Slide1 l.jpg
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 17

Le suicide comme stratégie d’autorégulation des émotions : Implications théoriques et outils d’intervention PowerPoint PPT Presentation


  • 68 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Le suicide comme stratégie d’autorégulation des émotions : Implications théoriques et outils d’intervention. Frédérick Dionne, Ph.D., psychologue Collège François-Xavier-Garneau. Plan . La théorie La recherche La pratique Conclusion. La théorie.

Download Presentation

Le suicide comme stratégie d’autorégulation des émotions : Implications théoriques et outils d’intervention

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Slide1 l.jpg

Le suicide comme stratégie d’autorégulation des émotions :Implications théoriques et outils d’intervention

Frédérick Dionne, Ph.D., psychologue

Collège François-Xavier-Garneau


Slide2 l.jpg

Plan

  • La théorie

  • La recherche

  • La pratique

  • Conclusion


La th orie l.jpg

La théorie

  • « Qu’est-ce que le suicide, sinon une action visant à mettre un terme à desémotions intolérables? » (Murray, 1938)

  • Le but du suicide est d’échapper à l’expérience consciente d’une insupportable souffrance psychologique (Shneidman, 1999)

  • Le psymal (Shneidman, 1999)


Slide4 l.jpg

Edwin S. Shneidman

La théorie

La souffrance est perçue comme étant Intolérable,

« je ne peux plus endurer cette souffrance »

Le problème (la situation) est évalué comme étant Insoutenable

«  ce problème est insoluble »

La souffrance est perçue comme étant Inacceptable

« je ne veux plus endurer cette souffrance »


La th orie5 l.jpg

La théorie

  • Le moyen est un moyen de cessation (Shneidman, 1999)

  • Le suicide escapiste (Baechler, 1975)

  • La théorie de la fuite (Baumeister, 1990)


La th orie6 l.jpg

Situations extérieures

  • Stratégie de coping

  • (évitement)

  • Pensées, émotions, sensations

    La théorie

    • Les conduites suicidaires découlent d’une tentative de résolution de problème:

      • L’individu formule la règle verbale suivante: (Chiles & Strosahl, 2005):

        • « Si suicide, alors absence de souffrance »


    La recherche l.jpg

    La recherche

    • Les conduites suicidaires comme un moyen d’éviter une situation ou des états d’esprit intenables est appuyé par diverses recherches empiriques (e.g., Bancroft et al., 1976)

    • L’évitement des expériences explique aussi les dépendances et les psychopathologies (e.g., Hayes et al., 1996)


    La pratique l.jpg

    La pratique

    • Approches de Shneidman (1999) et de la nouvelle génération de thérapie cognitive et comportementale, pour lesquelles il y diverses similarités (Dionne, 2008)

      • L’approche dialectique (DBT; Linehan, 1993)

      • La thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT; Chiles & Strosahl, 2005; Hayes, Strosahl & Wilson, 1999).

    • Les travaux sur la régulation des émotions de Gratz (2003)


    La pratique9 l.jpg

    La pratique

    • « Rester » avec la douleur du client et attitude du thérapeute

    • Dévoiler la fonction de la conduite suicidaire

    • Prendre conscience que la tendance à éviter des émotions se répète dans le temps


    La pratique10 l.jpg

    La pratique

    • Trouver des alternatives à la situation (stresseur)par la résolution de problème

    • Intervenir sur les mécanismes de la pensée (la perception):

      • Restructuration cognitive, recadrage

      • Dé-fusion/distanciation


    La pratique11 l.jpg

    La pratique

    • Développer lamindfulness:

      • La « pleine conscience » signifie prêter attention d’une manière particulière :

        • Intentionnellement

          • Sur le moment présent,

            • Et sans porter de jugement

              Jon Kabat-Zinn, 1990

      • Les pensées

      • Les sensations

      • Les émotions

      • Les comportements


    La pratique12 l.jpg

    La pratique

    • Développer l’acceptation des pensées et émotions

      • Ouverture (willingness) à ressentir des émotions désagréables

        • « Je souffre, donc je suis » (Shneidman, 2001, p.7)

