue dans les années à venir.
  • La production cotonnière poursuit une hausse rapide mais sera payée à un prix inférieur à celui des années précédentes.
  • Le secteur des transports est en pleine évolution suite au déclenchement de la crise ivoirienne et la fermeture de la ligne ferroviaire Ouagadougou-Abidjan.
c te d ivoire
Côte d’Ivoire
  • La crise profonde affecte l’économie et la cohésion sociale. La croissance est négative ou quasiment nulle depuis 2000 et les prévisions tablent sur une croissance inférieure à 2% pour 2006 et 2007.
  • La suspension des financements extérieurs a mis à mal les objectifs de croissance du gouvernement.
  • La filière coton est dans une situation difficile. La production est basée au nord alors que les opérations de traitement et de transformation ainsi que les sorties à l’exportation sont situées au sud.
  • Au niveau des infrastructures de transport, la Côte d’Ivoire possède le premier port thonier d’Afrique (Abidjan) et deux ports en eaux profondes (Abidjan et San Pedro).
slide58
Mali
  • Le Mali a renoué avec la croissance en 2005 (5.5% contre 2.2% l’année précédente). Les performances sont prévues en hausse pour 2006 et 2007.
  • L’économie est vulnérable à de nombreux facteurs exogènes (pluviométrie, cours mondiaux du coton et de l’or, instabilité liée à la crise ivoirienne, etc.) mais le Mali poursuit sa stratégie de diversification, notamment dans l’agriculture afin de réduire sa dépendance envers le coton.
  • Amélioration du climat des affaires avec un nouveau code des investissements et la création d’un guichet unique.
  • Avec 7 000 km de frontières communes à 7 pays, le Mali fait du désenclavement sa priorité.
  • Le Mali affirme un rôle de leader sur la scène politique ouest-africaine et pour l’intégration régionale.
  • Les OMD en relation avec la scolarisation et l’accès à l’eau potable sont à la portée du pays.
niger
Niger
  • Le Niger est très fortement dépendant de l’aide extérieure. C’est le second pays le plus pauvre du monde après la Sierra Leone. Sa dette extérieure a été annulée en 2005.
  • Après une période de famine et de réduction des subventions sur certains produits, les perspectives de croissance pour 2006 et 2007, liées à la production d’hydrocarbures et aux exportations d’or, sont de l’ordre de 4%.
  • Au niveau des infrastructures de transport, le réseau routier est faible par rapport à l’immensité du pays et seuls 10% du réseau sont utilisables en toutes saisons.
s n gal
Sénégal
  • Croissance économique est supérieure à 5% grâce aux politiques macroéconomiques saines et aux réformes structurelles.
  • Etant donnée la forte élasticité de la pauvreté par rapport à la croissance, la nouvelle SCA (Stratégie de Croissance Accélérée) cherche précisément à améliorer la croissance pour réduire plus vite encore la pauvreté.
  • Au niveau du transport, 80% des infrastructures sont concentrées sur 20% du territoire. Ainsi, avec la crise ivoirienne, l’effet de substitution entre les ports d’Abidjan et de Dakar a été très limité. En revanche, l’aéroport international de Dakar est une plaque tournante pour le continent africain.
slide61

Merci pour votre attention !Les notes par pays sont téléchargeables à partir du site de l’OCDE :www.oecd.org/dev

ad