Strat gies th rapeutiques de l asthme
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 35

STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES DE L’ASTHME PowerPoint PPT Presentation


  • 114 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES DE L’ASTHME. les principes fondamentaux du traitement médicamenteux.  A gir sur les 2 composantes de l’asthme. Inflammation permanente Hyper réactivité bronchique. Obstruction : variable dans le temps - réversible. ß2 MIMÉTIQUES. ANTI INFLAMMATOIRES.

Download Presentation

STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES DE L’ASTHME

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Strat gies th rapeutiques de l asthme

STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES DE L’ASTHME


Les principes fondamentaux du traitement m dicamenteux

les principes fondamentaux du traitement médicamenteux

 Agir sur les 2 composantes de l’asthme

Inflammation permanente

Hyper réactivité bronchique

  • Obstruction :

  • variable dans le temps

  • - réversible

ß2 MIMÉTIQUES

ANTI INFLAMMATOIRES

AE 01/2005


Quelles strat gies th rapeutiques

QUELLES STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES ?

  • ANAES, 1995

  • GINA, 2002

  • ANAES, 2004

    GINA : Global Initiative for Asthma (National Institutes of Health) - www.ginasthma.com

AE 01/2005


Dans la pratique le mg est confront 3 types de situations

Dans la pratique le MG est confronté à 3 types de situations

  • L’initialisation du traitement

  • Le renouvellement de traitement

  • La crise

AE 01/2005


Quelle que soit la situation les principes fondamentaux

Quelle que soit la situation : les principes fondamentaux

  • Eduquer  établir des plans thérapeutiques individuels pour la prise en charge :

    • de l’asthme au long cours

    • de la crise d’asthme

  • Gérer l’exposition aux facteurs de risque (si possible) : allergie, infections, activité professionnelle, sportive…

  • Vérifier l’observance +++

  • Assurer un suivi régulier

AE 01/2005


Strat gies th rapeutiques de l asthme

Les principes

fondamentaux (1) :

Éduquer

AE 01/2005


Strat gies th rapeutiques de l asthme

Éduquer

nos patients

AE 01/2005


Duquer

ÉDUQUER

  • Apprendre à utiliser les formes inhalées

  • Apprendre à réaliser un DEP

  • Gérer le traitement au long cours

  • Gérer la crise

AE 01/2005


Les sprays technique de prise

Les sprays Technique de prise

AE 01/2005


Strat gies th rapeutiques de l asthme

et les professionnels

de santé !

www.ginasthma.com

AE 01/2005


Les principes fondamentaux 2 v rifier l observance

les principes fondamentaux (2) : vérifier l’observance

  • Consultation « dans les délais »

  • ß2 « dans la poche »

  • Manque des médicaments ?

  • Crises ?

AE 01/2005


1 le nouveau traitement

1 - Le nouveau traitement

  • Expliquer la maladie : rassurer mais informer

  • Apprendre à gérer son traitement

    • utiliser les formes inhalées

    • réaliser un DEP

    • Gérer le traitement au long cours

    • Gérer la crise : signes; que faire; quand appeler le médecin; les N° d’urgence

  • Revoir sous 1 mois

  • AE 01/2005


    2 le renouvellement du traitement

    2 - Le renouvellement du traitement

    • Interrogatoire : crises ? difficultés ?

    • Vérifier l’observance : (Consultation « dans les délais », ß2 « dans la poche », Manque des médicaments ?, Crises ?

    • Vérifier le maniement des formes inhalées

    • Examen clinique

    • Renouvellement traitement : recherche de « la plus petite dose efficace »/paliers de 3 mois

    AE 01/2005


    3 la crise

    3 - La crise

    • Evaluer la gravité

      . toux, essoufflement, sibilants, oppression thoracique, tirage sous-sternal, difficultés à parler

      . DEP < 80% de la meilleure valeur personnelle ou des valeurs prédites

      . ATCD de crises graves

    • Traitement

      • ß2 inhalés, avec chambre d’inhalation si besoin: 10-100 bouffées (bouteille)

      • Si pas de réponse suffisante

        • ß2 sc

        • Corticoides (5 à 10mg/kg)

      • SURVEILLANCE sur 3heures

      • HOSPITALISATION devant non réponse ou réaggravation

    AE 01/2005


    Quelle s forme s

    Quelle(s) forme(s) ?