        • Les émotions sur les émotions (méta-émotions)

        • Urge surfing(Marlatt, 1994)

        • Réduire la lutte avec les pensées et émotions


    La pratique13 l.jpg

    La pratique

    • Entraîner la tolérance à la détresse (Linehan, 1993):

      • La distraction

      • La capacité de s’apaiser (self-soothing)

      • La disposition à améliorer le moment présent


    La pratique14 l.jpg

    La pratique

    • Flexibilité dans l’utilisation de stratégies servant à moduler l’intensité et/ou la durée des émotions (au lieu de tenter d’éliminer entièrement des émotions)

    • Aider à donner une direction à la vie en fonction des raisons de vivre ou des valeurs

    • Acquérir l’habileté à s’engager dans des actions dirigées envers ces « buts », et ce, malgré les émotions


    Conclusion l.jpg

    Conclusion

    • Il y a un intérêt clinique à conceptualiser le suicide comme une stratégie de régulation des émotions

    • D’ailleurs, cette conception est à la base d’approches novatrices en psychothérapie


    Conclusion16 l.jpg

    Conclusion

    • Il y a aussi un attrait au plan de la recherche

    • En ce qui concerne la recherche clinique, la plupart des travaux dans ce domaine porte sur les comportements automutilatoires chez des individus présentant un trouble de la personnalité limite (e.g., Gratz & Gunderson, 2006). Plus de recherches avec des individus aux conduites suicidaires sont nécessaires.


    R f rences l.jpg

    Références

    • Baechler, J. (1975). Les suicides. Paris : Calmann-Lévy.

    • Bancroft, J. H. J., Skrimshire, A. M., & Simkin, S. (1976). The reasons people give for taking overdoses. British Journal of Psychiatry, 128, 538-548.

    • Baumeister, R. F. (1990). Suicide as escape from the self. Psychological Review, 97, 90-113.

    • Dionne, F., (2008, Avril). Edwin S. Shneidman’s Theory and Practice: Similarities with the Cognitive Behavioural Approach. Affiche présentée au 41st Annual Conference of the American Association of Suicidology "Advancing Suicidology: Embracing Diversity in Research & Practice", Boston, Massachussetts.

    • Gratz, K. L. (2003). Risk factors for and functions of deliberate self-harm: An empirical and conceptual review. Clinical Psychology: Science and Practice, 10, 192-205.

    • Gratz, K. L. & Gunderson, J. G. (2006).  Preliminary data on an acceptance-based emotion regulation group intervention for deliberate self-harm among women with Borderline Personality Disorder. Behavior Therapy, 37, 25-35.

    • Hayes, S. C., Wilson, K. G., Gifford, E. V., Follette, V. M., & Strosahl, K. (1996). Experiential avoidance and behavioral disorders: A functional dimensional approach to diagnosis and treatment. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 64, 1152−1168.

    • Hayes, S. C., Strosahl, K., & Wilson, K. G. (1999). Acceptance and commitment therapy: An experiential approach to behavior change. New-York : Guilford Press.

    • Kabat-Zinn, J. (1990). Full catastrophe living. Using the wisdom of your body and mind to face stress, pain and illness. New-York: Dell Publishing.

    • Linehan, M. M. (1993). Cognitive-behavioral treatment of borderline personality. New-York: Guilford Press.

    • Marlatt, G. A. (1994). Addiction, mindfulness, and acceptance. In S. C. Hayes, N. S. Jacobson, V. M. Follette, & M. J. Dougher (Eds.), Acceptance and change: Content and context in psychotherapy (pp. 175-197). Reno, NV: Context Press.

    • Murray, H. A. (1938). Explorations in personality. New York : Oxford University Press.

    • Shneidman, E. S. (1999). Le tempérament suicidaire : Risques, souffrances et thérapies. Bruxelles : De Boeck et Berlin.

    • Shneidman, E. S. (2001). Suicidology and the University : A founder’s reflections at 80. Suicide and Life-threatening Behavior, 31(1), 1-8.


  • Login