J ai du bon cholest rol dans mon art re j ai du bon cholest rol tu n en auras pas l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 26

« J’ai du bon cholestérol dans mon artère , j’ai du bon cholestérol, tu n’en auras pas…» PowerPoint PPT Presentation


  • 166 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

« J’ai du bon cholestérol dans mon artère , j’ai du bon cholestérol, tu n’en auras pas…». Docteur Sylvie Loison Endocrinologue Pôle de prévention et d’éducation du patient en Maladies cardiovasculaires EPU 18 Octobre 2004. Google. Cholesterol 3 710 000 + treatment 1 910 000

Download Presentation

« J’ai du bon cholestérol dans mon artère , j’ai du bon cholestérol, tu n’en auras pas…»

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


J ai du bon cholest rol dans mon art re j ai du bon cholest rol tu n en auras pas l.jpg

« J’ai du bon cholestérol dans mon artère , j’ai du bon cholestérol, tu n’en auras pas…»

Docteur Sylvie Loison

Endocrinologue

Pôle de prévention et d’éducation du patient en Maladies cardiovasculaires

EPU 18 Octobre 2004


Google l.jpg

Google

  • Cholesterol 3 710 000

  • + treatment 1 910 000

  • + nutrition 1 750 000

  • + diet 2 200 000

  • + fat 2 000 000

  • + money 967 000

  • + education 873 000

  • France 93 000


Ath roscl rose maladie d un organe l art re l.jpg

Athérosclérose: Maladie d’un organe: l’artère

  • Les agents pathogènes

    • l ’hypercholestérolémie

    • l ’hypertension artérielle

    • l ’hyperglycémie (diabète)

    • le tabagisme

  • Les caractéristiques du sujet

    • l ’âge

    • le sexe

    • la génétique (?!)


N cessit de la pr vention l.jpg

Nécessité de la prévention

  • 50% des infarctus inaugurent l ’entrée dans la maladie coronaire

  • 33% de ces patients vont mourir brutalement

  • dont près de la moitié n’ont jamais eu de bilan de prévention


Analyse de la maladie lipidique 1 l.jpg

ANALYSE de la MALADIE LIPIDIQUE (1)

  • Les marqueurs lipidiques

  • Cholestérol total

  • les fractions

    • LDL-cholestérol

    • HDL-cholestérol

    • VLDL-cholestérol

  • Triglycérides


Analyse de la maladie lipidique 2 risque lipidique l.jpg

ANALYSE de la MALADIE LIPIDIQUE (2) Risque Lipidique

  • Dépistage : cholestéroltotal et triglycérides après 12 heures de jeûne

  • Si anomalie : EAL (Exploration d ’une Anomalie Lipidique)

    • Cholestérol total et triglycérides

    • HDL-cholestérol

    • Calcul du LDL-cholestérol (Friedewald)

      LDL-C = CT - HDL - TG/5 (g/L)


Analyse de la maladie lipidique 3 ph notypes lipidiques en pratique l.jpg

ANALYSE de la MALADIE LIPIDIQUE (3)Phénotypes Lipidiques en pratique

  • Augmentation du cholestérol total ou mieux augmentation du LDL-cholestérol

    • isolée : hypercholestérolémie pure (type IIa)

    • associée avec augmentation des TG : dyslipidémie mixte (type IIb)

  • Augmentation des triglycérides

    • isolée : hypertriglycéridémie pure (type IV)

    • associée avec augmentation du CT (ou du LDL-C) : dyslipidémie mixte (type IIb)


Identification du risque 1 l.jpg

IDENTIFICATION du RISQUE (1)

  • Equations de risque:

    • Pertinentes si plusieurs facteurs de risque peu sévères

    • Sans impact majeur sur l’attitude thérapeutique c% les sujets à haut risque

    • Score de risque de Framingham ne s’applique pas aux populations européennes: surestimation relative

    • clinique++


Identification du risque 2 l.jpg

IDENTIFICATION du RISQUE (2)

