L interruption de grossesse l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 75

L’interruption de grossesse PowerPoint PPT Presentation


  • 324 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

L’interruption de grossesse. Dr Philippe Faucher Hôpital Bichat Paris. Dans le Monde. 78 000 décès par an. 13% de la mortalité maternelle. Illégal en toutes circonstances sauf pour sauver la vie d’une femme. Uniquement pour sauver la vie d’une femme + Protéger sa santé physique.

Download Presentation

L’interruption de grossesse

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


L interruption de grossesse l.jpg

L’interruption de grossesse

Dr Philippe Faucher

Hôpital Bichat

Paris


Dans le monde l.jpg

Dans le Monde


Slide4 l.jpg

78 000 décès par an


Slide5 l.jpg

13% de la mortalité maternelle


Slide6 l.jpg

Illégal en toutes circonstances sauf pour sauver la vie d’une femme

Uniquement pour sauver la vie d’une femme + Protéger sa santé physique

Sauver la vie d’une femme + Protéger sa santé physique + sa santé mentale

Sauver la vie + Protéger sa santé physique + sa santé mentale + raisons socio-économiques

Aucune restriction ; sur simple demande


Slide7 l.jpg

AVORTEMENT ET LEGISLATION DANS LE MONDE

Monde

Pays en développement

Pays développés

7 %

7 %

32 %

25 %

33 %

41 %

15 %

71 %

10 %

22 %

11 %

20 %

4 %

2 %

Interdit ou permis pour sauver la vie d’une femme

Permis pour protéger la vie d’une femme ou sa santé physique

Permis pour protéger la vie d’une femme ou sa santé physique ou sa santé mentale

Permis pour protéger la vie d’une femme ou sa santé physique ou sa santé mentale ou sur des critères socio-économiques

Autorisé sans restriction

New York: AGI, 1999, pp. 21-22.


Slide8 l.jpg

L’AVORTEMENT DANS LE MONDE

MONDE

PAYS

DEVELOPPES

P.E.V.D

Avortement par an pour 1,000 femmes 15-44 ans

Illegal

Legal


En europe l.jpg

En Europe


En france l.jpg

En France


Slide13 l.jpg

1810

Le code pénal punit de réclusion les personnes qui pratiquent, aident ou subissent un avortement. Les médecins et pharmaciens sont passibles des travaux forcés

1889

Paul Robin crée à Paris le premier centre d'information et de vente de produits anticonceptionnels

1920

Interdiction de la contraception et de l'avortement, crime passible de la cour d'assises. La propagande est interdite

1923

L'importation d'articles anticonceptionnels est interdite

1935

Le Dr Jean Dalsace ouvre à Suresnes le premier dispensaire de " Birth control "

1939

Code de la famille. Création de brigades policières chargées de traquer les " faiseuses d'anges ". La répression s'accroît

1941

Les personnes suspectées d'avoir participé à un avortement peuvent être déférées devant le tribunal d'Etat

1942

L'avortement est un crime d'Etat puni de mort. Une " avorteuse " est exécutée en 1943

1955

L'avortement thérapeutique est autorisé. Aux Etats-Unis, la pilule est mise au point

1956

Fondation de la " Maternité heureuse " qui devient le Mouvement français pour le planning familial en 1960

1967

Loi Neuwirth autorisant de la contraception. La publicité reste interdite

1972

Création des centres de planification et des établissements d'information

1973

Education sexuelle dans les collèges et lycées

1974

Remboursement de la contraception par l'assurance-maladie. Anonymat et gratuité pour les mineures et les non assurées sociales dans les centres de planification. Grande mobilisation féministe en faveur de l'avortement

1975

Loi Veil : légalisation de l'interruption volontaire de grossesse (lVG). Ouverture du refuge Flora Tristan pour femmes battues à Clichy

1979

Vote définitif de la loi sur l'IVG

1982

Remboursement de l'IVG par l'assurance-maladie

1990

Le RU 486, technique médicamenteuse est autorisée en milieu hospitalier

1991

La publicité sur les contraceptifs et préservatifs est autorisée sous certaines conditions

1992

Loi sanctionnant le harcèlement sexuel dans les relations de travail.Aggravation des peines pour les époux ou concubins auteurs de violences familiales

