Management des collections en biblioth que publique
Download
1 / 48

Management des collections en bibliothèque publique - PowerPoint PPT Presentation


  • 73 Views
  • Uploaded on

Management des collections en bibliothèque publique. Vendredi 16 avril, Lundi 26 avril 2010 C. Chamoin. Phase un : Un nécessaire état des lieux. Etude d’environnement Etat des lieux des collections. L’étude d’environnement.  1.Connaître son public  A Une définition des publics

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Management des collections en bibliothèque publique' - prem


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Management des collections en biblioth que publique

Management des collections en bibliothèque publique

Vendredi 16 avril,

Lundi 26 avril 2010

C. Chamoin


Phase un un n cessaire tat des lieux

Phase un : Un nécessaire état des lieux.

Etude d’environnement

Etat des lieux des collections


L tude d environnement

L’étude d’environnement

 1.Connaître son public

 A Une définition des publics

Le public « fréquentant »

Les « non-fréquentants »


B. les méthodes pour connaître son public

Exploiter les données sur les inscrits

http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/rediffusion/pdf/contiris.pdf)

Exploiter les données locales …

http://www.statistiques-locales.insee.fr/esl/accueil.asp

http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/donnees-detaillees/duicq/uu.asp?reg=53&uu=22501

Et nationales (IPSOS et DLL)

http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/doc/08synthese.pdf;

http://aldus2006.typepad.fr/files/presentation_salon_du_livre_2010-03-26.pdf :


La politique documentaire l preuve d internet
La politique documentaire à l’épreuve d’internet

  • Rappel du contexte

    • Nouveaux produits

    • Qu’est-ce que ça change pour les bibliothécaires ?

  • Comment intégrer ces nouvelles ressources à la politique documentaire d’une BM ?

    • Un document comme les autres ?

    • Les obstacles

    • Des perspectives encourageantes, à condition que …


Exemple de combinaison donn es maison insee

Exemple de combinaison données maison/INSEE

Données bibliothèque

Données INSEE

Info exploitable

fiabilité

Nombre d’inscrit par quartier IRIS

Nombre d’habitants par quartier IRIS

Taux de pénétration par quartier

Problème de la date des données INSEE exploitables

Déclinable par sexe le plus souvent, par tranches d’âge si le si le SIGB et les données fournies par votre ville le permettent

Nombre de demandeurs d’emplois inscrits

Nombre de demandeurs d’emplois dans l’agglomération

Taux d’inscription des demandeurs d’emplois

Données récentes mais si zone inférieur à 6000 habitant l’INSEE ne donne pas certains types de données


Hy pour aller plus loin a la carte documentaire du territoire b les enqu tes de public

Hy

Pour aller plus loin

                    A.La carte documentaire du territoire

B.Les enquêtes de public


L tat des lieux des collections

L’état des lieux des collections

L’évaluation qualitative

L’évaluation quantitative

La mise en place de l’étude des collections


Evaluation quantitative

Evaluation quantitative

Quelques données de référence …

A prendre avec des pincettes !

Que faire avec les données quantitatives :

Une cartographie des collections

Se situer par rapport aux autres.

Et donc aller vers le qualitatif …


Exemple de la biblioth que x

Exemple de la bibliothèque X :

Nb livre LP

Livres /hab.

% impr. enfants

Nb phonogrammes

Nb phonogrammes pour 100 hab.

Nb videogrammes

Nb videogrammes pour 100 hab.

Nb cédéroms

Nb cdroms pour 100 hab.

