S MINAIRE DE M THODOLOGIE DE M MOIRE EN SCIENCES DU TRAVAIL

S MINAIRE DE M THODOLOGIE DE M MOIRE EN SCIENCES DU TRAVAIL PowerPoint PPT Presentation


  • 191 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

D

Download Presentation

S MINAIRE DE M THODOLOGIE DE M MOIRE EN SCIENCES DU TRAVAIL

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


1. SÉMINAIRE DE MÉTHODOLOGIE DE MÉMOIRE EN SCIENCES DU TRAVAIL Année Académique 2009-2010 1ère année Master en Sciences du Travail – HD Charleroi Séminaire du 27 février 2010

2. Déroulement - séance du 27 février 2010 Séminaire 2 Exercices heuristiques 10 min x 8 groupes : 80 min ± 1h30 Présentation étapes 3, 4 & 5

3. 3 - RÉALISER UNE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE Processus continu, en filigrane à toutes les étapes Bibliographies des articles scientifiques identifiés lors de la phase précédente Diversifier les sources pour pouvoir situer l’objet dans ses différents contextes Sources légales (loi, arrêtés-royaux, décrets, mais aussi exposés des motifs, commentaires des articles et discussions parlementaires – accessibles en ligne !) Communiqués et articles de presse, etc. Ouvrages Revues scientifiques Magazines et périodiques ,…

4. 3 - RÉALISER UNE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE Catalogue CIBLE de l’ULB Heures d’ouverture de l’ULB - ! Heures spécifiques pour la salle (labyrinthe) des périodiques http://www.bib.ulb.ac.be/fr/horaires/index.html Séances collectives d’initiation à la recherche documentaire (Contact : F. François) « EZ-Proxy » : accès en ligne gratuit aux articles de revues scientifiques auxquelles l’ULB est abonnée (Login et mot de passe de Webmail)

5. 3 - RÉALISER UNE RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

6. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Quelles méthodologies sont les plus appropriées pour éprouver mes hypothèses, répondre à mes questions de recherche ? Remarques « Aucune méthode n’a de valeur absolue. La qualité du mémoire dépend de l’adéquation de la méthode à la problématique et de la rigueur scientifique dans sa mise en œuvre » (Aide-mémoire) « Les faits sociaux consistent en représentations » VS « il faut traiter les faits sociaux comme les choses » (DURKHEIM, Règles de la méthode sociologique, 1895) Diversité des écoles et des courants de pensées VS commune référence aux sciences occidentales Héritage (histoire, psychologie, économie…) et emprunts (stat’s…) VS spécificité et légitimité des sciences du travail + risques de transferts analogiques incontrôlés d’une discipline à l’autre

7. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Choisir une approche (N. Berthier - cas extrêmes)

8. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Approche plutôt qualitative (ex : entretiens peu/semi- directifs) des phénomènes complexes (dans lesquels les sujets livrent leurs conceptions de la réalité, leurs visions du monde, leurs systèmes de valeurs/croyances), des situations de changement (ex : processus d’exclusion), dans les études de marché (motivations, perceptions…) ,… Approche plutôt quantitative (ex : questionnaires standardisés) pour mesurer des fréquences, faire des comparaisons, observer des relations entre des variables, expliquer les déterminants de conduites, repérer le poids des facteurs sociaux,… ? Traitement statistique des données récoltées ? Complémentarité des techniques : entretiens exploratoires ou complémentaires

9. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION « S’agit-il de décrire une population, de comparer des groupes à un moment donné, ou de suivre l’évolution dans le temps ? » (BERTHIER, 2006) // dépend de l’objet de recherche Décrire ? enquête transversale (sondages), étude historique, ethnographique Comparer ? quasi-expérimentation (mais groupes identiques ?), enquête « cas témoin », plan de type expérimental vrai (cf. travaux d’Elton Mayo) Comparer dans le temps ? étude longitudinale (à série chronologique, de tendance, de cohorte, panel)

10. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Echantillon d’observation (BECKER, 2002) De toutes les choses que nous pouvons observer au sujet d’une personne, d’une situation, d’un évènement, lesquelles inclurons-nous dans notre échantillon d’observation ?  Toute description = acte de sélection = expression d’un point de vue // construction grille d’entretien Chercher à dépasser : Le filtre de nos idées, représentations, jugements de valeur (échapper aux déterminations de notre propre culture) Les grilles de lecture dominantes de la réalité sociale Les sujets/données jugés socialement « estimables » (pensée conventionnelle)

11. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Choisir l’échantillon (de manière générale) : Quelle population interroger, quelle est la taille de l’échantillon, comment procéder (groupe(s) ou le même plusieurs fois), de quelle façon interroger (enquêteur, courrier, internet) ? Choisir l’échantillon (de manière statistique) ? Des méthodes pour obtenir un échantillon représentatif ? (N. Berthier) Quand convient-il de redresser un échantillon? (Combessie) Le biais / prise en compte des non-réponses

12. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION - Population parente et critères d’inclusion (N. Berthier) ? Définitions : Une population parente est une population de laquelle on tire l’échantillon. La population parente est-elle-même une fraction de la population totale. Exemple : les chômeurs de 18 à 24 ans = population parente de la population dans son ensemble. Critères d’inclusion : le choix de ces critères permet de garantir la pertinence de l’échantillon mais ne permet pas de garantir la généralisation des résultats. Exemple : si l’objectif est d’étudier l’image de l’ONEM auprès des chômeurs, le choix des critères d’inclusion peut être « être au chômage », « bénéficier d’allocations de chômage partielles ou totales ».

13. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Combien faut-il interroger de personnes ? Représentativité vs saturation (méth. qualitative) Nombre de personnes interviewées en fonction du principe de saturation : dans une méthodologie qualitative, la saturation est atteinte lorsque, après avoir activement recherché à rencontrer des personnes ayant des positions et des informations différentes, on en arrive au stade où chaque nouvel entretien n’apporte plus rien de neuf par rapport à ceux déjà effectués. >< la recherche de donnés « représentatives » (généralisations)

14. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION « Ficelles » Rechercher le cas négatif, les cas « étranges »/ marginaux Rien n’est jamais identique à quoi que ce soit d’autre  (BECKER) Confronter les points de vue des acteurs impliqués (limiter l’emprise de la subjectivité dans discours sur les pratiques) ? Actes a priori « déviants » : partir du postulat que motivé par une « bonne raison » Recueillir des données en vue d’une description largement détaillée (cf. grille d’entretien)

15. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Techniques L’observation Les entretiens Le questionnaire Autres méthodes…

16. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Méthode et déontologie fiabilité, précision et multiplicité des enregistrements /  prise de notes (ex : journal de terrain, à compléter « le plus vite possible »; enregistreur, à écouter rapidement pour être à même de réorienter le dispositif d’observation) - analyser, prévoir : le plan d’observation « le plan vise plus particulièrement à favoriser et à organiser la découverte et la grille à assurer les conditions d’observation les plus systématiques en les assujettissant à de stricts protocoles » (COMBESSIE) transformation de l’objet (pas seulement dans l’observation participante)

17. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Méthode et déontologie - peur que peut avoir le chercheur d’enregistrer un sujet une seule règle : se présenter, expliciter sa position d’observateur et solliciter l’accord une exception : si la dissimulation, totale ou partielle, s’avère une condition de l’observation (attention : législations sur le respect de la vie privée, le secret professionnel, les clauses de confidentialité, etc…) restituer (anonymat, donner à lire le compte-rendu, mise en commun)

18. L’objectivité scientifique en sociologie Ethnocentrisme : lecture de la réalité à travers les valeurs/références d’un peuple, d’une culture, ... d’un groupe sociale (sociocentrisme); Etude de la construction sociale des phénomènes (logiques, cultures, définitions sociales)… dans lequel est inscrit le scientifique ? intérêt des analyses rétrospectives; « Dans quelle mesure et de quelle manière un bon usage des méthodes peut-il aider le sociologue à contrôler le regard porté sur son objet, à contrôler les sociocentrismes qui l’informent »; ? Distance critique de soi à soi, résistance aux prénotions, pré-constructions implicites et prise de consciences des présupposés qu’on engage dans la recherche 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION

19. « On ne peut isoler les méthodes, les abstraire, ni des voies ouvertes par les « intérêts » du chercheur (questions, valeurs, idéologies ou théories orientant ses objectifs) ni des caractéristiques de l’information accessible. Une méthode, guide pour la route, éclaire, mais ne décide pas de la route. Assurer la pertinence d’une méthode, c’est l’ajuster aux questions posées et aux informations accessibles. (…) Expliciter les représentations, les questions, les hypothèses et leur articulation (problématique) est une des voies de l’objectivation dans le mesure où il devient alors possible de les prendre elles-mêmes pour objet d’analyse critique. Cette voie s’ouvre dès le début de la recherche et pendant tout son déroulement qui, nécessairement, les fait évoluer » (COMBESSIE, 1996, p. 9). 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION

20. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION 1.L’observation : « découverte » des données (COMBESSIE, 1996) Processus transversal et continu La collecte (d’archives) documentaire(s) vise à : délimiter le cadre spatio-temporel de l’objet; apporter des compléments d’information; et/ou diversifier les éclairages (sources administratives, documents iconographiques, sources privées ± instituées, …) Le terrain : objet d’étude et lieu de séjour; regarder de près (sans se cacher); et s’exposer au traitement social; ? attention double, grilles-enregistrement (systématicité)

21. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Les informateurs : institués (? discours officiel), intermédiaires, « cristallisation du statut » (LENSKI, 1954) ? qualification sociale d’« informateurs pour sociologues » ; Les points de vue : « Le sociologue doit analyser les positions sociales de ses informateurs pour situer, objectiver le point de vue à partir duquel s’élaborent leurs informations » (COMBESSIE, 1996) >< risques de sociocentrisme ou d’enfermement dans les cadres de référence dominants

22. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION 2. Les entretiens Entretien semi-directif ou entretien guidé : guide, annonce et questions tremplins, relances en vue de nouvelles rencontres, notes et enregistrements, entretien recentré et retouche Grille d’entretien : tester par le biais d’entretiens exploratoires (ne pas induire/influencer les réponses) recueillir des données en vue d’une description largement détaillée L’entretien de groupe = collecte d’infos auprès d’une dizaine de personnes. Pourquoi recourir à cette méthode? Peur d’être seul face à un enquêteur (personnes très précarisées), groupe d’experts sur un sujet pointu, etc…

23. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Choisir une forme de questionnement (N. Berthier):

24. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION 2. Les entretiens (suite) fiabilité, précision et multiplicité des enregistrements /  »modes de recueil d’information » (ex : journal de terrain, à compléter « le plus vite possible »; enregistreur, à écouter rapidement pour être à même de réorienter le dispositif d’observation); - Déontologie (rappel) Anonymat et confidentialité des données Accord préalable à l’enregistrement Restitution des données récoltées aux personnes interviewées

25. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION 2. Les entretiens (suite): D’autres formes d’entretiens : approche biographique (récits de vie), focused interview (R.K. Merton) et entretien film-action Dans tous les cas, une situation d’interaction particulière « Données » de l’enquête pas analysables en dehors de leur contexte de production! Approche réflexive, revenir sans cesse sur la manière dont les données ont été obtenues !

26. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION 3.Le questionnaire (Combessie, N. Berthier) Structure et économie du questionnaire : annonce, questions ouvertes/fermées, questions directes/indirectes, talon (texte introductif), ordre des questions et des items Etre compris et ne pas influencer (des questions accessibles et neutres) : comment favoriser l’expression personnelle ? Renseignements signalétiques et questions de comportement, d’opinion, d’intention, de connaissance

27. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION 3.Le questionnaire (suite) Passation : tests, passation par enquêteur (face-à-face ou téléphone), questionnaire auto-administré (par correspondance ou par questionnaire distribué), enquête par panel et statut des non-réponses (Pré)codage : des questions aux variables, des variables brutes au variables (pré)codées, dictionnaire des codes, du questionnaire au tableau de données, vérification et toilettage des données, création de nouvelles variables

28. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION 4. Autres méthodes … Les sondages (Combessie) Les sondages aléatoires (simple, en grappe à n degrés, stratifiés Représentativité et erreur aléatoire : seuils et intervalles de confiance, table de la loi normale réduite Les sondages raisonnés : méthode des quotas, enquêtes de rue, sondages « boule de neige » L’opinion publique existe-t-elle ? (M. Alaluf et Bourdieu) Le sondage comme enjeu de pouvoir

29. 4- MÉTHODES DE RECUEIL DE L’INFORMATION Conclusion : enjeux globaux des méthodes en sciences sociales (COMBESSIE, 1996) Scientificité des sciences sociales > physique ou statistique sociale Evolution : disparition des schémas de causalité les plus mécaniquement déterministes, les moins probabilistes ? approfondissement des relations d’interdépendance entre l’ « individu » et son « contexte » Liens repérables entre certaines méthodes et la ± grande « liberté » reconnue/déniée aux « agents », « acteurs sociaux », « individus »

30. 5 - PLANIFIER LA RECHERCHE Une fois les objectifs généraux et spécifiques du mémoire énoncés et explicités (cf. BERTHIER N., 2006) Prévoir le déroulement de la recherche Démarche empirique (? expérimentale) VS théorique : l’« épreuve du terrain » Faire des choix de stratégie en fonction des moyens Choisir une approche Délimiter la population à interroger

31. 5 - PLANIFIER LA RECHERCHE Penser à : la disponibilité professeurs, des assesseurs à qui soumettre si besoin la grille d’entretien, le plan de la recherche, … l’accessibilité des centres d’archives et des bibliothèques la disponibilité des personnes à interviewer ; le temps nécessaire pour obtenir des autorisations ; le cas échéant, le temps de transcription des entretiens enregistrés ; le temps de rédaction du mémoire ,…

32. D’ici à la prochaine séance… Exercice à réaliser par groupes de 8 : Au départ des dimensions identifiées (marguerite), et de l’objet de recherche, délimiter la population étudiée et faire un choix argumenté de la ou des méthodologie(s) pour examiner votre objet de recherche. Présentation, le 6 mars, par un membre du groupe (+ feed-back) max. 10 min/groupe Lundi 1/03: mise à disposition du PPT « Etapes 3,4 &5 » sur le site www.ulb.ac.be/travail

  • Login