Rencontre des cadres dirigeants
This presentation is the property of its rightful owner.
Sponsored Links
1 / 35

Beyrouth – Mars 2013 PowerPoint PPT Presentation


  • 68 Views
  • Uploaded on
  • Presentation posted in: General

Rencontre des cadres dirigeants de la fonction publique libanaise Les finances publiques, outil de modernisation et de performance de l’Etat Frank MORDACQ. Beyrouth – Mars 2013. 4 ème session L ’exécution des finances publiques Les comptes. 2. Les enjeux de la réforme comptable.

Download Presentation

Beyrouth – Mars 2013

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Beyrouth mars 2013

Rencontre des cadres dirigeantsde la fonction publique libanaiseLes finances publiques, outil de modernisationet de performance de l’EtatFrank MORDACQ

Beyrouth – Mars 2013


4 me session l ex cution des finances publiques les comptes

4ème sessionL’exécution des finances publiquesLes comptes

2


Les enjeux de la r forme comptable

Les enjeux de la réforme comptable

  • Aider à la gestion des finances publiques : une transparence sur la situation financière des entités publiques

  • Améliorer la gestion publique par :

    • la connaissance et la gestion du patrimoine des entités publiques,

    • une connaissance des charges actuelles et futures

  • Sécuriser les procédures financières : déploiement du contrôle interne comptable et financier (identification et maîtrise des risques comptables et financiers).


Les objectifs de qualit comptable du secteur public

Les objectifs de qualité comptable du secteur public

Une exigence de qualité des comptes des administrations publiques renforcée par la Constitution dans sa version révisée de 2008

  • L’article 47-2 de la Constitution dispose que : "Les comptes des administrations publiques sont réguliers et sincères. Ils donnent une image fidèle du résultat de leur gestion, de leur patrimoine et de leur situation financière".

  • La France s’inscrit ainsi dans la démarche de renforcement des exigences du cadre budgétaire fixé par l’Union européenne (Directive 2011/85/UE). Cette directive dispose que la production de statistiques de qualité repose sur "l'application de pratiques de comptabilité publique exhaustives et fiables".


Les objectifs de qualit comptable du secteur public1

Les objectifs de qualité comptable du secteur public

Le décret du 7 novembre 2012 sur la gestion budgétaire et comptable publique précise les conditions de mise en œuvre de la Constitution.

  • Le décret du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique "GBCP" souligne l’objectif de qualité des comptes.

  • L’article 56 de ce décret dispose que les normes de comptabilité générale applicables aux entités publiques ne se distinguent de celles applicables aux entreprises qu’en raison des spécificités de l’action de ces personnes morales.


La qualit et la certification des comptes de l tat

La qualité et la certification des comptes de l’État

  • L’État doit tenir une comptabilité en droits constatés, dans les mêmes conditions que les entreprises, sous réserve des spécificités de l’État (article 30 de la LOLF et article 56 du décret GBCP).

  • La comptabilité de l’État doit être régulière, sincère et donner une image fidèle de son patrimoine et de sa situation financière (article 27 de la LOLF).

  • L'article 31 de la LOLF donne aux comptables publics de la direction générale des finances publiques (DGFiP) la mission de s'assurer de la qualité des comptes de l’État.


1 les formes de la nouvelle comptabilit les outils de mesure de la situation financi re de l etat

1. Les formes de la nouvelle comptabilitéLes outils de mesure de la situation financière de l’Etat

  • La comptabilité élevée au niveau d’une loi organique

  • A coté de la comptabilité budgétaire en caisse, introduction de la comptabilité d’exercice, en droits constatés pour assurer la transparence de la situation financière de l’Etat (bilan + hors-bilan)

  • Des comptes réguliers, sincères et donnant une image fidèle de son patrimoine et de sa situation financière

  • Une exigence de qualité comptable confiée aux comptables en lien avec les ordonnateurs

  • Une certification par la Cour des Comptes de la comptabilité générale


Distinction budget comptes

Distinction Budget/Comptes

  • 2 systèmes d’information complémentaires

Budget :

présentation

unique

acte d’autorisationa priori, exprimé en caisse ; application stricte de l’annualité

acte de constatationa posteriori des dépenses payées et des recettes encaissées selon les mêmes règles que la loi de finances ; pas de certification

Comptes :

présentation

double

évaluationa posteriori en droits constatés de la situation financière et patrimoniale, selon les règles de comptabilité générale ; certification par la Cour des comptes

une nécessité de réconciliation des deux dimensions de la comptabilité


La r forme comptable une exigence de qualit comptable renforc e

La réforme comptable – Une exigence de qualité comptable renforcée

La loi du 1er août 2001 dispose notamment :

  • que les comptes de l ’Etat doivent être réguliers, sincères et donner une image fidèle de son patrimoine et de sa situation financière elle définit ainsi les principauxcritères de qualité comptable.