Ville A

77040

3.14

13629

55.51

458

1.87

0

0.0

Villes de 20 à 50 000

habitants

Ville B

103419

4.04

23914

93.38

2660

10.39

219

0.86

Ville C

94483

3.31

15919

55.81

6917

24.25

1698

5.95

Ville D

69813

2.06

2747

8.09

0

0.00

0

0.0

Ville E

111325

3.02

25106

68.18

7052

19.15

483

1.31

Ville témoin

255426

5.86

34.77%

17226

39.54

2207

5.07

552

1.27

Ville F

257783

5.66

13125

28.84

1739

3.82

382

0.84

Moyenne

138470

4.06

15952

46.82

3005

8.82

476

1.40

Ville 50000 habs

139959

2.9

12188

25.4

2418

5

471

0.9


Exemple de la biblioth que x acquisitions

Exemple de la bibliothèque X : acquisitions

Nb livres acquis

Tx renouvellement

Nb abonnements

Nb phonogrammes acquis

Tx renvt phonogrammes

Nb vidéos acquis

Tx de rnvt vidéo

Nb de cédéroms acquis

Ville A

2525

3.28%

246

577

4.23%

0

0.00%

0

Villes de 20 à 50 000

habitants

Ville B

2811

2.72%

209

530

2.22%

329

12.37%

0

Ville C

6404

6.78%

193

794

4.99%

779

11.26%

348

Ville D

169

663

24.14%

0

0

Ville E

4897

4.40%

175

1645

6.55%

516

7.32%

28

Ville témoin

8059

3.16%

385

1106

6.42%

107

4.85%

80

Ville F

7217

2.80%

392

1413

10.77%

570

32.78%

87

Moyenne

5319

3.29%

253

961

6.03%

329

10.94%

78

Ville 50000 habs

6191

269

889

255

97


2 l valuation qualitative
2. L'évaluation qualitative

  •  L'âge des collections

    • âge moyen

    • âge médian

  • L'évaluation des usages de la collection 

    • Le taux de rotation : est-ce que ça sort ?

    • le facteur d'activité : est-ce que tout sort   ?

    • Une nécessaire prudence

  • le cas particulier des ressources électroniques        


3 le niveau intellectuel des collections
3-Le niveau intellectuel des collections

  • EN BU : le conspectus

  •  EN BM : une difficile hiérarchisation

    4- Deux indicateurs pour aller plus loin

  •  La distinction ouvrages de fonds/nouveautés

  •  Le taux de renouvellement des collections

  • Le prix moyen par documents


Niveaux de lecture en bm l exemple de la m diath que etienne de caux
Niveaux de lecture en BM : l'exemple de la médiathèque Etienne de Caux

- Niveau 1 : lecture facile, tout public, (information élémentaire, document de base) - Niveau 2 : lecture moyenne, vulgarisation de bon niveau, documentation plus élaborée

- Niveau 3 : lecture plus difficile, de niveau 1er cycle universitaire, public motivé

- Niveau 4 : lecture très difficile, 2e cycle universitaire, spécialiste

Les acquisitions s'effectuent pour l'essentiel jusqu'au niveau 3 et peuvent atteindre le niveau 4 pour certains thèmes


A retenir sur les niveaux de lecture : Etienne de Caux

  • N'est pas nécessairement destiné à s'appliquer à chaque titres un à un mais plutôt à l'ensemble de la collection (on parle de niveau recherché pour une collection)

  • C'est un bon outil d'orientation des acquisitions : oblige à se poser la question du niveau de lecture lors de l'achat d'un titre, oblige à se poser la question des répartitions de niveaux de lecture dans une collection : complément indispensable de la répartition des thématiques.

  • Une nécessaire articulation entre niveaux de lecture et types de documents

  • Se servir du monde éditorial


La mise en place de la politique documentaire
La mise en place de la politique documentaire Etienne de Caux

  • L'étude des publics : un préalable parfois "zappé"

  • La segmentation des collections

    •  Description

    • la mise en place de cotes validées

  •  Groupe de pilotage

  • groupe de travail

  • fonctionnement du travail en groupe


Exemple de centres d int r t grenoble
Exemple de centres d'intérêt : Grenoble Etienne de Caux

CodeCentres d'intérêt Documentaires Adultes  Indices Dewey repris en totalité ou en partie dans ces Centres d'intérêt, et leur servant de sous-classement en rayon (en clair : Tapis, et non 746.7)

ART  L'art et les artistes  700-709;730-760

AUT L'automobile et la moto  331, 343, 336, 362,368, 380,614, 617, 629, 796.7, 910.4

ENF  L'enfant et sa famille 155, 305, 306, 363, 364, 369, 370, 618, 649

ESP  La vie de l'esprit : croire et penser 000, 100, 200

HIS  L'histoire  900-909, 930-990

LIT  Les langues et la littérature 400 et tous genres littéraires sauf poésie, humour et romans

MAI  La maison 635-636, 640, 684, 690, 728, 747, 749

MUS  La musique et les musiciens 780 sauf 782.8 (SPE)

