Qualit  de lair et sant  : la pollution chimique

Qualit de lair et sant : la pollution chimique PowerPoint PPT Presentation


  • 105 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

La pollution atmosph

Download Presentation

Qualit de lair et sant : la pollution chimique

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


1. Qualité de l'air et santé : la pollution chimique Jean-Pierre BESANCENOT CNRS Faculté de Médecine de Dijon

2. La pollution atmosphérique Ses origines sont de trois ordres : - les installations fixes de combustion - les moyens de transport (circulation automobile) - certains procédés de fabrication industrielle Une fois émis dans l'atmosphère, les polluants s'y accumulent ou se dispersent selon les conditions météorologiques : - transport horizontal - mixage vertical (ou convection)

7. Sept polluants majeurs ... 1) Le dioxyde de soufre SO2 2) Les oxydes d’azote NOx 3) Le monoxyde de carbone CO 4) Le plomb Pb et ses oxydes 5) Les particules (poussières, aérosols, fumées noires) 6) Les composés organiques volatils COV (hydrocarbures et solvants) 7) L'ozone O3 ... et une foule d'autres, particulièrement redou-tables bien que présents en faible quantité

8. Valeurs de référence de l'OMS

9. Le dioxyde de soufre SO2 Longtemps considéré comme le principal polluant de l'atmosphère, celui qui aggrave les troubles respiratoi-res Un polluant de l'hiver en présence de fortes inversions de température, dans les sites "en cuvette"

11. Le dioxyde de soufre SO2 60% du SO2 est émis par le charbon, 30% par les fiouls lourds, 10% par les autres sources 96 g de SO2 émis par kg de charbon brûlé Chine 2003 : 50% du SO2 mondial ! Mais les politiques d'économie d'énergie, l'accroisse-ment relatif du gaz naturel et de l'énergie nucléaire, ainsi que les réglementations de plus en plus sévères ont engendré une forte baisse du SO2

14. Alors que le maximum "autorisé" par l'Union Européenne est de 250 µg/m³, certains pics instantanés atteignent encore 500 à 600 µg/m³ lors de situations météorologiques défavorables (brouillards, inversions thermiques…) La moyenne des 24 heures dépasse encore quelque-fois 500 µg/m³ à proximité de sites industriels (Fos-sur-Mer, Rouen, Lyon) ? Ces pics peuvent avoir des conséquences sanitaires graves : au contact de l'oxygène, le SO2 se transforme en trioxyde SO3 lequel, captant l'humidité ambiante, donne naissance à des aérosols d'acide sulfurique SO4H2, particulièrement toxiques SO2 + O2 ? SO3 + O SO3 + H2O ? SO4H2 Ces aérosols d'acide sulfurique forment le smog acide (? smog oxydant)

17. Les oxydes d’azote NOx Les oxydes d'azote sont pour 75% d'origine automobile ? les concentrations n'ont guère diminué dans la plupart des pays occidentaux

43. La surveillance de la pollution atmosphérique France : environ 1500 stations de mesure (65% en zone industrielle, 33% en milieu urbain, 2% en milieu rural) Les mesures de routine se focalisent sur les substances pas trop difficiles à mesurer et représentatives d'une famille de polluants La plupart des stations sont regroupées en réseaux locaux de surveillance : AIRPARIF en Île-de-France, Atmosf'Air en Bourgogne… Finalité essentielle : informer la population et les pouvoirs publics des risques potentiels, afin que des dispositions soient prises

45. Niveau I : Les concentrations et la durée d'exposition sont égales ou infé-rieures aux valeurs pour lesquelles, en l'état actuel de nos connaissances, aucun effet direct ou indirect ne peut être observé ; l'air est considéré comme pur Niveau II : Les concentrations et la durée d'exposition sont égales ou supérieures aux valeurs pour lesquelles on observera, probablement, une irritation des organes des sens, des effets nocifs sur la végétation, une réduction de la visibilité ou d'autres effets défavorables ; les services tech-niques des autorités sont alors mis en éveil Niveau III : Les concentrations et la durée d'exposition sont égales ou supérieures aux valeurs pour lesquelles il y aura, probablement, soit une atteinte des fonctions physiologiques vitales, soit des altérations risquant d'entraîner des maladies chroniques, voire une mort prématurée ; les auto-rités et le public doivent être informés pour permettre des mesures incita-tives (limitations de vitesse, stationnement résidentiel gratuit, tarifs réduits sur les transports en commun…). Niveau IV : Les concentrations et la durée d'exposition sont égales ou supérieures aux valeurs pour lesquelles il y aura, probablement, maladie aiguë et mort prématurée dans les groupes vulnérables de la population. Une ALERTE doit être lancée, et des mesures coercitives s'imposent (restrictions de circulation…).

47. Les effets de la pollution sur la santé Effets aigus, relativement faciles à identifier (liés aux pics de pollution) ? Effets chroniques, moins spectaculaires et moins évidents (liés à la pollution de fond)

48. Les effets de la pollution sur la santé 1. Les effets aigus (a) Élévation de 50 µg/m³ des concentrations ambiantes moyennes ? augmentation de la mortalité générale (+1%) et de la mortalité respiratoire ou cardiovasculaire (+ 5%) ? augmentation de 3 à 8% des hospitalisations d'enfants < 15 ans ? augmentation de 2 à 4% des hospitalisations de personnes > 60 ans pour bronchite chronique

55. Par rapport à celle des villes américaines les moins polluées, la population des villes les plus polluées a une probabilité supérieure de 15 à 17% de mourir prématurément ; aux États-Unis, augmentation de 17 à 26% du risque de décès dans les villes les plus polluées par rapport aux villes les moins polluées ? baisse de l'espérance de vie de 1 à 1,5 an C'est avec les particules les plus fines que les taux de mortalité sont les plus étroitement corrélés Les effets de la pollution sur la santé 2. Les effets chroniques (a)

57. Une question non résolue : qualité de l’air et can-cers bronchiques Qualité de l’air et affections cardiovasculaires : à Steubenville (Ohio), où l'on enregistre l'un des taux de pollution particulaire les plus élevés du monde, l'excès de mortalité par maladies cardiaques atteint 30% Il serait faux de croire que la norme, si rigoureuse qu'elle puisse paraître, offre une protection abso-lue, tout le monde étant protégé au-dessous, tout le monde étant menacé au-dessus : nombre d'études ont montré l'existence d'impacts sanitaires, alors que les normes en vigueur étaient respectées Les effets de la pollution sur la santé 2. Les effets chroniques (b)

59. Conclusion La pollution atmosphérique urbaine, et particulièrement la pollution liée à l'automobile, constituera sans nul doute un des problèmes majeurs de santé du XXIème siècle

  • Login