La grotte meurtrière...
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 21

La grotte meurtrière... PowerPoint PPT Presentation


  • 44 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

La grotte meurtrière. La grotte meurtrière. La grotte meurtrière.

Download Presentation

La grotte meurtrière...

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


La grotte meurtri re

La grotte meurtrière...


La grotte meurtri re

La grotte meurtrière...


La grotte meurtri re

La grotte meurtrière...


La grotte meurtri re

Au beau milieu d’un après-midi printanier, Jean-Marie faisait du kayak comme chaque week-end. Il terminait sa promenade et descendait une pente douce en sifflant, pour quitter la rivière de l’Orbe. Soudain, il entendit une grenouille qui coassait et qui sauta dans l’eau. A ce moment, il aperçut, près du barrage, une forme étrange, blanche et grande. Tout à coup, il s’immobilisa, cria de toutes ses forces, effayé parce qu’il avait reconnu qu’il s’agissait d’une femme. Ses cheveux blonds flottaient sur l’eau en ondulant. Jean-Marie aperçut une tache de sang sur sa chevelure. Il se mit à courir et trébucha quelques fois, mais il se releva très vite. Il alla téléphoner à la police en bégayant.


La grotte meurtri re

Un moment après, l’inspecteur Jacky Duflair arriva à la station de kayak. On le reconnaissait facilement grâce à son look stylé. Malgré ses quarante neuf ans, il avait gardé une allure jeune et sportive. Il portait une polaire grise, un pantacourt en jean et un bob. Sa petite poche était remplie de Skittles qu’il mâchouillait tout le temps. Il portait aussi un appareil photo numérique en bandoulière.

A peine arrivé, il commença à observer les lieux en ouvrant un deuxième paquet de bonbons et, par chance, il tomba sur l’un de ses préférés, ceux au cassis. Il se pencha doucement au-dessus du corps pour mieux l’examiner. Il voyait une femme blonde aux lèvres violettes. Son corps paraissait pâle et gonflé. Ses mains moites étaient toute fripées.


La grotte meurtri re

L’inspecteur put donc en déduire qu’elle était restée un certain temps dans l’eau. Une plaie apparaissait dans ses cheveux blonds. Elle se situait sur le haut du crâne, une goutte de sang avait séché dans ses cheveux. La plaie était largement ouverte.

L’inspecteur explora les alentours et ne trouva ni trace de sang ni objet suspect. Il en conclut que l’accident n’avait pas eu lieu sur place. Il alla donc se renseigner auprès du kayakiste. Celui-ci l’informa que la rivière prenait sa source dans la grotte de Vallorbe.

En entrant dans cette cavité, il commença à observer les lieux. La paroi était recouverte de stalactites et de stalagmites de toutes les grandeurs et de toutes les grosseurs.


La grotte meurtri re

Dans cette même salle régnait la plus grande colonne de France et on voyait une méduse d’une telle hauteur que Monsieur Duflair se cogna la tête. On apercevait aussi de magnifiques draperies, de longues fistules, de fins macaronis…

Dans une autre salle, l’inspecteur et ses collègues virent des chauves-souris qui s’occupaient de leurs petits car ces mammifères se reproduisent au printemps.

L’inspecteur se mit à imaginer comment la jeune femme aurait pu tomber. Elle aurait pu se cogner sur ce gros rocher, plein de mousse jaunâtre, en regardant les chauves-souris nourrir leurs petits. Il pensait qu’il s’agissait d’un accident.


La grotte meurtri re

  • Après avoir quitté les lieux, Jacquy se rendit chez Monsieur et Madame David Diot, pour les interroger. En effet, Monsieur Diot tenait un magasin de souvenirs en face de la grotte où travaillait la défunte.

  • «  Bonjour Madame Diot, pourrais-je vous poser quelques questions au sujet de Madame Dessources ?

  • Oui, entrez.

  • - Votre mari est-il dans les environs?

  • - Oui, il regarde la télévision. »

  • Emilie Diot et l’enquéteur se dirigèrent vers Monsieur Diot.

  • «Venez Monsieur Duflair, nous allons dans la cuisine. »

  • Le couple se sentait mal à l’aise avec l’enquêteur.


La grotte meurtri re

  • Connaissiez-vous la victime madame ?

  • Oui, très bien même ! C’était une amie d’enfance.

  • - Et vous, monsieur ?

  • - Je la croisais tous les soirs quand je fermais ma boutique. Elle avait l’habitude de venir vers 20h 00 car elle était chiroptérologue.

  • Où étiez-vous le soir du 18 mars 2003 entre 20 h et 22 h00 ?

  • - Je me trouvais au bar « des grandes murailles »

  • - Avez-vous un témoin ?

  • - Oui, le barman.

  • Et vous madame ?


La grotte meurtri re

  • - Ma voisine est venue chez moi pour regarder le résultat du match Sochaux/Marseille.