NAT  La nature et la terre 500-509, 520, 550-590, 639, 719, 799

PAY  Pays, paysages et voyages 710, 720, 910

POE  La poésie et les poètes 808, 809 et 841

POL  La vie politique 320, 340, 350

SAN  Bien-être et santé 150, 610, 646, 796

SCCI  Siences et techniques  500-519, 530-540, 600-609, 620

SOC  Vivre en société 300-309, 344-346, 347-348, 350-351, 360-369, 390

SPE  Les spectacles 782.8, 790-792

SPO  Les sports et la compétition 796-798

TEM  Temps libre et passe-temps 001.6, 736-739, 745, 746,748, 769, 770, 790, 793-796.1

TRA  Les hommes au travail  310, 330,344.01,380, 630, 647, 650-680, 690, 745-746, 748

VEC  Vécu et témoignages  (Auto-)Biographies et mémoires ne pouvant être classés sous un C.I., ainsi que les témoignages individuels ne se rattachant pas à un métier et les récits d'aventures ou récits apparentés qui ne pourraient être rangés en PAY ou HIS.


Avant la formalisation quelques d finitions
Avant la formalisation : quelques définitions Etienne de Caux

  • La fiche/domaine : l'outil de travail qui va rassembler toutes les données nécessaires aux différentes étapes de la formalisation.

  • Le Plan de Développement des Collections c'est un document à usage interne qui programme les acquisitions sur une période donnée (trois à cinq ans) et pour un segment donné de la collection. Un plan de développement de collections est mis en œuvre pour chaque domaine.

  • La PPA, ou protocole d'acquisition document annuel dont l'objectif est de répartir le budget d'acquisition entre les supports, les objectifs d'usage et les sites = permet la mise en œuvre concrète du PDC avec le tableau de bord.

  • La charte documentaire : la face "publique" de la politique documentaire


Phase 2 la formalisation

PHASE 2 : LA FORMALISATION Etienne de Caux

1- Le Plan de développement des Collections

2-Les outils de la politique documentaire

3- La Charte des collections


1. Le Plan de Développement des collections Etienne de Caux

  • Le contenu intellectuel du domaine

                                    Bien-être et santé : l'exemple du Blanc-Mesnil

    610/612 Médecine – Anatomie humaine – Physiologie

    613-614 : Hygiène et santé publique

    615 : Pharmacologie – Thérapeutiques

    616 : Maladies

    617 – 618 : Spécialisations de la médecine (chirurgie, gynécologie, gériatrie…)

  • Les paramètres documentaires (Plus fournis en BU qu’en BM)

    supports et langue

    perénnité des documents

    domaines connexes


  • Le public visé et l'objectif assigné au segment Etienne de Caux

    Ex. 613-614 : Hygiène et santé publique

    - Proposer des ouvrages pratiques, guides, notamment sur la diététique et l’hygiène de la personne

    - Proposer une documentation sur la santé publique : ouvrages sur les politiques publiques de la santé, ouvrages de réflexion sur les grandes questions de santé faisant débat (canicule, intoxications, malbouffe…), ouvrages présentant des statistiques (mises à jour régulières)

    Public visé : grand public

  • Des objectifs d'acquisition

  • La répartition budgétaire et l’échéancier des acquisitions, du désherbage, du récolement, du renouvellement du segment etc.


Les outils de la politique documentaire : Etienne de Caux

  • Le PPA

  • Le tableau de bord

    • Très élaboré CF exemple de Calenge

    • Plus courant :

      Exemple SAN Ouest-en-Provence : http://docmiop.files.wordpress.com/2010/02/sante-medecine-20101.doc

    • Peut aussi être très simple pour une petite bibliothèque de village



La charte documentaire 5 lignes
La Charte documentaire Etienne de Caux(5 lignes)

  • Le préambule

  • Cadre temporel : une dizaine d'années

  • Sommaire : petite citation, contexte, qu'est-ce qu'une charte d'acquisition ? éventuellement mention des textes complémentaires (plan de développement des collections)

    Le présent document n'est pas un texte normatif mais plutôt un texte de référence destiné à rendre public et à expliciter les principes sur lesquels les bibliothécaire se basent pour le choix et la gestion des documents.

    Il s'inspire de textes institutionnels dont la version complète est consultable … (en annexe, sur internet etc.)


