Advertisement
1 / 42

AUDIOMETRIE PowerPoint PPT Presentation


  • 282 Views
  • Uploaded on 19-05-2012
  • Presentation posted in: General

AUDIOMETRIE. AUDIOMETRIE. Examen de la mesure de l’audition à but diagnostique, thérapeutique ou médico-légal. But diagnostique: - Objectiver une surdité et en définir les caractères (Type, Importance, Localisation, Évolutivité) But thérapeutique: - PowerPoint PPT Presentation

Download Presentation

AUDIOMETRIE

An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Presentation Transcript


Audiometrie l.jpg

AUDIOMETRIE


Audiometrie2 l.jpg

AUDIOMETRIE

Examen de la mesure de l’audition à but

diagnostique, thérapeutique ou médico-légal

  • But diagnostique:

  • - Objectiver une surdité et en définir les caractères(Type, Importance, Localisation, Évolutivité)

  • But thérapeutique:

  • - Juger l’efficacité d’un traitement médical et/ou chirurgical visant à restaurer une audition déficiente- Définir les données nécessaires à la pose d’une prothèse auditive

  • But médico-légal:

  • - Mesure des séquelles auditives d’un éventuel traumatisme


1 audiom trie tonale liminaire l.jpg

1: Audiométrie tonale liminaire

  • Recherche du Seuil d’audibilité(plus faible intensité sonore que l’oreille puisse percevoir)

    • en conduction aérienne

    • en conduction osseuse

  • permet d’établir l’Audiogramme Tonal


  • 1 audiom trie tonale liminaire4 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Conditions matérielles

    • Cabine audiométrique insonorisée

    • Parois isolantes

    • Sol anti-vibrations

    • éventuellement double-cabine

    • Audiomètre: générateur de sons purs

    • Fréq. 125, 250, 500, 750, 1000, 1500, 2000, 3000, 4000, 6000, 8000

    • Echelonnement de l’intensité de 5 en 5 dB de +10 à 120 dB

    • Ecouteurs pour la conduction aérienne

    • Vibrateur pour la conduction osseuse

    • Système d’assourdissement

    • Entrée micro et/ou externe pour l’audiométrie vocale


    Exemple d audiom tre bicanal l.jpg

    Exemple d’audiomètre bicanal

    Intensité Canal 1

    Intensité Canal 2

    Stimulation

    Fréquence


    Slide6 l.jpg

    125

    125

    8000

    8000

    6000

    6000

    250

    250

    500

    500

    1000

    1000

    2000

    2000

    4000

    4000

    Intensité en dB

    Fréquence en Hz

    Représentation Graphique

    10

    10

    0

    0

    -10

    -10

    -20

    -20

    -30

    -30

    -40

    -40

    -50

    -50

    -60

    -60

    -70

    -70

    -80

    -80

    -90

    -90

    -100

    -100

    -110

    -110

    -120

    -120


    1 audiom trie tonale liminaire7 l.jpg

    Oreille Droite

    Oreille Gauche

    Cond. Aérienne

    Cond. Osseuse

    [ [ [

    ] ] ]

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Conventions de notation


    Repr sentation graphique bilat rale l.jpg

    Représentation graphique bilatérale

    Oreille Gauche

    Oreille Droite


    1 audiom trie tonale liminaire9 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Recherche du seuil en conduction aérienne

    • Installation du Patient

    • Convention de réponse

    • Positionnement du casque

    • La meilleure oreille subjective est testée en premier.

    • On procède toujours en seuil ascendant afin d’éviter tout effet de rémanence auditive.

    • Pour chaque fréquence testée, on commencera par faire reconnaître le son au patient à une intensité confortable.

    • L’examen commence par la fréquence 1000 Hz.

    • On testera ensuite l’oreille la plus sourde: si l’écart atteint ou dépasse 55 dB, on assourdira.


    Slide10 l.jpg

    20

    10

    0

    -10

    -20

    -30

    -35

    -40

    Intensité en dB

    -50

    -60

    -70

    -80

    -90

    -100

    -110

    -120

    125

    8000

    6000

    250

    500

    1000

    2000

    4000

    Fréquence en Hz

    1000 Hz

    Examen tonal


    1 audiom trie tonale liminaire11 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Recherche du seuil en conduction osseuse

    • Positionnement du vibrateur très précise

    • Etalonnage à vérifier fréquemment

    • Assourdissement quasi-systématique

    • Procédure d’examen identique à la CA mais limitée entre 250 Hz et 4000 Hz

    • Intensités plus limitées qu’en CA


    Diff rentes pertes auditives l.jpg

    Différentes pertes auditives

    1: Conduction osseuse: perte de transmission

    1

    2

    2: Conduction osseuse: perte mixte

    3

    3: Conduction osseuse: perte de perception

    Conduction aérienne


    1 audiom trie tonale liminaire13 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Le Rinne

    • Dérivé de l’acoumétrie au diapason

    • En audiométrie le Rinne se lit directement sur l’audiogramme:

