Occlusion dentaire
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 72

OCCLUSION DENTAIRE PowerPoint PPT Presentation


  • 130 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

OCCLUSION DENTAIRE. RAPPORTS INTRA ET INTER ARCADES. " L'occlusion dentaire n'est nullement un état mais un acte. Il s'agit tant ôt d'une prise de contact parfois fugace des arcades maxillaire et mandibulaire en un ou plusieurs points, tantôt du maintien d'un contact

Download Presentation

OCCLUSION DENTAIRE

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Occlusion dentaire

OCCLUSION DENTAIRE

RAPPORTS INTRA ET INTER ARCADES


Occlusion dentaire

" L'occlusion dentaire n'est nullement un état mais un

acte. Il s'agit tantôt d'une prise de contact parfois

fugace des arcades maxillaire et mandibulaire en un

ou plusieurs points, tantôt du maintien d'un contact

avec ou sans déplacement de la mâchoire inférieure…"

(GASPARD)


1 re partie rapports intra arcades

1ère Partie :Rapports intra-arcades :


Occlusion dentaire

Le caractère essentiel de l'agencement des arcades dentaires s'exprime par leur continuité ;

 chaque dent participe à cette continuité par :

1. des modifications successives de ses caractéristiques anatomiques ;

2. une organisation spatiale selon certaines règles.


Occlusion dentaire

Toutefois : l'agencement dentaire que l'on va décrire relève d'une disposition "idéale" d’un point de vue anatomique, mais qu'il ne faudra pas considérer comme un idéal thérapeutique ;

en effet, ce serait faire abstraction à la fois des capacités d'adaptation du parodonte, et des variations anatomiques propres à tout organe.


Occlusion dentaire

PLAN

  • A propos de la continuité des arcades.

  • A propos de la courbe de Spee.

  • A propos de la courbe de Wilson.

  • A propos de la forme des arcades dentaires.


1 a propos de la continuit des arcades

1) A propos de la continuité des arcades.


Occlusion dentaire

a) continuité des formes dentaires adjacentes :


Occlusion dentaire

b) agencement des cuspides et bords libres :


Occlusion dentaire

c) agencement des sillons intercuspidiens mésio-distaux :


2 a propos de la courbe de spee

2) A propos de la courbe de Spee.


A origine de la courbe de spee

a) Origine de la courbe de Spee :

  • 1890 : Ferdinand Graaf Von Spee

    - décrit une courbe antéro-postérieure à concavité supérieure, passant par les surfaces occlusales des molaires;

    - décrit également un cylindre, qui contient la courbe précédente et passe par la partie la plus antérieure du condyle mandibulaire, et dont l'axe passe par la crête lacrymale postérieure ;


Occlusion dentaire

  • 1922 : Monson et Villain

    - le grand axe des dents cuspidées convergent vers un point commun d'intersection ;

    - la courbe de Spee fait donc partie d'une sphère;

    - centre = région de l'apophyse crista galli ;

    - rayon = 10,4 cm (4 inches) ;


Occlusion dentaire

Remarques :

  • les auteurs ne sont pas d'accord pour la détermination exacte du centre de la sphère de Monson :

    - Villain : 3 cm en arrière du point nasal ;

    - Marseillier (1937) : un peu en dessous du point M de Delaire ;

    - Wadsworth (1925) : région nasio-glabellaire ;

  • la courbe de Spee se forme vers l'âge de 12 ans, et a tendance à s'approfondir avec le temps ;


Occlusion dentaire

b) significations de la courbe de Spee :

  • Von Spee : la forme de la courbe occlusale dépend du trajet condylien

     la courbe compenserait ainsi l'inclinaison du trajet condylien ;


Occlusion dentaire

  • Gysi (1927) : conteste l'opinion de Von Spee

     il n'existe aucune relation directe entre l'inclinaison du parcours condylien et la courbe de Spee ;


Occlusion dentaire

  • Monson et Villain :

     cette géométrie s'explique par l'équilibre musculaire du système ;


Occlusion dentaire

  • Sicher : explique le rôle de la courbe de Spee

  • le grand axe des dents maxillaires doit coïncider avec la résultante des forces masticatoires qu'elles subissent

  • or dans la région molaire : les forces sont davantage inclinées vers le haut et l'avant ;

  • la position correspondante des molaires conduit ainsi à la formation de la courbe de Spee ;


Occlusion dentaire

c) aspect géométrique de la courbe de Spee :

  • Marseillier :