Objectifs g n raux d un service de lecture publique 10 lignes
Objectifs généraux d'un service de lecture publique (10 lignes)

= présentation des missions de la bibliothèque, éventuellement de l'artculation de ses missions avec celles de sa collectivité. L'objectif que l'on poursuit en achetant les livres. C'est le moment de la poser dans sa dimension de service public.

Faire référence à des textes normatifs locaux (publications de la collectivité) ou nationaux :

  • Charte des bibliothèques publié par le conseil supérieur des bibliothèques (7 nov. 1991) art. 3,4 et 7.

  • Manifeste de l'UNESCO sur les bibliothèques publiques (nov. 1994).

    http://www.unesco.org/webworld/libraries/manifestos/libraman_fr.html


exemple générique : lignes)

La bibliothèque est un service public. La définition de ses missions se fonde sur le manifeste publié par l'UNESCO :

  • Promouvoir, entretenir et développer le goût de la lecture auprès de tous les publics, sans distinction d'origine ethnique, sociale ou géographique

  • Faciliter l'éducation initiale, et de manière générale l'étude individuelle à tous les niveaux.

  • Favoriser les expressions artistiques et les pratiques culturelles les plus variées, en proposant notamment divers supports.

  • Encourager le dialogue interculturel

  • Etre un lieu de sociabilité

  • Permettre au public un meilleur accès à l'information

  • Etre un lieu de dépôt et d'accès à la mémoire locale


D clinaison de la mission de participation l ducation individuelle

Brest lignes)

Garantir à tous l'accès aux nouveaux supports de l'information ; assurer la formation des usagers à l'utilisation de ces outils et aux méthodes de recherche documentaires.

Favoriser la formation initiale et permanente, la mise à jour des acquis scolaires, universitaires ou professionnels

Saint-Nazaire :

Garantir à tous l'accès aux nouveaux supports de l'information ; assurer la formation des usagers à l'utilisation de ces outils et aux méthodes de recherche documentaires

Favoriser la formation initiale et permanente, la mise à jour des acquis scolaires, universitaires ou professionnels

Déclinaison de la mission de participation à l'éducation individuelle


D clinaison de la mission de socialisation

Brest lignes)

Etre un lieu de sociabilité et d'échange au niveau de la cité afin de favoriser l'insertion de tous dans la société et l'égalité des chances, par la mise à disposition de ressources élémentaires de base ainsi que par une offre d'animations qui permettent de se retrouver et d'échanger autour de la lecture et de thématiques culturelles et citoyennes en général.

Saint-Nazaire :

être un lieu de découverte, de rencontre, d'échange et de convivialité dans la cité. la bibliothèque informe les citoyens sur leurs droits et leurs devoirs dans la ville et dans le pays. Elle favorise la diffusion des valeurs républicaines et se fait l'écho du débat démocratique. Elle porte à la connaissance des usagers le plus grand nombre d'information locale et nationale etc.

Déclinaison de la mission de socialisation


Présentation du territoire et de son service de lecture publique + présentation de l'organisation10 à 15 lignes

  • poser les différents sites du réseau. S'il ya des différences de missions, les expliciter ici ("centrale"/bibliothèque de quartiers).

  • Les secteurs documentaires. Eventuellement énumérer les supports, voire même le nombre de documents. Le cas échéant expliciter pourquoi ils ne sont pas présent partout, et mentionner les critères de sélection des supports proposés.

  •  Présenter ici un éventuel bibliobus, prêt aux collectivités, bibliothèque hors les murs ...

  • Présenter et expliciter les différences de traitement des différents ouvrages : pourquoi ils ne sont pas tous en accès direct ? Pourquoi certains sont à consulter sur place?


La politique documentaire proprement dite
la politique documentaire proprement dite publique + présentation de l'organisation

A/ Les critères d'acquisitions :

  •  insister sur la nécessité de couvrir tous les champs de connaissance de même que tous les niveaux de lecture (insérer votre classification interne des niveaux de lecture si vous en avez une)

  • Poser que pour des raisons budgétaire l'exhaustivité est exclue, ce qui conditionne les choix. Ce n'est pas forcément une banalité pour un lecteur. 

  • Les modalités du choix : critères, outils de sélection, et fait de manière collective pour être le plus objectif possible, et pluralité des opinions représentées. Parler des comités de lecture si vous en avez. 