      • Les courbes de CA et CO sont accolées: pas de Rinne

        • Audition normale ou surdité de perception

      • La CA est moins bonne que la CO: Rinne audiométrique

        • Surdité de transmission ou mixte


    1 audiom trie tonale liminaire14 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Test de Weber

    • Généralement pratiqué entre la recherche en CA et en CO

    • Vibrateur positionné au milieu du front

    • On recherche la latéralisation de 250 à 4000 Hz

    • Surdité de transmission: latéralisation du côté sourd

    • Surdité de perception: latéralisation du meilleur côté


    1 audiom trie tonale liminaire15 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Le problème de l’assourdissement

    a) Pourquoi assourdir ?

    Éliminer l’oreille opposée à celle que l’on teste pour éviter une courbe fantôme due au transfert transcrânien.

    En CA: déperdition de 55 à 60 dB due au passage

    Air – Os – Liquide.

    En CO: stimulation des deux cochlées presque sans différence.


    Transfert transcr nien l.jpg

    Transfert transcrânien

    CA: –55 à -60 dBCO: 0 dB

    CA

    CO


    Slide17 l.jpg

    Le problème de l’assourdissement

    b) Masquage et bandes critiques

    • Principe de l’effet masque

    • Seules les composantes fréquentielles d’un bruit masquant proches de la fréquence du signal sont effectivement masquantes pour ce dernier.

    • Cette bande correspond à la bande passante d’un filtre qui a pour fréquence centrale la fréquence du signal et laisse également passer un certain nombre de fréquences de part et d’autres de celle-ci.

    • On parle de « bandes critiques » qui peuvent être retrouvées en mesurant les courbes d’accord psychoacoustiques.


    Slide18 l.jpg

    Schéma du phénomène de masquage temporel

    • Masquage simultané

    • Masquage de postériorité (son masqué avant signal masquant)

    • Masquage de précédence (son masqué après signal masquant)

    • MASQUAGE SIMULTANE


    Slide19 l.jpg

    Courbes d’accord: 250, 500, 1k, 2k, 4k, 8k Hz

    Masque

    Signal

    Seuil

    d’audition


    Slide20 l.jpg

    CAP pour un son pur de 1 kHz à 5 dB SPL

    800 Hz

    1000 Hz


    Slide21 l.jpg

    Largeur des bandes critiques


    1 audiom trie tonale liminaire22 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Le problème de l’assourdissement

    c) Avec quoi assourdir ?

    On utilisera le principe de l’effet masque avec:

    Bruit en bande étroite (Narrow Band):

    = bande de bruit centrée sur la fréquence à assourdir.

    Bruit blanc (Wide Noise):

    = bruit comportant toutes les fréquences du spectre sonore à intensité égale.


    1 audiom trie tonale liminaire23 l.jpg

    1: Audiométrie tonale liminaire

    Le problème de l’assourdissement

    d) Comment assourdir ?

    Assourdissement de l’oreille opposée en voie aérienne (au casque)

    • Le bruit masquant doit avoir une intensité plus forte que le son à masquer: l’écart efficace est de l’ordre de 20 dB.

    • On assourdit en voie aérienne, il faut donc tenir compte du Rinne audiométrique.

    • L’intensité d’assourdissement varie au fur et à mesure que l’intensité du son-test varie.


    Valeur d assourdissement l.jpg

    Le  d’assourdissement est fixé à 20 dB

    Valeur d’assourdissement

    • La valeur d’assourdissement (Iass) n’est pas constante mais dépendante de plusieurs facteurs variables:

    • L’intensité testée: Itest

    • L’atténuation du transfert transcrânien: TT

    • La valeur du Rinne audiométrique: R

    Iass = Itest – TT + R + ass


    Slide25 l.jpg

    125

    250

    500

    1000

    2000

    3000

    4000

    6000

    8000

    20

    10

    0

    -10

    -20

    -30

    -40

    -50

    -60

    -70

    -80

    -90

    -100

    -110

    Weber

    -120

    VA Gche

    250 500 1k 2k 4k

    CO Gche avec

    assourdissement

    CO Gche sans

    assourdissement

    Iass = Itest – TT + R + ass

    Exemple: à 2000 Hz, pour une intensité testée de 70 dB en aérienne:

    Iass = 70 – 55 + 5 + 20 = 40 dB

    Exemple: à 500 Hz, pour une intensité testée de 45 dB en osseuse:

    Iass = 45 – 0 + 5 + 20 = 70 dB


    2 audiom trie tonale supraliminaire l.jpg

    Fréquence

    2: Audiométrie tonale supraliminaire

    Etude des distorsions du champ auditif résiduel.


