L pid mie de vih chez les jeunes en france
Sponsored Links
This presentation is the property of its rightful owner.
1 / 16

L’épidémie de VIH chez les jeunes en France PowerPoint PPT Presentation


  • 59 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

L’épidémie de VIH chez les jeunes en France. Mélanie Charbonneau Chargée de mission Prévention jeunes, Sidaction. 1. Les jeunes et la sexualité : Quelques éléments de cadrage. L’entrée dans la sexualité. Entrée dans la sexualité:

Download Presentation

L’épidémie de VIH chez les jeunes en France

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


L’épidémie de VIH chez les jeunes en France

Mélanie Charbonneau

Chargée de mission Prévention jeunes, Sidaction


1. Les jeunes et la sexualité :Quelques éléments de cadrage


L’entrée dans la sexualité

Entrée dans la sexualité:

Etape importante, aboutissement d’un processus complexe de socialisation qui va marquer la biographie sexuelle des individus.

Age médian d’entrée dans la sexualité:

  • 17,2 ans chez les garçons

  • 17,6 ans chez les filles

    Rapprochement de l’âge d’entrée dans la sexualité entre garçons et filles ces 50 dernières années. Stabilisation dans les années 80 et 90.

    Proportion de jeunes « inexpérimentés » chez les moins de 25 ans

  • 11% des garçons

  • 15 % des femmes

Source: N.Bajos M. Bozon (Dir.), Enquête sur la sexualité en France: pratiques, genre et santé, Paris, la Découverte (2008)


Premier rapport sexuel : Evolutions et représentations de genre

Les déterminants sociaux

  • L’âge d’entrée dans la sexualité évolue peu en fonction de l’origine sociale.

  • En revanche, caractéristiques individuelles déterminantes: niveau d’étude, appartenance et l’intégration religieuse pour les femmes.

    Des différences de genre persistent

  • Initiation des filles avec des partenaires souvent plus âgés et expérimentés

  • Signification donnée au premier rapport diffère entre garçons et filles

  • Les filles sont plus nombreuses que les garçons à dire qu’elles auraient souhaité un rapport plus tardif (16% versus 7% des 18-24 ans).

Source: N.Bajos M. Bozon (Dir.), Enquête sur la sexualité en France: pratiques, genre et santé, Paris, la Découverte (2008)


Jeunes et orientation sexuelle

Homosexualité / bisexualité en chiffres:

  • Chez les 18-24 ans, 4,8 % des femmes, 3,4 % des hommes déclarent avoir eu au moins une fois des pratiques sexuelles avec une personnes du même sexe.

  • Acception plus grande de l’homosexualité chez les filles que chez les garçons (75% versus 57,8%)

    Eléments d’analyse

  • La première expérience sexuelle est presque toujours hétérosexuelle.

  • Entrée plus précoce dans la sexualité et plus grand nombre de partenaires

  • Limites de la catégorisation binaire : homosexualité/hétérosexualité

  • Vulnérabilités spécifiques des jeunes homosexuels

Source: N.Bajos M. Bozon (Dir.), Enquête sur la sexualité en France: pratiques, genre et santé, Paris, la Découverte (2008)


Contraception : une large diffusion mais une grande méconnaissance

Une diffusion large chez les jeunes…

  • 85% des 15-24 ans sexuellement actifs utilisent un moyen de contraception

  • la pilule contraceptive et le préservatif majoritairement plebiscités

  • Recours à la contraception d’urgence est le plus fréquent chez les 15-24 ans (env. 31%).

    Mais des freins persistants :

  • Méconnaissance et persistance d’idées de reçues.

  • Seulement 1/4 des femmes et 1/5 des garçons de 18-25 ans ont parlé de contraception au moment du 1er rapport.

  • La contraception reste perçue comme relevant de la responsabilité féminine.

Source: N.Bajos M. Bozon (Dir.), Enquête sur la sexualité en France: pratiques, genre et santé, Paris, la Découverte (2008) / Enquête INPES BVA (2007) « Les français et la contraception).


Interruptions volontaires de grossesses : une réalité inquiétante

En population générale :

  • 227 00 I.V.G. réalisées en 2007

  • 17,2% des femmes des sexuellement actives ont eu recours à une IVG au cours de leur vie.

    Chez les jeunes :

  • Près 1 d’IVG sur 2 concerne une jeune fille de moins de 25 ans.

  • Augmentation du nombre d’IVG chez les femmes de moins de 20 ans alors qu’il diminue ou reste stable chez les autres tranches d’âge

  • Chez les 16-25 ans ayant eu recours à une IVG, 35% n’utilisaient aucune contraception au cours du mois précédent, 32% utilisaient une méthode de contraception médicale.

  • Raisons évoquées par les 16-25 ans

Source: rapport « les interruptions volontaires de grossesses en 2006, A.Vilain, DRESS (2008)

« Conférence biennale sur la santé des jeunes », A-M. Brocat, L.Olier, DREES (2009)


Quelques chiffres sur les I.S.T.

Infection à Chlamydia trachomatis

  • Augmentation des infections à chlamydia depuis le début des années 2000.