  • que les comptables publics doivent veiller au respect de ces critères et ce sur l ’ensemble de la procédure Incluant les opérations menées par les gestionnaires.

  • que la Cour des Comptes doit certifier les comptes de l’Etat conformément aux normes d’audit en vigueur.

    A ce titre, elle s’inscrit complètement dans le souci de confiance, de transparence et de performance ayant conduit au renforcement du cadre législatif et réglementaire dans de nombreux pays.

    • Sarbanes-Oxley Act (USA- 2002) ; Loi de Sécurité Financière (France - 2003)


Une comptabilit lolf trois dimensions art 27 31 lolf

Une comptabilité LOLF à trois dimensions(art. 27 à 31 LOLF)

  • Une comptabilité budgétaire :

    • Fondée sur la comptabilisation des recettes et des dépenses budgétaires (encaissements/paiements)

    • Une période complémentaire comptable de 20 jours

    • Un double suivi en engagements (AE) et en paiements (CP)

  • Une comptabilité d’exercice fondée sur la constatation des droits et obligations, proche des règles de comptabilité des entreprises :

    • Les opérations sont prises en compte au titre de l’exercice auquel elles se rattachent, indépendamment de leur date de paiement ou d’encaissement (article 30)

  • Une analyse des coûts des actions au service du gestionnaire (CAC)


Un syst me unique trois dimensions et un largissement de la fonction comptable amont aval

Comptabilité Générale

Analyse

Comptabilité Générale

des

coûts

Hors bilan

Résultat

Éléments

Éléments

Engagement

juridique

Opérations

d’inventaire

Paiement

Service fait

AXE NATURE / DESTINATION

comptables

physiques

Comptabilité budgétaire

C P

A E

3

Un système unique à trois dimensions et un élargissement de la fonction comptable (amont/aval)


2 la comptabilit g n rale

2. La comptabilité générale

Le principe (article 30 de la LOLF) :

  • La comptabilité générale de l’Etat est fondée su le principe de la constatation des droits et obligations. Les opérations sont prises en compte au titre de l’exercice auquel elles se rattachent, indépendamment de leur date de paiement ou d’encaissement.

    La construction de la comptabilité générale :

  • Les règles applicables à la comptabilité générale de l’Etat ne se distinguent de celles applicables aux entreprises qu’en raison des spécificités de son action.

  • La définition du cadre conceptuel : les normes comptables

    • 13 puis 16 normes établies par le comité des normes [CNOCP] (sur les états financiers, les charges, les immobilisations, les dettes, etc.)

    • Approbation par arrêté

  • La déclinaison des normes

    • Le plan de comptes par nature (PCE)

    • Le recueil des instructions comptables

  • Le bilan d’ouverture

    • Le recensement et la valorisation du parc immobilier (valeur du marché)

    • Les autres immobilisations corporelles et les stocks


  • La comptabilit g n rale de l etat les tats financiers

    La comptabilité générale de l’EtatLes états financiers

    La production des états financiers, dans un format proche de celui du privé, mais tenant compte des spécificités de l’Etat :

    • Un Bilan

      • Recense et valorise le patrimoine et les engagements de l’Etat

    • Un Compte de Résultat

      • Présente les charges et produits de l’Etat de l’année

    • Un Tableau des flux de trésorerie

      • Présente les entrées et sorties de trésorerie de l’année

    • L’Annexe

      • Donne l’ensemble des informations nécessaires à la compréhension et l’analyse des états état financiers. Elle constitue un facteur de très grande transparence.


    Les pratiques comptables actuelles l valuation des actifs et passifs au bilan de l etat

    Les pratiques comptables actuelles : L’évaluation des actifs et passifs au bilan de l’Etat

    La méthode d’évaluation privilégiée pour les actifs et les passifs est le coût. Les actifs spécifiques sont évalués au coût de remplacement déprécié. Les biens considérés comme spécifiques sont ceux qui n’ont pas leur équivalent dans le secteur privé (routes, prisons). Le patrimoine immobilier non spécifique est évalué en valeur de marché.

    • Les biens historiques et culturels sont comptabilisé à leur coût et ne sont ni amortis ni dépréciés. Lorsque ce coût n’est pas connu, ils sont évalués à l’euro symbolique.

