Le dexm thylph nidate focaline
Download
1 / 44

le dexm thylph nidate focaline - PowerPoint PPT Presentation


  • 241 Views
  • Uploaded on

Le Dexméthylphénidate Focaline ®. Hélène BEAUSSART Pierre-yves RENAUT mai 2004. Le besoin médical. l’A.D.H.D. = Attention Deficit Hyperactivity Disorder Pathologie touchant le plus souvent les enfants en âge scolaire

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'le dexm thylph nidate focaline ' - niveditha


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Le dexm thylph nidate focaline l.jpg

Le DexméthylphénidateFocaline®

Hélène BEAUSSART

Pierre-yves RENAUT mai 2004


Le besoin m dical l.jpg
Le besoin médical

l’A.D.H.D.

  • = Attention Deficit Hyperactivity Disorder

  • Pathologie touchant le plus souvent les enfants en âge scolaire

  • Pathologie touchant le système nerveux central au niveau du lobe frontal



L tiologie l.jpg
L’étiologie

Elle reste hypothétique:

- Hérédité

- Atteinte du cerveau pendant la grossesse

- Atteinte du cerveau post natal ( traumatisme, anoxie,… )


Le diagnostic l.jpg
Le diagnostic

  • Il ne repose pas sur un marqueur biologique

  • On peut faire un scanner pour vérifier si il y a ou non des lésions

  • Il repose sur les critères du D.S.M. IV ( 1996 ) qui est une

    classification de l’American Psychiatric Association,

    classant l’A.D.H.D. en trois types :

    - Type inattention prédominante

    - Type hyperactivité / impulsivité

    - Type mixte

  • Il faut que le patient ait au moins six symptômes dans la liste

    depuis au moins six mois


Slide8 l.jpg

  • Questionnaire pour les situations domestiques

  • Consigne: indiquez si l'enfant a de la difficulté à prêter attention ou à se concentrer dans les situations ci-dessous. Si tel est le cas, indiquez l'importance de ces difficultés d'attention. Répondre par oui ou non aux énoncés:

  • Si c'est oui, notez un chiffre de 1 (léger) à 9 (grave) pour indiquer l'importance de la difficulté.

  • Quand il joue seul

  • Quand il joue avec d'autres enfants

  • À l'heure des repas

  • Pour s'habiller

  • Quand il regarde la télévision

  • Quand vous avez de la visite

  • Quand vous êtes en visite ailleurs

  • Dans les lieux publics (restaurant, épicerie, magasins...)

  • Quand on lui demande d'accomplir des tâches à la maison

  • En conversant avec d'autres

  • Lorsqu'il est dans la voiture

  • Quand le père est à la maison

  • Quand il doit faire ses devoirs

  • À l'église ou d'autres activités de fin de semaine


Slide9 l.jpg

Les traitements

La plupart du temps, les traitements médicamenteux aident le patient et son entourage à acquérir une meilleure qualité de vie mais cela s’intègre dans unprocessus thérapeutique multimodal :

Prise en charge des parents et de l’enfant

Aménagement de la scolarité


Le march l.jpg
le marché

L’A.D.H.D touche environ 3 à 5 % des enfants en âge d’être scolarisé (3 à 11 % aux USA)

Il touche aussi un peu plus les garçons que les filles (6 à 9 / 1 )

Focalin® est sorti aux États-unis en 2001 et est

en attente d’A.M.M. en France

Il y aura sûrement une prescription initiale hospitalière

L’arrêt du traitement pendant les vacances scolaires permet de voir si il faut continuer le traitement


Slide12 l.jpg

les concurrents

  • les psychostimulants

    dexedrine® = dextro-amphétamine

    adderall® = 75 % de dextro-amphétamine et 25 % de lévo

  • les antidépresseurs

    les tricycliques en seconde intention mais efficacité 2 à 3 fois moindre

    tofranil® = imipramine

    pertofran® = désipramine

    inhibiteur de la recapture de la noradrénaline

    strattera® = atomoxétine aux U.S.A.

