Une autre conomie est elle possible jean marie laneyrie citoyen atterr
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 26

Une autre économie est-elle possible ? Jean-Marie Laneyrie , Citoyen atterré PowerPoint PPT Presentation


  • 55 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Une autre économie est-elle possible ? Jean-Marie Laneyrie , Citoyen atterré. Rencontres citoyennes Dieulefit 13 octobre 2012. Tous atterrés. Rencontres citoyennes. Les thèmes de discussion : Note d’humeur conjoncturelle Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Download Presentation

Une autre économie est-elle possible ? Jean-Marie Laneyrie , Citoyen atterré

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Une autre conomie est elle possible jean marie laneyrie citoyen atterr

Une autre économie est-elle possible ?Jean-Marie Laneyrie,Citoyen atterré

Rencontres citoyennes

Dieulefit

13 octobre

2012


Tous atterr s

Tous atterrés


Rencontres citoyennes

Rencontres citoyennes

  • Les thèmes de discussion :

  • Note d’humeur conjoncturelle

  • Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

  • Réinvestir le Pouvoir d’agir

    • Un Etat au service de politiques publiques

    • Des territoires engagés portés par des initiatives citoyennes


Une autre conomie est elle possible jean marie laneyrie citoyen atterr

  • Petite note de conjoncture


Vers la d croissance durable

Vers la décroissance durable ?

  • PIB au point mort pour la France depuis septembre 2011

  • PIB : - 0,2% au 2° trimestre zone euro

    • Portugal : - 3,3 %

    • Espagne : - 1 %

    • Italie : - 2,5 %

    • Grèce : - 5,2 %

  • Allemagne : + 1 % en 1 an


Vers la d croissance durable1

Vers la décroissance durable ?

  • La demande intérieure en zone Euro – 0,8 %

  • 5 millions d’inscrits à Pôle Emploi

  • Pour l’INSEE, 37000 destructions d’emploi d’ici Noël en France

  • Doux, Technicolor, Arcelor, Fralib, LyondelBasell, Peugeot

    • Sans oublier les dépôts de bilan des TPE


Vers la d croissance durable2

Vers la décroissance durable ?

  • Peugeot

    • Versement en 2011 de 287 M € de dividendes

    • Rachat par l’entreprise de ses propres actions pour 200 M €

  • Sanofi

    • 6 G € en 2011

      • 1,3 G € aux actionnaires en 2011 suite au versement de 3,1 G € en 2010

      • 2500 postes supprimés

  • Paradoxe : les entreprises exsangues


Une autre conomie est elle possible jean marie laneyrie citoyen atterr

  • Les facteurs déterminants de la crise actuelle

  • Une crise juridique ?


L esprit de philadelphie

L’esprit de Philadelphie

  • 10 mai 1944 : première déclaration internationale des droits à vocation universelle

    • Le travail n’est pas une marchandise

    • La liberté d’expression et d’association est une une condition indispensable d’un progrès soutenu

    • La pauvreté constitue un danger pour la prospérité de tous

    • Les représentants des employeurs et des travailleurs participent à de livres discussions en vue de promouvoir le bien commun

    • Subordination de l’organisation économique au principe de justice sociale


L esprit de la construction europ enne

L’esprit de la construction européenne

  • Une perspective inversée

    • Objectif : libre circulation des capitaux et des marchandises

      • On indexe l’économie sur les exigences de la finance et on traite les hommes comme du capital humain au service de l’économie

      • L’exposition universelle de Chicago 1933: « la science trouve, l’industrie applique, l’homme s’adapte »


L esprit de la construction europ enne1

L’esprit de la construction européenne

  • La Cour de Justice des Commissions Européennes

    • A exempté les entreprises au respects des conventions collectives

    • A interdit le lois indexant les salaires sur les coûts de la vie

    • A condamné les dispositifs de contrôle du respect des droits des travailleurs

    • A affirmé que le recours aux pavillons de complaisance ressortaient du principe de libre concurrence

    • A interdit les grèves contre les délocalisations

    • A décidé de subordonner les libertés collectives des salariés aux libertés économiques des entreprises

      • Arrêts Viking et Laval 2007


Comment en sommes nous arriv s l

Comment en sommes-nous arrivés là ?

  • Les gouvernements ont renoncé à maintenir une croissance permettant de satisfaire le plein emploi

    • Dans les années 70 : taux de croissance 5,7 %, taux de chômage : 2,4 % et un excédent budgétaire de 0,8 % du PIB. Inflation 5 %

    • Hausse du pouvoir d’achat et très faibles inégalités sociales

      Une contre révolution libérale nécessaire pour un nouveau partage de la richesse

  • Car les rentiers sont spoliés par l’inflation

    • Les actionnaires prennent le pouvoir au détriment des dirigeants

    • Des taux de rentabilité du capital à 15%


Comment en sommes nous arriv s l1

Comment en sommes-nous arrivés là ?

  • Un travail idéologique orchestré et la main mise des financiers et des économistes de banque

    • Le mont Pèlerin

      • 1947, Friedrich Hayek

      • 1972, Milton Friedman : « l’entreprise doit être gérée en fonction des intérêts des seuls actionnaires »

    • Le cercle des économistes

      • Jean-Hervé Lorenzi, sous tutelle de Bernard Arnault (Rencontres économiques d’Aix en Provence)

    • Le conseil d’analyse économique

      • Christian de Boissieu, Opa des Banksters

    • L’école d’économie de Paris « Paris School of Economics »

      • François Bourguignon après Thomas Piketty

    • L’école d’économie de Toulouse, Jean Tirole


La fin du sme

La fin du SME

  • Système Monétaire International de BrettonWoods, le 22 juillet 1944

  • 15 août 1971, inconvertibilité du

    dollar en or

  • 7 et 8 janvier 1976, les accords de la Jamaïque, reconnaissance de jure de la flottabilité des monnaies

15 $ l’once

+ 1 %

- 1 %


Le d veloppement des flux sp culatifs

Le développement des flux spéculatifs

  • Acceptation de la mondialisation de la finance et anticipation de l’acte unique de 86 par le gvt Bérégovoy

    • directive essentielle (juin 1988) qui libéralise les mouvements de capitaux entre États membres.