    • Les actifs incorporels liés à la souveraineté de l’État tels que les droits d’occupation ou d’exploitation du domaine public suivent des règles particulières.

      • Ainsi, ces incorporels sont comptabilisés dans les comptes dès lors qu’une transaction met en évidence les avantages économiques bénéficiant à l’État. Par exemple, le spectre hertzien comptabilisé dans les comptes de l’Etat sur la base de l’actualisation des redevances futures versés par les opérateurs.


    Les pratiques comptables actuelles les d penses de transferts et avantages sociaux

    Les pratiques comptables actuelles : Les dépenses de transferts et avantages sociaux

    Les dépenses de transfert sont définis comme des versements, motivés par la mission de régulateur économique et social des entités publiques.

    • Ces opérations principalement à caractère pluriannuel relèvent de l’activité normale des entités publiques.

    • Le traitement adopté par la France s’inspire des «executory contracts», (modèle alternatif proposé dans le document de consultation de l’IPSAS Board relatif aux avantages sociaux publié en 2008) :

      • Tant que le droit du bénéficiaire n’est pas constitué, les obligations de transferts constituent des engagements (hors bilan) de l’État qui font l’objet d’une information en annexe.

      • Le droit au transfert est constitué dès lors que le bénéficiaire satisfait aux conditions d’éligibilité.

      • En conséquence, la réalisation des conditions par le bénéficiaire est le fait générateur de la comptabilisation du passif.


    Les pratiques comptables actuelles les partenariats publics priv ppp

    Les pratiques comptables actuelles : Les partenariats publics-privé (PPP)

    L’approche comptable retenue pour le traitement comptable des actifs sous-jacents aux contrats de PPP et concessions est analogue aux dispositions de la norme IPSAS 32.

    • Les actifs sous-jacents aux contrats de PPP et concessions sont évalués au coût lors de leur comptabilisation initiale.

    • L’inscription de l’actif donne lieu, en contrepartie, à la comptabilisation d’une dette financière, exceptée pour la composante du coût assumée par l’usager. Dans ce cas l’opération est considérée comme un échange : l’opérateur est rémunéré de ces prestations de construction et/ou d’amélioration des infrastructures concédées par le droit de prélever l’usager.

    • Les principales caractéristiques des contrats de PPP dont les biens sous-jacents ne remplissent pas les conditions d’une inscription à son bilan (critères de contrôle), donnent lieu à une information en annexe des comptes.


    Le compte de r sultat en mds

    Le compte de résultat (en Mds€)


    Le bilan en mds

    Le bilan (en Mds€)


    Les immobilisations corporelles

    Les immobilisations corporelles


    Les enjeux comptables venir les retraites des fonctionnaires

    Les enjeux comptables à venir : les retraites des fonctionnaires

    Les fonctionnaires civils et militaires retraités de l’État sont payés par l’État (financement par l'impôt).

    • Actuellement, au vu des normes en vigueur, les retraites des fonctionnaires constituent des engagements de l’État qui font l’objet d’une information en annexe des comptes de l’État. Ils sont évalués en utilisant la méthode des unités de crédit projetés.

    • Par ailleurs, le besoin de financement actualisé du régime de retraite des fonctionnaires civils et militaires fait l’objet d’une information en annexe. Ce montant correspond à l’estimation des déficits actualisés du régime des fonctionnaires.

    • Il existe une grande transparence de l’information financière.

      Le traitement des retraites des fonctionnaires conduit à s’interroger sur la nature des actifs du régime et notamment sur le pouvoir régalien de l’État (capacité à prélever l’impôt).

      Il faut prendre en compte la nature du régime : par répartition


    3 la qualit et la certification des comptes de l tat

    3. La qualité et la certification des comptes de l’État

    • Les comptes de l’État font l’objet d’une certification par la Cour des comptes depuis 2006 (article 58-2 de la LOLF). La certification est un levier de la qualité des comptes.

    • Depuis la présentation des premiers comptes (exercice 2006), des progrès ont été faits, avec un nombre de réserves pratiquement divisé par 2, de 13 réserves à 7 réserves substantielles.


    Qualit et certification des comptes les r serves formul es par la cour des comptes

    Qualité et certification des comptesLes réserves formulées par la Cour des comptes

    • La Cour a formulé 7 réserves substantielles sur les comptes de l’État 2011 :

      • les systèmes d’information financière et comptable de l’État ;

      • les dispositifs ministériels de contrôle interne et d’audit interne ;

      • les produits régaliens ;

      • les passifs d’intervention et autres passifs non financiers ;

      • les actifs et passifs du Ministère de la Défense ;

      • les participations et autres immobilisations financières de l’État ;

      • le patrimoine immobilier de l’État.


