Historique et d finition de la vaccinologie
Download
1 / 35

Historique et définition de la vaccinologie - PowerPoint PPT Presentation


  • 149 Views
  • Uploaded on

Historique et définition de la vaccinologie. Pierre SALIOU. CIFV 10/03/2014. Histoire naturelle des maladies infectieuses. = Chaîne épidémiologique (épidémiologie descriptive) De l’agent pathogène (« réservoir de virus ») au sujet réceptif Transmission directe ou indirecte

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Historique et définition de la vaccinologie' - luka


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Historique et d finition de la vaccinologie

Historique et définition de la vaccinologie

Pierre SALIOU. CIFV 10/03/2014


Histoire naturelle des maladies infectieuses

Histoire naturelle des maladies infectieuses

= Chaîne épidémiologique (épidémiologie descriptive)

De l’agent pathogène (« réservoir de virus ») au sujet réceptif

Transmission directe ou indirecte

Prophylaxie :  lutte contre le réservoir

 lutte contre la transmission

 Protection du sujet réceptif

 Importance du vaccin varie en fonction de la maladie: n’est pas toujours la panacée


1796 acte de naissance de la vaccination
1796 = acte de naissance de la vaccination

  • Edward JENNER

    • Observation

    • la vaccine protège contre la variole (constatation faite par les éleveurs de bovins)

    • Démonstration expérimentale

      • James Phipps, 8 ans

      • inoculation contenu vésicules vaccine

      •  maladie bénigne

      • inoculation contenu vésicules variole (variolisation)  absence de maladie

3


Variolisation en Chine

Vaccination Jenner

4


Variole collection jean marie milleliri
VarioleCollection Jean-Marie Milleliri


Vaccin pr par sur g nisse collection jean marie milleliri
Vaccin préparé sur génisseCollection Jean-Marie Milleliri



Vaccination contre la

variole

Val de Grâce


Fin du 19 e si cle
Fin du 19e siècle

Louis PASTEURétablit scientifiquement le principe général de la vaccination.


Pasteur principe de la vaccination
Pasteur : principe de la vaccination

Une dose de culture vieillie de Pasteurella multicoda ne tue pas les poules

Administration ultérieure d'une dose de culture fraîche, mortelle chez des poules témoins, ne tue pas les 1ères poules

Application de ce principe à la rage

= 1ère vaccination anti-rabique humaine

administrée avec succès

à l’enfant Joseph MEISTER

le 6 juillet 1885


Vaccin contre la fi vre typho de
Vaccin contre la fièvre typhoïde

  • Incidence très élevée de la maladie chez les militaires lors des opérations coloniales

  • 1886 : Wright met au point un vaccin à germes entiers inactivés à l’éther pour les troupes britanniques en opération aux Indes et au Transvaal

  • Travaux repris par Hyacinthe Vincent (avec Tribondeau et Chantemesse)


Apports de h vincent
Apports de H.Vincent

  • Préparation d’un vaccin inactivé à l’éther

  • Expérimentations dans les troupes en Algérie puis en métropole

  • Obtient la promulgation de la loi Labbé du 28 mars 1914 : obligation de la vaccination typhoïdique dans l’armée française


Int r t majeur du vaccin pendant la guerre 1914 1918
Intérêt majeur du vaccin pendant la guerre 1914-1918

  • Septembre 1914 - Mai 1915:

    = plus de 75000 cas (11000 décès)

  • Accélération des campagnes vaccinales : cassure de l’épidémie

  • Été 1915 - été 1916 = 615 cas (50 décès)

  • 1918 : 55 cas (9 décès)

    NB : S. paratyphi A et B adjointes dans le vaccin (utilisé jusqu’au début des années 1980)


Hyacinthe vincent 1862 1950 collection jean marie milleliri
Hyacinthe Vincent (1862-1950)Collection Jean-Marie Milleliri

Médecin Général

Inspecteur

Citation à l’ordre

de la Nation

Médaille militaire


Gaston ramon
Gaston RAMON

Mise au point des anatoxines diphtériques (1923) et tétaniques (1926) par transformation des toxines sous l'effet du formol et de la chaleur

(Travaux développés simultanément au Royaume Uni par A. GLENNY et B. HOPKINS)


Apports de zoeller 1
Apports de Zoeller (1)

  • Premières études cliniques puis essais à large échelle dans l’armée du Rhin de l’A.D

    => obligation vaccinale en 1931

  • Travaux identiques avec l’A.T

    => Obligation vaccinale en 1936


John ENDERS

  • En 1948 : maîtrise des cultures cellulaires in vitro

  • Possibilité de cultiver les virus en dehors d’un hôte vivant (souris, œuf)

  • Technique mise à profit pour la première fois par Jonas SALK pour préparer un vaccin (vaccin trivalent inactivé contre la poliomyélite en 1954)

  • De nombreux autres suivirent

17


Vaccins polyosidiques
Vaccins polyosidiques

E.C. GOTSCHLICH (1970)