  • Les facteurs de risque vasculaires

  • Age:homme 45 ans et +/femme + 55 ans ou ménopause sans traitement

  • Antécédents familiaux de maladies coronaires précoces(H <55 ans ou

    F <65 ans) ou d’artériopathie

  • Tabac

  • HTA ou traitement anti HTA en cours

  • Diabète

  • HDL< 0.35 g/l

  • Un facteur protecteur

    HDL> 0.60g/l


Quel est ton risque je te dirais quel est ton traitement l.jpg

« QUEL est ton RISQUE, je te dirais QUEL est ton TRAITEMENT »

  • Recommandations françaises:

    • Diététique:

      • Prévention primaire: LDL > 1.60 g/l

      • Prévention secondaire ou + 2 facteurs de risque: LDL > 1.30 g/l

    • Médicament: (après régime assidu)

      • C% tout adulte si LDL > 2.20 g/l

      • Si 1 FDR majeur et LDL >1.90 g/l

      • Si 2 FDR majeurs et LDL > 1.60 g/l

      • Si + 2 FDR majeurs ou prévention secondaire

        et LDL > 1.30 g/l

  • Message pratique:les patients en prévention secondaire ou à haut risque

    (> 2 FDR, diabète, hypercholestérolémie familiale) doivent être traités de façon agressive


Prise en charge nutritionnelle l.jpg

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE

« Le régime est peu utile du fait de la puissance des statines »: FAUX et INCOHERENT (Politique nutritionnelle, Rapport du Haut Comité de Santé Publique…)

CAR

  • Bases de la diététique des hypercholestérolémies proches des recommandations nutritionnelles pour la population

  • Régime :

  • mesures hypocholestérolémiantes

  • mesuresprotégeant des maladies cardiovasculaires


Etude des sept pays l.jpg

Etude des sept pays

Mortalité coronariennesur10 ans

12467 h

40-59 ans


Ils mangent tous bien l.jpg

« Ils mangent tous bien »


Merci ronald l.jpg

Merci Ronald !

  • Poids : 400 g

  • Glucides : 112 g

  • Lipides : 80 g

    • dont AGS : 50 g

  • Protides : 35 g

  • Calories : 1300-1500


Contexte et sp cificit de la prise en charge di t tique l.jpg

Contexte et spécificité de la prise en charge diététique

  • ON traite une maladie métabolique

    et pas un chiffre de CT: situer la nutrition

  • Contexte général

  • Obésité

  • Autres Maladie métabolique

  • Prévention cardiovasculaire

    primaire

    secondaire

  • « Distiller des prescriptions diététiques »:

    1 seul médicament en 1ère intention

     1 SEULE MODIFICATION DIETETIQUE NEGOCIEE

    • Thérapeutique nutritionnelle # alimentation


Diff rencier l.jpg

Différencier

• Les aliments

• Les nutriments

• Les calories

• La composition

  • Le médecin conseille unerépartition quantitative et qualitative des nutriments

  • aidé par les diététiciens, le patient choisit ses aliments


Les faux quilibres les probl mes l.jpg

Les faux équilibres / Les problèmes

• Le beurre est nécessaire

pour la vitamine A

• Le fromage apporte

du calcium

• Les pommes abaissent le cholestérol

• Le foie gras est bon pour les artères

  • Deux grands types de réaction

    - ce qui n’est pas interdit est permis

    - la fin du plaisir

  • Les colles

    - et le kangourou, c’est une viande blanche ?