    Slide27 l.jpg

    • Distorsion de la sensation de hauteur

    • Diplacousie: appréciation fausse de la hauteur des sons

    • TESTS

    • Test d’égalisation de la sensation de hauteur (rarement possible)

    • Mesures de sélectivité fréquentielle: Courbes d’Accord Psychoacoustiques

    • Recherche de Zones Inertes Cochléaires: TEN-TEST


    Courbes d accord psychoacoustiques l.jpg

    Courbes d’Accord Psychoacoustiques

    (Illustrations suivantes d’après Mac Adams, Smith, Maillot & Frachet, IPSEN 1997)


    Cap oreille normale l.jpg

    CAPOreille Normale


    Cap oreille patho patho d oreille moyenne l.jpg

    CAPOreille Patho.Patho. d’oreille moyenne


    Cap oreille patho patho cochl aire l.jpg

    CAPOreille Patho.Patho. Cochléaire


    Slide32 l.jpg

    TEN-TEST (Brian MOORE)

    Recherche de Zones Inertes Cochléaires


    Slide33 l.jpg

    TEN-TEST (Brian MOORE)

    Recherche de Zones Inertes Cochléaires

    • CCI non fonctionnelles sur une zone de la cochlée > Pas de transduction de la membrane basilaire dans cette zone ou neurones manquants/inopérants

    • Conséquence: Mauvaise transmission des informations dans le nerf auditif, d’où intelligibilité perturbée.

    • Pour toutes les fréquences de la zone morte, l’audiogramme donne une fausse sensation sonore par vibration dans une zone voisine.

    • TEST: Mesure du seuil permettant de détecter un son pur sur un bruit égalisateur. (Threshold Equalizing Noise).


    2 audiom trie tonale supraliminaire34 l.jpg

    Intensité

    Fréquence

    2: Audiométrie tonale supraliminaire

    Etude des distorsions du champ auditif résiduel.


    Slide35 l.jpg

    120

    Fort

    90

    90

    90

    Fort

    Avec

    Recrutement

    Sans

    Recrutement

    30

    30

    Faible

    0

    0

    Faible

    Distorsion de la sensation d’intensité

    LE RECRUTEMENT

    Perturbation de la sensation d’intensité par rapport à l’intensité réelle du stimulus.


    Slide36 l.jpg

    TESTS

    • Si Surdité unilatérale: Test de FOWLER

    • S.I.S.I Test

    • Tone Decay Test: Adaptation pathologique de Sonie

    • Etude du Réflexe Stapédien (cf. Impédancemétrie)

    • Epreuves vocales (cf. Audiométrie vocale)


    Slide37 l.jpg

    100

    OD

    90

    80

    70

    60

    50

    40

    30

    20

    10

    OG

    0

    0

    10

    20

    30

    40

    50

    60

    70

    80

    90

    100

    TEST DE FOWLER

    L’écart des seuils en CA doit être compris entre 25 et 60 dB

    Test basé sur l’égalisation de la sensation d’intensité

    Exemple à 1000 Hz

    OD normale (10 dB)

    OG sourde (40 dB)

    Pas de recrutement

    Recrutement


    Slide38 l.jpg

    S.I.S.I. TEST (Jerger)

    Nécessite un audiomètre équipé.

    • Principe:

    • Un son pur à 20 dB au dessus du seuil est envoyé dans une oreille.

    • Toutes les 5 secondes, une modulation de 1 dB est envoyée pendant 2/10 s.

    • On compte le nombre de modulations perçues sur 20 envoyées.

    Résultats:

    < 20% : Test négatif

    20% à 60% : Test indéterminé

    > 60% :Test positif, Recrutement probable


    2 audiom trie tonale supraliminaire39 l.jpg

    Intensité

    Temps

    Fréquence

    2: Audiométrie tonale supraliminaire

    Etude des distorsions du champ auditif résiduel.


    Slide40 l.jpg

    • Perturbations temporelles

    • Mise en évidence d’une fatigabilité pathologique

    • Tone Decay Test = Mesure de détérioration du seuil tonal

    • On envoie un son continu au seuil pour une fréquence donnée et on chronomètre le temps au bout duquel le patient cesse de l’entendre.

    • Si > 60s: pas de fatigabilité pathologique.

    • Sinon, on recommence en augmentant l’intensité de 5 dB etc.

    • Au-delà de 20 dB de détérioration, l’atteinte est généralement rétrocochléaire.

    • Phénomène de Relapse


    Slide41 l.jpg

    • Perturbations temporelles

    • Discrimination temporelle

    • Gap Test = Détection d’un intervalle de silence bref

    • On utilise un bruit blanc filtré

    • Deux bruits de 600 ms sont générés au casque ou en champ libre avec un intervalle de 400 ms

    • L’un des deux bruits est interrompu par un silence réglable de 1 à 100 ms

    • La valeur moyenne normale du GAP au casque est d’environ 11 ms

    • Tone Burst Test


    Slide42 l.jpg

    L’audiométrie tonale supraliminaire permet d’affiner l’étude de l’état auditif du patient en précisant la qualité de l’audition résiduelle et l’existence de distorsions éventuelles.