    Qualit et certification des comptes

    Qualité et certification des comptes

    • Plusieurs axes d’approfondissement au cours de 2012 :

      • la fin du déploiement de Chorus avec la trajectoire comptable

      • la recherche d’une plus grande effectivité du dispositif de contrôle interne; l’actualisation des plans d’action ministériels

      • une fiabilisation accrue des comptes des opérateurs de l’Etat : extension des plans d’action aux opérateurs ; augmentation des opérateurs certifiés

      • les passifs d’intervention : une clarification des règles dans le cadre de la nouvelle norme applicable à compter de 2012

      • La poursuite des travaux sur les actifs défense et la définition d’une trajectoire pluri annuelle sur les produits régaliens

      • le patrimoine immobilier de l’État : la poursuite des travaux de fiabilisation (parc immobilier à l’étranger, actualisations sur place…)


    La lev e des r serves un processus pluri annuel

    La levée des réserves : un processus pluri annuel


    Les orientations dans les autres entit s du secteur public

    Les orientations dans les autres entités du secteur public

    Dans le cadre de la Constitution (article 47-2), l'objectif de qualité des comptes a été étendu à l'ensemble des entités publiques, et en particulier :

    • Plus de 200 établissements ont des comptes certifiés avec ou sans réserve. Les comptes des universités sont en particulier certifiés depuis l’exercice 2009. La marge de progression de la qualité des comptes des universités est attendue notamment sur les postes d’actifs corporels ou encore la comptabilisation de passifs sociaux.

    • La loi “hôpital, patients, santé, territoire” (2009) dispose que les comptes des établissements publics de santé (EPS) devront être certifiés à compter de l’exercice 2014 par la Cour des comptes (pour les plus importants) et par des commissaires aux comptes (pour les autres).


    4 la comptabilit d analyse des co ts des actions cac

    4. La comptabilité d’analyse des coûts des actions (CAC)

    « Une comptabilité destinée à analyser les coûts des différentes actions engagées dans le cadre des programmes »

    • Les fondements :

      • Rendre compte des coûts complets

      • Outil d’évaluation et d’efficience

    • La méthode de répartition par action :

      • De la dépense directe au coût direct :

        • Charges à payer – charges calculées

      • De la dépense complète au coût complet :

        • Le déversement des fonctions de soutien

        • Le déversement des services polyvalents


    De la d pense vers les co ts

    Coût direct

    Coût complet

    Dépense directe

    Dépense

    complète

    De la dépense vers les coûts

    Comptabilité budgétaire

    Comptabilité générale

    Imputation par destination

    Actions

    Traitement des fonctions soutien,polyvalentes.


    5 une fonction comptable partag e de nouveaux processus comptables et budg taires

    5. Une fonction comptable partagée De nouveaux processus comptables et budgétaires

    • Un gestionnaire responsable en tant qu’acteur central de la dépense

      • Initie la dépense et la recette (non fiscale)

      • Constate les « droits et obligations » (service fait)

      • Participe aux opérations d’inventaire (rattachement, provisions, etc.)

    • Un ordonnateur recentré sur des fonctions de pilotage (notamment sur les priorités en matière de règlement)

    • Un comptable garant de l’exhaustivité et de la sincérité des informations

      • Organise la qualité comptable et les contrôles auxquels il est tenu

      • Valide les écritures et comptabilise directement les opérations

      • Réalise les opérations d’encaissement et de décaissement

      • Restitue l’information en cours et en fin de période


    Une fonction comptable partag e

    Fonction comptable partagée

    Sphère gestionnaire

    (ministères)

    Initiation des opérations comptables

    PROCESSUS

    COMPTABLE

    Sphère comptable

    Contrôle et validation définitive de l’enregistrement comptable

    Une fonction comptable partagée

    L’instauration d’une comptabilité en droits constatés a conduit à renforcer l’intégration des processus métiers dans le processus comptable, en déplaçant le fait générateur de la sphère comptable vers les gestionnaires pour un nombre plus important d’actes.

    Dès lors, la qualité comptable ne se limite pas au contrôle des seules écritures comptables, mais nécessitela maîtrise de l’ensemble des «opérations comptables» cela implique le renforcement du contrôle interne comptable tout au long de la chaîne de traitement comptable, incluant désormais gestionnaires et comptables


    Une fonction comptable partag e1

    Une fonction comptable partagée

    • Le ministère des finances a élaboré le cadre de référencedu contrôle interne comptable et proposé d’accompagner les ministères dans la mise en œuvre de la démarche de contrôle interne comptable.