    - le point le plus bas de la courbe qui passe par les pointes cuspidiennes vestibulaires se situe environ au niveau de la cuspide MV de la 1ère molaire > ;

    - la courbe passant par les pointes cuspidiennes linguales est différente de la précédente ;

    - sur une vue de profil : les 2 courbes se confondent au niveau de la 1ère molaire, et s'écartent l'une de l'autre de chaque côté ;


Occlusion dentaire

  • Lautrou :

     précise ;

     les courbes cuspidiennes V et L se croisent au niveau de la 2nde PM> ;


Occlusion dentaire

Par convention :

 la courbe de Spee est celle qui passe par le sommet des cuspides vestibulaires maxillaires,

 elle peut être différente d'un côté à l'autre : c'est une courbe unilatérale.


Occlusion dentaire

  • Cretot et Pujol :

    _ étude sur la variabilité de la courbe de Spee ;

    _ résultats :

    - sujets jeunes : courbe relativement marquée ;

    - sujets adultes "jeunes" : courbe moins marquée ;

    - puis : aplatissement de la courbe avec l'âge ;

    _ explications :

    - l'usure du point de contact M2-M1 fait glisser celui-ci sous le bombé distal de M1 ;

    - usure plus rapide des cuspides distales (dû à la faible mésio-version des molaires chez l'adulte "âgé").


3 a propos de la courbe de wilson

3) A propos de la courbe de Wilson.


Occlusion dentaire

a) Origine de la courbe de Wilson :

  • PK Thomas :

    - les pointes cuspidiennes L mandibulaires sont plus courtes que leurs homologues V ;

    - les PM et M maxillaires ont des axes de + en + convergents vers le haut à mesure qu'ils sont plus distaux, ce qui provoque un redressement progressif des faces occlusales les plus distales ;

    - les faces occlusales des dents postérieures sont donc disposées, dans le plan frontal, sur un arc de cercle appelé courbe de Wilson (ou Monson) ;

    - il n'existe pas une courbe de Wilson unique, mais autant de courbes que de couples de dents cuspidées homologues ;


Occlusion dentaire

  • Lautrou :

    - les cuspides V et L des dents maxillaires sont alignées selon une courbe à concavité supérieure dite courbe de compensation ou courbe de Wilson ;

    - l'inclinaison axiale (vers le haut et le dedans) des dents les plus postérieures étant plus accentuée : le rayon de cette coube se réduit dans le sens mésio-distal ;


Occlusion dentaire

  • la résultante de la courbe sagittale de Spee et de la courbe transversale de Wilson forme la surface hélicoïde de Widdowson :


Occlusion dentaire

b) signification de la courbe de Wilson :

  • la courbe de Wilson donne la position particulière des cuspides dites d'appui ;

  • elle permet un glissement harmonieux des cuspides d'appui mandibulaires sur les cuspides guides maxillaires…

    [cf 2ème partie]


Occlusion dentaire

4) A propos de la forme des arcades dentaires.


Occlusion dentaire

a) Différentes théories caractérisant la forme d'arcade :

  • classification d'Izard :

     6 formes d'arcades :

    - parabole (10%) ;

    - ellipse (85%) ;

    - hyperbole ;

    - U ;

    - œuf ;

    - fer à cheval ;


Occlusion dentaire

  • les courbes caténaires de Mac Cornail et Sicher (1949) ;

  • étude de Currier (1969) ;

  • étude de Brader (1972) notion d'ellipse trifocale ;

  • étude de White (1974) ;

  • étude de Genome, Falso et Marini (1978) ;


Occlusion dentaire

  • étude de Savostini et Asling (1986) :

  • 3 formes d'arcades :

    - quadrangulaire ;

    - ovale ;

    - triangulaire ;


Occlusion dentaire

b) facteurs influençant la forme d'arcade dentaire :

1. le déterminant osseux :

  • pour certains auteurs :

     l'os alvéolaire (et par conséquent l'arcade dentaire) se développe indépendamment de l'os basal ;

  • pour Bjork :

     la croissance des bases osseuse influe sur la direction d'éruption des dents, et donc sur la forme et la taille de l'arcade ;


Occlusion dentaire

2. le déterminent musculaire et fonctionnel :

  • il n'existe pas, à l'état normal, de déséquilibre de tonicité entre les sangles musculaires de part et d'autre de l'arcade ;

  • l'arcade évolue donc dans une zone "neutre", ne subissant que très peu de pressions  = couloir dentaire de Château ;