    • Préférer les formes inhalées aux formes orales ou parentérales

    AE 01/2005


    Les formes inhal es

    Avantages

    Diminution des effets secondaires généraux (faible passage systémique)

    Augmentation de l’efficacité locale

    Rapidité d ’action (ß2)

    Inconvénients

    Effets secondaires locaux (toux, candidose, raucité de la voix)

    Nécessité d ’une coordination inspiratoire (apprentissage ++)

    Encombrement du dispositif

    Coût

    Goût

    Les formes inhalées

    AE 01/2005


    Pharmacologie des m dicaments inhal s

    Pharmacologie des médicaments inhalés

    • Le dépôt des particules inhalées dépend :

      • De leur taille +++

      • De leur vitesse

      • De la géométrie des bronches

    • Les traitements inhalés efficaces dans l’asthme sont ceux qui atteignent les récepteurs bronchiques et s’y déposent

    AE 01/2005


    Ph nom nes physiques r gissant le d p t des particules inhal es 1

    Phénomènes physiques régissant le dépôt des particules inhalées (1)

    • Impaction

      • Concerne les particules dont le Mass Median Aerodynamic Diameter (MMAD) > 7 microns

      • Favorisée par une inspiration rapide

      • Arrête les molécules au niveau de l ’oropharynx et des bifurcations bronchiques

    • Diffusion

      • Concerne les particules les plus petites (MMAD < 0,5 micron)

      • Porte peu de produit actif

      • Déposition insignifiante : 80 % des molécules restent en suspension avant d’être expirées

    AE 01/2005


    Ph nom nes physiques r gissant le d p t des particules inhal es 2

    Phénomènes physiques régissant le dépôt des particules inhalées (2)

    • Sédimentation

      • Concerne les particules de MMAD de 1 à 7 microns

      • Les particules descendent vers les bronches sous l’action de la pesanteur

      • Intéresse les particules dites « respirables »

      • A lieu au niveau des bronches et des alvéoles

      • Favorisée par les faibles débits inspiratoires et une pause respiratoire après l’inspiration

        (le diamètre d’une bronchiole terminale est de 0,5 mm : 100 fois celui de ces particules)

    AE 01/2005


    Les sprays

    Les sprays

    • Principe

      • Liquide en solution ou suspension dans un flacon métallique (canister)

      • Gaz propulseur (CFC en cours de remplacement par HFA)

      • Après pression, les particules se fractionnent et ralentissent, d’autant plus que le spray est loin de la bouche (8 à 12 cm)

      • Le diamètre médian des particules est de 6,5 microns

    • Avantages et inconvénients

      • Peu encombrant

      • Même si la technique est bien réalisée, seuls 8 à 25 % de la dose atteint les voies aériennes (dont 40 % les alvéoles, et 60 % les bronches)

      • Pas de compteur de doses (voir la « flottabilité »)

      • Difficultés de coordination « main-bouche » pour certains patients

    AE 01/2005


    Les sprays remarques

    Les sprays : remarques

    • Pour améliorer la prise :

      • Chambre d ’inhalation incorporée (Beclojet*)

      • Armement préalable (Autohaler* pour Maxair*, Airomir*, Prolair*, Qvar*) :laisser libre les évents de la base, ne pas déclencher 2 fois le canister dans la même inspiration

    • En cas d’échec :

      • Discuter l’intérêt d ’une chambre d’inhalation

      • Utiliser une « poudre sêche »

    • Dans tous les cas rincer à l’eau la partie plastique du spray, se rincer la bouche si CSI

    AE 01/2005


    Chambres d inhalation 1

    Chambres d’inhalation (1)

    Avantages

    • Augmentent la distance spray-bouche et diminue la taille des particules (MMAD = 3 microns) =>

      • moins de dépôts oro-pharyngés

      • plus de dépôts dans les voies aériennes sous glottiques donc moins d’effets secondaires locaux

      • plus d’efficacité

    • Contourne le problème de la coordination grâce à une valve

    Inconvénients

    • Dépôt de particules dans la chambre, mais il s’agit de particules

    • de gros diamètre appelées à s’impacter

    • Encombrement et coût supplémentaire

    • Entretien, apprentissage

    AE 01/2005


    Chambres d inhalation 2

    Chambres d’inhalation (2)

    • Différences

      • Taille, volume, forme, prix

      • Charge électrostatique (moindre si métallique)

      • Pas de différence majeure entre les différentes chambre en terme d’efficacité, mais incompatibilité (embouts différents)