1993

Dépénalisation de l'auto-avortement et création du délit d'entrave à l'IVG

2000

La loi relative à la contraception d'urgence autorise la délivrance sans ordonnance des contraceptifs d'urgence non susceptibles de présenter un danger pour la santé. Cette délivrance s'effectue pour les mineures à titre gratuit dans les pharmacies. La loi autorise les infirmières des établissements d'enseignement du second degré à administrer une contraception d'urgence dans les établissements sous réserve d'une urgence ou de détresse caractérisée


Slide14 l.jpg

Evolution du nombre des IVG en France


Slide16 l.jpg

90%

259 IVG / 1000 naissances en 1990 et 258 IVG/1000 naissances en 2001


Slide17 l.jpg

  • L’âge moyen lors du premier rapport sexuel est stable depuis plusieurs années (1) .

  • Malgré une stabilisation depuis 1995 de l’utilisation du préservatif lors du premier rapport sexuel, la diminution des pratiques contraceptives chez les jeunes ne semble pas avérée (2)

  • 93,5 % des femmes potentiellement concernées par la contraception utilisent ainsi un moyen pour éviter d’être enceinte.

  • Ce taux est de 89,6 % parmi les jeunes filles âgées de 15 à 19 ans, et atteint 96,6 % parmi les jeunes femmes de 20 à 25 ans.

  • Après l’âge de 25 ans, il a plutôt tendance à diminuer mais ne va jamais en deçà de 93 %.

  • Les principales méthodes employées sont la pilule (59,9 %) et le stérilet (22,9 %). L’usage du préservatif concerne 12,8 % des femmes.

  • Le recours à la pilule du lendemain était encore relativement peu fréquent en 2000, malgré une augmentation au cours des années précédentes : 13,9 % des femmes de moins de 25 ans

  •  La vente des médicaments indiqués pour la contraception d’urgence a augmenté d’un tiers entre 2000 et 2003 en termes d’unités de vente (3)

1. BOZON Michel : « À quel âge les femmes et les hommes commencent leur vie sexuelle ? Comparaisons mondiales et

évolutions récentes », Populations & Société, n° 391, juin 2003, Ined.

2. GUILBERT Philippe, BAUDIER François, GAUTIER Arnaud : « Baromètre santé 2000 », CFES, 2001.

3. Source GERS-ville.


L gislation l.jpg

Législation

Loi du 3 Juillet 2001


Slide21 l.jpg

  • La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l'interruption de sa grossesse. Cette interruption ne peut être pratiquée qu'avant la fin de la douzième semaine de grossesse

  • Le médecin sollicité par une femme en vue de l'interruption de sa grossesse doit, dès la première visite, informer celle-ci des méthodes médicales et chirurgicales d'interruption de grossesse et des risques et des effets secondaires potentiels.

  • Il doit lui remettre un dossier-guide

  • Il est systématiquement proposé, avant et après l'interruption volontaire de grossesse, à la femme majeure une consultation avec une personne ayant satisfait à une formation qualifiante en conseil conjugal ou toute autre personne qualifiée dans un établissement d'information, de consultation ou de conseil familial, un centre de planification ou d'éducation familiale, un service social ou un autre organisme agréé.


Slide22 l.jpg

  • Si la femme renouvelle sa demande d'interruption de grossesse, le médecin doit lui demander une confirmation écrite; il ne peut accepter cette confirmation qu'après l'expiration d'un délai d'une semaine suivant la première demande de la femme

  • En cas de confirmation, le médecin peut pratiquer lui-même l'interruption de grossesse. S'il ne pratique pas lui-même l'intervention, il restitue à la femme sa demande pour que celle-ci soit remise au médecin choisi par elle et lui délivre en outre un certificat attestant qu'il s'est conformé aux dispositions des articles L. 162-3 (information donnée) et L. 162-5(délai de 7 jours)

  • Un médecin n'est jamais tenu de pratiquer une interruption volontaire de grossesse mais il doit informer, sans délai, l'intéressée de son refus et lui communiquer immédiatement le nom de praticiens susceptibles de réaliser cette intervention


L autorisation parentale l.jpg

L’autorisation parentale

  • Le maintien du principe du consentement parental

  • La décision de la jeune fille seule, par dérogation

  • L’accompagnement par une personne majeure


Les techniques d avortement l.jpg

Les techniques d’avortement


Slide25 l.jpg

Historique

1970 : Remplacement du curetage par l’aspiration manuelle ou électrique aux USA

1980 : Remplacement du curetage par l’aspiration manuelle ou électrique en Europe de l’Ouest

