Prise en charge initiale d’un traumatisé du bassin et d’un hémo-rétropéritoine traumatique - PowerPoint PPT Presentation

Prise en charge initiale d’un traumatisé du bassin et d’un
Download
1 / 38

  • 124 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Prise en charge initiale d’un traumatisé du bassin et d’un hémo-rétropéritoine traumatique. Dr Isabelle RENNUIT - Réanimation Chirurgicale Polyvalente - Hôpital BEAUJON. Traumatisme du bassin: épidémiologie. Trauma fréquent et grave Traumatisme à haute énergie cinétique:

I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.

Download Presentation

Prise en charge initiale d’un traumatisé du bassin et d’un hémo-rétropéritoine traumatique

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Prise en charge initiale d un traumatis du bassin et d un h mo r trop ritoine traumatique

Prise en charge initiale d’un traumatisé du bassin et d’un hémo-rétropéritoinetraumatique

Dr Isabelle RENNUIT - Réanimation Chirurgicale Polyvalente - Hôpital BEAUJON


Traumatisme du bassin pid miologie

Traumatisme du bassin: épidémiologie

  • Trauma fréquent et grave

  • Traumatisme à haute énergie cinétique:

    AVP cinétique violente ou chute de grande hauteur

  • Lésions associées +++

  • Mortalité importante:

    • 8-20% trauma fermé

    • Jusqu’à 50% trauma ouvert

    • 27-50% en cas d’instabilité hémodynamique

  • mortalité d’origine mixte:

    • trauma du bassin du bassin: hémorragie+++

    • Lésions associées: à rechercher systématiquement


  • Traumatisme du bassin classification

    Traumatisme du bassin : classification

    • Classification de Pennal (1980 )

    • Fracture LC : lateral compression

    • Fracture AP : antero-posterior

    • Fracture VS : vertical shear

    • Classification modifiée par Tile en 1986 et par Burgess et Young en 1990

    • Fracture stable A

    • Fracture avec instabilité rotatoire mais stabilité verticale et postérieure B

    • Fracture avec instabilité rotatoire, verticale et postérieure C


    Traumatismes du bassin

    Compression latérale

    Compression antero-postérieure

    Cisaillement vertical

    Traumatismes du bassin

    • Classification de Pennal (mécanismes)

      compression latérale

      compression antéro-postérieure (open-book)

      cisaillement vertical


    Prise en charge initiale d un traumatis du bassin et d un h mo r trop ritoine traumatique

    AP

    LC

    moto

    voiture

    VS

    Chute de hauteur


    Prise en charge initiale d un traumatis du bassin et d un h mo r trop ritoine traumatique

    Compression latérale

    Stable

    50%

    Instable

    25 et 5%

    Compression

    antero-postérieure

    Cisaillement vertical


    Traumatismes du bassin1

    Tile a

    Tile c

    Tile b

    Traumatismes du bassin

    Classification de Tile

    Tile A : stable

    Tile B: instable dans le plan horizontal (rotation)

    Tile C: instable dans le plan horizontal et vertical


    Traumatismes du bassin2

    Traumatismes du bassin

    • Principale cause de décès : l'hémorragie

    • Pronostic : état hémodynamique lors de la prise en charge initiale.

    • 10% fractures du bassin  choc hémorragique

      mais 40% mortalité en cas de choc initial

    • Décès précoce:

      62% origine pelvienne

      38% origine extra pelvienne

      RiemerJ Trauma 1993, Poole J Trauma1991

    • Hémorragie d’origine pelvienne traitée

      => pronostic dépend des lésions associées

      O’Neill J Trauma 1996


    L sions pelviennes associ es

    Lésions pelviennes associées

    • La fréquence des lésions urologiques augmente avec la sévérité de la fracture pelvienne : 14,6 % en cas de traumatismes pelviens sévères

    • Urétrorragie + rétention aiguë d'urines : rupture de l'urètre membraneux d'autant plus qu'il existe une déhiscence importante de la symphyse pubienne. CI au sondage vésical

    • Les lésions vésicales sont plus fréquentes lors de fractures des branches pubiennes. Les ruptures de vessie sont extrapéritonéales pour plus de 50 % des cas.