  • Sur le total des infections dépistées: 60% des femmes sont âgées de 15-24 ans et 50% des hommes sont âgés de 20-29 ans

    Gonocoques

  • Age moyen pour les femmes : 27 ans

  • Age moyen pour les hommes : 31 ans

    Syphilis

  • Tendance globale de 2000-2007: augmentation notamment chez les hommes

  • Age moyen: 38,4 ans chez les hommes, 33,4 ans chez les femmes

Source InVS, données au 30 juin 2008


2. L’épidémie de VIH en France chez les jeunes


Eléments de cadrage : le VIH/sida en France et dans le monde

Dans le monde :

  • 33,4 millions de personnes environ vivent avec le VIH.

  • 2,7 millions de personnes ont été infectées en 2008

  • 2 millions de personnes sont décédées des conséquences du sida en 2008

    En France :

  • 130.000 personnes environ vivent avec le VIH

  • Nouvelles découvertes de séropositivité en 2008: 6500 personnes.

  • 40.000 personnes vivraient avec le virus sans le savoir.

Source: Onusida, InVS


L’infection de VIH chez les jeunes en France : quelques chiffres clés

Les jeunes représentent 10% environ des découvertes de séropositivité (2% chez les 13-19 ans et 8% chez les 20-24 ans).

Particularité: proportion de filles plus importante que sur les autres tranches d’âge (période 2003-07) :

  • 13-19 ans: 65%

  • 20-24 ans: 57% (mais majorité de garçons en 2007)

    Dépistage: 17% des 18-24 ans ont réalisé un test de dépistage dans les 12 derniers mois (proportion stable depuis 1992).

    Découverte de séropositivité à un stade tardif: 6% des 13-24 ans et 10% de ceux nés en Afrique sub-saharienne (versus 2% de ceux nés en France).

Sources: InVS, données au 30 juin 2008 et rapport KABP 2004


Principaux modes de contamination

Chez les filles

  • 76 % contaminées par rapports hétérosexuels et nées à l’étranger

  • 22 % contaminées par rapports hétérosexuels et nées en France

    Chez les garçons

  • 62 % contaminés par rapports homosexuels (53% chez les 13-19 ans et 71% chez les 20-24 ans).

  • 21 % contaminés par rapports hétérosexuels, nés à l’étranger

  • 11 % contaminés par rapports hétérosexuels, nés en France

    Tendance

  • Diminution des jeunes contaminés par rapports hétérosexuels et nés à l’étranger.

  • Augmentation du nombre de contaminations par rapports homosexuels chez les 20-24 ans (nombre stable chez les 13-19 ans).

Source InVS, données au 30 juin 2008


Répartition des découvertes de séropositivité VIH par région de domicile

Total DFA: 10%

40%

3%

2%

5%

6%

4%

Source InVS, données au 30 juin 2008


Utilisation et perception du préservatif chez les jeunes

  • En 2005, 86,3 % des 16-25 ans sexuellement actifs ont déclaré avoir utilisé un préservatif lors du 1er rapport sexuel. C’est la tranche d’âge qui l’utilise le plus.

  • Les 18-24 ans sont ceux qui ont la meilleure image du préservatif (70% pensent que le préservatif est banal), en revanche 40% d’entre eux pensent qu’il diminue le plaisir.

  • Quelques variables d’utilisation du préservatif : âge, le niveau d’étude, l’appartenance et la pratique religieuse, la CSP des parents.

  • Seuls 27 % des répondants déclarent parler systématiquement du VIH et des IST avec un nouveau partenaire.

Sources: Baromètre santé jeunes (2005), Rapport KABP (2004), Enquête Sidaction « Les jeunes et l’information sur le VIH/sida, IFOP (2009)


Perception du VIH et niveau d’information

Un bon niveau d’information général…

  • Les jeunes sont ceux qui ont le meilleur niveau de connaissances sur le VIH/sida. 89 % se disent bien informés sur VIH/sida (seulement 22% d’entre eux se disent très bien informés).

  • Les jeunes ont une perception du risque d’être contaminés supérieure à la moyenne.

  • Impact important des campagnes de sensibilisation auprès des jeunes, mais tendance à la baisse.

    … en trompe l’œil

  • Disparités du niveau d’information en fonction du niveau d’étude (liés à séances d’information données en milieu scolaire) et CSP des parents.

  • Un niveau de connaissance inégal

Sources: Rapport KABP (2004), Enquête Sidaction « Les jeunes et l’information sur le VIH/sida, IFOP (2009)


Synthèse

Jeunesse et VIH

  • Période d’apprentissage de la sexualité, goût du risque

  • Passage par des lieux/cadre privilégiés de prévention

    Des avancées notables dans le domaine de la lutte contre le sida

  • Les jeunes sont globalement bien informés sur le VIH / sida.

  • Utilisation quasi-systématique du préservatif au premier rapport.

    Toutefois…

  • 10 % des découvertes de séropositivité chez les moins de 25 ans.

  • Certains indicateurs semblent témoigner d’un certain relâchement des comportements de prévention

  • Vigilance particulière à maintenir sur les jeunes gays

    Des pistes d’action

  • Un effort d’information à maintenir auprès des jeunes générations

  • Une analyse plus précise des publics « jeunes » à mener avec une attention particulière sur des groupes spécifiques (jeunes gays, jeunes déscolarisés, migrants notamment).


  • Login