Encombrement des voies aeriennes superieures et kinesitherapie
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 28

ENCOMBREMENT DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES ET KINESITHERAPIE PowerPoint PPT Presentation


  • 84 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

ENCOMBREMENT DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES ET KINESITHERAPIE. Anne BISSERIER Paris Descartes 2009. VOIES AERIENNES SUPERIEURES. Anatomie Fosses nasales : cornets, méats

Download Presentation

ENCOMBREMENT DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES ET KINESITHERAPIE

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


ENCOMBREMENTDES VOIES AERIENNES SUPERIEURESET KINESITHERAPIE

Anne BISSERIER

Paris Descartes 2009


VOIES AERIENNES SUPERIEURES

Anatomie

  • Fosses nasales : cornets, méats

  • Communications : sinus frontaux, éthmoïdaux, maxillaires, sphénoïde la trompe d’Eustache le canal lacrymo-nasal

  • Nombreuses fibres sensitives : R éternuement

  • Nombreuses fibres orthosympathiques

  • Valves narinaires, turbinales, septales = zones érectiles


Différences anatomiques VASde l’enfant par rapport à l’adulte

  • Prolongement des fosses nasales, cavum, oropharynx

  • Important complexe lymphoïde (anneau de Waldeyer)

  • Voile du palais plus long, plus épais

  • Sinus ethmoïdaux, maxillaires

    • Dès la naissance

    • petits volumes, ostium plus large peu développés

    • développé et visible vers 12-18 mois

    • Rareté des sinusites du petit enfant

  • Sinus frontaux et sphénoïdiens vers 7 ans

    • Confusion entre sinusite et rhinite ou rhinopharyngite


Évolution avec l’âge

Larynx


VOIES AERIENNES SUPERIEURES

  • Histologie

    • Formation pilosébacée : vestibule nez, fosses nasales (ant)

    • Épithélium de type respiratoire : fosses nasales, pharynx (chorion, glandes sécrétrices)

    • Neuroépithélium (muqueuse olfactive avec glandes de Bowman)

    • Cellules ciliées, caliciformes : stéréociles, langerhans, mastocytes (irritation chronique)

    • Amas lymphoïdes anneau de Waldeyer amygdales

    • Vascularisation riche (veineuse sup et prde, X artérielle)


VOIES AERIENNES SUPERIEURES

Histophysiologie

  • libre passage, conditionnement, épuration de l’air

    • poils, valves, choanne étroite, fosses nasales étroites, obliquité entre pharynx et VAI

    • air inspiré humidifié, réchauffé, filtré

  • Cheminement des particules odorantes vers l’organe olfactif


VOIES AERIENNES SUPERIEURES

Histophysiologie

  • adaptation flux respiratoire

    • notion de régulation : exo/environnement

    • valves nasales

    • cycle physio alterné, toutes les 4 h


VOIES AERIENNES SUPERIEURES

Histophysiologie

  • participation aux défenses immunitaires

    • Ph locaux de défenses

    • formations lymphoïdes pharyngées à effets généraux +++


OBSTRUCTION NASALEchez l’enfant

  • Motif de consultation médicale fréquent

  • Le plus souvent cause bénine, guérison spontanée

  • chez NN, nourrisson : gène respiratoire avec perte d’appétit, source de détresse respiratoire

    • Rhinite obstructive

  • Chez l’enfant : si chronicité retentissement sur croissance massif facial (grand enfant)  SAS

    • Rhinite allergique ou non, rhino-pharyngite, rhinosinusite chronique, hypertrophie adénoïdienne, pathologie de la valve nasale, obstruction nasale par incompétence labiale


Indications de kinésithérapie des VAS

  • Chez les nouveaux-nés, nourrisson

    • Rhinopharyngite

    • Bronchiolite

    • Asthme du nourrisson

  • Chez les enfants

    • Pathologie sécrétante aiguë ou chronique VAS

    • Pathologie bronchique chronique : mucoviscidose, DDB… signe d’accompagnement

    • Asthme  prodrome

  • Chez les malades intubés/ventilés

Peu de prescription kinésithérapique


Obstruction VAS

Agent pathogène : allergène, virale, bactérien

Inflammation

oedème hypersécrétion

obstruction


Conséquences de l’obstruction nasale

  • Travail respiratoire

  • Fatigabilité des muscles respiratoires

  • Dyspnée

  • Perte d’appétit, perte de poids

Tenir compte

des particularités anatomiques et physiologiques

de l’appareil respiratoire du petit enfant


Facteurs susceptibles de modifier l’évolution naturelle des rhinopharyngites

  • ATCD d’otite moyenne aiguë récidivante (OMA) (3 en 6 mois)

  • Otite séreuse

  • Immunodépression

  • Âge : pic d’incidence OMA (6 mois et 2 ans)

  • A plus de 3ans : sinusite maxillaire

  • La vie en crèche

Otite moyenne aiguë

sinusite


Le caractère purulent des sécrétions la présence de fièvre non synonyme d’infection ou surinfection bactérienne

Signes suggérant la survenue d’une infection bactérienne

  • Gène respiratoire !!!

