Brains & Business – Rencontre  franco-néerlandaise
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 12

Brains & Business – Rencontre franco-néerlandaise Rotterdam, 5 et 6 octobre PowerPoint PPT Presentation


  • 45 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Brains & Business – Rencontre franco-néerlandaise Rotterdam, 5 et 6 octobre. Mythes et Réalités sur la France. Les missions de l’Agence Française pour les Investissements Internationaux. 160 personnes au sein de 27 bureaux dans le monde

Download Presentation

Brains & Business – Rencontre franco-néerlandaise Rotterdam, 5 et 6 octobre

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Brains business rencontre franco n erlandaise rotterdam 5 et 6 octobre

Brains & Business – Rencontre franco-néerlandaise

Rotterdam, 5 et 6 octobre

Mythes et Réalités sur la France


Les missions de l agence fran aise pour les investissements internationaux

Les missions de l’Agence Française pour les Investissements Internationaux

160 personnes au sein de 27 bureaux dans le monde

500 visites de délégations d’entreprises étrangères en France

782 décisions d’investissements en France en 2010 – 15 décisions / semaine

150 séminaires d’affaires organisés


La france face la mondialisation un pays ouvert tr s int gr dans l conomie mondiale

2

1a

La France face à la mondialisation ?Un pays ouvert, très intégré dans l’économie mondiale

  • 5ème puissance économique mondiale, 5ème exportateur de biens et 4èmeexportateur de services (Banque Mondiale, 2010)

  • 4ème destination mondiale des IDE, après les Etats-Unis, la Chine et Hong-Kong(Estimations CNUCED, 2011)

  • 2èmepays d’accueil des investissements étrangers créateurs d’emplois en Europe (Ernst & Young, 2010)

  • 24 466 entreprises étrangères : plus de 2,5 millions d’emplois (soit 10% de la population active, 20% de la R&D, près de 40% des exportations sont liées à ces implantations étrangères ( Sources : ORBIS 2010 - Tableau de bord de l’attractivité de la France, Edition 2010)

  • 42,3% du CAC 40 détenus par des intérêts étrangers fin 2009, pour un montant de 404,5 Mds € (Banque de France, 2010)

  • 27millions de touristes à Paris intra-muros en 2009, 24,9 millions à Londres et 47,5 millions à New York (Le Tourisme à Paris, 2010 – Visit London, 2010)


Brains business rencontre franco n erlandaise rotterdam 5 et 6 octobre

La France réputée pour sa qualité de vie, mais encore ?Des entreprises et des secteurs champions à l’international

1b

  • Paris est, après Tokyo (49) et Pékin (30), la ville qui accueille le plus de quartiers généraux des 500 plus grandes entreprises mondiales (25).(Fortune Global 500, 2010)

Une économie diversifiée

et performante

16 grands groupes français parmi les 200 premiers mondiaux*

  • Industrie pharmaceutique : 1ère en Europe et 3ème mondiale

  • Source : LEEM, 2010

  • Industrie chimique : 2nde en Europe

  • Source : SESSI, 2010

  • TIC : 3ème en Europe

  • Source : EITO, 2010

Banque

Energie

Assurances

Energie

Energie

Télécommunications

Médical

Banque

Media - Télécommunications

Banque

Industrie -Services

Assurances

Alimentation

BTP, Immobilier

Grande distribution

Cosmétiques

* Classement mondialForbes (The Global 2000, 2010) basé sur le chiffre d’affaires, les revenus et la valeur du marché


Un march du travail trop rigide une succession de r formes pour plus de flexibilit

2

Un marché du travail trop rigide ?Une succession de réformes pour plus de flexibilité

  • Création en juin 2008* d’un mode de rupture conventionnelle du contrat de travail, par commun accord entre l’employeur et le salarié.

  • Création, en juin 2008*, d’un contrat de travail “à objectif défini”, d’une durée de 18 à 36 mois, et allongement de la période d’essai avant embauche définitive.

  • Employeurs et salariés disposent, depuis 2008, d’une plus grande liberté pour négocier le temps de travail au niveau de l’entreprise, tant sur les heures supplémentaires que sur la durée de travail des cadres.

  • Des possibilités étendues de travailler le dimanche.

