Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 50

Nations Unies Commission Économique pour l’Afrique (CEA), bureau pour l’Afrique du nord (AN) PowerPoint PPT Presentation


  • 86 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Nations Unies Commission Économique pour l’Afrique (CEA), bureau pour l’Afrique du nord (AN). Marrakech les 19 & 20 février 2007 Forum : « Pour une croissance intégrée créatrice d’emplois » Atelier « Concilier facilitation du commerce et conformité avec les normes de gouvernance financière ».

Download Presentation

Nations Unies Commission Économique pour l’Afrique (CEA), bureau pour l’Afrique du nord (AN)

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Nations UniesCommission Économique pour l’Afrique (CEA), bureau pour l’Afrique du nord (AN)

Marrakech les 19 & 20 février 2007

Forum : « Pour une croissance intégrée créatrice d’emplois »

Atelier « Concilier facilitation du commerce et conformité avec les normes de gouvernance financière »


Atelier concilier facilitation du commerce et conformit avec les normes de gouvernance financi re

Atelier« Concilier facilitation du commerce et conformité avec les normes de gouvernance financière »

Les réformes financières en Afrique du nord

Karim BEN KAHLA,

Maher GASSAB,

Hatem SALAH


Plan de la pr sentation

Plan de la présentation

  • Contenu des réformes

  • L’impact des réformes

    • Les critères de performances

    • Les indicateurs d’approfondissements financiers

    • Les indicateurs d’efficience

    • Les indicateurs de concentration

  • Conclusion/recommandations


I contenu des r formes

I. Contenu des réformes


Les r formes financi res se sont accompagn es de programme de stabilisation

Les réformes financières se sont accompagnées de programme de stabilisation


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Ces réformes avaient pour objectif de :

    • Renforcer le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation du crédit

    • Améliorer la capacité des institutions financières à mobiliser l’épargne

    • Améliorer l’efficacité de la politique monétaire

    • Encourager la concurrence entre institutions financières


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Les réformes ont été centrées initialement sur les banques.

  • Au Maroc et en Tunisie, ces réformes ont été suivies par des réformes des bourses et de programmes de privatisation.

  • Dans tous les pays, plus d’autonomie a été donnée aux Banques centrales


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Les étapes

  • Libéralisation des taux d’intérêt

  • Suppression du contrôle des crédits

  • Nouveaux instruments financiers pour le budget

  • Politique monétaire

  • Approfondissement financier

  • Réglementation prudentielle et supervision

  • Libéralisation du compte capital

  • Incitation à la concurrence


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Libéralisation des taux d’intérêt

    Objectif : assurer des taux d’intérêt réels positifs

  • Algérie :

    • Unification des taux d’intérêt privé/public et des critères d’éligibilité pour le refinancement

    • Libéralisation des taux sur les dépôts en 1990

    • Plafond des taux sur les prêts remplacé par des limites sur les spreads en 1994

    • Limites sur les spreads abolies en 1995


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Libéralisation des taux d’intérêt (suite 1)

  • Maroc :

    • Augmentation des taux d’intérêt à partir du début des années 80

    • Le traitement préférentiel des secteurs prioritaires a été soit réduit soit éliminé

    • Libéralisation des taux d’intérêt sur les dépôts à terme

    • En 1991, le plafond des taux sur les prêts remplacé par des limites sur les spreads

    • En 1996, le contrôle sur les taux d’intérêt est éliminé


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Libéralisation des taux d’intérêt (suite 2)

  • Tunisie :

    • En 1987, les taux servis sur les prêts de plus de 3 mois libéralisés

    • Les taux sur les comptes spéciaux alignés sur ceux du taux de marché monétaire (TMM)

    • Les taux servis sur les prêts sont déterminés avec une marge de 3% au dessus du TMM

    • En 1990, tous les taux pour secteurs prioritaires augmentés

    • En 1994, les taux pour secteurs non prioritaires complètement libéralisés

    • En 1996, abolition du traitement préférentiel des secteurs prioritaires


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Suppression du contrôle des crédits

    Objectif :Suppression des obligations de financement du budget et des entreprises publiques