  • des anomalies musculaires (défauts de tonicité labiale ou linguale) entraîneront des déformations de l'arcade ;


Occlusion dentaire

  • [déglutition / phonation / respiration / mastication] :

     peu d'influence sur la forme de l'arcade ;

  • succion du pouce :

     quand elle persiste au delà de 3-4 ans : entraîne des modifications de la forme d'arcade, mais ces conséquences sont en général réversibles à l'arrêt de la succion ;


Occlusion dentaire

3. le facteur sexuel :

  • pas de différence de forme d'arcade entre l'homme et la femme ;

    mais

  • différence de taille : l'homme a une arcade + longue et + large ;


Occlusion dentaire

4. le déterminant héréditaire :

 l'hérédité joue un rôle indéniable sur la forme et la taille des arcades dentaires, sans qu'il soit possible d'en quantifier la part…


2 me partie rapports inter arcades

2ème Partie :Rapports inter-arcades :


Occlusion dentaire

  • Approche anatomique

  • Approche clinique

  • En position statique

  • D’un point de vue dynamique


1 approche anatomique en position statique

1) Approche anatomique / En position statique.


Anatomie dans le sens v l

Anatomie dans le sens V/L


Anatomie dans le sens v l et vertical

Anatomie dans le sens V/L et vertical


Anatomie dans le sens m d

Anatomie dans le sens M/D


Les 2 exceptions dans le sens m d

Les 2 exceptions dans le sens M/D


Classification fonctionnelle des surfaces occlusales

Classification fonctionnelle des surfaces occlusales

  • Les surfaces occlusales d’appui :

    - cuspides V des PM et M mandibulaires

    - bords libres des incisives mandibulaires et les cuspides des canines mandibulaires

    - cuspides L maxillaires

  • Les surfaces occlusales guides :

    - cuspides V des PM et M maxillaires

    - faces L et bords libres des incisives et canines maxillaires

    - cuspides L mandibulaires


Les diff rentes relations d occlusion en oim

Les différentes relations d’occlusion en OIM

  • Relations bords libres/faces L des incisives

  • Relations cuspide / surface marginale

  • Relations cuspide / fosse centrale

  • Relations cuspide / fosse marginale


Relations cuspide surface marginale

Relations cuspide – surface marginale


Relations cuspide fosse centrale

Relations cuspide - fosse centrale


Relations cuspide fosse marginale

Relations cuspide fosse marginale


2 approche anatomique d un point de vue dynamique

2) Approche anatomique / D'un point de vue dynamique.


Relations en propulsion

Relations en propulsion


Trajets des surfaces dentaires dans les mouvements de diduction du c t travaillant

Trajets des surfaces dentaires dans les mouvements de diduction du côté travaillant


3 approche clinique en position statique

3) Approche clinique / En position statique.


La classification d angle

La classification d’Angle

  • La classification d’Angle (1907) est une classification statique des rapports dento-dentaires entre les arcades observées dans le sens antéro-postérieur.

  • Elle est basée sur le rapports d’occlusion des faces V des 6, en ICM.


Occlusion dentaire

Relations inter arcades en OIM


Exemple de perturbation de l occlusion

Exemple de perturbation de l’occlusion


Examen clinique de l oim

Examen clinique de l’OIM

  • Palpation bilatérale des muscles élévateurs. Les asymétries et asynchronismes d’activités musculaires témoignent de l’inégalité des contacts d’intercuspidation entre les côtés gauche et droit.

  • Claquement rapide des dents. Le patient doit claquer des dents sans efforts.

  • Palpation des dents. C’est la recherche du frémitus décrit par Peter DAWSON pour les dents antérieures.

  • Marquage des contacts avec du ruban marqueur noir (10 à 20 µm).


4 approche clinique d un point de vue dynamique

4) Approche clinique / D'un point de vue dynamique.


Occlusion dentaire

  • Coïncidence des milieux incisifs:

    - au repos, en OIM, en RC.

  • Propulsion effectuée volontairement par le patient sans intervention du praticien.

  • Recherche de contacts prématurés lors du mouvement de fermeture.

  • Repérages des décalages OIM / RC. En moyenne 0.4 mm. De O à 1.2 mm sans pathologie.

  • Fonction canine ou de groupe. Le praticien effectue un guidage ferme afin de révéler les interférences. (=particularité anatomique qui provoque un changement de direction de la mandibule).


Occlusion dentaire

MERCI DE VOTRE ATTENTION!!!


  • Login