  • Exclusions des acquisitions : certaines idéologies politiques et religieuses : toujours s'appuyer sur un texte institutionnel (par exemple : concernant les textes diffamatoire et/ou à caractère raciste ou xénophobe : les lois n° 72-546 du 1er juillet 1972 et n°90-615 du 13 juillet 1990 ; pour les sectes, on peut s'appuyer sur les listes établies par des commissions parlementaires, telle par exemple celle présidée par André Vivien.


B/ les axes d'orientation publique + présentation de l'organisation

  • C'est là que vous pouvez mettre en 5 lignes maximum les axes directeurs qui sont ressortis du Plan de Conservation des Collections. Ceux-ci sont supposés être la traduction des grandes orientations de la commune.

            Très peu d'exemple mais on peut citer la     Médiathèque de     Fresne (accentuation de     l'apprentissage, formation continue etc.)

  • Si vous avez des collections patrimoniales, poser ses spécificités. Important car pour beaucoup de lecteur peut être perçu comme inutile ou ne devant plus être alimentés. Idem pour les fonds spécifiques.

  • Parler des langues de prédilection


C/ la gestion des suggestions publique + présentation de l'organisation

En fonction des contraintes budgétaires et si elles correspondent aux critères d'acquisition... Eventuellement poser des limites (pas plus de 3/mois/usager)

D/ La gestion des dons

Dans quel cas on les accepte ? Prévoir tous les cas de figure (peuvent parfois être donnés à des associations ...)

E/ Le respect de la loi dans les acquisitions

2 lignes pour évoquer l'acquisition de supports avec le droit de prêt et le recours au marché public (où va l'argent de la collectivité).


La gestion des collections
La gestion des collections publique + présentation de l'organisation

  • Il s'agit principalement de faire passer l'idée de désherbage. En mentionnant les critères et les raisons. Parler du devenir des livres désherbés (dons, vente, pilon etc.)

  •  Montrer l'utilité et la rationalité des choix.


Conclusion
Conclusion publique + présentation de l'organisation

Presque toujours la même sur une mention de responsabilité :

La directrice (ou le directeur) de la bibliothèque a reçu mandat, lors de sa nomination par les élus à ce poste, pour constituer, organiser et évaluer les collections de la bibliothèque.

Pour cela elle peut déléguer,  en fonction des compétences professionnelles des agents placés sous son autorité, la gestion de secteurs d'acquisition définis.

L'autorité de tutelle valide la charte de constitution des collections et s'assure que les moyens nécessaires à son respect seront suffisants


Quelques exemples
Quelques exemples publique + présentation de l'organisation

L'exhaustivité est exclue : quel que soit le domaine retenu, la bibliothèque ne peut acheter tous les

documents dans toutes les langues et sur tous les supports.

Le choix des livres respecte le pluralisme des opinions dans la mesure où ces dernières ne

contreviennent pas aux valeurs de la République et à la législation en vigueur (notamment les lois

n°72-546 du 1er juillet 1972 et 90-615 du 13 juillet 1990 sanctionnant les discriminations

ethniques, racistes, religieuses...).

Les livres remarqués par les comités de lecture de la bibliothèque sont systématiquement achetés.

Les acquisitions ne sont pas l'objet de choix individuels mais forment un ensemble cohérent qui obéit à un certain nombre de critères, validés par le conseil municipal, sur proposition de la Direction de la médiathèque. Le travail d'acquisition est un travail collectif de sélection. L'exhaustivité n'est pas recherchée

Le choix des ouvrages ne reflète pas forcément la production éditoriale mais vise essentiellement à promouvoir une littérature de qualité. C'est pour cette raison que la bibliothèque propose à ses lecteurs la production de petits éditeurs peu diffusés par les circuits commerciaux.


Quelques exemples1
Quelques exemples : publique + présentation de l'organisation

Brest :

La bibliothèque achète également des partitions, des diapositives et des CD-Roms.

A priori et sauf exceptions, les supports exclus sont les suivants : cassettes, disques noirs, vidéodisques,disquettes. Les nouveaux supports - ex : CD-Roms, DVD-Roms - doivent être choisis en fonctiondes critères ci-dessous : - standardisation et diffusion du produit - coût - durée (validité,obsolescence) - domaine de connaissance couvert - avantages par rapport aux médias déjà possédés.