      • C’est Jacques Delors, devenu président de la Commission européenne en 1985, et son directeur de cabinet Pascal Lamy, qui prépareront la directive de 1988 sur la libéralisation des mouvements de capitaux

    • En 1992, le traité de Maastricht obligera les États membres à libéraliser ces mouvements également dans leurs relations avec les États tiers. Ainsi, en moins de dix ans, le capital a gagné le droit de circuler librement alors même que cela pouvait « compromettre la politique économique de l’un ou de l’autre des États ».


Le pib en d bat

Le PIB en débat

  • La valeur ajoutée

Compte de résultats

Consommations intermédiaires

C.A.

V.A.


La fin du compromis social autour du partage des fruits de la croissance

La fin du compromis social autour du partage des fruits de la croissance

  • Le tournant de la rigueur 82/83 et ses suites

    • En 82, la part des salaires : 67%

    • En 89, la part des salaires : 59%

    • En 98, la part des salaires : 57%

    • Les recettes budgétaires 22,5% du PIB en 82, 15,1% en 2009


Comment en sommes nous arriv s l2

Comment en sommes-nous arrivés là ?

  • 10 points de VA regagnés par le capital en 30 ans, soit 195 G €

  • Pour la France

  • L’Europe s’épuise depuis des mois à trouver 110 milliards d’euros pour sauver la Grèce alors que la fortune cumulée des 0,2% les plus riches de la planète est estimée à 39.000 milliards de dollars !


Comment en sommes nous arriv s l3

Comment en sommes-nous arrivés là ?


Une ligne de conduite coh rente

Une ligne de conduite cohérente

  • La régulation à l’œuvre

    • Surveillance des politiques économiques par la finance mondialisée

    • Concurrence distordue

    • Pouvoir aux actionnaires

      • La responsabilité non plus des deux cents familles mais d’un écosystème complexe

  • La dette publique : prétexte à une austérité digne de la « lutte des classes »

  • La privatisation de l’Etat providence


Trait sur la stabilit la coordination et la gouvernance de l union conomique et mon taire

Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance de l’Union économique et monétaire

  • Contre les politiques keynésiennes de relance

    • Le Traité fait l’hypothèse implicite que le multiplicateur keynésien est nul, que les politiques budgétaires restrictives n’ont pas d’impact sur l’activité

    • Le Traité s’appuie sur la notion de déficit structurel, c’est-à-dire le solde public corrigé du solde conjoncturel. C’est le déficit des finances publiques que connaîtrait le pays si sa production était à son niveau d’équilibre

  • Contre l’autonomie des Etats sur le plan budgétaire

  • Une erreur sur le diagnostic : le manque de discipline budgétaire

    • Déficit public de la zone euro : 1,5% du PIB

  • Mettre en place des politiques d’austérité en pleine récession

    • Le volet croissance et emploi : stratégie Europe 2020

    • Il est question de 120 milliards soit 1% du PIB de la zone, mais sur un laps de temps indéfini, alors que les programmes d’austérité nationaux représentent 240 milliards par an


Une autre conomie est elle possible jean marie laneyrie citoyen atterr

  • Réinvestir le pouvoir d’agir


Pour un tat social renouvel

Pour un état social renouvelé

  • Réinvestir l’Etat social et ses 4 piliers

    • La protection sociale

    • La règlementation des rapports de travail

    • Les services publics

    • Les politiques économiques

  • L’Etat est fruit des contradictions

    • L’Etat n’est pas la seule expression de la classe dominante

    • Attention à la notion d’Etat Providence – providence divine

      • Un bien être social et non un filet de protection minimale

      • Welfare State

        • Notion de l’Etat aujourd’hui restrictive : la seule protection sociale

        • Modèle beveridgien où les prestations sont universelles

        • Modèle bismarkien avec les assurances sociales


Une coercition renouvel e pour les flux financiers

Une coercition renouvelée pour les flux financiers

  • Les gestes qui sauvent

    • Une banque centrale au service du financement des déficits publics

    • Organisation de circuits hors marché des épargnes nationales vers les emprunts publics

    • Défaut partiel des dettes souveraines

    • Réinternaliser la création de valeur

      • Serge Tchuruk (2001) patron d’Alcatel qui rêvait à des entreprises sans usines

    • Modifier les structures de coûts par une autre fiscalité

    • Le Shareholderlimitedauthorizedmargin (SLAM) : guillotine fiscale

    • Une politique active axée sur les recettes

    • Le financement intégral des dégâts collatéraux de la mondialisation débridée

      • Un fonds de mutualisation sous contrôle social

    • Un contrôle social des salariés et de leurs représentants au CA des entreprises


Les territoires d action

Les territoires d’action

  • Et sur les territoires

    • Participation citoyenne aux projets de développement

    • Investir dans les circuits courts

    • Mailler les TPE

    • Une épargne locale maîtrisée

    • Exiger de réelles infrastructures

      • Haut débit, transports en commun et non des palliatifs

    • Economie de la fonctionnalité ?


Une autre conomie est elle possible jean marie laneyrie citoyen atterr

  • Place au débat et aux échanges


  • Login