Nombre de demandes homologuées :500 000 depuis juin 2008

191 000 en 2009254 900 en 2010 (DARES, 2011)

* : loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail


La fiscalit d entreprise pesante une politique fiscale mise au service de la comp titivit

3

La fiscalité d’entreprise pesante ?Une politique fiscale mise au service de la compétitivité

  • Suppression de la taxe professionnelle sur les investissements productifs le 1er janvier 2010 (allégement d’impôt de 6,2 Mds € par an à compter de 2011).

  • Une fiscalité française sur les sociétés compétitive par rapport à nos voisins européens, notamment dans les domaines :

    • de la R&D : 2èmerang, avec un taux effectif* négatif de -106,2% grâce au crédit d’impôt recherche, contre -12,2% pour le Royaume-Uni et 34,8% pour l’Allemagne (qui n’a pas de crédit d’impôt, mais accorde des subventions);

    • de la production : 5ème rang, avec un taux effectif de 23,8%, contre 28,9% pour le Royaume-Uni et 22,7% pour l’Allemagne (KPMG – Choix concurrentiels, Edition 2010)

  • Un régime fiscal des impatriés adapté aux attentes des investisseurs :exonération d’impôt sur le revenu pour une part de la rémunération, pouvantaller jusqu’à 50 % de la rémunération totale ; possibilité d’exemption descotisations retraite.

  • Suppression de l’impôt de Bourse depuis 2008.

* Taux qui tient compte des différences d’assiette selon les pays


Brains business rencontre franco n erlandaise rotterdam 5 et 6 octobre

Un pays fâché avec l’esprit d’entreprise?Des créations d’entreprises soutenues par le succès du statut d’auto-entrepreneur

4

  • Plus d’ 1,8 million d’entreprises créées dans la période 2007 – 2010 (INSEE, 2010).

  • Chiffre d’affaires déclaré par les auto-entrepreneurs :

  • 1,9 Md€ en 2010 (3 premiers trimestres)

  • 987 M€ en 2009

  • (ACOSS , 6 décembre 2010)

  • Forme juridique : entreprise individuelle (EI) – pas de capital minimum

  • Un statut accessible aux entreprises avec un chiffre d’affairesmaximum de :

  • - 81 500 HT en 2011 (80 300 € HT en 2010) pour une activité de vente de marchandises, d'objets, de fournitures, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou une activité de fourniture de logement

  • 32 600 HT en 2011 (32 100 € HT en 2010) pour les prestations de services relevant de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices non commerciaux (BNC).

  • Une imposition forfaitaire : prélèvement unique de 13% sur le CA

* : institué par la Loi de Modernisation de l’Economie du 4 août 2008


Brains business rencontre franco n erlandaise rotterdam 5 et 6 octobre

5

Les Français moins travailleurs que leurs voisins?Une durée du travail dans la moyenne européenne et une productivité horaire élevée

Les cadres supérieurs français travaillent plus de 44 heures par semaine, soit 4,4 % de plus que la moyenne de leurs homologues européens.

3èmemain d’œuvre la plus productive au monde, derrière la Norvège et les Etats-Unis

Source: Organisation Internationale du Travail (2009)

80% des Français déclarent aller travailler avec plaisir.

Source: TNS Sofres (Janvier 2011)

Source: Eurostat, Séries EFT, 2010


Quelles priorit s face au d fi des nouvelles technologies la r d et l innovation

6

Quelles priorités face au défi des nouvelles technologies ?La R&D et l’innovation

  • Crédit d’impôt recherche (CIR) : la France offre le dispositif d’incitation fiscale à la R&D le plus attractif d’Europe :

    • 40% des dépenses de R&D la 1ère année, 35% la 2ème année, 30% les années suivantes, jusqu’à 100 M€, et 5% au-delà de ce plafond

    • Crédit d’impôt non plafonné et calculé sur le volume annuel de toutes les dépenses de R&D (salaires, charges sociales, fonctionnement, amortissements, brevets…)

    • Le taux du CIR est doublé pour la R&D effectuée avec des laboratoires publics et quadruplé pour la R&D effectuée par des jeunes docteurs pendant 2 ans

  • 2ème pays en Europe et 5ème rang mondial pour le montant des dépenses intérieures de recherche (42,8 Mds $ en 2008)