    • Chez le patient conscient, les signes d'atteintes du plexus sacré (incompétence sphinctérienne, hypoesthésie pelvienne... ) doivent être recherchés et différenciés d'une lésion médullaire.


    Traumatisme du bassin l sions extra pelviennes associ es

    Traumatisme du bassin : lésions extra-pelviennes associées

    • Polytraumatisme +++

    • Lésions associées fréquentes :

      • lésions intra-abdominales, surtout hépatiques, coexistent dans 16,5 % des cas mais atteignent 31 % pour les fractures pelviennes les plus graves

      • Lésions aortiques (âge > 55 ans)


    H matome retrop riton al et fracture du bassin

    Hématome Retropéritonéal et Fracture du bassin

    Hématome rétropéritonéal (HRP)

    Foyers de fracture

    Plexus veineux

    Lésions artérielles

    Branches artères hypogastriques(15 à 20%)

    Gros vaisseaux iliaques ( 5 %)


    Physiopathologie de l hrp

    Physiopathologie de l’HRP

    • La sévérité de l'hémorragie dépend du type et du déplacement de la fracture (> 0,5 cm).

    • Mais le type et le déplacement de la fracture ne permettent pas de préjuger de l'existence d'une hémorragie d'origine artérielle.

    • Traitement différent en fonction de l’origine du saignement

      • saignement artérielle : embolisation artérielle

      • saignement veineux : se tarit par égalisation des pressions veineuses et transmurales spontanée ou par contention orthopédique.


    Trauma bassin diagnostic clinique

    Trauma bassin: diagnostic clinique

    Diagnostic difficile

    Ne doit pas retarder la prise en charge thérapeutique des détresses vitales

    • Douleur spontanée

    • Mobilité antéropost et latérale

    • Hématome ou ecchymose pelvien et/ou périnéal

    • Recherche de fracture ouverte:

      • Plaies pénétrantes

      • Touchers pelviens


    Traumatisme du bassin imagerie

    Traumatisme du bassin : imagerie

    • OBJECTIF:

      • Dg de fracture

      • Recherche de saignement actif

      • Recherche de lésions associées

    • Radio Bassin de face

      • Se 66 % des fractures pelviennes

      • Se 53 % seulement au niveau de l'anneau postérieur.

      • Se 74 % une instabilité pelvienne

    • Echographie FAST

      • Très peu fiable pour le diagnostic d’HRP (dg difficile+++)

      • Élimine un hémopéritoine abondant


    Traumatisme du bassin imagerie tdm

    Traumatisme du bassin : imagerie TDM +++

    • La TDM est l’examen de choix +++.

    • Bilan HRP : elle confirme les épanchements des espaces sous-péritonéaux et pelviens.

    • Bilan vasculaire : une lésion artérielle est suspectée devant une extravasation de produit de contraste au temps vasculaire précoce et doit conduire à la salle d'angiographie pour embolisation .

    • Bilan osseux : précise au mieux les fractures pelviennes (reconstruction 3D)


    Traumatisme du bassin imagerie tdm1

    Traumatisme du bassin : imagerie TDM +++

    • Yoon 2004: fuite de PCI à la TDM vs angiographie positive

    • Se 66 à 90 %, Sp 85 à 98 %

    •  chez le patient stable ou stabilisé, l’indication d’une embolisation est portée par la TDM … à répéter


    Choc h morragique et traumatisme du bassin strat gie diagnostique

    Choc hémorragique et traumatisme du bassin : stratégie diagnostique

    Bilan lésionnel rapide

    Comprend

    Elimine

    Définit

    • Radio thorax

    • Radio bassin

    • Echographie abdominale

    • Causes de saignement extra-rétropéritonéal

    • Stratégie thérapeutique initiale


    Choc h morragique et traumatisme du bassin strat gie th rapeutique

    Choc hémorragique et traumatisme du bassin : stratégie thérapeutique

    Fracture du bassin

    Echo « normale »

    Fracture du bassin

    Hémopéritoine

    Laparotomie

    (respect de l ’HRP)

