La relation et la communication dans le soin
Download
1 / 37

La relation et la communication dans le soin - PowerPoint PPT Presentation


  • 101 Views
  • Uploaded on

La relation et la communication dans le soin. Approche anthropologique et interculturelle. L’étude de l’autre. Autre exotique: le « eux supposés semblables » Autre ethnique: le « nous supposés semblables » Autre intime: commence avec l’individu Marc Auger.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' La relation et la communication dans le soin' - patia


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
La relation et la communication dans le soin

La relation et la communication dans le soin

Approche anthropologique et interculturelle


L tude de l autre
L’étude de l’autre

  • Autre exotique:

    le « eux supposés semblables »

  • Autre ethnique:

    le « nous supposés semblables »

  • Autre intime:

    commence avec l’individu

    Marc Auger



Et la relation
Et la relation?

  • Dans ce module, vous allez entendre parler de respect,de dignité, de non-violence, envers cet « autre » supposé comme ci ou comme ça, qui lui aussi d’ailleurs vous suppose comme-ci ou comme ça.

  • C’est pourquoi on m’a demandé de vous parler d’anthropologie


Et la relation1
Et la relation?

  • En outre, vous allez entendre parler de non-violence.

  • Or, l’une des formes les plus insidieuses de la violence, c’est de vouloir à tout prix convaincre un « autre » que nous détenons « la vérité », et de faire passer l’idée avant l’individu.


Et la relation2
Et la relation?

  • Pour R. Debray, la révolution, c’est le triomphe de l’idée sur le fait (l’histoire, la tradition, l’habitude…)

  • L’application de la science à la médecine, depuis le XVIII° et surtout la fin du XIX°, est une révolution permanente contre la « croyance ».


Et la relation3
Et la relation?

  • Mais attention: R. Debray ajoute:

    L’arrogance de l’idée, et l’oubli de l’histoire, donne le totalitarisme.

    L’anthropologie compare et aide à relativiser. A ne pas oublier l’histoire (celle de l’historien, mais aussi celle que l’on se raconte à nous-même et qui est notre vie). C’est aussi pour cela que l’on m’a demandé de vous parler d’anthropologie.


Anthropo logos science de l humain
Anthropo-logos: Science de l’humain

  • Qu’est-ce que l’humain? Qu’est-ce qui le différencie, par exemple, de l’animal?

  • On y réfléchit…depuis plus de 2000 ans…difficile de faire une science de ce que l’on ne peut définir, épistémologiquement. Risque de confondre épistémologie et morale.

  • Exemple: Pour Kant: Sa liberté.

    Mais pas n’importe laquelle: il est libre de n’avoir pas que des instincts: il a aussi des devoirs.


L tude de la culture
L’étude de « la culture »?

Ce qui se transmet:

  • Représentations du monde:

    visible/invisible

    Exemple: le corps, et l’âme.

  • Organisation du désordre:

    Exemple: mal/maladie/malheur

    Rites

  • Valeurs


Un mot sur ordre et d sordre
Un mot sur… « Ordre et désordre »

  • Organiser =rendre la vie possible.

    Donc désordre = violence, petite mort.

  • Règles: interdits, mais aussi obligations d’échanger avec l’autre.

  • Le masculin et le féminin aussi sont «organisés » (les mystères de la procréation)



Maladie d sordre mort violence la plus extr me faite au groupe
Maladie= « désordre » aussi.mort = violence la plus extrême faite au groupe

Voisinage, collaboration et recoupements entre religion/médecine/lois du groupes

En occident, et tout particulièrement en France, la médecine s’est légitimée comme science en se différenciant du religieux.


Toute m decine est aussi une philosophie
« Toute Médecine est aussi une philosophie » aussi.

  • Une métaphysique: le mal existe

  • Une éthique: lutter contre le mal

  • Une épistémologie: définir avec une rigueur scientifique les moyens de son efficacité.

    Anne Fagaud-Largeaud


Toute psychoth rapie est une anthropologie au sens d une croyance dans un certain humain
Toute psychothérapie est une anthropologie, au sens d’une croyance dans un certain « humain»

  • Exemple: qui « manque? » l’homme ou la femme?