Permet de répondre à un usager réclamant des blue-ray par exemple.

Saint-Nazaire :

Par manque de place, certains ouvrages empruntables se trouvent en magasin, selon les critères suivants :usage moins fréquent de certains titres ou protection de certains documents régulièrement victimes de vol ou dégradation


Phase 3 le suivi des collections

Phase 3 : le suivi des collections publique + présentation de l'organisation

1- Le désherbage

2- Le patrimoine

3- la sortie définitive du domaine public.


1 le d sherbage
1- Le désherbage publique + présentation de l'organisation

  • Reprise des critères élaborés dans le PDC, protocole de « déselection », en parallèle au PPA

  • Acte de retirer du libre-accès les documents qui n’y ont plus leur place

  • Peut être lors d’une grande opération de réorientation des collections, annuel, ou continu tout au long de l’année.


  • Pourquoi désherbe-t-on ? publique + présentation de l'organisation

    • Pour « faire de la place » (raison pratique)

    • Pour adapter la collection aux besoins

    • Pour mettre en valeur les documents qui existent

    • Mais également pour faire de la place aux lecteurs …


A mentionner dans un protocole de d selection
A mentionner dans un protocole de déselection publique + présentation de l'organisation

  • Les objectifs de l’opération et les résultats attendus.

  • Les types de documents concernés

  • Les options à considérer (rebut, mais aussi magasin intermédiaire, transfert au patrimoine, don aux associations etc.)

  • La liste des critères d’élimination

  • Éventuellement (collections pointues) le mode de consultation d’experts extérieurs.


Base de r flexion pour les crit res de d sherbage
Base de réflexion pour les critères de désherbage publique + présentation de l'organisation

  • La méthode IOUPI :

    • I : Incorrect, fausse information

    • O : Ordinaire, médiocre

    • U : usé, détérioré, laid

    • P : périmé

    • I : inadéquat, inadapté aux besoins du public


Adaptation de la m thode ioupi
Adaptation de la méthode IOUPI publique + présentation de l'organisation

  • X/Y/IOUPI

    • X : année d'édition de l'ouvrage

    • Y : nombre d'années écoulées sans prêt

    • IOUPI : les critères ou quelques critères de la méthode IOUPI


Quelques exemples2
Quelques exemples publique + présentation de l'organisation

  • 10/3/IOUPI

    • Ouvrage qui a plus de 10 ans

    • Qui n’a pas été prêté depuis 3 ans

    • Qui présente l’un ou l’autre des critères IOUPI

    • X/2/OUI

    • X remplace l’année d’édition quand ce n’est pas un critère pertinent (ici Bd, ou encore poésie)

    • Plus de 2 ans sans prêts (ici : BD), ordinaire, usé, périmé.


Ne jamais perdre de vu l aspect pratique
Ne jamais perdre de vu l’aspect pratique publique + présentation de l'organisation

  • Evaluer le temps nécessaire dans le cas d’une opération de grande envergure

  • Penser à la modification des statuts dans le catalogue

  • Prévoir le temps nécessaire à la préparation au rebut, au stockage etc.



Apr s le d sherbage
Après le désherbage …. publique + présentation de l'organisation

  • Le plus souvent mis au rebut

  • Peuvent aussi connaître une seconde vie : réparation ou reliure (si plus édité)

  • Changement de cote et donc de place

  • Don à des associations

  • Vente ou don à des particuliers

  • Mise en magasin intermédiaire (dans ce cas prévoir un protocole de réexamen au bout de 50 ans)


2 le patrimoine
2- Le patrimoine publique + présentation de l'organisation

  • En théorie tout ouvrage en magasin depuis 100 ans est candidat. Mais les choses changent

  • Charte d’acquisition du patrimoine avec des axes.

  • Achats pour intégration directe aux collections patrimoniales


Mener une politique documentaire l heure d internet
Mener une politique documentaire à l’heure d’internet publique + présentation de l'organisation

  • Rappel du contexte :

    • Apparition progressive de documents protéiformes

    • Qu’est-ce que cela change pour les bibliothécaires ?

  • L’intégration de ces ressources à la politique documentaire :

    • Des documents comme les autres ?

    • De nombreux obstacles

    • Mais des perspectives encourageantes, à condition que …


ad