  • Bon merci d’avoir répondu à mes questions et je vous tiendrai au courant de l’enquête. »

  • Après être sorti de la maison du jeune couple, l’inspecteur Jacky Duflair alla voir le cafetier. Celui-ci lui confirma que monsieur Diot était venu vers 21h au bar pour siroter un whisky, comme tous les soirs.

  • Jacky Duflair se rendit à son bureau pour réfléchir à tous ces interrogatoires. Puis, quelques temps après, le fax sonna et imprima le rapport du médecin légiste. La fiche annonça que le crâne de la victime contenait de fines particules de bois. La thèse de l’accident était écartée et le crime envisagé.


La grotte meurtri re

L’inspecteur Duflair arriva en New Beatle vert-pomme sur les lieux du crime pour chercher de nouveaux indices.

Un policier interpella l’enquêteur. Il avait trouvé une plaque métallique de couleur grisâtre et noircie par les flammes, mais l’inscription était toujours lisible.

Sur la plaque on pouvait déchiffrer:

«  Boutique de souvenirs de chez Diot .

2 rue de la grotte. Vallorbe »

De telle sorte que de nouveaux soupçons se portèrent vers la famille Diot. Jacky donna la pièce à conviction à un scientifique qui travaillait non loin de la grotte dans un bureau d’analyses très perfectionné.


La grotte meurtri re

Emilie aurait pu tuer Pamela Dessources car elle voulait se venger de sa vieille amie. En effet, elle supposait que son mari avait une liaison avec Pamela. Madame Diot était une femme très jalouse qui se sentait trompée, une ancienne rivale de son amie d’enfance.

L’inspecteur pensait à la façon dont Emilie aurait pu agir quand le scientifique arriva et dit:

«  J’apporte les résultats de votre analyse. J’espère que je ne vous ai pas fait attendre trop longtemps ! » Et il repartit.

L’inspecteur les regarda et soupira: « je savais que c’était cette personne. Son alibi ne tenait pas la route! »


La grotte meurtri re

Aussitôt les informations réunies, l’enquêteur Jacky Duflair organisa une réunion avec ses collègues de la brigade pour leur expliquer le déroulement du meurtre:

«  Avec les indices que nous avons rassemblés, j’ai compris le déroulement du crime. Le 18 mars dernier, Pamela Dessources se trouvait dans la grotte en train d’étudier les chauves-souris. Soudain le meurtrier arriva avec une stalactite en bois pour lui fracasser le crâne. »

Un de ses collègues intervint:

« Mais comment sais-tu que c’est une stalactite en bois qui l’a assommée ?


La grotte meurtri re

- Je le sais car, premièrement, les particules enfoncées dans la tête de Pamela étaient en bois. Deuxièmement, je suis retourné dans ma voiture pour rechercher d’autres indices. Alors, un collègue m’a apporté la plaque du magasin qu’il avait découverte dans les cendres d’un feu. Je me suis alors rendu au magasin. En entrant, j’ai aperçu une reproduction de stalactite en bois qui aurait causé le même effet que sur le crâne de Pamela. C’est alors que j’ai compris que c’était cet objet là qui lui avait fracassé la tête.

Je poursuis ce que j’ai commencé au début: pour la tuer, il avait mis un gant qui a été retrouvé dans le lac et deux jours plus tard, quand je suis allé faire une perquisition chez le coupable, j’ai retrouvé le deuxième gant. »

Un de ses collègues fronça les sourcils et demanda:


La grotte meurtri re

« Mais comment as-tu su que le gant était tombé dans le lac ?

Et pourquoi n’était-il pas à la station de kayak ?

- Quand David a poussé Pamela dans le lac souterrain, le gant est parti avec elle. Son corps est allé jusqu’au petit barrage

Mais la pièce à conviction a été retrouvée par un plongeur spécialisé au milieu du lac.

Je me suis longuement posé la question: «  Pourquoi l’assassin a-t-il jeté le corps de Pamela dans le lac souterrain ? » Et après en réfléchissant, je me suis dit qu’il avait mis son cadavre dans l’eau en espérant qu’il coulerait et que personne ne le retrouverait. Mais son plan a échoué ! Et enfin, pour en revenir à la plaque de métal, quand je suis allé chez lui, le meurtrier m’a avoué qu’il avait brûlé la stalactite .


La grotte meurtri re

Puis il avait récupéré les cendres pour les mettre dans l’urne funéraire de son arrière grand-père.

David Diot a fini par reconnaître que c’était bien lui le coupable, parce que Pamela lui avait refusé ses avances… C’était donc un crime passionnel ! Il passera au tribunal dans un mois.

« Eh bien ! Voilà encore une énigme policière qui se termine bien pour moi, mais mal pour le coupable ! »


La grotte meurtri re

Fin de la partie 5

À suivre

Partie 6

Générique de fin


  • Login