  • Modèle du fonctionnement psychique

  • Représentation de ce qu’est qu’être « humain » dans la relation

  • Représentation des rapports entre la part visible et la part invisible de l’humain (l’inconscient…)

    J.J. Kress.


La souffrance de l autre
La souffrance de l’autre croyance dans un certain « humain»

  • La souffrance est un désordre qui conduit à s’interroger sur l’ordre du monde, et donc à interroger ces trois institutions.

  • La souffrance et la douleur (Comment on les endure) servent de repère au groupe pour juger de l’intégration de l’individu, de sa capacité à assumer ses valeurs collectives.

  • La souffrance, quand elle n’est que morale, est suspecte (en occident)


Toute m decine est dans la culture la biom decine aussi
Toute médecine est dans la culture. La biomédecine, aussi. croyance dans un certain « humain»

  • Avant les grecs: guérir = soigner : invoquer la bienveillance de la nature (divinités féminines)

  • À partir des grecs (Hippocrate), et plus encore des romains (Gallien), guérir= lutter contre, par la force de la raison.

  • De la pensée (de quelque chose de plus grand que soi) à la « conception » de l’idée (y compris de la vie)

  • Lutter contre quoi? L’origine du mal. Localisé, maintenant, dans l’individu. Dans son corps, ou dans son âme?


Et la science dans tout a
Et la science, dans tout ça? croyance dans un certain « humain»

  • Dans toute société, les pratiques s’organisent autour de deux registres:

  • Technique: sous-tendu par une pensée de l’efficacité

  • Symbolique: sous tendu par des croyances, des valeurs, un imaginaire.

    A. Van Gennep


La science et la v rit
La science et la vérité croyance dans un certain « humain»

  • La science est d’abord du registre technique. Elle essaye, de toute la force de sa pensée, de se détacher du registre symbolique. Pour plus de rigueur. Pour plus de vérité.

  • Elle s’appuie sur la preuve. Par le visible.

  • Mais s’agissant de l’humain, de la vie, du corps, de l’âme, de l’origine du mal, de la souffrance, on ne peut que constater que cet exercice a des limites:le symbolique et le technique s’entremêlent.



Mode logico scientifique mode narratif
Mode logico-scientifique guérir la maladie?mode narratif

  • Le premier a pour vocation d’être universel et invariant; il se préoccupe de vérité

  • Le deuxième est par nature variable dans le temps, l’espace; il se préoccupe d’authenticité

  • La clinique ne peut être que « la saisie du singulier », sauf à faire disparaître la personne malade derrière le schéma pathologique.

  • La puissance de la science tend à faire oublier qu’elle est un moyen, et non une fin en soi. Ou bien l’homme se résume à la machine.


La souffrance selon p ricoeur
La souffrance selon P. Ricoeur guérir la maladie?

  • C’est une brèche dans le tissu narratif.

  • Le « présent » qui est en temps normal, triple: présent du passé (la mémoire), instant, et présent du futur (la projection dans l’avenir), n’est plus qu’instant.

  • Accompagner la souffrance, c’est retisser les liens pour réparer cette brèche.


Le corps selon p ricoeur
Le corps, selon P. Ricoeur guérir la maladie?

  • Corps « objet » de la science, support de l’acte technique

  • Corps « sujet », ou corps propre, support du vécu, de la mise en sens, du travail narratif et symbolique.

  • Lecture de J. Benoît: « la maladie, entre nature et mystère ». Introduction de « convocations thérapeutiques du sacré »


Alors quelle fin pour la biom decine
Alors, quelle fin pour la biomédecine? guérir la maladie?

  • Une vocation: guérir.

  • En pratique: le plus souvent, accompagner des maladies chroniques, des souffrances.

  • Éducation à la santé et santé Publique

  • Obstétrique et puériculture

  • Psychiatrie

  • Soins palliatifs

  • Médecine « légale » (handicap, reconnaissance)



Ces deux modes ensemble c est tout l enjeu de la pluridisciplinarit
Ces deux modes, ensemble…c’est tout l’enjeu de la pluridisciplinarité

  • Mais c’est difficile: car le pouvoir de guérir, de déterminer l’origine du mal, est l’objet de rivalités

  • C’est aussi une harmonie masculin-féminin :

  • professions traditionnellement féminines et masculines

  • Une « conception » de la vie


Or du point de vue anthropologique il s agit de maintenir l ordre
Or, du point de vue anthropologique, il s’agit de maintenir l’ordre

  • Et donc de lutter contre la violence.