    Traitement de l ’HRP

    Traitement de l ’HRP


    Traumatismes du bassin pantalon anti choc

    Traumatismes du bassin : Pantalon Anti-Choc

    • Pantalon Anti-Choc, Combinaison Anti-Gravité (MAST Military Anti-Shock Trouser, G-Suit)

    • N’est efficace que si bien gonflé

    • Provoque des lésions d’ischémie et aggrave des lésions thoraciques ou cardiaque

    • Impose l’intubation trachéale et la ventilation mécanique

    • Seule indication éventuelle : dispositif temporaire pendant transfert secondaire vers centre d’embolisation après diagnostic de traumatisme pelvien

    Muller, SFAR 2001


    Traumatismes du bassin pantalon anti choc1

    Traumatismes du bassin : Pantalon Anti-Choc

    • Lésions artérielles > veineuses

    • Intérêt du pantalon anti G

      • Action hémostatique par stabilisation + tamponnement

      • En l’absence de lésions thoraciques graves

      • Nécessite IOT et VM

      • Surveillance ischémie membres inférieurs et syndrome des loges


    Traumatismes du bassin pantalon anti choc2

    Traumatismes du bassin : Pantalon Anti-Choc

    • Intérêt hémodynamique :

      • secteur veineux pour des pressions de gonflage de l'ordre de 40 mmHg

      • secteur artériel pour des valeurs au-delà de 60 mmHg.

    • Action hémostatique : contention des fractures du bassin et diminution du saignement par contre-pression externe

    • Mise en place précoce dès la prise en charge préhospitalière.

    • Contre-indications absolues : lésions intrathoraciques hémorragiques ou mécaniques associées.

    • IOT et VM

    • Dégonflage « armé » au bloc ou en salle d’artériographie

    CPB, DES 2010


    Traumatismes du bassin ceinture de contention

    Traumatismes du bassin : ceinture de contention


    Prise en charge initiale d un traumatis du bassin et d un h mo r trop ritoine traumatique

    Bottlang et al, 2002


    Traumatismes du bassin chirurgie d h mostase

    Traumatismes du bassin : chirurgie d’hémostase

    • Chirurgie d'hémostase: dangereuse et aléatoire

    • L'hémorragie augmente par baisse de la pression abdominale à l'ouverture du péritoine, puis du péritoine pariétal postérieur.

    • L’hémostase des veines impossible, l'origine du saignement artériel difficile à identifier

    • La chirurgie vasculaire peut s’envisager avec abord premier des gros vaisseaux.

    • L’HRP est susceptible de s'infecter


    Choc h morragique et hrp traumatique

    Choc hémorragique et HRP traumatique

    2 solutions thérapeutiques

    Stabilisation orthopédique précoce

    Artériographie-embolisation hypogastrique


    Traumatismes du bassin art riographie et embolisation

    Traumatismes du bassin : artériographie et embolisation

    - Extravasation ponctuelle ou saignement multifocal

    - Fistule artério-veineuse

    - Pseudo-anévrisme

    - Embolisation des artères hypogastriques

    et/ou lombaires


    Traumatismes du bassin fixation externe

    Traumatismes du bassin : fixation externe

    • La fixation externe précoce diminue de manière significative les besoins transfusionnels ainsi que le taux de mortalité.

    • L'implication précoce des chirurgiens orthopédistes est donc primordiale dans ce cadre en terme de pronostic 

      -Clamp pelvien postérieur (Ganz 1991) provisoire

      -Ostéosynthèses transcutanées des articulations sacro-iliaques en décubitus dorsal par des vis de diamètre important au travers des articulations sacro-iliaques par voie transcutanée (Le risque d'un resserrement par fixation externe antérieur est d'ouvrir plus la fracture postérieure).


    En resume

    EN RESUME

    • Pathologie grave, mortalité élevée

    • Polytraumatisme:

      • lésions associées+++

      • Attention aux lésions de vessie et d’urètre

    • Lésions potentiellement hémorragique, évaluation saignement

      • Stabilisation par contention

      • Transfert précoce en centre spécialisé

      • Artérioembolisation +++

    • Penser à la contention


  • Login