  • Algérie :

    • Le retrait de l’état des investissements reliés aux entreprises publiques en 1987

    • Plus d’autonomie pour la Banque centrale en terme de politique monétaire en 1990

    • Plus d’autonomie pour les banques dans leurs opérations et décisions

    • Suppression progressive des obligations imposées aux banques d’acheter des bons du trésor


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Suppression du contrôle des crédits (suite 1)

  • Maroc :

    • Entre 1991 et 1993, l’obligation d’acheter des bons du trésor et bons émis par les banques de développement a été éliminée par étape

    • En 1996, les incitations accordées aux PME et le secteur des entreprises exportatrice ont été éliminées

    • Les exonérations et subventions fiscales accordées sur les bons du trésor ont été éliminées


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

  • Suppression du contrôle des crédits (suite 2)

  • Tunisie :

    • En 1988, élimination des autorisations préalables par la Banque centrale

    • En 1990, élimination du traitement préférentiel des entreprises publiques

    • En 1994, élimination de l’obligation d’acheter des bons du trésor et autres instruments de dette publique,

    • En 1996, élimination des ratios de financement et financement préférentiel des secteurs prioritaires


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

3) Nouveaux instruments financiers pour le budget

  • Introduction d’un système de vente aux enchères des bons du trésor (Algérie 95; Maroc et Tunisie 89)

  • Utilisation du marché monétaire pour la vente aux enchères des bons

  • Financement du déficit selon les conditions du marché (Tunisie)

  • Accès plus strict à la Banque centrale


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

4) Politique monétaire

  • Adoption progressive d’instruments indirects reposant sur les mécanismes du marché

  • Développement du marché interbancaire

  • Contrôle de la liquidité par le biais de :

    • Ratio de réserves obligatoires

    • L’allocation du refinancement aux enchères sur le marché monétaire (appel d’offres, prise en pension)

  • Généraliser les opérations d’open market


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

5) L’approfondissement financier

  • Amélioration du fonctionnement des bourses

  • Privatisation des Bourses (Maroc et Tunisie) et augmentation de capitalisation à partir de 1993

  • Obstacles :

    • Entreprises de taille petite, propriété familiale, manque de liquidité.


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

6) Réglementation prudentielle et supervision

  • Plus d’autonomie pour la Banque centrale

  • Adoption des standards internationaux en termes de solvabilité et de risque (Bâle I & Bâle II)

  • Au Maroc, en 1996, adoption d’un système d’assurance dépôt

  • En Algérie, en 1995, nouvelles mesures de réglementation prudentielle relatives à la :

    • concentration des risques,

    • la classification des prêts et provisions


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

7) Libéralisation du compte de capital

  • Processus progressif visant à :

    • Améliorer l’allocation des réserves de change

    • Attirer les IDE

    • Inciter à la concurrence par le biais des banques étrangères


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

8) Incitation à la concurrence

  • Favoriser l’entrée des banques étrangères

  • Abolition de la spécialisation sectorielle des banques

  • Autonomie plus grande aux banques dans leurs de décisions de prêts

  • En 1993, le Maroc a aboli la segmentation entre banque de développement et banques commerciales

  • En 2000, la Tunisie a élargie le domaine d’opération des banques étrangères


Ii l impact des r formes

II. L’impact des réformes


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

1) Les critères de performance

  • Les critères de performance conventionnels ont trait à l’approfondissement financier :

    • Taux d’intérêt réels

    • Le ratio M2/ PIB

  • Ces indicateurs ne tiennent pas compte de plusieurs facteurs importants


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

D’autres facteurs sont aussi importants :

  • L’ouverture aux flux de capitaux étrangers

  • L’endettement public domestique

  • Le développement des institutions financières non bancaires

  • La concentration bancaire

  • Le cadre légal : respect des termes de contrats

  • Le volume de crédit distribué au secteur privé


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

D’autres facteurs sont aussi importants (suite 1) :

  • Efficience en termes de capacité à mobiliser les dépôts

  • Efficience en termes de capacité à réduire le ratio des crédits non performants