  • la clonidine:catapressan ®

    peut traiter légèrement l’hyperactivité quand le d-MPH ne marche pas


D couverte et d veloppement l.jpg
Découverte et développement

historique

  • Développement de la Dexedrine® = dextroamphétamine

    pour lutter contre la dépression et l’obésité

  • Début des essais du médicament pour le traitement de

    l’hyperactivité

  • La F.D.A. approuve la dextroamphétamine et en parallèle

    développement du dérivé hémi synthétique cyclisé de

    l’amphétamine = méthylphénidate commercialisé sous le

    de Ritaline®

  • Développement du d-thréo énantiomère du

    méthylphénidate


Synth se l.jpg
synthèse

principe

1) oxydation

2) Réaction d’Evans

Type aldole

dexméthylphénidate


Slide16 l.jpg

étapes

+

Alpha

méthoxylation

Alpha méthoxy

pipéridine

Imide d’Evans

Suppression d’un intermédiaire chiral


Slide17 l.jpg

esterification

déprotection

*

*

D-thréo


Slide18 l.jpg

différents dérivés

+

racémique

FOCALIN ®

1 seul énantiomère


Slide19 l.jpg

Dexméthylphénidate

*

*

MM = 269.77

Amphétamine

MM = 135.21

Analogie de structure


Slide20 l.jpg

La cible pharmacologique

Les synapses des neurones des lobes frontaux et du striatum

Mécanisme d’action pas encore tout à fait élucidé


Slide21 l.jpg

Stimulant du SNC au niveau du striatum

Blocage des DAT et NET inhibant le recaptage noradrénergique et dopaminergique

nature biochimique de la cible

recaptage

augmentation des concentrations dans la synapse


Slide22 l.jpg

On teste la capacité du D-MPH à induire des mutations reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Test au micronucleus (Apparition de micronucleus sur des érythrocytes polychromatiques et monochromatiques de la moelle osseuse)

Essai avec des doses de 20 à 100 mg / kg / j pendant l’organogenèse chez les rats et les lapins aboutissant à une non tératogénicité. Cependant, il a été observé des retards d’ossification du squelette du fœtus

méthodes d’étude in vivo et in vitro


Slide23 l.jpg

Développement pré clinique reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

pharmacocinétique

MPH

D-MPH


Slide24 l.jpg

Ritaline reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli® :


Slide25 l.jpg

Focalin® reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Concentrations plasmatiques

Dose unique de 10 mg

8ème jour d’un traitement à 10 mg/j


Slide26 l.jpg

absorption reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

  • Cmax et AUC∞ ne sont pas différent suivant la nourriture mais Tmax est quasiment doublé quand le D-MPH 20 est pris avec un repas gras ( 2,9h vs 1,5h )

  • Cmax et AUC∞ sont proportionnelles à la dose

  • Il n’y a pas de différence pharmacocinétique entre la prise d’une dose unique et multiple


Le m tabolisme l.jpg
Le métabolisme reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

  • Métabolisé en acide d-α-phényl-pipéridine acétique =

    acide d-ritalinique par deesterification

T ½ = 2.5 h

T ½ = 4 h

  • La réaction de dégradation est effectuée par les CYT P450

  • Le métabolite n’a pas ou peu d’activité pharmacologique

  • Peu ou pas de bioconversion en L-thréo énantiomère


Excr tion l.jpg
excrétion reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

  • Excrété par voie urinaire à 90%

  • Le principal métabolite urinaire est l’acide ritalinique

    correspondant à environ 80% de la dose

  • Il n’y a pas d’inhibition des isoenzymes Cyt P450

  • Élimination plasmatique T1/2 = 2,2h


Slide29 l.jpg

effets indésirables reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Nervosité

Insomnie

Perte d’appétit, anorexie

Maux de ventre

tachycardie


Slide30 l.jpg

contre indications reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Agitation

