Nouvelles pratiques de d pistage en france table ronde
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 9

NOUVELLES PRATIQUES DE DÉPISTAGE EN FRANCE – TABLE RONDE : PowerPoint PPT Presentation


  • 52 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Dépistage et prévention de l’infection par le VIH et d’autres IST en CDAG / CIDDIST : Partage de l’expérience du CiDAG du Figuier et mise en perspective après la recherche drag. DE NOUVELLES RECOMMANDATIONS QUI N’ÉLUDENT PAS CERTAINS FONDAMENTAUX D’UNE ACTION OPTIMALE EN CIDAG.

Download Presentation

NOUVELLES PRATIQUES DE DÉPISTAGE EN FRANCE – TABLE RONDE :

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Nouvelles pratiques de d pistage en france table ronde

Dépistage et prévention de l’infection par le VIH et d’autres IST en CDAG / CIDDIST : Partage de l’expérience du CiDAG du Figuier et mise en perspective après la recherche drag

  • DE NOUVELLES RECOMMANDATIONS QUI N’ÉLUDENT PAS CERTAINS FONDAMENTAUX D’UNE ACTION OPTIMALE EN CIDAG.

  • INTÉRÊTS INDIVIDUELS ET COMMUNAUTAIRES EN SANTÉ PUBLIQUE D’ACTIONS CONCERTÉES POUR DIFFÉRENTES POPULATIONS D’UN TERRITOIRE, NOTAMMENT S’AGISSANT DE LA POPULATION GAY.

  • LA COMPLÉMENTARITÉ DE LA COMBINAISON DES ACTIONS ASSOCIATIVES ET MÉDICALES DE DÉPISTAGE ET DE PRÉVENTION EST UNE HYPOTHÈSE À EXPLOITER ET À ÉTUDIER.

NOUVELLES PRATIQUES DE DÉPISTAGE EN FRANCE – TABLE RONDE :

Dr Philippe DHOTTE

CMS/CiDAG/CIDDIST du Figuier – DASES – SDS .


Conflits d int r ts 2010 2011

  • Majeur : aucun

  • Mineur : Vice-Président de l’association VIGIE (Club des jeunes cliniciens contre le VIH) – logistique de deux séminaires par an sponsorisée par Abbott France.

CONFLITS D’INTÉRÊTS 2010 / 2011


Quelques fondamentaux en cdag ciddist 1

  • Le sens du « I » de CiDAG dans plusieurs CDAG parisiens et peut-être en province.

    Un « I » apparu dans « CiDDiST ».

  • Ressenti nécessaire d’une acceptation sincère des différences -> élément important pour les consultants ; notamment les HSH, mais pas seulement…

  • Expressions par les soignants de cette acceptation et d’une capacité au dialogue sur la sexualité, les risques et la prévention : accueil, non jugement, postures, connaissances, écoute active si nécessaire et souhaité.

  • Connaissance du « contexte local » par les médecins et les infirmières pour limiter les a priori.

quelques fondamentaux en CDAG/CIDDIST (1)


Quelques fondamentaux en cdag ciddist 2

  • Formation des professionnels de santé et d’accueil « réaliste » et adaptée au territoire. Diversification des rôles.

  • CRIPS, SFLS, Sida-Info-Service…

  • Intérêt de réunions d’équipe avec une ou plusieurs rencontres annuelles avec des associations de populations à risques et « sur-représentées » ou non.

  • Rôle possible des membres associatifs des COREVIH pour des formations « en interne », notamment sur les territoires où des formations plus « lourdes » ou difficiles d’accès ne semblent pas souhaitées (ou peu pertinentes) par les équipes de soignants déjà en place.

quelques fondamentaux en CDAG/CIDDIST (2)


Nouvelles pratiques de d pistage en france table ronde

Intérêts d’actions territoriales concertées (1)

  • Intérêts individuels d’un système diversifié et renforcé

  • Citons notamment :

  • plus de liberté de choix du mode de dépistage et accès facilité, connaissance du statut VIH hors des « systèmes dédiés », accès gratuit à un dépistage de qualité en contexte associatif non ou peu médicalisé, réduisant les inégalités d’accès.