1986 : Commercialisation de l’avortement médicamenteux en France

1997: Commercialisation de l’avortement médicamenteux dans l’union européenne

 Les techniques utilisées sont fonction du terme de la grossesse et si possible du choix de la femme


L avortement chirurgical l.jpg

L’avortement chirurgical


M thodes de dilatation cervicale l.jpg

Méthodes de dilatation cervicale

  • Dilatation instrumentale


Aspiration l.jpg

Aspiration


La technique chirurgicale l.jpg

La technique chirurgicale

  • dilatation cervicale à l'aide de bougies de calibre croissant suivie de l'aspiration du contenu utérin

  • Une canule de calibre adapté est insérée a travers l'orifice cervical et reliée a un système d'aspiration

  • Initialement, la source de vide était une simple seringue actionnée manuellement L'aspiration est actuellement assurée par un système de vide spécifique a commande électrique relié a la canule par un tuyau flexible


Slide34 l.jpg

  • Le caractère complet de l’ interruption doit être confirmé immédiatement après l'aspiration par l'examen visuel du matériel aspiré

  • Cet examen permet notamment d'éviter une aspiration a l'évidence incomplète, mais aussi d'éliminer l'éventualité d'une grossesse extra-utérine

  • Les autres méthodes disponibles de contrôle de la vacuité utérine sont d'une part la réalisation d'un curetage doux afin de vérifier, par la sensation tactile transmise par la curette mousse, l'absence de rétention de matériel et d'autre part la réalisation d'une échographie en tin d' intervention


Slide35 l.jpg

  • Efficacité de la technique chirurgicale

  • Le tauxde succès de cette technique est très élevé ( 99,7%)

  • Avant 7 SA , le risque d'échec d'aspiration et donc de laisser le sac gestationnel en place est trois fois plus élevé qu’entre 7 et 12 SA

  • Pour Thonneau , le taux d'échecs n'est que de 0,5% .II est de 0 à 0,4 % selon les centres dans l’ étude de Elul

  • Bien qu'il n'y ait pas eu de comparaison directe et randomisée. on note que les taux d'échecs rapportés par technique chirurgicale restent inférieurs à ceux des techniques médicales d'IVG.

  • Le curetage seul sans aspiration utilisé comme méthode d'interruption de grossesse a été abandonné car peu fiable, exposant a un risque accru d'échec, à un allongement du geste chirurgical et à un risque imposant de synéchie utérine.


Slide36 l.jpg

Préparation cervicale

Misoprostol ( Cytotec, Gymiso ) : 2 comprimés per os, sublingual ou vaginal 3 heures avant l’aspiration

OU

Mifépristone ( Mifégyne) : 1 comprimé 36 à 48 heures avant l’aspiration


Complications l.jpg

Complications


Slide38 l.jpg

Complications mineures : 0.846%

Complications nécessitant une hospitalisation : 0.071% .

Hakim-Elahi E, Tovell HM, Burnhill MS. Complications of first-trimester abortion: a report of 170,000 cases. Obstet Gynecol. 1990 Jul;76(1):129-35


Slide39 l.jpg

Mortalité de l’avortement chirurgical

  • En France en 1963, 332 décès pour avortement provoqué

  • Dans les années 1985-1995 : 3 décès pour 1 million d’IVG

Aux USA,

en 1972 le taux de décès : 4,1 pour 100 000

En 1987 0,4 pour 100 000

 Influence de l’anesthésie générale


Slide40 l.jpg

Antibiothérapie prophylactique en cas

d’aspiration chirurgicale

La méta analyse de Sawaya portant sur des études randomisées publiées entre 1966 et 1994 comparant l’antibiothérapie au placebo a mis en évidence une diminution du risque relatif de développer une infection du post abortum grâce à l’antibiothérapie de plus de 50% (RR=0,58 95% CI : 0,47- 0,71)

 Interêt de l’ Azithromycine en monodose la veille de l’aspiration

Sawaya GF, Grady D, Kerlikowske K, Grimes DA. Antibiotics at the time of induced abortion: the case for universal prophylaxis based on a meta-analysis. Obstet Gynecol 1996;87:884–90