Hypersensibilité au MPH

Glaucome

Tic syndrome de Tourette

Inhibiteur des monoamines oxydases

Agitation

Hypersensibilité au MPH

Glaucome

Tic syndrome de Tourette

Inhibiteur des monoamines oxydases


Slide31 l.jpg

Attention reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Fatigue

Psychoses

Suppression de croissance

HTA et problèmes cardiovasculaires

Troubles visuels

Traitement quand < 6 ans


Slide32 l.jpg

interactions médicamenteuses reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli


Surdosage toxicologie l.jpg
surdosage, toxicologie reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

MTD

= Maximum Dose Tolerated

Chez le rat, la dose est de 100 mg/kg/j

Chez le chien, la dose est de 10 mg / kg /J

symptômes

Stimulation excessive du SNC et effets sympathomimétiques

excessif avec vomissements, agitations, convulsions,

euphorie, confusion, hallucinations, delirium, maux de tête,

hyperthermie, palpitations, mydriases, sécheresses des

muqueuses.


Slide34 l.jpg

traitement reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Lavage gastrique

Une étude du NTP ( National toxicology Program) a souligné la possibilité d’apparition à long terme d’adénome des hépatocytes, mais en présence de doses 10 fois supérieures à celles recommandées.


Formulation gal nique l.jpg
Formulation galénique reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

2,5 mg

Il existe 3 dosages du Focalin® :

2 * / j avec au moins 4h entre 2 prises

indépendamment des repas

Au début du traitement 5 mg/j ( 2 * 2,5 mg/j )

et jusqu’à 20 mg/j maximum

5 mg

10 mg


Slide36 l.jpg

Les formes à libérations prolongées reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Le concerta® est libérée moins rapidement grâce à la technologie OROS®

C’est une membrane osmotique qui permet de délivrer une dose précise et constante du médicament et de rendre le médicament actif sur 12 h

On peut supposer qu’une forme à libération prolongée de d-MPH verra le jour car la diminution de prise permet de faciliter l’observance


Tude pr clinique l.jpg
Étude pré- clinique reverses sur des souches de Salmonella et E. Coli

Effet comportementaux du threo-méthylphénidate et de ses énantiomères D et L chez les rats

Cette étude a pour but de déterminer la toxicité

« comportementale » du racémique et de ses énantiomères.

Elle a été réalisée sur 100 souris femelles et 100 mâles répartis en

plusieurs groupes aléatoirement.

Groupe 1

Groupe 2

Etc …


Slide38 l.jpg

Ils ont reçus des doses différentes en fonctions de groupes et sont

de :

- 2, 20, et 100 mg/kg de D,L-MPH

- 1, 10, et 50 mg/kg de D-MPH

- 1, 100 et 500 mg/kg de L-MPH

On leur fait subir différent test afin de vérifier les changements de comportement et physiologique pouvant traduire une toxicité du produit

Tous les animaux ont été disséqués a la fin de l’étude après inhalation de CO2


Slide39 l.jpg

étude sur l’efficacité du d-MPH groupes et sont

Objectif: déterminer l’efficacité et la sécurité d’emploi

Sujet ayant de 6 à 17 ans avec A.D.H.D. (DSM-IV) + co morbidité

Étude en 3 parties :

1) 6 semaines où trouve la dose efficace

2) 2 semaines où fait étude en double aveugle

3) 18 semaines où traite avec d-MPH

Dans 1ère partie, si traité avec d,l-MPH donne ½ de dose d-MPH

si pas traité avec d,l-MPH dose de 2.5 à 10 mg

Dans 2ème partie, on fait 2 groupes d-MPH + placebo




Slide43 l.jpg

résultats groupes et sont

Le d-MPH est plus efficace que le placebo

Autre étude avec le dl-MPH pour comparaison

Le d-MPH est plus efficace que le placebo et le dl-MPH


Slide44 l.jpg

Conclusion groupes et sont

Effet a long terme

Pb de dependance et utilisation illicite

Pb du diag


ad