    • Cet appui porte d’abord sur la définition d’un cadre organisationneldu chantier contrôle interne comptable : création de comité ministériel de contrôle interne, désignation de référents nationaux et régionaux.

    • Les ministères ont défini une trajectoire de déploiement et de renforcement du contrôle interne comptable : cartographie ministérielle des risques et des enjeux, plan d’action ministériel triennal, présenté au certificateur.


    6 un dispositif de contr le interne renforc

    6. Un dispositif de contrôle interne renforcé

    • Le contrôle interne n’est pas une préoccupation nouvelle pour l’Etat Français et s’appuie sur un existant, en particulier :

      • Séparation des tâches d’ordonnateur et de comptable

      • Centralisation de la comptabilité et la déconcentration des acteurs

    • Cependant la réforme comptable a rendu nécessaire son renforcement pour répondre aux exigences de qualité comptable.

      • Cette démarche de renforcement du dispositif de Contrôle Interne a été mise en œuvre progressivement et repose sur unelogique d ’amélioration continue.

    • Désormais, à l’instar des entreprises privées,l’Etat accompagne ses comptes d’un rapportsur le contrôle interne, qui témoigne des actionsréalisées pour fiabiliser les comptes.


    Les l ments du contr le interne

    Les éléments du contrôle interne

    La mise en œuvre d’un dispositif de contrôle interne, qu’il soit comptable ou plus généraliste, repose sur le respect des étapes suivantes :

    1ère étape : définition des objectifs ;

    2èmeétape : définition des critères et si possible de seuils de tolérance ;

    3èmeétape : cartographie des opérations entrant dans le cadre du dispositif ;

    4ème étape : cartographie des risques ;

    5ème étape : définition des actions et du plan de contrôle national

    Relève des instances

    de gouvernance

    Périodicité annuelleou infra annuelle

    6ème étape : identifications des moyens ;

    7ème étape : affectation des moyens en fonction des risques identifiés ;

    8ème étape : Analyse de la pertinence et de l’efficacité des choix opérés plans contrôle locaux.

    Relève des unités

    opérationnelles

    Périodicité quotidienne


    Articulation entre les acteurs

    Certification

    (Audit externe)

    Cour des comptes

     Intervention ponctuelle

     Opinion

    Complémentarité des moyens

    - le certificateur détermine le niveau de ses contrôles directs des comptes en fonction de la qualité du CIC

    - le certificateur dimensionne son programme de travail en fonction des travaux du CIC

    Synergie des objectifs

    - le CIC est le critère majeur de la certification

    - l’opinion du certificateur sur le CIC peut avoir un impact sur la politique de CIC

    Dispositif de contrôle interne comptable (CIC)

    Mesures

    permanentes de

    contrôle interne

    comptable

     Services opérationnels

     Mise en œuvre permanente

     Organisation,

    documentation,

    traçabilité

    Audit comptable

    et financier

    (Audit interne)

     Service indépendant

     Intervention ponctuelle

     Recommandations

    Articulation entre les acteurs


    7 le syst me d information comptable chorus

    7. Le système d’information comptable CHORUS

    • Un progiciel de gestion intégré couvrant :

      • L’ensemble des administrations centrales et déconcentrées

      • L’ensemble des applications de dépenses, de recettes et toutes les comptabilités

      • Des infocentres de données permettant des restitutions

    • Un levier de modernisation et d’amélioration de la productivité, précédé d’une «réingénierie des processus» (23.000 licences)

    • Un déploiement 2009/2011 par programme

    • Tenue de la comptabilité en 2012 dans Chorus, la comptabilité générale comme pivot du PGI sous SAP


    Conclusion

    Conclusion

    • La dynamique de la réforme comptable en France

      • La Loi organique sur les lois de finances (LOLF) a conduit à une forte dynamique de la réforme comptable pour l’Etat

      • Un dispositif de qualité comptable (contrôle interne comptable, audit interne comptable) a été déployé et est renforcé

      • Les comptes de l’Etat ont été basculés en 2012 dans un progiciel de gestion intégrée (standard SAP), conformément à de bonnes pratiques

      • L’objectif de qualité des comptes publics est étendu à l’ensemble des administrations publiques. Le contrôle interne et l’audit interne et externe sont des leviers

      • L’objectif est d’avoir une démarche harmonisée de suivi et de pilotage des comptes publics.


  • Login