  • Cela suscite beaucoup de craintes, archaïques; crainte de la mort; cela ne se change pas comme cela.


Votre r le est tr s maternel
Votre rôle est très « maternel » maintenir l’ordre

  • Que vous soyez aides soignant(e)s ou auxiliaires de puériculture.

  • Il s’agit de soins du corps (vivant, ou mort). De toilettes. De nourriture. De besoins primaires.

  • Les soignants sont « les messagers de la culture à l’hôpital. »(C. Amourous)

  • Lecture de S. Lallemand et G. Delaisi de Parceval:« L’art d’accomoder les bébés »


  • Il est important, dans le travail de soin, de faire cet effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • De ne pas se crisper sur « la vérité »

  • Ce qui vient modifier notre ordre (les croyances des autres) nous faits violence; mais en cherchant à convaincre (de quoi?), nous faisons aussi violence.


Primum non nocere
Primum non nocere effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • La préservation de la vie humaine, visible, n’est pas, pour tous, ce qu’il y a de plus « sacré ». Cela n’a pas toujours été le cas en France, non plus. Des considérations symboliques et invisibles peuvent être plus importantes pour certains, que la préservation de la vie.

  • Les valeurs et les vérités de la médecine n’ont d’universel que ce qu’elles ont de vérités scientifiques; une partie, seulement, et qui participe de la santé mais ne la résume pas, ni ne la recouvre.


Deux questions utiles si on ne se comprend plus
Deux questions utiles si on ne se comprend plus: effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • «Qu’attendez-vous de moi? »

  • « comment puis-je vous aider? »


4 alors la relation
4- Alors, la relation? effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.


Alors la relation
Alors, la relation? effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • Tout cela pose d’autant plus de problèmes que l’on est face à des patients porteurs de représentations et de croyances plus différentes des « nôtres » (le nous supposé semblables).

  • Il ne faut pas oublier que, s’agissant des patients d’origine migrante, leur problème est précisément d’être à la croisée de représentations conflictuelles.


Alors la relation1
Alors, la relation? effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • En outre, leur (le « eux supposés semblables ») souffrance, c’est aussi une histoire de violence (guerres…), de ruptures, d’exil, de pertes multiples. La difficulté à se comprendre n’est pas forcément culturelle, mais aussi géopolitique. Que savons nous de leur histoire? Que pouvons-nous en comprendre? Qui sommes-nous, dans cette histoire, nous, par exemple, colonisateur, affameur, guerrier?


Alors la relation2
Alors, la relation? effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • Attention au « eux supposés semblables »: si l’interculturalité est une technique de plus, encore un « système » pour plus de « systématique » et d’ « efficacité », elle est détournée de ses valeurs.

  • Voir: « Soins et cultures. Formation des soignants à l’approche interculturelle. Par B. Tison. Editions Masson, 2007.


Alors la relation3
Alors, la relation? effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • C’est important de se rendre compte que la violence qui nous est « faite » ne nous est pas faite à nous individuellement, mais en tant que représentant d’une fonction, d’une histoire parfois. Elle est le reflet de la violence que « nous » (ce que nous représentons aux yeux du patient) avons fait, ou faisons parfois, par notre conception de la santé, et notre désir de la faire partager.


Alors la relation4
Alors, la relation? effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

  • Mais le même type de difficulté peut survenir avec une femme du Mans, d’ascendance 100% sarthoise depuis 10 générations au moins, mais qui, par exemple, n’a pas envie d’allaiter. Et qui sait que l’institution que vous représentez va juger ce choix mauvais. Pas besoin d’aller chercher hors nos frontières pour trouver « l’autre »


Hamadou amp t b
Hamadou Ampâté Bâ effort de distinguer le technique du symbolique, sans oublier ni l’un…ni l’autre.

« Quand je parle à quelqu’un et qu’il ne me comprends pas, je me tais et je l’écoute. Si je parviens à le comprendre, je saurai pourquoi il ne me comprend pas. »

M’avez-vous comprise? Maintenant, je me tais, et je vous écoute.


ad