Slide41 l.jpg

Complications à court terme

Fréquence estimée

Déchirure cervicale

< 1%

Perforation utérine

0,01% à 2 %

Hémorragie

0,15%

Avortement incomplet

0,5% à 5,4%

Infection

5 à 20%

Complications immédiates


Slide42 l.jpg

  • Grossesses évolutives ( 1à 5 p 1000)

  • Incompétence cervicale

  • Synéchies utérines

  • Métaplasie ostéoïde de l’endomètre

  • Embolie amniotique

  • Méconnaissance d’une grossesse ectopique

  • Méconnaissance d’une grossesse molaire


Cons quences long terme de l ivg l.jpg

Conséquences à long terme de l’IVG

  • Risque de fausse couche spontanée

  • Risque de grossesse extra utérine

  • Anomalies de la placentation

  • Accouchement prématuré

  • Allo immunisation foeto maternelle

  • Fertilité


L avortement m dicamenteux l.jpg

L’avortement médicamenteux


D finition l.jpg

Définition

C ’est une interruption de grossesse, en général avant 9 semaines d ’aménorrhée, induite par des médicaments et sans recours à l ’avortement chirurgical


Slide46 l.jpg

Evolution de la part des IVG médicamenteuses


La mif pristone l.jpg

La Mifépristone


Avortement m dicamenteux m canisme d action de la mifepristone l.jpg

Avortement MédicamenteuxMécanisme d ’action de la Mifepristone

La mifepristone est une anti-progestérone qui se lie aux récepteurs de la progestérone et empêche la progestérone d ’exercer ses effets

HHR Effet

R HSP

AH

AHR hspPas d’éffet

D’après E.E.Baulieu


Slide49 l.jpg

Progesterone Blockade

Cervical

Ripening

Rhythmic

Uterine

Contractions

Decidual

Necrosis

Detachment

Expulsion

Abortion

© Lisa Penalver


Avortement m dicamenteux la proc dure l.jpg

Avortement MédicamenteuxLa Procédure

Jour 1Mifépristone (200mg ) Per Os (1 comprimé)

2 à 5% des femmes vont expulser entre J1 et J3

Jour 3Misoprostol(Cytotec®) 400 µg (2 comprimés) Voie orale ou Voie Vaginale

Immunoglobuline Anti-D si Rhésus négatif (50µg) Choix de la contraception

Jour 14 Visite de surveillance (contraception)


Slide54 l.jpg

  • Kahn JG. The efficacy of medical abortion: a meta-analysis

  • Contraception. 2000 Jan;61(1):29-40


Avortement m dicamenteux indications l.jpg

Avortement Médicamenteux Indications

1. Une femme enceinte demandant un avortement et souhaitant un avortement médicamenteux.

2. Une grossesse inférieure ou égale à 49 jours d’aménorrhée

3. Une Patiente bien informée

4. Une patiente chez qui un avortement chirurgical peut être difficile :

- Malformations Utérines

- Grossesse avec Hymen intact


Contre indications l.jpg

Pour la Mifépristone:

- Allergie connue à la Mifépristone

- Insuffisance Surrénale Chronique

- Porphyrie

Pour le Misoprostol:

- Allergie connue au Misoprostol

- Asthme Sévère

Contre-indications

Contre-indications de la méthode:

Troubles hémorragiques ou Traitements Anticoagulants

Grossesse ectopique confirmée ou suspectée

Stérilet en place (Ablation avant administration de la Mifépristone)

Anémie profonde

Contre-indications psychologiques


Slide57 l.jpg

ComplicationsMéta analyse de Kahn :54 études publiées entre 1991 et 1998 The efficacy of medical abortion: a meta-analysisContraception. 2000 Jan;61(1):29-40

  • Curetage hémostatique : 0.36 % à 0.54 % (miso)

  • Transfusion pour anémie : 0.18% à 0.26 % (miso)

  • Pas de cas d’hystérectomie rapportés

  • Endométrite : 0.01 % à 0.03 % (miso)

  • 5 infarctus du myocarde rapportés ( autre prostaglandine que le misoprostol ++)

  • Aucun décès dans cette méta analyse

  • 1 décès rapporté en 1991 avec l’utilisation de sulprostone ( Lancet 1991;337:969-70)


Slide58 l.jpg

  • 5 GEU ( 0.006%) avec 1 décès (refus de soins ++)