  • Intérêts communautaires, notamment en population HSH

  • Viser la réduction de la circulation du VIH et

  • d’autres IST ; et les dépistages tardifs.

  • -> augmentation de la fréquence des tests (classiques

  • +/- TROD), dépistage des primo, traitement des IST.

  • => bénéfice à évaluer, suivis anonymes informatisés ?


Nouvelles pratiques de d pistage en france table ronde

Intérêts d’actions territoriales concertées (2)

  • Vers un maillage territorial plus cohérent…

  • Action médicale localisée en CDAG/CIDDIST ou autres dispositifs « classiques » (labo, hôp., MG…).

  • Action associative localisée : entretiens et dépistage (TROD) ou entretiens et groupes de parole (sans TROD) bien adaptés aux HSH ou d’autres populations à risques.

  • Actions médicales délocalisées courtes à « logistique lourde » impactant peu les services.

  • Actions associatives ou médicales délocalisées +/- pérennes sur sites spécifiques ; « à logistique légère (TROD) » Activité attendue modérée mais prévalences élevées. Orientations +++

Test négatif


Nouvelles pratiques de d pistage en france table ronde

Combinaison des actions associatives et médicales

après DRAG (1)

  • Quelques données concernant le CIDAG/CIDDIST du Figuier :

    En 2010, 21096 consultations CDAG ou CIDDIST, 9881 tests VIH.

    51 personnes VIH+ soit une prévalence globale de0,52 %.

    10 % au stade de primoinfection (toutes chez des HSH).

    HSH : 90 % des usagers VIH positifs au CMS du Figuier.

    Analyses sur 1er trim. 2011en sélectionnant lapopulation des HSH :

    Hommes hétéro. : 63 %, HSH : 36 % (Trans.: 0 %, NR ou sans: 1 %).

    Prévalence du VIH chez HSH ->2,7 % (n= 12 / 441).

 Pertinence du territoire et de l’identification du CDAG/CIDDIST par les HSH ; mais un service public ne sélectionne pas une population alors qu’une association…

Test positif


Nouvelles pratiques de d pistage en france table ronde

Combinaison des actions associatives et médicales

après DRAG (2)

Perspectives

- Extension des stratégies de dépistage selon les zones de prévalence et les populations exposées. Amélioration des capacités associatives et médicales de suivi et d’orientations réciproques.

- Usage de TROD du VIH dans certaines situations (Méd.+ Asso.+++) et à des horaires adaptés. Complémentarité des dispositifs et non substitution.

- Meilleure intégration des CDAG et CIDDIST : potentiel de détection de VIH+ augmenté par des activités de diagnostic et de traitement de certaines IST (+/- TPE extra-hospit.) sur les territoires à haute prévalence ; structures territoriales partenaires de structures de référence nominatives (hôpitaux…).

- Mécanismes et efficacité réels des orientations et de dépistage des VIH+ à étudier et évaluer en continu.

PDH ANRS 06/05/2011

8


Nouvelles pratiques de d pistage en france table ronde

Conclusion

  • Les CDAG et CIDDIST puis le système qui leur succédera devraient être renforcés en moyens, missions et partenariats (adaptations selon prévalences de chaque territoire et performances actuelles).

  • Les associations peuvent utilement réaliser des actions pérennes de dépistage et de prévention à des horaires appropriés et au contact des personnes les plus concernées (moyens & militants!…).

  • Les TROD du VIH ne sont qu’un moyen supplémentaire de tendre vers des objectifs communs et d’adapter le système de dépistage.

  • L’amélioration et l’extension des dispositifs localisés et délocalisés doivent être des opportunités de dépister plus sans omettre une information de qualité et des orientations réciproques efficaces, dans l’intérêt de nos usagers.


  • Login