Morsure de serpent
Sponsored Links
This presentation is the property of its rightful owner.
1 / 22

Morsure de Serpent PowerPoint PPT Presentation


  • 81 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Morsure de Serpent. Docteur Philippe VIVES Département Urgences CHG Agen [email protected] Cours IFSI Septembre 2007. Epidémiologie. En France : 1000 à 2000 par an. Mortalité 0,5% (= 50 à 100/an). Tous les âges sont concernés. Plus grave chez enfants et ATCD CV.

Download Presentation

Morsure de Serpent

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Morsure de Serpent

Docteur Philippe VIVES

Département Urgences

CHG Agen

[email protected]

Cours IFSI Septembre 2007


Epidémiologie

  • En France : 1000 à 2000 par an.

  • Mortalité 0,5% (= 50 à 100/an).

  • Tous les âges sont concernés.

  • Plus grave chez enfants et ATCD CV.

  • Mb sup = Mb inf !!!

    Un serpent qui mord se sent en danger …

  • Période à risque : d’Avril en Octobre, surtout mois chauds ++, même en milieu aquatique.


Répartition géographique

  • 2 espèces de vipères en France :

    • L’aspic : prédomine au Sud.

  • 2 sous-espècesVipera aspis aspis

  • Vipera aspis zinnikeri

    • La Pelliade : prédomine au Nord.

  • Vipera berus berus

  • + Espèces locales : Vipera seoanei (pays basque)Vipera ursini (Alpes du Sud)


Vipera Aspis Aspis

Vipera Aspis Zinnikeri


Critères de reconnaissance


Couleuvre verte et jaune

Couleuvre de Montpellier


Couleuvre vipérine


Le venin

  • Mélange complexe de protéines avec activité enzymatique et toxique.

  • Notamment substances vaso-actives, anticoagulantes,

  • Dans 20 à 40 % des cas : Morsure sèche.

    = Pas d’œdème ni de douleur.

  • Le reste : Morsure avec envenimation.

    = Reconnaître l’envenimation !!


Clinique morsure vipère

  • Signes locaux :

    - Morsure : douloureuse, sensation de piqure.

    Typiquement mais non systématique : Présence de 2 traces punctiformes, espacées de 6 à 10 mm.

    - Œdème : diagnostic d’envenimation !

    Dans les minutes, froid, tâches ecchymotiques et purpuriques. Douleur intense, irradiante. Evolutif (hémicorps en plusieurs jours).


Morsure de couleuvre

Morsure de vipère


Morsure vipérine du doigt


Clinique

  • Signes locaux :

    - Œdème : Son absence dans les 2 à 6 h après la morsure élimine l’envenimation.

    Parfois hyperthermie 38°.

    Adénopathies satellites, paresthésies.

    Régression lente en 1 à 4 semaines.

    Complications rares : infection et nécrose.


Clinique

  • Signes généraux :

    - Intensité variable / quantité venin.

    Surtout dans les formes modérées à graves dans les 1ères heures.

    - Digestifs : Nausées, vomissements ++, douleur abdo.

    - CV : HypoTA, état de choc, (douleur coro).

    - Tb neuro secondaires au choc.

    mais aussi spécifiques envenimation = paralysie de certains nerfs crâniens.


Graduation de l’envenimation


Evolution

  • Pronostic fonction de la quantité de venin.

  • Facteurs de risque : jeunes enfants, ATCD CV, sujets âgés,

  • femmes enceintes, localisation de la morsure.


Complications

  • Locales: surinfection, nécrose, compression vasculo-nerveuses. Régression de l’œdème.

  • Générales: réactions allergiques, état de choc réfractaire.

  • Rénales: IRA fonctionnelle.

  • OAP lésionnel.

  • Tb de la conscience.

  • Rhabdomyolyse.

  • Pancréatite.

  • Décès: en 2 à 3 jours. Défaillance multi-viscérale.

  • Biologiques: tb de la coagulation. Hyperleucocytose. Thrombopénie. CIVD.


Conduite à tenir IDE

  • Affirmer l’envenimation.

  • Rassurer la victime.

  • Mettre la victime au repos.

  • Immobiliser le Mb atteint.

  • Enlever bague et montre.

  • Désinfection de la plaie (pas d’alcool ni éther qui favorisent la vasodilatation et la diffusion du venin).

  • Appliquer de la glace.

  • Pose VVP côté opposé morsure.

  • Avis médical obligatoire.


A ne pas faire

  • Incision et débridage de la plaie.

  • Cautérisation.

  • Succion.

  • Garrot, bandage compressif.

  • Injection de la sérothérapie (allergie).

  • Aucun intérêt : Pompe aspirante (ASPIVENIN).

  • Donner des corticoïdes/aspirine/AINS.


Traitement médical

  • Antalgiques.

  • Anxiolytiques.

  • Antibiothérapie.

  • VAT. Sérum AT.


Traitement spécifique

  • Ne jamais injecter de sérum en dehors d’un service hospitalier (choc anaphylactique).

  • = VIPERFAV.

  • Neutralise effet toxique/enzymatique du venin.

  • En perfusion de 1h (dans 100mlNaCl).

  • Renouvelable 1 fois 4h après fin première perfusion.

Critère d’utilisation : Grade 2 avec signes neuro / Grade 3

Efficace si administré précocement


  • Login