  • Fièvre ou fièvre persistante > 3 j

  • Persistance sans amélioration de la toux, rhinorrhée, obstruction nasale après 10 j

  • Irritabilité, réveils nocturnes, otalgie, otorrhée

  • Conjonctivite, œdème palpébrale

  • Troubles digestifs : anorexie, vomissements, diarrhées

  • Éruption cutanée


EVALUATION DE L’OBSTRUCTION

  • A l’oreille

  • Au pourtour des narines

  • Au miroir

  • Test flux antérograde

  • Test flux rhinopharyngé rétrograde

    corrélation entre encombrements VAS et VAI ?

Rhinopharyngite : prodrome ou signe d’accompagnement


Techniques de kinésithérapie VAS

Un préalable : faciliter la désobstruction

  • Chambre de réchauffement

  • Humidification, lavage rhinopharyngé

  • Corticoïdes ?

  • Antiseptiques locaux ?


Techniques de kinésithérapie VAS

Techniques proprement dites

  • Désencombrement rhinopharyngé

    • Rétrograde

    • Antérograde

  • Mouchage

  • Aspiration nasale

  • Aspiration rhinopharyngée

}

Les plus utilisées


Désencombrement rhinopharyngé rétrograde


Expectorations recueillies


Efficacité des techniques DRP

  • Spectaculaire : 1 ou 2 séances

  • Toux

  • Température

  • Ronflement nocturne

  • Rétablissement de la respiration nasale

  • Bien-être général du patient

  • Reprise de l’alimentation


Complication des aspirations :

EPISTAXIS

saignement issu :

- zone de Kiesselbac (90% des cas) partie antérieure de la cloison nasale - partie antérieure des fosses nasales


aspiration nasalenon systématique  précédée évaluation encombrement des VAS

ventilation naso-buccale

avec bruits surajoutés 

encombrement

sécrétions mouillées 

âge< 6 sem  :

aspiration systématique

ventilation nasale

sans bruit surajouté

enfant tète normalement 

absence d’encombrement

pas d’aspiration

ventilation exclusivement buccale

encombrement

sécrétions sèches et/ou bouchon

Age > 6 sem

aspiration si Pb alimentation ou de détresse respiratoire


Matériel d’aspiration 

  • sonde à usage unique de taille CH 4 à CH 8

    • bout émoussé sans œillet latéral 

    • la taille de la sonde choisie selon âge et viscosité sécrétions

  • bocal d’aspiration

  • compresses stériles

  • sérum physiologique en bocal et en dosette

  • aspirateur de mucosités ou vide mural

    • manomètre 100 à 200 mmb


Contre indications des aspirations

  • thrombopénie et autres troubles de la coagulation

  • épistaxis

  • prudence (malformation de la cloison nasale !)


Eléments de surveillanceaspirations

  • - hydrater régulière de la muqueuse nasale

  • - limiter les aspirations nasales

  • pratiquer l’aspiration en un seul temps

  • en remontant la sonde

  • ne pas insister en cas de difficulté à introduire la sonde (cycle respiratoire nasal alterné )

  • planifier les soins en interaction avec les autres soignants

  • (effet de potentialisation)

  • - respecter les rythmes de sommeil des enfants


Incidents des aspirations

  • RGO

  • Vomissements 

  • L’aspiration nasale provoque rarement de réflexe nauséeux à la différence de l’aspiration pharyngée


Conclusion

  • Plusieurs techniques, nombreuses modalités

  • Littérature pauvre

  • Recherche d’être le moins invasif

  • Chez le tout petit, perméabilité VAS essentielle

  • mode naso-nasal


Bibliographie

Ass Respirer : la bronchiolite Med Enf 1998; 18/9

Barthe : kinésithérapie de l’infection respiratoire aiguë basse de l’enfant

Cah Kin 1992 158/6

Catelain : kinésithérapie dans la bronchiolite Rev Int Ped 1995; 253

Conférence de consensus sur la prise en charge de la bronchiolite

du nourrisson

Dutau : La bronchiolite aiguë du nourrisson en pédiatrie ambulatoire :

profil clinique et modalités de prise en charge Dutau Ed Paris 1998

Grimpel : Prise en charge thérapeutique de la bronchiolite du nourrisson

Enquête multicentrique Med Mal Infect 1993

Marsh : the Hering-Breuer deflationary reflex Am Rev Respi Dis 1993


  • Login