  • 13 cas d’hémorragie grave avec transfusion ( 0.016%) - 2 cas de GEU -11 cas de GIU : 1 transfusion 5 j après le miso 10 transfusions 7 – 20 j après le miso

  • 117 aspirations dont 50 faites pour hémorragie importante (0.06%) la majorité des aspirations ont été faites 10 jours ou plus après le misoprostol

  • 10 cas d’infections traités par antibiothérapie ( 0.006%) dont 1 cas grave


Slide59 l.jpg

Mortalité aux USA

  • IVG médicamenteuse : 0.8 pour 100 000

  • Fausses couches spontanées : 0.7 pour 100 000M. Saraiya, et al :Spontaneous abortion-related deaths among women in the United States — 1981–1991, Obstet. Gynecol.94 (1999), pp. 172–176

  • IVG en général : 0.7 pour 100 000Bartlett et al., Risk factors for legal induced abortion-related mortality in the United States, Obstet. Gynecol.103 (2004), pp. 729–737

  • Accouchement d’enfants vivants : 12.9 pour 100 000Berg et al, Pregnancy-related mortality in the United States, 1991–1997, Obstet. Gynecol.101 (2003), pp. 289–296

     Décès par choc anaphylactique après injection de Pénicilline : 2 pour 100 000


Pr cautions d emploi dans la notice de la mifegyne mais non valid es scientifiquement l.jpg

Précautions d’emploi dans la notice de la Mifegyne mais non validées scientifiquement

  • Pathologies cardio- vasculaires chroniques (valves, ATCD d’endocardite infectieuse….)

  • Allaitement

  • Fumeuses de plus de 35 ans

  • Utilisation des AINS


Avortement m dicamenteux effets ind sirables l.jpg

Avortement MédicamenteuxEffets indésirables

Continuum entre effets indésirables et complications

  • Douleurs

  • Saignements

  • Troubles digestifs

  • Fièvre, frissons

  • Malaise


Avortement m dicamenteux douleur l.jpg

Avortement MédicamenteuxDouleur

  • Présente dans 90% des cas selon les études américaines et dans 75% des cas dans les études françaises

  • D’intensité faible à sévère

  • Avec un pic d’intensité juste après la prise de Misoprostol (1 à 3 heures) et commence à disparaître peu après l’expulsion complète

  • Conduite à Tenir:

  • Prescription d’antalgiques au début du traitement

  • - Non opiacés: Paracétamol ou AINS

  • - Opiacés: Codéine ( à associer au Paracétamol)

  • Evaluation ultérieure nécessaire pour éliminer une complicationdevant :

  • - Persistance de la douleur

  • - Accompagnée de Métrorragies abondantes ou de fièvre


Saignements l.jpg

Saignements

  • L’élément le plus important de la surveillance post-avortement

  • Volume plus important que des menstruations normales

  • Durée moyenne: 10 jours ( de 1 à 60 jours)

  • Information de la patiente

  • Les Métrorragies abondantes sont quasi systématiques, mais deviennent une complication si elles sont cataclysmiques; elles nécessitent alors un geste chirurgical


Avortement m dicamenteux signes digestifs l.jpg

Avortement MédicamenteuxSignes Digestifs

Liés au Misoprostol

Nausée: 36-67%

Vomissement: 14-26%

Diarrhée: 8-23%

Augmentent avec une dose plus importante de Misoprostol et avec le terme de la grossesse

Généralement de courte durée et de faible intensité

Ne Nécessitent que rarement un traitement


Prise en charge de l ivg anaes 2001 l.jpg

Prise en charge de l’IVG ANAES 2001

  • « Il semble donc qu’il soit possible de proposer la mise en pratique à domicile de l’IVG médicamenteuse »

  • « Certaines précautions paraissent nécessaires »

  • « Les modalités pratiques de réalisation nécessitent ,le jour de la prise de mifépristone à l’hôpital que les comprimés de misoprostol soient confiés à la patiente pour qu’elle les prenne à domicile 36 à 48 heures plus tard »


Les pr cautions l.jpg

Les précautions

  • Distance entre le domicile de la patiente et le centre hospitalier référent limitée ( par exemple moins d’une heure de transport) et possibilité de le joindre et/ou de s’y rendre 24h/24

  • Choix laissé à la patiente du lieu, hôpital ou domicile,de réalisation de l’IVG et patiente accompagnée par un proche à domicile

