CES-MATISSE CNRS –
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 24

La diversité musicale face aux défis des technologies numériques PowerPoint PPT Presentation


  • 57 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

CES-MATISSE CNRS – Paris 1, Panthéon Sorbonne. La diversité musicale face aux défis des technologies numériques. Heritiana Ranaivoson [email protected] Introduction.

Download Presentation

La diversité musicale face aux défis des technologies numériques

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


CES-MATISSE CNRS –

Paris 1, Panthéon Sorbonne

La diversité musicale face aux défis des technologies numériques

Heritiana Ranaivoson

[email protected]

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


Introduction

  • La crise de l’industrie musicale associée au développement de la piraterie sur Internet (voir l’affaire Napster en 1999).

  • La mise en avant de la diversité culturelle. De la déclaration universelle (2001) à la convention à l’Unesco (2005).

  • Comment le développement d’Internet va-t-il influencer la diversité musicale?

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


  • 1.Une approche multidimensionnelle de la diversité musicale

  • 2.Concentration et diversité avant Internet

  • 3.Longue traîne Vs Superstars

  • 4.De premiers résultats à partir de l’exemple des Etats-Unis

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


1.1.1 La diversité comme mélange de variété, égale répartition et disparité (Stirling, 1998 ; Moreau et Peltier, 2004).

Variété

Accroître la diversité

Egale répartition

Disparité

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


1.1.2 Diversité des produits / Diversité des producteurs

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


1.1.3 Diversité offerte / diversité consommée (Moreau et Peltier, 2004)

  • Diversité offerte : quelle sorte de diversité est proposée par les producteurs ? Quel niveau est-il atteint ? Ces producteurs sont ils divers ? Etc.

  • Diversité consommée : Compte tenu de cette diversité offerte, que peut-on dire de la diversité consommée ?

    Importance également des goûts du public.

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


  • Nous définirons donc la diversité musicale comme la variété, l’égale répartition et la disparité d’une part des produits musicaux dans la manière dont ils sont faits et distribués, et alors consommés ; et, d’autre part, des producteurs de musique compte tenu de leur pouvoir de marché potentiel et de la manière dont ce pouvoir est exprimé.

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


1.2. Une industrie musicale fortement concentréeIllustration par les Parts de marché des distributeurs indépendants…

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


1.3.2. Evaluation de la diversité musicale : principaux indicateurs

  • Dans tous les pays augmentation des ventes jusqu’à 1999 (ou alors absence d’évolution significative).

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


Evolution sur le long terme du nombre de certifications aux Etats-Unis et au Royaume-Uni :

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


Evolution de l’importance des ventes de disques certifiés dans l’ensemble des ventes :

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


1.3.3. Résumé

  • Une situation ambiguë : des ventes en hausse s’accompagnent dans une relative importante proportion de cas d’une très faible diversité en termes d’origine.

  • Aux Etats-Unis, importance croissante des best-sellers.

    Résultat similaire en France (Ranaivoson, 2006).

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.1. Confrontation théorique 2.1.1. La théorie des superstars

  • La théorie des superstars cherche à expliquer pourquoi il n’y a pas de diversité dans la consommation, notamment de biens et services culturels, et ce en dépit d’une possible diversité dans la production, voire parmi les consommateurs.

  • Deux explications alternatives (mais pas forcément contradictoires) :

  • la rémunération est une fonction convexe du talent + il existe des technologies de distribution et/ou de consommation à faibles coûts marginaux (Rosen, 1981; MacDonald, 1988).

  • les consommateurs sont en situation d’incertitude quant à la qualité des artistes et valorisent fortement l’information (Adler, 1985).

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.1.2. La théorie de la longue traîne

  • Une théorie récente (Anderson, 2004). Validée pour le marché de la vidéo aux USA (Elberse & Oberholzer-Gee, 2006).

  • Elle prédit :

  • la disparition des blockbusters

  • une importance au moins relativement, voire absolument, moindre des hits

  • un allongement de la traîne (: les œuvres à petite audience).

  • Les raisons en sont :

  • la démocratisation des moyens de production / distribution

  • la baisse des coûts d’accès aux œuvres

  • la possibilité de relier les consommateurs afin de former des niches de taille suffisante

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.1.3. Au-delà des prédictions contradictoires.

  • La théorie de la longue traîne prédit une influence moins forte des hits, celle des superstars un renforcement de ceux-ci.

  • Surtout, c’est le cas alors que les approches s’accordent sur certaines hypothèses :

    - Chez Anderson (2006) et Rosen (1981), la technologie joue un rôle fondamental, en particulier via les faibles coûts marginaux (reproduction ou distribution)

    - Chez Anderson (2006) et Adler (1985), on retrouve l’importance donnée à l’acquisition d’informations

  • Ces deux approches semblent s’opposer particulièrement sur l’hypothèse du goût pour la diversité

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.2.1. Renforcement de la concentration aux Usa

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.2.2. Vers un changement du support de distribution(Evolution des ventes par support en volume, en millions d’unités)

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.2.2. Vers un changement du support de distribution(Evolution des ventes par support en valeur, en millions de dollars)

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.3. Vers un recul des hits ?Evolution de la part des œuvres certifiées dans le total des ventes

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.3. Vers un recul des hits ? (2)Evolution du nombre d’œuvres certifiées annuellement

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


2.3. Vers un recul des hits ? (3)Evolution des ventes (millions d’unités) en fonction de l’ancienneté des œuvres

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


Conclusion

  • Monde physique caractérisé par une forte concentration de la distribution et une faible diversité musicale. Phénomène de superstars.

  • Quelle influence peut avoir Internet? La théorie de la longue traîne semble mieux expliquer les évolutions du marché américain.

  • Cela ne signifie bien entendu pas la fin des superstars (artistes ou œuvres) mais (peut-être) celle de leur monopole (Anderson, 2007).

  • En parallèle, concentration accrue de l’industrie du disque.

  • Cela signifie-t-il que les majors sont en train de changer de modèle économique ?

  • Cela empêche-t-il une offre encore plus diversifiée ? (d’autant plus que de nouveaux acteurs disposant d’un certain pouvoir de marché sont entrés)

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


Prochaines recherches

  • Question de la disparité peu prise en compte. Problème d’ordre méthodologique.

  • Nécessité de comparer avec d’autres marchés nationaux.

  • Des données manquent pour apprécier pleinement les niveaux de diversité musicale et de concentration industrielle, comme les téléchargements non payants et les royalties perçues par les acteurs de l’offre.

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


Merci pour votre [email protected]

Colloque "Les marchés de la musique et du cinéma", Institut national de l'audiovisuel, mardi 3 avril 2007. [email protected]


  • Login