Capsule des bactéries constituées de sucres (polyosides) = pleinement immunogènes à partir de 24 mois (anticorps protecteurs) Meningo AC, Pneumo, S.typhi, H.influenzae b

R.SCHNEERSON et J. ROBINS (1980)

Conjugaison des polyosides à une protéine= immunogènes dès premières semaines de vie

 Vaccins conjugués


G nie g n tique
Génie génétique

Fabrication des antigènes vaccinants par des cellules étrangères, véritables « usines à protéines »

– in vitro = vaccins sous-unités recombinants

Ex: Hépatite B, HPV

– in vivo = vaccins vivants recombinés

EX: Vecteur Canarypox


Vaccin adn nu
Vaccin à ADN nu

Surprise de la fin du XXème siècle !Injecter directement le ou les gènes à l'origine des antigènes vaccinants à la place de ces antigènes eux-mêmes dont la synthèse est alors effectuée dans des cellules de l'organisme.= nouveau concept… sans application pour le moment


Plus de 200 ans

d’histoire

21


Int r t de la vaccination
Intérêt de la vaccination

  • Plus beau succès de la Santé publique au 20ème siècle

  • A sauvé des millions de vie tant dans les pays développés que dans les pays en développement depuis l’application du programme élargi de vaccination (PEV) adopté par l’Assemblée mondiale de la santé en 1974

  • Éradication de la variole en 1977 (certification en 1980)

  • Vers l’éradication de la Poliomyélite en 20.. ?

22


Maladies de l enfance b n ficiant d une vaccination
Maladies de l'enfance bénéficiant d'une vaccination

Cas déclarés aux Etats Unis

(d’après ORENSTEIN. NEJM, 1992-25 p 1795)

Maladie Nb max Année Nb cas % de

de cas déclarés (1991) réduction

Tétanos 1560 1923 49 96,9

Diphtérie 206939 1921 2 99,9

Coqueluche 265269 1934 2575 99,0

Rougeole 894134 1941 9488 98,9

Rubéole 57686 1969 1372 97,6

Congénitale

Paralysies Polio 21269 1952 0 (1) 100

(1) 5 à 10 polios paralytiques post-vaccinales


Mais attention succ s fragile

Risque d'oubli du bienfait des vaccinations

Rumeurs sur des effets indésirables des vaccins

désaffection des parents, voir opposition

danger de résurgence de maladies

Exemples :

Épidémies de polio aux Pays-Bas en 1978 et 1992

Recrudescence de la polio au Nigéria en 2004

Épidémie de rougeole en France en 2010-11

Mais attention : succès fragile !



Vaccinologie
Vaccinologie

Concept né dans le milieu des années 70

Jonas SALK

Charles MERIEUX

Vaccinology :première apparition du mot in Science, 1977, 195.


D finition de la vaccinologie 1
Définition de la Vaccinologie (1)

Buts :

– amélioration des vaccins disponibles;

– optimisation de leur utilisation;

– développement de nouveaux vaccins


Am lioration des vaccins disponibles
Amélioration des vaccins disponibles

Stabilité :Maintenir une chaîne de froid à + 4 °C, + 8 °C.Plus besoin de congélateur.

Innocuité :Exemple : vaccin coqueluche acellulaire.

Immunogénicité :Exemple: vaccins polyosidiques conjugués (meningo A, C, Y, W135 / Pneumo).


Optimisation de l utilisation des vaccins
Optimisation de l’utilisation des vaccins

Un exemple caractéristique:

Le développement de vaccins

combinés


Associations vaccinales
Associations vaccinales

  • Associationssimultanés :

    – 2 ou + administrations en des sites différents

  • Associationscombinées :

    – Soit prêtes à l’emploi(présentation dans la même seringue = «combos»)

    – Soit extemporanées(présentation avec reconstitution juste avant injection: forme liquide + forme lyophilisée


Vaccins combin s
Vaccins combinés

Favorisent l'acceptabilitédes vaccins: simplification du calendrier

Facilitent l'acte vaccinal et amélioration de la sécurité

Amélioration de la couverture vaccinale.


D veloppement de nouveaux vaccins
Développement de nouveaux vaccins

Vaccins préventifs

Vaccins thérapeutiques


D finition de la vaccinologie 2
Définition de la Vaccinologie (2)

Objectifs :

– Protection de toutes les populations du monde;

– Contrôle des maladies pouvant aller jusqu'à l'éradication.

Variole 1977

Polio ?


D finition de la vaccinologie 3
Définition de la Vaccinologie (3)

Mise au point de stratégies vaccinales en fonction de l'épidémiologie des maladies et de leur impact sur la santé et l’économie.

Prise en charge des problèmes logistiques (chaîne du froid, sécurité des injections) en fonction des conditions locales de la mise en œuvre des vaccinations.


Vaccinologie1
Vaccinologie

Une définition opérationnelle :

  • Étude de tous les aspects biologiques, épidémiologiques, socio-économiques, logistiques, éthiques, éducatifs et médiatiques qui concourent à l’amélioration de la protection vaccinale des populations humaines.

JL.Koeck et P.Saliou


ad