12 949 entreprises ont bénéficié du CIR en 2008 dont 2 000entreprises étrangères (MESR, 2010)

Montant du CIR au titre des dépenses de R&D en 2008 :4,2 Mds €(MESR, 2010)

25% des entreprises étrangères interviewées connaissent bien le CIR. 61% le connaissent au moins de nom. (Enquête TNS Sofres, octobre 2010)

7 193 brevets internationaux en 2010 La France au 2ème rang en Europe et au6èmerang mondial. (OMPI, 2011)

  • Sur les 35 Mds € consacrés aux investissements d’avenir, 8 Mds € sont destinés à la recherche.

    • Valorisation dela recherche publique

    • Santé et biotechnologies

  • Equipements de recherche

  • Laboratoires d’excellence


Brains business rencontre franco n erlandaise rotterdam 5 et 6 octobre

7

Une R&D cloisonnée ?Les partenariats public- privé et les pôles de compétitivité au service de votre succès

71 pôles de compétitivité,

dont 6 éco-technologiques

  • 536 groupes étrangers ont au moins un établissement membre d’un pôle, dont Microsoft, Sony, IBM, Siemens … (fin 2009)

  • 2 000 projets de R&D labellisés par les pôles en 2009

  • Les partenariats public-privé en matière de R&D se développent au travers des 33 instituts Carnot, qui mobilisent 12% des effectifs de la recherche publique et représentent plus de 45% de la recherche partenariale au profit des entreprises. Le programme « investissements d’avenir » alloue 500 M€ à ces Instituts pour leur permettre de mieux répondre aux demandes des entreprises.

  • Les universités au centre du dispositif de recherche : 21 PRES (Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur) regroupent près de 60 universités et de nombreux établissements (écoles d’ingénieurs, instituts nationaux polytechniques, ENSAM, et centres hospitaliers).


Brains business rencontre franco n erlandaise rotterdam 5 et 6 octobre

Quelle visibilité internationale pour les grandes écoles françaises ?Réforme de l’enseignement supérieur français

8

11 Mds € destinés à l’enseignement supérieur et à la formation (soit 31% du montant des investissements d’avenir) .

(Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 2010)

Réforme des universités (loi du 10 août 2007) : 5 Mds € sur 5 ans.

90% des universités autonomes (73 sur 83) au 1er janvier 2011.

5écoles de management françaises parmi le TOP 10 du classement 2010 du Financial Times

« Cette loi … donne les moyens et la liberté indispensables pour … recruter plus rapidement les meilleurs talents, créer de nouvelles formations et les adapter aux besoins des étudiants et de la société, nouer des partenariats et drainer des fonds grâce aux fondations universitaires ».

Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

3établissements français dans le Top 100 du Classement de Shanghai 2010.

Médailles Fields 11 lauréats françaissur les 52 médailles décernées depuis 1936.2ème : rang mondial de la France dans la recherche mathématique(Le Monde, 19 août 2010).

50 000étudiants étrangers à Paris. La France est le3ème pays d’accueil après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. 64sections internationales en IDF dont25anglo-saxonnes (Eduscol, 2010)


Brains business rencontre franco n erlandaise rotterdam 5 et 6 octobre

La France bien positionnée dans la lutte contre le réchauffement climatique ?Un pays où l’investisseur peut réduire sa signature carbone

9

  • 1ère autoroute de la mer reliant la France et l’Espagne ouverte en septembre 2010. Un navire transporte 150 poids lourds et leurs chauffeurs.

  • 48,8% : indépendance énergétique en France en 2008 (INSEE 2010)

  • Un bilan carbone exceptionnel : la France est au 1er rangdes pays du G8, en matière d’émissions decarbone.

1ère autoroute de la mer reliant la France et l’Espagne

(Etude Deloitte Canada 2010)

  • Des engagements forts :

  • 23% d’énergies renouvelables en 2020. En 2009, les ENR représentent 10% de la consommation totale d’énergie finale en France.

  • Des financements publics à la hauteur des enjeux :

  • 11 Mds € : Grenelle de l’environnement

  • 5,1 Mds € : Investissements d’avenir pour le développement durable

Classement Deloitte : faible émission de carbone

Photo : Meeddm


  • Login