    • En pratique

      • Respirer calmement dans la chambre

      • Déclencher le spray (1 à 5 bouffées)

      • S’assurer de la bonne mobilisation des valves (à changer tous les 6 mois)

      • Ne pas mélanger les produits en même temps : perte de produit du à la durée de remplacement du spray, turbulence accrue dans la chambre

      • Laver la chambre 1 fois/sem (Palmolive*, pas de savon, pas de frottement contre la paroi en plastique)

    AE 01/2005


    Chambres d inhalation disponibles

    Chambres d’inhalation disponibles

    AE 01/2005


    Les poudres s ches 1

    Les poudres sèches (1)

    • Principe

      • Poudre conditionnée en dose unique ou en vrac

      • C’est l’inspiration qui entraîne la poudre (plus rapide++)

    • Avantages et inconvénients

      • Peu encombrant

      • Pas de coordination main-inspiration

      • Compteur de doses restantes (plus ou moins précis)

      • Meilleure déposition dans les voies aériennes (14 % vs 8 %)

      • Pas de goût

      • Sensibilité à l’humidité

    AE 01/2005


    Les poudres s ches 2

    Les poudres sèches (2)

    • Dans tous les cas

      • Enlever le bouchon, ou ouvrir l’opercule

      • Vérifier la présence de produit (compteur ou gélule)

      • Mettre l’embout en bouche

      • Inspirer rapidement et profondément

      • Maintenir une apnée de 5 à 10 secondes

    • Les différences

      • Monodose : Foradil* (retirer la gélule après usage)

      • Multidose :

        • Ventodisks*, Diskus*

        • Turbuhaler*, Clickhaler*, Easyhaler*

    AE 01/2005


    Les bronchodilatateurs inhal s

    Les bronchodilatateurs inhalés

    AE 01/2005


    Les anti inflammatoires inhal s

    Les anti-inflammatoires inhalés

    AE 01/2005


    Les associations

    Les associations

    AE 01/2005


    N bulisations

    NÉBULISATIONS


    N bulisations 1

    Nébulisations (1)

    • Principe

      • Création d’un brouillard d’aérosol, à partir d’une solution ou d ’une suspension

    • Avantages

      • Posologies locales très importantes

      • Pas de coordination

    • Inconvénients

      • Encombrement et coût

      • Nécessité d’un « moteur » de propulsion (électrique pour les ultrasoniques, ou pneumatique)

      • Parfois mauvaise tolérance du masque de nébulisation

    AE 01/2005


    N bulisations 2

    Nébulisations (2)

    • La prescription doit préciser

      • Le principe actif

      • La dose par séance

      • La dilution

      • La durée de la séance (arrêt de la formation du brouillard), le nombre de séances par jour, et la durée du traitement

      • Le type de nébuliseur, et son réglage si besoin

      • L’interface entre nébuliseur et visage

      • Le moment des séances par rapport aux autres soins (kinésithérapie)

    AE 01/2005


    N buliseurs pneumatiques

    Nébuliseurs pneumatiques

    • Principe

      • Un gaz (air ou oxygène) sous pression se détend dans une cuve de liquide via un gicleur

      • Il projette des filets liquidien sur un déflecteur qui crée de fines gouttelettes

    • Avantages

      • Applicable à tout liquide

      • Amélioré par un système de valve pour éviter la déperdition expiratoire

    • Inconvénients

      • Encombrant

      • Nécessité d’un gaz sous pression

    AE 01/2005


    N buliseurs ultrasoniques

    Nébuliseurs ultrasoniques

    • Principe

      • Un courant électrique alimente un oscillateur alternatif électronique qui déforme un cristal ou une céramique piézo électrique

      • Les vibrations sont transmises à une solution de médicaments, et des gouttelettes se forment. Leur diamètre est inversement proportionnelle à la puissance des ultrasons

    • Avantages

      • Insonores

    • Inconvénients

      • L’énergie des ultrasons peut directement ou par échauffement dénaturer le médicament

      • Inutilisable avec solutions huileuses

    AE 01/2005


    Comment respirer un a rosol

    Comment respirer un aérosol ?

    • Via un embout buccal, ou plus souvent (crise d’asthme) via un masque léger

    • Respiration si possible lente (10 à 15 cycles par minutes) et profonde, avec courtes pauses de 5 secondes en fin d’inspiration

    • Position assise avec le dos droit

    AE 01/2005


  • Login