  • Degré de sophistication des produits financier et des instruments de politique monétaire

  • Le recours à des indices composites s’impose


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Graphique 3: L’évolution du ratio M2/PIB

(Source: World Bank Group, (2006), World development indicators.)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Taux d'Intérêt Réel (taux débiteur en pourcentage)

(Source : World Bank Group (2006), Global Development Finance)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

2) Les indicateurs d’approfondissement financier


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Graphique 1 : Évolution de l’indice de développement financier 2000-2001 ; 2002-2003

(Source : Creane et Al (2004)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

(Source: World Bank Group, (2005), (2006), World development indicators.)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

(Source: World Bank Group, (2005), World development indicators.)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

(Source: World Bank Group, (2005), World development indicators.)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

(Source: World Bank Group, (2005), World development indicators.)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

(Source: World Bank Group, (2005), World development indicators.)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Graphique 5 : Évolution du ratio Dépôts bancaires / PIB par pays et par année

(Source : World Bank Group (2006), Global Development Finance)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Graphique 6 : Évolution du ratio crédits au secteur privé par les

Banques de dépôt/PIB

(Source : World Bank Group (2006), Global Development Finance)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

(Source : World Bank Group (2005), Global Development Finance)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

3) Les indicateurs d’efficience


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Tableau 6 : Marges d’intermédiation en 2005

(Source: Lopez-Claros A, Schwab K, Porter M (2006),


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Tableau 7: Évolution des crédits accrochés en Afrique du Nord

(Sources : World Bank; Development, IMF. (2006). Global Financial Stability Report :

Market Development and issues, * source Creane & al (2004), ** Fitch rating)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Graphique 12 : Évolution des coûts opératoires/Total bilan desbanques

(Source : World Bank Group (2006), Global Development Finance)


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

4) Les indicateurs de concentration


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Graphique 14 : Évolution de la concentration du secteur bancaire en Afrique du Nord

(Source : World Bank Group (2006), Global Development Finance)


Iii conclusion recommandations

IIIConclusion/Recommandations


Nations unies commission conomique pour l afrique cea bureau pour l afrique du nord an

Secteur bancaire

  • Accélérer le désengagement de l’Etat du secteur bancaire dans les pays comme la Algérie, Libye & Mauritanie

  • Augmenter la part des crédits octroyée au secteur privé (Algérie, Libye, Mauritanie & Soudan)

  • Assainir les bilans des banques des crédits accrochés qui demeure persistant en dépit des efforts accomplis (Algérie, Egypte, Libye & Tunisie)

  • Accélérer le processus de restructuration et modernisation des moyens de paiements

  • Renforcer la compétitivité et la rentabilité des banques en incitant les autorités publiques de ces pays à encourager les opérations de fusion et acquisition.

  • Réduire les inefficacités d’échelle en augmentant la taille des entités bancaires grâce aux opérations de fusion


Iii conclusion recommandations suite 1

IIIConclusion/Recommandations (suite 1)

  • Favoriser l’émergence des regroupements bancaires capables de résister à la concurrence provenant des banques étrangères

  • Renforcer la réglementation prudentielle sur des éléments clés tels que :

    • la concentration des risques de crédit

    • les risques de marché

    • les risque de liquidité

      (en conformité avec les principes de base des accords de Bâle II).


Iii conclusion recommandations suite 2

IIIConclusion/Recommandations (suite 2)

Marché financier

Il est urgent :

  • d’améliorer la liquidité et l’ouverture du marché,

  • de mieux impliquer toutes les parties prenantes,

  • de faire régner les critères de marché,

  • de développer les « faiseurs de marché »,

  • d’améliorer la communication entre les différentes parties prenantes

  • d’améliorer l’environnement institutionnel du marché


Iii conclusion recommandations suite 3

III Conclusion/Recommandations (suite 3)

Il convient d’œuvrer à :

  • la promotion d’une place financière régionale pourrait jouer un rôle important dans le financement des grandes entreprises


Merci de votre attention hatem salah ha salah@fsegt rnu tn

Merci de votre attentionHatem [email protected]


  • Login