  • Les fausses affirmations pseudo-consensuels

    - Ce qui n’est pasmauvais est bon


Mesures hypolipid miantes l.jpg

Mesures hypolipidémiantes

  • Augmentation du LDL-cholestérol

    • diminuer les acides gras saturés

      • beurre, charcuterie, crème

    • diminuer les acides gras trans

    • diminuer le cholestérol alimentaire

  • Augmentation des triglycérides

    • diminuer les sucres rapides

      • saccharose, glucose

      • fructose

      • éthanol


Principes nutritionnels pour la pr vention cardiovasculaire l.jpg

Principes Nutritionnels pour la Prévention Cardiovasculaire

Diminuer les acides gras saturés acides gras trans et en cholestérol (produits animaux laitiers et carnés, graisses hydrogénées)

Accroître les aliments végétaux -

(Fruits, légumes, céréales, légumineuses,

soja, oléagineux), huile d’olive

Accroître l'apport en oméga 3 -

(huiles de colza, soja, germe de blé, noix, poisson)

Réduire le cholestérol LDL

Réduire l'oxydation des lipoprotéines

Réduire le risque de thrombose / tr du rythme

-


Traitement m dicamenteux principes l.jpg

Traitement médicamenteuxPrincipes

  • Après au moins 3 mois de régime qui doit êtrepoursuivi

  • Avec un objectif précis de niveau de LDL-CT

  • En privilégiant les médicaments qui ont démontré leur efficacité clinique

  • LES STATINES sont les médicaments les plus étudiés

  • Toutes les statines entraînent une diminution de 20 à 30% des accidents vasculaires


Traitement bien cibl vies sauv es et conomies l.jpg

Traitement bien ciblé = Vies sauvées et économies !

Dans les populations à très haut risque et en prévention secondaire

il n’existe pas de seuil de LDL-CT pour traiter

  • LES DIABETIQUES

    ETUDE HPS (Heart Protection Study)

  • Simvastatine 40 mg: diminution +20% évènement CV dans tous les tertiles de LDL

  • C% Diabétiques, même sans manifestation de maladie coronarienne ou sans anomalie de CT, la réduction du risque d’évènement CV est d’environ 25%


Les statines suite 1 l.jpg

LES STATINES (SUITE 1)

  • Hypertendus avec 3 FDR

    Etude ASCOTT

    Atorvastatine 10mg /Placebo

    c% 10000 dont CT> 6. mmol/l sur 3.3 ans

     abaissement significatif des AVC fatals ou non, des évènements coronariens et CV dans leur globalité

  • Rosuvastatine

    Hydrophile, ½ vie longue efficacité +

    (80 mg Simva/20 mg Atorva, 10 mg Rosuva pour baisse 43% LDL), 2ème intention


Les statines suite 2 l.jpg

LES STATINES (SUITE 2)

EFFETS SECONDAIRES

  • myalgiesavec ou sans élévation des CPK, faiblesses musculaire,crampes 1-5%

  • myositeavec rhabdomyolyse

  • 3000 cas depuis1990

  • Cérivastatine (56%)

  • Facteurs: altération fonction hépatique ou rénale, hypothyroïdie, association fibrates

     Prévention: éducation, arrêt si

    SF + élévation CPK mais pas dosage systématique


Alternatives th rapeutiques l.jpg

Alternatives thérapeutiques

  • Cholestyramine

  • Fibrates (peroxisome proliferator activated receptor PPAR alpha) quand utilisation des statines impossible dans hypercholestérolémie pure

  • Ezetimibe inhibiteur absorption du cholestérol diminution 20% LDL en association aux statines

  • L’avenir: injection intraveineuse ApoA1 Milano avec réduction du volume de athérome

  • et EN RÊVE: le POLYCOMPRIME: réduction 80% AV 88% CI

    C%tous dès 55 ans: bénéfice pour 1/3 avec

    11 ans gagnés sans AVC ni CI MAIS….!!!!!


Conclusion l.jpg

Conclusion

  • La prévention cardiovasculaire pour les patients hypercholestérolémiques repose sur

  • Une évaluation du risque cardiovasculaire

  • Une thérapeutique nutritionnelle

  • Une modification du mode de vie et

  • Desmédicaments en complément

  • Elle nécessite une démarche globale reposant sur l’éducation thérapeutique


Slide26 l.jpg

« J’ai du bon cholestérol dans mon artère, maintenant toi aussi t’ en auras !»

* Merci au Dr Philippe Giral et au Pr Eric Brückert


  • Login