  • Précautions particulières d’information de la patiente notamment sur la conduite à tenir en cas d’hémorragie

  • Évaluation medico psycho sociale des patientes éligibles pour ce type de procédure

  • Prise en charge « anticipée » de la douleur à domicile . Un arrêt de travail doit être également envisagé par avance

  • Limitation à 7SA des IVG à domicile

  • Importance d’insister sur la nécessité de la visite de contrôle, 10 à 15 jours après l’IVG comportant au minimum un examen clinique et le recours facile à l’échographie pour vérifier la vacuité utérine


Ivg m dicamenteuse du gyn cologue au g n raliste l.jpg

IVG médicamenteuse :du gynécologue au généraliste


Slide68 l.jpg

Informer la patiente sur les différentes méthodes d'interruption volontaire de grossesse et sur leurs éventuelles complications

Délivrer à la femme une information complète sur la contraception et les maladies sexuellement transmissibles

Faire le diagnostic de grossesse intra utérine normalement évolutive

Vérifier l’absence de contre indications aux drogues utilisées ou à la méthode médicamenteuse

Respecter les formalités administratives et législatives: signature de feuilles de consentement, établissement de statistique…

Préciser à la femme le protocole à respecter pour la réalisation de l'interruption volontaire de grossesse par mode médicamenteux

Administrer les médicaments : Mifépristone, Misoprostol,antalgiques, γglobulines

Informer la femme sur les mesures à prendre en cas de survenue d'effets secondaires ou de complications

Savoir s’assurer du succès de la méthode


La surcharge de travail l.jpg

La surcharge de travail

  • Appels téléphoniquesAucun appel : 78.33 % Un seul appel : 19.16 % 2 à 5 appels : 2.5% I. Dagousset Gynecol Obstet Fertil. 2004 Jan;32(1):28-33

  • Visites supplémentaires au cabinet

    5% des patientes sont venues consulter avant la date prévue de la visite de contrôle

    5% des patientes ont été adressée à l’hôpital pour un avis et/ou une prise en charge P.Faucher Gynecol Obstet Fertil 33 (2005): 220-227


Recommandations anaes l.jpg

Recommandations ANAES


Jusqu 7 sa 49 jours l.jpg

Jusqu’à 7 SA (49 jours)

  • La technique chirurgicale expose à un risque d’échec inférieure à la technique médicale

  • Ce risque d’échec est plus important à cet âge gestationnel que plus tardivement

  • La technique médicale est utilisable à domicile ou en hospitalisation

  • Le protocole recommandé est:-Mifépristone 200 mg per os -Misoprostol 400 mcg par voie orale ou vaginale 36 à 48 h plus tard


8 me et 9 me sa de 50 63 jours l.jpg

8ème et 9ème SA ( de 50 à 63 jours)

  • La technique chirurgicale est la technique de choix

  • La technique médicale doit être utilisée en milieu hospitalier

  • Le protocole recommandé est :- Mifépristone 200 mg per os (?)- Misoprostol 400 mg par voie orale ou vaginale (?) 36 à 48h plus tard -Si l’expulsion ne s’est pas produite dans les 3 h, une deuxième dose de 400 mcg de misoprostol peut être administrée (?)

  • Les deux techniques sont utilisables selon les disponibilités et le choix de la patiente


De la 10 me la 12 me sa de 64 84 jours l.jpg

De la 10ème à la 12ème SA ( de 64 à 84 jours)

  • La technique chirurgicale est la technique de choix

  • La technique médicale n’est pas recommandée


13 me et 14 me sa de 85 98 jours l.jpg

13ème et 14ème SA ( de 85 à 98 jours)

  • La technique chirurgicale est la technique de choix

  • L’évacuation utérine repose sur une aspiration

  • Cette technique requiert une formation spécifique

  • La technique médicale n’est pas recommandée, sauf cas particulier

  • Dans ce cas, le protocole repose sur: - Mifépristone 200mg per os - Misoprostol 800 mcg par voie vaginale 36 à 48 h plus tard

  • Une hospitalisation conventionnelle doit être prévue

  • Une analgésie péridurale doit pouvoir être disponible à la demande

  • Une révision utérine doit être réalisée, soit systématiquement, soit en fonction du contrôle échographique de la vacuité ou non de l’utérus


  • Login