Dynamique des plants de cicatrisation littorale sur porquerolles
Download
1 / 1

DYNAMIQUE DES PLANTS DE CICATRISATION LITTORALE SUR PORQUEROLLES - PowerPoint PPT Presentation


  • 127 Views
  • Uploaded on

DYNAMIQUE DES PLANTS DE CICATRISATION LITTORALE SUR PORQUEROLLES. MATERIEL & METHODE Clôtures : protection des zones endommagées + Troncs brise-vent (1) : protection des jeunes plants et maintien du sol + Anthyllis barba-jovis (2) : écran protecteur halophile

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' DYNAMIQUE DES PLANTS DE CICATRISATION LITTORALE SUR PORQUEROLLES' - moke


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Dynamique des plants de cicatrisation littorale sur porquerolles

DYNAMIQUE DES PLANTS DECICATRISATION LITTORALE SUR PORQUEROLLES

MATERIEL & METHODE

Clôtures : protection des zones endommagées

+Troncs brise-vent (1) : protection des jeunes plants et maintien du sol

+Anthyllis barba-jovis (2): écran protecteur halophile

+Juniperus phœnicea (3) & Pistacia lentiscus (4) : brousse à oléo-lentisque

= (5)Zone de cicatrisation

1

5

2

3

4

L’érosion du littoral de l’île de Porquerolles (Hyères, Var) détruit la végétation côtière et les dégradations menacent de gagner l’intérieur de l’île. Le Parc National de Port-Cros décide de procéder à la revégétalisation du littoral. La Calanque de l’Indienne, ici présentée, est divisée en trois zones de cicatrisation. Un « siffle vent » s’est formé entre les zones A et C : la force du vent y est canalisée. La zone B est directement exposée aux embruns et à l’action mécanique du vent.

RESULTATS

Anthyllis barba-jovis(1995): Taux de survie très bas dans les trois zones.

Juniperus phœnicea(1995): Très bon taux de survie en zones A et C. Taux de survie moyen en zone B.

Pistacia lentiscus(1997): Très bon taux de survie en zone B.Taux de survie moyen en zones A et C.

INTERPRETATION

1995 :Anthyllisdépérit : il est trop exposé au vent et aux embruns. Juniperusprofite de sa protection : bon taux de survie en zones A et C. En zone B, les plants sont exposés à l’action directe du vent et des embruns : taux de survie moyen.

1997 :Pistacia profite de la protection de Juniperus : bon taux de survie en zone B. Pistacia paraît sensible au siffle vent : taux de survie moyen en zones A et C.

CONCLUSION

Toute espèce plantée est susceptible d’avoir une incidence sur la survie des plantations à venir. Les végétaux de cicatrisation doivent varier en fonction de la zone de plantation : la zone siffle vent et la zone B n’ont pas les mêmes caractéristiques.

Mots-clés : Cicatrisation – Dégradation – Littoral – Protection

MARRO, Sébastien. Année Universitaire 2003-2004. Université Aix-Marseille III – FST St-Jérôme. Maîtrise de Biologie des Populations et des Ecosystèmes (U.E.5 – T.E.R.)

D’après les chiffres de : BOULOULIE, Agnès, CHAVANNES, Hervé. Bilan des opérations de cicatrisation des milieux littoraux sur l’île de Porquerolles. 1995. 51 pages + ANNEXES. ENSA


ad